Récit de la course : L'Ancilévienne 2009, par Pat'jambes

L'auteur : Pat'jambes

La course : L'Ancilévienne

Date : 13/9/2009

Lieu : Annecy Le Vieux (Haute-Savoie)

Affichage : 1027 vues

Distance : 46km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Partager :

Ancilevienne 2009, un fractionné de 46km...

La course

Le tour du lac d'Annecy en partant d'Annecy le Vieux. 

Distance totale: 46 km par équipe de deux

Comment: run & bike 

 

Les règles du jeu:

- Un co équipier cours pendant que l'autre se repose sur le vélo

- Le 1er relais est imposé (6km)

- C'est toujours le coureur qui doit porter le relais

- Les co équipiers doivent passer la ligne d'arrivée ensemble

Pour le reste... c'est comme on veut! Si il y en a un que ça amuse de faire 40km en courant pendant que l'autre pédale, c'est possible . Ceux qui veulent changer toutes les 30 secondes peuvent aussi.

Entre ces deux extrêmes, l'éventail des envisageables...

 

Et bien sûr... on profite du paysage magnifique (le lac, les montagnes qui l'entourent)

 

Pourquoi cette course et quelle stratégie adopter?

 

Début 2009, nous lancions un appel aux coureurs de l'entreprise où je travaille pour participer dans la bonne humeur à cette fameuse Ancilevienne dont nous avions souvent entendu parler.

 

hop! hop! hop! Quelques échanges de mails début janvier, très vite 4 ou 5 équipes se dessinent, puis stand by jusqu'aux inscriptions... chacun vaque à ses occupations et courses diverses et variées.

 

Hop! hop! hop! début juin, on se réveille un peu, on s'inscrit... Puis à nouveau stand by: d'autres course à préparer, le prenant labeur quotidien faisant qu'on ne s'entraîne par vraiment ensemble comme on avait dit qu'on le ferait...

 

Prévoyant un marathon mi octobre (Reims) avec un collègue (jyb), nous avions convenu de remplacer le traditionnel semi marathon de préparation par l'Ancilevienne. L'idée étant de travailler l'allure marathon.

 

Cependant, pas mal de questions se posent... Comment gérer et quelle durée pour les relais, etc... 

Du coup, je créer mon premier forum kikourou (émotion...): "Ancilevienne 2009, cherche conseils".

Et là... la magie kikouresque opère... des réponses à foison qui me permettent début août de résumer comme suit:

"Vélo: 

- Plutôt VTT (de course possible) 

- Equipier de taille proche (pour la taille et réglage) pour avoir le ravito à portée de main 

- Casque... personne n'en met... 

- Un (petit) panier ou poche souple à l'avant pour le ravitaillement 

- prévoir 2 bidons d'eau sur le vélo 

 

Relais: 

- Le coureur donne le bâton au cycliste qui prend de l'avance, 

- Le cycliste descend en roulant et cours en tenant le vélo par la potence, 

- Le coureur attrape le vélo par la selle, le cycliste devient coureur et vice-versa (l'ex coureur peut grimper pratiquement sans arrêter le vélo) 

- Risque "d'accidents" (fatigue, promeneurs , rollers , baigneurs , bagnoles, etc...) 

- Être bien rôdé sur les relais pour pouvoir se concentrer sur les imprévus... entraînement recommandé 

- Durée du relais: meilleurs en 2' au début puis 30" sur la fin, 4' à 2' au début puis 2' à 1' vers la fin pour le commun des mortels"

 

Pour l'allure par contre j'ai plutôt deux sons de cloche...

- Du côté des mes entraîneurs qui ne connaissent pas la course: "Oulala, c'est vachement long cette histoire! A la vitesse d'un semi c'est impossible, à la rigueur à vitesse marathon... mais mieux vaut adopter un rythme de sortie longue"...

- Côté des kikoureurs qui l'ont courue, ça donne plutôt: "fait des relais assez court, du coup le coeur n'a pas le temps de monter très haut et tu peux aller tenir longtemps une allure de semi, voire de 10km!"

hé ben... je fais quoi moi? 

On convient avec jyb de faire à l'allure du semi minimum et qu'on verra en fin de course si "on monte la chaudière"

Pour la durée du relais on convient 4' au début puis progressivement 2'.

 

La préparation

Pour l'entraînement, la plan marathon commencé mi juillet fait office hors 3 sorties pour travailler les relais courses à pied / vélo  avec les conseils obtenus des kikous.

2 ou 3 gamelles (), mais ces séances ont été très instructives !

Tout de suite on a trouvé ça grisant de relayer sans s'arrêter, en gardant une vitesse assez élevée.

 

L'avant course

Réveil à 6h, rendez vous co-voiturage 7h, un crochet pour prendre un collègue et c'est parti pour Annecy.

On retrouve toutes les équipes (5 au total) chez une collègue vivant à Annecy. L'ambiance est détendue.

Complètement concentré sur ma préparation marathon, je réalise à peine à ce moment qu'on va courir certainement plus de 3h, 46km en fractionnant!!

 

... La pression habituelle d'avant course commence à opérer sur moi... C'est ma première compétition depuis fin juin...

Me préparer (enfiler le short, me tartiner un peu d'anti frottement, mettre un ou deux sparadras ici ou là, etc...) m'aide à rentre dans l'événement... 

 

On accompagne les vélos sur la ligne de départ (ils partent 20' avant les coureurs pour se positionner en fonction de leur n° de dossard 6km plus loin).

Je laisse jyb à son vélo et par m'échauffer consciencieusement (footing, éducatifs, accélérations) sur une route un peu plus haut. 

 

Je reviens sur la ligne au moment du départ des vélos 

Encouragement à Jyb et je continue à m'échauffer sur une petite place juste à côté de la ligne de départ.

Dès le dernier (voire même un peu avant...) cycliste passé, je me faufile et me positionne pas trop mal sur la ligne de départ (10ème rang max)

Rencontre avec Yannick74. Avant le départ j'écoute attentivement deux vétérans habitués de la course qui discutent et me confortent dans l'idée que ma 1ère récupération (après les 6km) ne doit pas être trop longue. yéziouiconcentré 

 

Un joyeux groupe de musique fait patienter . L'ambiance est bonne, il y a pas mal de spectateurs.

 

La course

Bang! 850 coureurs se mettent en mouvement dans une ruelle assez étroite.

Mon positionnement me permet de courir 15" après le départ. 

Le peloton s'étire assez vite, je prend garde à bien tenir mon relais pour qu'il ne tombe pas.

Très naturellement, j'opte pour une allure marathon un peu rapide; je me repère au souffle -sur 3 appuis- qui doit être endurant et à ma foulée rapide.

 

Le premier kilomètre, en descente, est mis à profit pour doubler un peu.  Tout le jeu consiste à arriver rapidement (mais sans s'épuiser) pour éviter la cohue du premier relais. Ces 6 premiers kilomètres me font penser à une séance spécifique de mon plan actuel... Les sensations sont bonnes.

 

On attaque la partie vallonnée du parcours quand j'aperçois l'incroyable vision de tout ces vélos rangés comme dans un Véli'b mais avec cette foule de coureur sur la pointe des pieds qui cherchent leur co équipier et l'interpelle bruyamment en agitant les bras!!

 

J'entends une collègue qui m'encourage et aperçois jyb qui se positionne sur la route. Il me passe le vélo et file devant.

22'45 pour le 1er relais: c'est bien parti 

La route est étroite, la "circulation" dense (coureurs et cyclistes zigzaguent en tout sens) mais étonnamment, ça se passe bien, pas de bousculade ni de chute. J'ai le sentiment que tout le monde fait attention aux collisions.

 

Progressivement (et prudemment), je rattrape Jyb. Le cardio descend très vite, après 4' de récupération commence la longue série des relais:

- Le cycliste prévient le coureur et se positionne devant,

- Il passe en "trottinette", près à descendre

- Le coureur le rattrape, donne le top ("c'est bon" ou "Go"), tend le relais, attrape la selle

- Le coureur file devant pendant que le cycliste grimpe sur la selle

... le tout... sans s'arrêter, le coureur virtuel que nous formons ne ralentit jamais l'allure!

Grisant!

 

On fait le tour du lac par l'ouest. Le public est là, encourage.

On reste au coude à coude avec un relais mixte en rouge pendant un bon moment. On les doubles, ils nous doublent, on les double, etc...

 

Très rapidement, On échange le vélo plus vite que prévu (entre 3 et 4' maximum) car on constate qu'on récupère très vite sur le vélo. Par ailleurs, le passage se fait très bien (les séances d'essais ont été très utiles!). 

 

Lors d'un relais en descente, maladroit je fais tomber le vélo  !

Plus de peur que de mal et vive la sacoche fermée contenant le ravito!

J'ai à peine perdu un abricot et trois raisins secs dans l'histoire. Plus tard je verrai un cas similaire étaler l'intégralité du contenu du panier sur toute la chaussée (eau, barres de céréales, gels)...

 

Dans la 3ème demi heure de course on alterne déjà toutes les 1'30" à 2'. Et ce assez naturellement, sans trop se concerter.

 

Tout à coup, un panneau annonce 20km... Déjà! Occupé par les relais, le fait de parler, tout fait que le course passe vite.

Un bénévole nous crie "75ème! C'est bien! Vous avez fait un tiers du parcours!"... Ca réconforte.

Je zieute mon chrono... mais... on va peut être bien être proche des 3h là? Je commence à vouloir estimer plus précisément mais...  les calculs mélangeant km et durées ont tendance à me griller les neurones en course... Je reste donc sur cette bonne impression sans chercher à l'analyser plus.

 

Habitués à courir ensemble Jyb et moi sommes en phase... D'un regard et trois mots on se dit qu'on est bien, très bien même si l'allure est bien plus rapide que ce qu'on imaginait! Il s'agit de tenir maintenant. Très bonne préparation pour le marathon se dit-on! 

 

On lâché notre couple en rouge (ils arriveront 6' après nous). 

 

Les bénévoles sont nombreux, souriants, enthousiastes et efficaces (balisage, remplissage des gourdes aux ravitos)! 

Le public toujours présent n'est pas avare d'encouragements et d'applaudissements.

 

 

Nous accrochons une autre équipe que nous suivront presque jusqu'à Annecy.

On était tellement proche à un moment, que jyb plaisante en disant qu'on devrait inventer le relais à 4! 

 

Le compte tour du vélo nous confirme ce qu'on ressentait: on est plus du tout à une allure semi, mais plutôt à une allure de 10km... et même plus !

C'est hallucinant de courir à cette allure alors qu'on a déjà plus d'une heure et demi de course et qu'il en reste presque autant à faire... 

Mais ça marche! Ca marche vraiment! 1 à 2' de récupération sur le vélo suffisent amplement à faire descendre le palpitant.

On a même pas envie de récupérer trop longtemps car sinon les jambes refroidissent et la reprise serait difficile.

Et on repart à chaque fois comme un cabris (toute proportion gardée bien entendu...).

 

Annoncé 74ème. Notre place semble faite. Pourtant, le rythme s'accélère. Notre moyenne (merci le compte tour) augmente progressivement.

On finit par épuiser notre 2ème binômes (pourtant bien affûté). On remonte de plus en plus de concourants.

L'envie de tenir le rythme est là. On est complètement porté par l'événement, les conditions et la surprise de tenir se rythme aussi longtemps.

 

Au delà des 2h de course, les fractions tombent entre 1' et 1'10". On cavale à plus de 16km/h en moyenne à nous deux.

On rattrape, on rattrape autant que beaucoup faiblissent. 

  

Puis Annecy apparaît! Ca sent l'écurie! Les fractions tombent à 45"/50". J'accélère toujours... et commence à entrer dans le rouge. 

Chaque relais est un soulagement. Ca commence à tirer

.

 

Dans la ligne droite qui nous ramène vers Annecy le vieux, un chien (genre bull dog en plus petit) fonce tête baissée dans mon vélo !

Non mais je te jure... J'engueule  copieusement sa jeune propriétaire qui ne semble rien gérer du tout...

Heureusement qu'il ne m'a pas fait chuter ce brutus...

 

Le tour du lac est bouclé, il s'agit de remonter sur Annecy le Vieux maintenant.

La montée est tout d'abord assez douce: on continue à relayer, puis après un rond point on aperçois le dernier raidillons (600m environs) menant à l'arrivée... Comme convenu avec jyb, je descend du vélo et lui demande de prendre le plus d'avance possible (un coureur va plus vite qu'un vélo en montée et je me sens capable d'envoyer mes dernières cartouches)

Sauf que le changement de braquet en début de côte est fatal et lui déclenche un début de crampe!!

Rien ne sert de cavaler devant, le coureur et le cycliste doivent passer la ligne d'arrivée ensemble.

Je ralentis l'allure pour me mettre à son niveau et le pousse pour l'aider à monter. Ca le soulage mais me pompe mes dernières forces... je fais les 150 derniers mètres à l'agonie , mais heureux!!!

 

L'après course

Un incroyable ravitaillement à l'arrivée: en plus des victuailles classiques (oranges, raisins secs, bananes, etc...) on a droit à du melon, de la pastèque et un verre de bière fraîche  de Savoie. Bonheur!

Les résultats défilent sur 4 écrans d'ordinateurs accrochés en hauteur.

Nous scrutons notre résultat:  Notre duo termine 57ème/820 en 2h53'27"... 

C'est symboliquement de bonne augure pour la marathon !

 

Vraiment une course que je recommande: originale (qu'on le fasse à fond de train ou plus tranquille), bien organisée et populaire!

Et puis... tout de même... c'est bôô ce lac bordé de montagnes!

3 commentaires

Commentaire de Davidou le minou posté le 20-09-2009 à 21:20:00

J'ai ADORE ton récit. Pour la simple et bonne raison que tu m'as fait revivre à la perfection mes 2 participations précédentes. C'est hallucinant comme ton ressenti est exactement le même que le mien, en particulier sur le changement de relais : c'est vrai que c'est grisant, on a l'impression d'avoir des ailes ;-)

Et en plus vous avez vraiment envoyé ! Votre résultat est vraiment excellent !!!!

David

Commentaire de CROCS-MAN posté le 20-09-2009 à 21:39:00

Bravo Pat,
Super course et quel chrono, à Reims tu vas faire un malheur si ton pote viens avec son vélo lol.
Merci pour ton récit et ton com.
A+

Commentaire de Génep posté le 21-09-2009 à 20:58:00

Ça a l'air excellent cette course !!
Super récit comme d'hab, on voit que vous avez parfaitement préparé l'évènement.

Impressionnant les moyennes que l'on peut arriver à tenir sur 46 km en binôme !

Bon courage pour la suite et fin de ta prépa au marathon.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran