Récit de la course : Raid 28 2009, par lepidop

L'auteur : lepidop

La course : Raid 28

Date : 17/1/2009

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 947 vues

Distance : 85km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

L'évasion manquée

 

Début Octobre 2009,

Je retombe par hasard sur sur ce CR presque terminé mais toujours dans mon PC.

Il est plus que temps de le finir et de le mettre sur KIKOUROU maintenant que l'échec est digéré...

 

Le récit:

 

COSE COMMUNE ne se représentant pas cette année, je me décidais à la mi novembre à laisser un message sur le forum du site Raid28.

 

Moins de 24heures plus tard, Olo me contactait pour intégrer l'équipe des Evadés de Kikourou dont un équipier ne souhaitait pas repartir, et qui devint pour l'occasion celle du Bagnard et ses boulets.

Le Bagnard sera capitaine et les boulets seront Reivilog ; Olo et Gonzo notre féminine, ainsi que moi même évidement.

 

Rendez vous est donné à 16h30 en gare de Bures, de là nous nous dirigeons sur Les Ulis où aura lieu l'AAB. Nous avons convenu de boire un coup ensemble afin de faire plus connaissance et de définir une stratégie. Celle ci constera à ne faire que les balises vertes et éventuellement les bleues pas trop compliquées.

A 18h00 nous nous rendons à l'AAB où nous sommes les premiers ( on aura été les premiers quelque part, c'est toujours ça de pris!).

 

Le repas du condamné (Le Bagnard stresse un peu!) pris, nous filons sur Bures où nous nous préparons tranquilement.

Controle des sacs, remise des dossards et de cinq bracelets de couleurs différentes, un chacun, que l'on se voit fixer au poignet par des bénévoles. J'hérite du rose parce que Gonzo n'en veut pas préférant le orange vu sa nationalité néerlandaise.

Briefing de départ.

 

22h00 c'est parti!

Le Bagnard récupère les documents de course.

Un prologue est prévu, le Bagnard et moi nous y collons pendant que les trois autres reportent sur la carte un maximum de balises.

En fait, j'ai tellement été bon en orientation pendant le prologue, que nous pointons quatre balises au lieu de trois et que nous revenons antépénultièmes au gymnase non sans avoir pris chacun une grosse gamelle! Nos acolytes nous rejoignent et sont très contents de nous annoncer qu'il ont reporté l'ensemble des balises sur la carte.

 

Reivilog prend les choses en main et nous dirige sur les premiers postes.

Au début c'est très roulant, chemins et route. Je prends quand même un premier bain de pieds en pointant la balise3 justifiant ainsi ma présence au sein de l'équipe où je suis chargé du pointage et spécialement des balises humides...

Une autre balise aquatique et nous parvenons à Lonjumeau.

Jusqu'ici le terrain roulant, les zones citadines et le temps clément font que le rythme est rapide (trop?) et que l'on a parfois l'inpression d'être sur une course sur route... Pas grand chose à voir avec l'an dernier!

 

Je pointe la balise 9 quand, après nous être concertés un court instant nous décidons de faire la « spéciale rivière » 1h40' de bonus si toute l'équipe y passe. 440mètres dans un boyau avec une eau à 1°C parfois jusqu'à mi cuisse et un plafond souvent très bas nous obligeant à nous baisser, le Raid28 commence, le Bagnard et ses Boulets tentent l'évasion!

 

Une fois sortis, nous repartons au petit trot histoire de se réchauffer les membres inférieurs jusqu'à la balise 11 située à 4mètres de hauteur sous une construction, C'est Olo qui se colle au pointage.

 

Peu de souvenir des balises suivantes jusqu'à la 19 où je m'égare assez loin avec le carton avant qu'Olo ne m'appelle pour pointer. Je reviens, pointe et l'on reprend le chemin d'où je viens pour faire la 20 une bleue. C'est le premier aller et retour, ce ne sera pas le dernier...

 

Ce doit être par ici que le Bagnard me montre une station de lavage avec deux personnes nettoyant une voiture. Il est 01h36!

 

Nous voici enfin à la gare de Ste Geneviève des bois. Un petit bonjour à nos amis des Dunes d'espoir et à Taz28 et nous repartons pour de nouvelles aventures avec toujours Reivilog aux commandes. Encore un petit aller retour, la balise 21 est dans la poche!.

Nous arrivons sur les lieux du cross de Villiers sur orge, un petit sprint, la 22 est faite.

Traversée de rivière pour faire la 23, un petit message signale que le bracelet rose doit être poinçonné. Bonne pioche c'est moi qui l'ai! Je suis sûr que l'équipe Turoom a demandé le rose pour faire faire trempette aux dames. Raté! L'intuition de Gonzo lui évite un lavage de chaussures de plus!

 

Quelques balises plus loin, nous voici au sud d'Arpajon. Nous sommes sortis de la vallée de l'Orge et avons gagné une plaine dégagée. Il s'est mis à pleuvoir très dru et un fort vent souffle de face.

Progression très éprouvante et en silence, en direction de Cheptainville lieu de la spéciale CO mémory.

La cohésion du groupe est très bonne. Le Bagnard commence à avoir mal à un pied, j'ai eu deux petites alertes aux crampes, mais les trois autres ont l'air en bon état.

 

Nous serons, je pense, les derniers à faire la mémory. L'Electron et son pingouin nous acceuillent à 6h00 pile.

 

Reivilog, Le Bagnard et moi avons même le droit de gouter à la célèbre gourdasse bleue, Olo et Gonzo sagement s'abstiennent.

Après avoir observé la carte de l'Electron nous reportons plusieurs balises, mais nous ne gardons que les trois les plus proches de la route directe histoire de ne pas trop perdre de temps ici car nous risquons d'être justes pour la première barrière horaire.

Olo et Gonzo se succédent à l'orientation, et le pointage de ces trois postes se fait sans soucis si ce n'est que nous avons failli oublier la balise verte 042, mais un attroupement nous la signale sans que l'on ai besoin de la chercher, merci à tous...

Direction Chamarande où pressés que nous sommes par l'heure nous ne pointons que les balises vertes.

Ne pas trainer. Pour être dans les temps à la barrière horaire du PC10, il va falloir s'employer! L'équipe allonge le pas, Reivilog nous fait passer par Tourfou en suivant une route pour éviter des chemins boueux, gain de temps et fatigue en moins.

Le PC10 est finalement rejoint au trot (rapide!) 5 minutes avant l'heure fatidique. Le couperet est passé prêt, le Bagnard n'a pas été repris. Mais, nous n'avons pas chômé pour rester en course.

Brève pause, nous profitons du fait que l'organisation met de l'eau ici à notre disposition pour refaire les niveaux des poches à eau avant de s'engouffrer dans le passage souterrain qui passe sous la RN20. Quelques équipes vaincues par les conditions météo attendent d'être évacuées sur Bures.

La pluie et le froid ont fait du dégat!!!

 

Pour le Bagnard et ses boulets la fuite continue...

 

Cependant la course contre la montre ci dessus me reste dans les jambes, je suis trempé de chez trempé et même si je pense que cela va s'arranger ce n'est pas bon signe pour la suite... Quoiqu'il en soit je prends sur moi, serre les dents et continue à pointer les quelques balises vertes qui suivent sans en parler aux autres.

 

Egly, nous longeons maintenant des étangs à main gauche, passons à hauteur d'un petit pont sur l'Orge qui mene à un parking sur notre droite et continuons tout droit . Environ 800mètres plus loin nous sommes au niveau du PC13. Petit problème: il nous faut traverser la rivière pour y aller. Retour au parking, environ 1500mètres de rab, pas bon pour le moral de revenir sur ses pas quand les jambes ne suivent plus...

 

Heureusement, Gonzo nous trouve un raccouci à l'entrée de Bruyère le Châtel. Le temps de pointer une verte auprès d'un charmant lavoir et nous revoici dans la forêt.

Mon état se dégrade toujours,je suis pris de frissons, je ne parle plus, je réalise que même avec la meilleure volonté du monde je ne pourrais pas rejoindre l'arrivée. Le Bagnard a de plus en plus mal au pied et même si je le juge plus en forme que moi, on voit qu'il n'est pas au top lui non plus.

 

Entrée de la forêt de la Roche Turpin, j'informe le reste de l'équipe de mon état. Pas besoin de beaucoup de mots, malgré la douceur ambiante je grelotte, l'hypothermie est là.

 

Il reste environ 5km jusqu'au PC15 où Le Bagnard et moi abandonnerons pendant que les trois autres continuerons. Revilog Olo et Gonzo se font la spéciale précision pendant que Le Bagnard et moi prennont la route directe. Rien de très original finalement que de se retrouver dans une galère en compagnie d'un bagnard... Tout de même, il a bien fallut une heure pour parcourir les trois derniers km! Olo a été jusqu'à retirer les branches en travers du chemin pour que je n'ai pas à les enjamber ni à les contourner, c'est dire!

 

Enfin le PC15,

le Bagnard et son boulet le plus déglingué sont repris, les trois autres courent toujours...Nous aurons le plaisir de les accueillir sur la ligne d'arrivée quelques heures plus tard.

 

Bravo à eux!

1 commentaire

Commentaire de Le Bagnard posté le 13-10-2009 à 19:10:00

Merci Benoit, Que de bons souvenirs !!!! dur mais super ;-) mais à refaire sans hésitation.Encore une belle évasion même si j'ai été repris.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran