Récit de la course : Semi-Marathon de Lyon 2009, par Charlou

L'auteur : Charlou

La course : Semi-Marathon de Lyon

Date : 20/9/2009

Lieu : Lyon 06 (Rhône)

Affichage : 885 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Se défoncer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Semi de Lyon 2009 : un record et beaucoup de flan

20 septembre de l'an de grâce 2009, le nordiste que je suis se retrouve pour un week-end sur les bords du Rhône, dans la capitale des Gaules. La raison ? Une visite de famille, je suis descendu voir ma petite soeur, Claire (alias Kaou), récemment installée là-bas pour ses études. Et puis aussi, pour la course. Quand j'ai vu, fin Août, une affiche annonçant "20 septembre, Semi-marathon à Lyon", je n'ai pas hésité (enfin, un peu, mais pas beaucoup). 15 jours après un super semi à Lille (nouveau record à 1h40'35", soit 8 minutes de mieux que l'an passé !), voilà l'occasion de confirmer ce bon temps.

Arrivé sur place dès le vendredi midi, j'ai pu profiter de Lyon sous un beau soleil, en vadrouillant un peu partout : centre-ville, vieux Lyon, quais du Rhône (en dégustant une Haägen-Dasz ^^), Cité Internationale (pour un petit ciné), Auditorium de Lyon (concert gratuit de musique classique), Gerland (histoire de voir le stade), Opéra (le forum Libé)... Sans compter le Parc de la Tête d'Or où on a récupéré mon dossard, avant d'aller voir les zaminos (les crocodiles ont l'air si gentils... ^^). Dans tout ça, pas mal de fatigue accumulée, et une alimentation déplorable : McDo & co, c'est pratique mais pas idéal. Un bon plat de pâtes le samedi soir permettra de faire bonne figure quand même.

 

Dimanche matin, c'est le grand jour ! Mais... Il pleut. Merde, ça commence. Il ne pleut pas très fort, mais suffisamment pour que ce soit désagréable. Pas grave, je cours quand même avec un t-shirt sans manches, c'est plus agréable. Kaou et moi arrivons à l'entrée du Parc à... 8h10, la faute à des transports en commun peu nombreux le dimanche matin. Mieux vaut assurer le coup. Petit échauffement pour la forme, mais finalement interrompu, je préfère me placer au plus vite au départ. 8h30, je demande où est la ligne. On m'indique un petit chemin entouré de grilles, ça fait un peu goulet d'étranglement, avec une ligne à la craie par terre. Super. Je laisse Kaou et attends. Je suis heureusement sous un arbre, et la pluie diminue. Quelques instants avant le coup de pistolet, petit pipi à travers la grille, et GO !

 

Je m'élance à partir de la 300e position environ. Je me rends vite compte que je vais passer mon temps à me faire doubler, mais peu m'importe, je fais abstraction du rythme des fusées qui me dépassent. Enfin, je crois, car j'ai du mal à trouver un rythme efficace. (Ah, au fait, ne me demandez pas mes temps au kilo, je cours toujours sans montre.) Aux environs du 4e km, en longeant la Cité Internationale, j'entends un grand cri au loin : "Charlooooooou ! Ouuuuuaaaaiiis !!!" Je jette un coup d'oeil derrière moi et voit Kaou débouler au loin, avec mes affaires ; ça fait plaisir d'être supporté ! J'apprendrai plus tard qu'elle a failli me rater à cause d'un arrêt par le stand Sojasun pour y manger des yaourts gratuits ^^

Les kilomètres suivants s'enchainent, sous une pluie fine, qui finira pas cesser un peu plus tard. Déjà, au 5e kilo, ravito. Je fais l'impasse, ma petite bouteille est encore à moitié pleine, je fonce. Par contre, on m'avait annoncé un check-point avec notre temps, rien de tout ça. C'est un moment chiant : on est sur une demi route, ça fait péniblement 3 mètres de large, c'est tout droit... Et au bout, demi-tour à 180°, avec risque de gamelles à cause du bitume détrempé. Mais dans ces moments, même si je me fais toujours dépasser régulièrement, je constate qu'il y a bien plus de gens derrière moi que devant.

 

Puis, on repasse devant la Cité et filons sur les berges du Rhône. Au 8e kilomètre, Kaou est à nouveau là : elle m'encourage à pleins poumons, à tel point que d'autres coureurs en rigolent. Mais je sens déjà que je suis parti trop fort, la fin de course risque d'être laborieuse. Je prends le pari de baisser le rythme et me cale dans la foulée d'un participant d'une quarantaine d'années, qui a l'air bien et régulier. Sur les berges, même chose : c'est étroit, ça glisse, et c'est tout droit. Au 10e kilomètre, un type annonce "10 kilomètres, 47 minutes tout pile, allez !" 47 minutes, ça fait 4'42" au kilo, mon record correspond à 4'46". Je me dis que je vais en chier sur la fin. Mais je continue à ma main, les kilomètres défilent. Une orange au ravito, et un bout de banane. Merde, j'ai plus d'eau ! La banane va me rester un bout de temps sur l'estomac... Erreur bête...

Mais je reste concentré sur ma respiration, tâche de garder une foulée efficace. A force, je me fais moins dépasser, j'ai du reculer, en terme de places, à mon niveau de performance. Tant mieux. Nouveau passage vers la Cité, Kaou est à proximité de la zone de demi-tour (oui oui, encore un). Il reste alors 6 kilomètres, je commence à avoir de bonnes sensations (le départ trop rapide et la banane digérés), mais au delà de 15 bornes, je sais que les cuisses commencent à souffrir. Peu importe, je ne sais absolument pas mon temps, mais je réhausse un peu le rythme.

 

17e kilomètre, on rentre dans la Tête d'Or. Désormais, ce sont de larges allées, ça tourne un peu, mais j'ai l'impression d'être collé au bitume, je souffle comme un boeuf pour dire d'avoir un maximum d'oxygène à disposition. Au 18e, une gamine qui devait à peine avoir 16 ans et à qui je prenais une tête et demi me met un éclat monstrueux. Quelques secondes d'abattement, puis l'orgueil qui remonte. Merde, j'vais pas me laisser déborder comme ça ! Alors j'accroche sa foulée, même si c'est suicidaire, et un peu idiot. Un type annonce "19 kilomètre, 1h29, c'est bien les gars !" Là, je me dis "attends, il reste 2 bornes à faire en 11 minutes, soit 5'30" au kilo. Facile ! Sauf que le 19e kilomètre était 300 mètres plus loin ! Je commence à me rigidifier d'un peu partout, ça me rappelle mon premier semi, l'an passé. Mais je serre les dents. Dernier kilo : Kaou est encore là, "vas-y, t'es presque arrivé !!!" Je lui fais signe que je suis complètement naze. Et ce foutu de panneau du 21e qui n'apparaît pas ! Ah si, ça y est. Quelques foulées plus loin, le chrono. J'ai une bonne vue, et je lis... 1h39'45" ! "Oh p***** de m****" (ce qui fit rire pas mal de monde) : je fonce avec l'énergie du désespoir et franchit la ligne en 1h39'54" ! Nouveau record, complètement inespéré !

 

Je suis lessivé comme je ne l'ai jamais été, au point que je me fous pas mal d'être passé sous 1h40. Je vide 2 poches de Powerade, et Kaou me retrouve. Elle est super contente, elle a adoré voir la course et tout, et m'incite à aller au ravito : "pense à faire des provisions pour moi hein, si tu trouves des trucs bons à manger, prends-en en double !" Sauf que je n'ai pas faim, un chocolat chaud (de chez Sojasun toujours ^^) me fait du bien. Là, il commence à pleuvoir à seaux. Le retour fut donc très mouillé...

Finalement, un vrai motif de satisfaction : le chrono. Je pensais faire, au mieux, 1h43, je n'avais pas couru depuis le semi de Lille. Une autre satisfaction fut d'avoir vu Kaou ce week-end, et de l'avoir croisée si souvent sur le parcours ! Pour le reste... L'organisation était un peu limite (par moments, en allant vers Feyssines, je me suis demandé combien de temps un secouriste mettrait avant d'intervenir auprès d'un concurrent qui ferait un malaise...), le parcours était chiant (le forum Libé explique en partie ça, mais bon...), et la météo pas terrible (ça, c'est pas de bol ^^). Personnellement, j'ai l'impression d'avoir mal géré ma course, d'avoir passé trop de temps dans le rouge.

 

Retour dans le Nord dans la foulée. Les jambes sont lourdes, mais le moral au beau fixe : une bonne douche et un bon repas font toujours plaisir ! Pas sûr que je revienne courir là-bas, mais pour quelques temps, Lyon restera la course sur laquelle je détiens mon record sur semi. Que du bonheur !

2 commentaires

Commentaire de ch'ti vincent posté le 02-10-2009 à 21:29:00

Bravo Kaou, ses encouragements t'ont porté n'est ce pas ?
Elle a fait une aussi belle course que toi ;)
Record battu a plates coutures ! bravo.
Et bon retour dans Nord ensoleillé :)

Commentaire de Francois dArras posté le 03-10-2009 à 18:32:00

well done !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran