Récit de la course : La Corruda 2009, par Ben64

L'auteur : Ben64

La course : La Corruda

Date : 27/9/2009

Lieu : Lestelle Betharram (Pyrénées-Atlantiques)

Affichage : 1279 vues

Distance : 25km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Toute la semaine, je me demande sans cesse si je dois m'engager sur cette Corruda. Le jeudi, un copain m'invite pour son anniversaire qui aura lieu le samedi soir à Anglet, au Pays basque. Habitant à Oloron, la décision est difficile et je ne peux malheureusement choisir les deux. Laulau m'indique qu'il va faire la course et qu'il peut me prendre en passant. C'est décidé, va pour la course! 

 

Le week end passé, j'avais couru le Tutturu Trail à Lecumberry au fin fond du Pays basque. Je n'étais pas en très grande forme. On verra bien pour la Corruda. Laulau passe me prendre comme prévu, et on récupère un copain à lui, organisateur du trail du Chateau de Bazerque. Nous nous dirigeons ensuite vers Lestelle Bétharram charmante petite bourgade du Béarn, non loin de Lourdes.

Du monde sur le parking, ça promet une belle course. Me dirigeant vers les inscriptions avec laulau, je croise Julien Jorro, une connaissance de fac. Le temps de papoter un peu qu'il faut partir s'échauffer. On fait quelques longueurs, des accélérations en cote pour faire monter le coeur. Mais je m'impatiente de démarrer. 

Le départ est donné et nous sommes encadrés par le serre-file qui donnera le tempo pendant la traversée du village, avant de lacher les fauves, et de se rabattre à l'arrière de la course. Dès qu'il s'écarte le ryhtme est soutenu, les 3 premiers s'échappent (parmi lesquels Julien et l'ex coureur cycliste Christophe Bassons), et on ne les reverra plus. Derrière, un petit groupe d'une dizaine de coureurs se constitue. Laulau est de ceux-là. Je ne tente pas de suivre pour ne pas me griller, mais garde une distance raisonnable. Je me concentre sur ma course et les premières pentes s'élèvent, d'abord sur le bitume, puis rapidement sur un monotrace dans les bois. C'est raide, et certains coureurs sont partis trop vite. J'en profite pour les doubler. J'imprime un rythme que j'estime soutenable et mes jambes répondent plutôt bien.

La grimpette du Bénac passée (400 m+), on attaque une descente plus que technique, toujours dans les bois. Je me retrouve pleinement, les sensations sont excellentes et je prends vraiment mon pied! Plus c'est technique et plus je me régale. Au pied de la descente, un ravito nous attend. Je ne m'arrête pas car je distingue laulau accompagné de quelques coureurs juste devant moi à 150 m à peine. Je me retourne, mais personne. J'ai creusé le trou dans la descente. Je me cale à un rythme pas trop rapide. Je ne veux pas revenir à tout pris sur les autres sachant qu'on doit aborder la deuxième difficulté de la journée et non des moindres, un peu plus de 1100 m+ d'un trait en 6,5 km à peine. Nous passons devant le monastère de Bétharram et nous engouffrons dans les bois. A partir de ce moment là, le sentier serpente en lacets dans la forêt. Je pousse sur les jambes et m'aperçois que j'ai du jus. Je continue mon bonhomme de chemin, double encore quelques coureurs puis, arrivant au pied d'un coup de cul bien raide, je distingue laulau juste devant moi. Je suis en mode marche rapide et je vois que je reviens sur lui. Nous arrivons à la cabane de l'Aoulhet. Je prends le temps de me ravitailler car il reste encore une belle montée jusqu'au col. Le souffle se fait un peu plus court et les jambes se raidissent. 

 

J'atteins enfin le col et la ligne d'horizon se dévoile sous mes yeux. A mes pieds, la plaine et le piémont pyrénéen. La vue est magnifique, c'est un régal pour les yeux. Mais tachons de pas trop nous émerveiller car le sentier est bien irrégulier entre roches affleurantes et trous résultant du passage répété des sabots de vache. La ligne de crêtes nous réserve des enchainements de montées-descentes sans interruption. J'avoue que c'est un peu casse pattes mais je ne vais pas m'en plaindre. Laulau m'a distancé assez raisonnablement pour que je n'envisage plus de le rejoindre. Je passe le Soum de la Génie Braque, point culminant du parcours (1528 m), et attaque la descente. J'arrive rapidement à la cabane de l'Isarce où je me ravitaille en bananes et jus d'orange. Je m'engage ensuite dans la descente qui s'avere bien plus technique que la première mais le jus commençant à manquer, je préfère assurer. Entre la boue, les rochers glissants et les sabots de vache, les occasions de se fouler la cheville ou pire, de se twister un genou sont plus que nombreuses. Je rattrappe tout de même un coureur derrière qui je me cale tranquillement afin de prendre son rythme. 

Nous voilà au pied de la descente, relativement éprouvante musculairement car les crampes sont venues me titiller le mollet droit, sans pour autant manifester leur vigueur. Le dernier ravitaillement est là, et un panneau nous annonce 4 km. A la vue du goudron, quelle n'est pas ma déception quand je réalise que ce sera du macadam jusqu'à la fin. Tant pis, va falloir s'accrocher surtout qu'à ma grande stupéfaction, la route monte... Je commence vraiment à être dans le dur, mais je m'accroche et me force à courir. Le mental, lui est toujours là. Un dernier petit sentier dans les bois, un coureur cuit dépassé, et me voilà à quelques centaines de mètres de l'arrivée. Je déroule jusqu'à la flamme, et coupe la ligne complètement haché. Je finis tout de même à une honorable 18ème place à en 3h25 à moins de 4 min de laulau. Une bonne douche, et nous voila au comptoir afin de déguster une bonne binouze de rigueur. 

Je suis fatigué mais j'ai été émerveillé par le parcours. C'est sûr l'année prochaine je reviens, c'est déjà coché sur le calendrier. 

4 commentaires

Commentaire de laulau posté le 02-10-2009 à 20:18:00

Salut gamin
Alors, tu croyais m'avoir hein ?
Bon, si on était encore monté raide dans la forêt, tu m'aurais eu... Peut-être la prochaine fois !
Tu as fait une bien belle année 2009, ça va dur pour moi de rester devant en 2010 !

Commentaire de Berty09 posté le 04-10-2009 à 21:36:00

La course semble belle mais pas l'genre promenade de santé, alors bravo et bonne route dans nos jolies Pyrénées.

Commentaire de mijean posté le 05-10-2009 à 15:23:00

C'est une magnifique course et que tu as super bien gérée !!!
Je connais bien le parcours pour avoir aidé à l'organisation il y a quelques années (On avait montés les bidons d'eau à la cabane de l'Isarce :)). La descente est terrible quand tu es grillé !!
Sur la photo j'ai cru reconnaitre le Tee shirt de l'euskal trail ...J'ai le meme ;)

Commentaire de maï74 posté le 03-05-2010 à 22:10:00

Tu t'es bien accroché, Ben, bravo ! et tu signes une belle place...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran