Récit de la course : Trail 91 2005, par electron

L'auteur : electron

La course : Trail 91

Date : 10/9/2005

Lieu : Mondeville (Essonne)

Affichage : 2939 vues

Distance : 91km

Objectif : Se dépenser

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Trail 91 de l'Electron

Ira, ira pas ? Objectif, pas objectif ?

Après le Raid du Mercantour (18/06/05) , j’avais prévu une coupure d’une quinzaine de jours pour récupérer et décompresser . L’objectif était ensuite de reprendre un entraînement durant l’été afin d’attaquer dès mi septembre avec le Trail 91

Finalement par fatigue, un peu de lassitude, besoin de souffler un peu, manque d’envie de courir, travaux à la maison, la coupure va passer de deux semaines à … deux mois !

Pas de regrets vis-à-vis de cette décision de prolonger le break, d’autant que mon objectif majeur pour 2006 étant maintenant clairement établi (la Mauritanienne Race) , je sais que je pars pour une période de 7 mois sans break (sauf accident !)

Du coup je décide de supprimer le Trail 91 de mon programme, ne me sentant pas en mesure de m’aligner sur une course de 91km sans une préparation minimum.

Retour de vacances et petit à petit le Trail 91 revient sur le devant de la scène. Ce serait l’occasion de faire un peu de long, de rencontrer du monde puisqu’il devrait y avoir des Zanimos, des UFOs, des Irinautes et même des CLM ! ! !

En plus l’épreuve est organisée par le club du Chacal, qui est également l’organisateur de la Mauritanienne, et ce sera aussi l’occasion de les rencontrer ainsi que de tester leurs capacités d’organisateurs.

Je vais donc opter pour un objectif intermédiaire. Je reste inscrit sur le Trail 91 (le parcours complet) mais je pars pour faire les 3 premières boucles (soit 55km) ce qui me permettra d’être classé. A partir de là, je déciderai sur place de la possibilité ou non de continuer sur une ou deux boucles supplémentaires.

Il faut savoir que le temps limite est fixé à 15h pour le 91km, et que la seule référence sur cette distance à partir de laquelle je puisse extrapoler certains points est mon temps de passage aux 100km aux 24h de St Fons (soit 14h)

Je serai donc probablement un peu juste pour faire les 91km avec le dénivelé dans les temps mais les 55 premiers km ne devraient pas poser de problèmes.

J’ai construit 2 hypothèses avec des temps de référence pour chaque tour

Pour mémoire, les boucles font 25, 15, 16, 24 et 12 km

L’hypothèse haute a été construite sur une solution en 13h45 avec une moyenne de 8km/h sur la première boucle, 7 km/h sur les 2 et 3ème boucles et 6km/h sur les 4 et 5ème boucles ce qui me donne des temps de passage de 3h15, 2h10, 2h15, 4h00 et 2h00 pour chacune des boucles

L’hypothèse basse a été construite sur une solution en 14h50 (soit pile sur la barrière horaire) avec une moyenne de 7 km/h sur les 1ère et 2ème boucles, 6km/h sur les 3 et 4ème boucles et 5km/h sur la dernière boucle ce qui me donne des temps de passage de 3h35, 2h10, 2h40, 4h00 et 2h25 pour chacune des boucles

Pour en arriver là, je reprend donc l'entraînement 3 semaines avant la course. Donc pas question de parler de progression, l’objectif de ces 3 semaines étant de remettre la machine en route et d’arriver avec une condition physique générale acceptable (en excluant l’aspect surcharge pondérale qui sera traité ultérieurement ;-) Le détail de mon entraînement est disponible dans la rubrique préparation .

Samedi 10 Septembre. 3h00 du matin.

" Bottle " passe me chercher à la maison. On a une petite heure de voiture pour aller à Mondeville. Arrivé sur place on s’installe dans la salle des fêtes transformée en réfectoire/vestiaire et au fur et à mesure des arrivées ce sont les rencontres avec les coureurs. Ceux déjà bien connus, et ceux dont les échanges s’étaient jusqu’ici limité à des échanges de mail.

Je ne vais pas me livrer à l’exercice de nommer tout le monde parce que comme souvent je suis certain d’en oublier la moitié !!!

Je me prépare tranquillement. La météo est clémente pour le moment. Température d’environ 18° et la pluie n’est prévue que pour l’après midi.

Du coup je pars avec mes chaussures de trail Montrail (choix discutable sur ce début de course vu le caractère roulant de l’épreuve), un cuissard, maillot technique manches longues (il est plus facile de remonter des manches longues si on a chaud que de tirer sur des manches courtes si on a froid) et la frontale. La fiche équipement est disponible dans la rubrique kivabien.

Je retrouve sur place les nombreux zanimos qui ont profité de l’AAB organisé la veille par le Chacal, ainsi que quelques autres comme le Sanglier, Pascal Pelardy qui semble avoir repris un peu depuis ses soucis de cet été, ou Soul que je croise juste avant le départ car il est inscrit sur le 55 et il ne partira qu’une heure après nous.

5h00 ; Direction la ligne de départ, et dans la nuit profonde nous voici parti pour la première boucle…

Franchement je suis content que cette boucle se soit faite dans le noir, car elle est quand même principalement composée de longue lignes droites à travers champs me rappelant d’avantage le Raid 28 que le Mercantour. Quelques passages dans les bois (mais toujours roulants) et 3 montées largement praticables, même si par principe je décide de les faire en marchant.

Cette boucle part vite, très vite (trop !). Je me retrouve âché par le gros du peloton alors que j’ai l’impression pourtant d’être au dessus de mon rythme. Au bout d’un moment je rattrape le Troll qui a un soucis de poche à eau qui fuit. Je lui dit que si cela continue j’ai un prote bidon en rab’ dans mon sac et que ça pourra toujours le dépanner. On fait un court bout de chemin ensemble, et rapidement je le laisse filer… Même avec son UTMB dans les pattes 15 jours avant, il est encore trop rapide pour moi !

Vers 6h40 j’éteins la frontale. La lumière du jour naissant est désormais suffisante pour courir et les traversées de champs continuent de s’enchainer presque sans fin…

C’est avec bonheur que je rejoint Mondeville pour boucler ce tour. J’arrive à la salle des fêtes, je croise Bottle qui sort du ravito et se lance sur sa seconde boucle, je me fais pointer et regarde le chrono… 2h40 ! Soit 35mn en dessous de mon hypothèse haute et 55mn par rapport à l’hypothèse basse ! J’ai vraiment été trop vite et je risque fort de le payer par la suite…

Ravitaillement rapide, je change de maillot pour mettre un maillot manches courtes (l’autre est trempé…) deux verres de coca, une barquette de gateau de riz et le plein de la poche à eau et c’est reparti.

Départ de la seconde boucle. Je croise Manu qui arrive de sa première boucle et je me lance en compagnie d’un groupe de 3 coureurs qui étaient proche de moi pendant un bon bout de la première boucle. La première partie de cette boucle est couru encore un peu vite, mais arrivé à mi-courseon attaque la partie la plus technique de la course à savoir un enchainement de 6 montées descentes dont certaines plutôt techniques. Je vais un peu exploser dans cette section. Je marche dans toutes les montées et même dans certaines descentes, et je trotinne au maximum (mais pas vite) sur le reste. L’environnement est fait en grande partie de rochers, de sable et de fougères, ce qui est assez agréable !

Au passage dans une carrière, je suis rattrapé par Remy (organisateur du Trail de la vallée de chevreuse). Il est sur le 55 et m’a déjà pris 1h a ce moment là !!! Même pas grave de toutes façons, le premier du 55km m’a doublé avant la fin de la première boucle !

Je termine ce tour en ayant quand même un peu mal aux pattes, je me fais pointer et regarde le chrono 2h05. Je suis juste en dessous du temps que je m’étais fixé malgrè le fait d’avoir exploser sur la seconde moitié !

Ravitaillement un petit peu trop copieux (il me faudra 45mn pour qu’il passe) changement de maillot (le premier n’a pas sèché et le second est trempé) remplissage de la poche à eau et c’est reparti.

Comme les jambes tirent et que le ravito n’est pas passé, je décide de faire cette boucle principalement en marchant et de ne courir que sur les tronçons où je me sentirai bien.

Je progresse donc tranquillement, je fais quelques mètres avec Romu qui fait des photos pour Ultrafondus, puis calcule mon temps de parcours. A cette allure je compte finalement sur 3h pour cette boucle (au lieu des 2h15-2h40 prévus). J’avance régulièrement, je trottine de temps en temps et j’arrive petit à petit à digérer le trop plein de boissons à bulles…

A peine 15mn après le départ le ciel se couvre et il commence à pleuvoir. Ces gouttes éparses me font finalement du bien et me rafraichissent. Malheureusement, progressivement la pluie va se faire de plus en plus dense jusqu’à devenir assez intense par moment. Je n’ai rien pour me protéger car quand j’ai quitté la salle le ciel était bien dégagé et il y avait encore du soleil. Pas grave je suis un baroudeur, et j’ai pas peur de l’eau… Na !

Etrangement, cette boucle n’est pas très difficile. Beaucoup de zone roulantes et je regrette presque de m’être un peu grillé sur les boucles précédentes. Par contre une jolie descente bien raide risque de faire des dégats derrière moi. Je passe alors que le terrain commence juste à être détrempé, et je me dis que si cela continue, les suivants vont en baver (ou alors, ils vont descendre plus vite que prévu ;-)

Je vais progresser de la sorte jusqu’au bout, me retrouvant dans Mondeville bien plus vite que ce que j’avais pu estimer. Je rejoint la salle des fêtes et me fais pointer à nouveau…

2H08 ! ! ! Plus vite que l’hypothèse haute alors que j’ai eu l’impression de prendre mon temps !!!

Je retrouve le Zèbre et le Dingo qui ont arrêté au 55ème (ah! les p'tits bras) ainsi que le Bourrin et l’Antilope qui sont passés nous encourager…

Je rentre dans la salle et là se pose une question… est-ce que je continue ou pas ???

A l’origine j’avais pensé que mon allure, estimée proche des barrière horaire m’aurait évité cette question… Mais là, j’en suis à 7h10 de course pour 55km, et il me reste 7h50 pour faire les 36 derniers !!! Autant dire que même en marchant je suis dans les temps.

Mais voilà. Mon objectif c’est St Douchard dans 5 semaines. Alors soit je continue, je fais les 91km et je prends le risque de devoir augmenter ma période de récupération, soit j’arrête là et je sécurise ma préparation 24h !

Cette question va me tarabuster longtemps, d’autant que Manu est arrivé et hésite à repartir. Il est prêt à repartir si je repart aussi…

Finalement, comme mes 3 maillots sont mouillés je décide d’arrêter… nooonnnn en fait je vais effectivement opter pour la solution de sécurité. J’ai quand même les jambes qui tirent, je me suis fais plaisir sur les 55km que j’avais prévu, et surtout je sais que je peux être dans les temps sans gros soucis. Le Trail 91 aurait été un objectif en soit (même un objectif intermédiaire) je serai reparti sans me poser de questions, mais là, transformé en sortie longue, je préfère me poser et récupérer. J’espère que ce choix portera ses fruits pour St Doulchard

Je me change, mange un bon morceau avec manu et je vais attendre tranquillement le passage des quelques connaissances encore en course dont le sanglier, Bottle, Le Troll et bien sur le Chacal…

Par contre pas de trace du Ratounet ni du Fluet. Je n'apprendrai que bien plus tard qu'ils ont arrêté tous les deux après la fin de la deuxième boucle… Dommage pour la course, et en plus du coup on aura même pas eu le temps de papoter !

Je bois aussi un verre avec Soul qui termine à peine 8mn derrière moi, visiblement bien dans le tempo pour son prochain Grand Raid !

J'assiste à l'arrivée du Chacal, à celui de Bottle qui a repris le Sanglier dans la dernière boucle, à celle du Sanglier et nous allons ensemble attendre l'arrivée du Troll qui paye sur cette dernière boucle son enchaînement UTMB-Trail91 à 15 jours d'intervalle… Un peu de repos sera probablement le bienvenu maintenant pour éviter la blessure.

Et voilà, encore une journée rondement menée !!!

Un grand bravo à toute l'équipe d'organisation qui a géré ça d'une main de maître (Si! Si!) Logistique, traçage, ravito, bénévoles aux petits soins pour les coureurs, tout était nickel !

Ah un truc pour celles et ceux qui voudraient y aller l'an prochain… N'oubliez pas de vous ravitailler à chaque passage dans la salle parce que sinon, l'chef cuistot (jacques) est bien capable de vous tirer les oreilles !!!

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran