Récit de la course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise 2009, par carotte

L'auteur : carotte

La course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise

Date : 5/7/2009

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 1612 vues

Distance : 72km

Objectif : Pas d'objectif

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

TGV : une victoire au bout du chemin

Résumé d'une belle aventure autour des glaciers de la Vanoise, un dimanche de juillet.



Samedi, le temps du doute...

Sous le soleil radieux de Pralognan, la carotte entourée de ses amis et de sa maman, n'est pas au mieux de sa forme... Un blocage des cervicales et de toute la partie supérieure gauche me fait des misères depuis maintenant 8 jours. Impossible de tourner la tête et de me servir correctement de mon bras gauche malgré l'intervention de l'osthéo.
A l'instar de la douleur, la question est lancinante : "Vais-je pouvoir prendre le départ demain, pour une course de 72km et 3800m+"? Mais la réponse qui suit est à chaque fois la même : comment ne pas tenter l'aventure sur un terrain de jeu aussi fantastique! Le Tour des Glaciers de la Vanoise... Rien que le nom de la course fait rêver. Et puis l'an passé les alertes orageuses nous ont privé de ce parcours mythique! Alors quoiqu'il arrive, je prendrai le départ et j'aviserai le moment venu...
Flo, Elie et moi allons donc retirer notre dossard avant d'enfiler l'éternel plat de pâtes rituel de veille de course.
Accompagné pour ma part, d'une bonne dose de cheval d'anti inflammatoires.

Dimanche, l'heure des réponses

Le départ

Il est 3h30 quand le réveil sonne. Silencieusement, consciencieusement, chacun revêt ses habits de lumière: cuissard, t-shirt, manchons, buff, chaussettes, guêtres, casquette vissée sur la tête, pieds enduits de noc, la panoplie complète du parfait traileur est de rigueur pour cette longue journée qui s'annonce. Un petit déj rapide, j'enfile ma 2è dose de cheval d'anti inflammatoires et nous rejoignons nos condisciples sur la place de Pralognan. L'ambiance est comme à son habitude, cordiale.
5h : dernières congratulations entre Flo, Elie et moi puis les fauves sont lâchés!

Première ascension
L'aventure commence par 1100m+ jusqu'au col de la Vanoise à travers un sentier assez étroit pour les quelques 450 coureurs que nous sommes. Mais l'heure n'est pas aux incivilités. Ici, chacun sait que la route est longue avant de boucler la boucle. Alors on emboite le pas de celui qui est devant, on s'excuse, on laisse passer. Bref, un départ comme on les aime. Tandis que Flo prend le large avec le groupe de tête, Elie se cale quelques dizaines de mètres devant moi. J'emboite le pas d'une autre coureuse, Claudine Trécourt, qui me convient parfaitement : une montée énergique mais régulière, sans se mettre dans le rouge. Une allure de fille quoi...
Sur le chemin je retrouve quelques connaissances : j'aperçois Thierry des 3D Trail qui me salue, puis Dom avec qui je partageais mes innombrables tour du Parc de la Tête d'Or autrefois. Nous atteignons le magique Lac des Vaches puis le col de la Vanoise à 2500m où je rejoins Elie.
Le Lac des Vaches

Premier ravito, premier contrôle puis nous repartons pour 14km en direction du refuge de l'Arpont sur une partie plus roulante. L'occasion de courir un peu, toujours aux côtés de Claudine puisque notre allure est identique. Son pied montagnard (elle habite à Bourg Saint Maurice) se révèle efficace dans les gros blocs de pierres que nous traversons sur cette section! J'ai du mal à suivre et manque d'assurance avec mon épaule gauche en vrac. Je la rejoins donc une fois le pierrier franchi.  Les km s'égrènent tranquillement, jusqu'au  refuge (km 21) où nous rechargeons un peu en eau. Les paysages sont grandioses depuis le col de la Vanoise, les glaciers se découvrent au fur et à mesure, accueillant les premiers rayons du soleil teintés de couleurs orangées. Dommage que mon torticoli m'empêche de regarder autour de moi et de lever les yeux car le spectacle est vraiment magique!

Refuge de l'Arpont - Refuge de Plan Sec : la course commence
C'est reparti pour 15km entrecoupés d'une ou 2 belles grimpettes sous le soleil qui commence à chauffer. Je trempe ma casquette dans l'eau glacée des torrents pour maintenir la t° du cerveau (ça peut toujours servir!). Claudine passe derrière moi dans les montées, histoire qu'on se relaye un peu. J'essaie d'imprimer à mon tour un rythme régulier. Tout pourrait rouler pour le mieux dans le meilleur des mondes... Oui mais voilà ... je le ressens depuis un moment mais je tente de ne pas y penser .... j'ai mal au ventre...
Sans doute l'effet implacable des anti inflammatoires sur mon petit ventre sensible. Le temps passe et les choses ne s'arrangent pas. Pourtant, à quelques km du troisième ravito, je me sens vraiment bien physiquement, prenant progressivement mes distances avec Claudine dans un faux plat montant jusqu'à ne plus la voir. A l'approche de Plan Sec, je me motive en pensant à ma copine Maud Giraud qui m'attend de pied ferme. J'atteins Plan Sec (km 36) en tête chez les filles, Maud et ses filles sont là pour m'encourager. Elle attrape mon sac au vol pour remplir ma poche à eau tandis que je me jette dans les toilettes, les boyaux tordus. Exactement le même scénario que l'année dernière! Zut!
J'avale 3 abricots secs et je reprend ma route sous les applaudissements. Maud fait quelques foulées à mes côtés et me lance un "prend soin de toi ma belle!" Ok message reçu on va tâcher!

Refuge de Plan Sec - refuge de l'Orgère : une section tord boyaux
Une section de 15km surplombant le lac du Plan d'Amont nous hisse - après quelques hésitations - sur la direction à prendre jusqu'au col du Barbier à 2400m. Je me joins à 2 coureurs sympathiques histoire de ne pas me perdre au milieu de la montagne. Mon ventre fait des siennes même dans les montées. A tout hasard, je demande à mes 2 compères s'ils n'ont pas un smecta qui traîne dans leur sac. Et comme tout traileur averti qui se respecte, l'un d'eux me répond oui!
Gentillement il me lègue un précieux sachet. Je met la poudre directement dans la bouche, un peu d'eau du camel puis me gargarise.  Malheureusement, le smecta tant espéré ne fait pas son effet... 1/4 heure plus tard, je suis obligée de les abandonner pour faire une pause urgente ! Une fois repartie je les aperçois au loin et me met en tête de les rattraper. Ce que je fais dans la grande descente qui nous conduit à travers les bois jusqu'au refuge de l'Orgère. Une descente de 500m - qu'il faut gérer car la suite s'annonce très corsée!
J'atteins le ravito de l'Orgère en compagnie de Matthieu (dont je ne connais pas encore le prénom à ce stade de la course!) et sous les applaudissements des bénévoles. Tant d'encouragements font vraiment plaisir. Le temps de boire un mélange coca / eau plate censés faire du bien à mes boyaux et nous attaquons tous les 3 la montée d'enfer jusqu'au col de Chavière....

Refuge de l'Orgère - refuge de Péclet-Polset : l'ascension finale

Nous voilà unis dans la difficulté... Tous les 3 décidons de nous lancer dans l'ascension du col avec prudence. Il y a 900m+ et nous sommes déjà à 51km de course. Pas le moment d'y laisser des plumes car il faut penser aux 14km et 1400m- de descente qui nous attendent derrière le col avant de rejoindre la ligne d'arrivée... Je repense à Dawa, qui grapille souvent des places dans les descentes et me dis que je n'aimerais pas voir débouler une fille à toute allure à quelques km de l'arrivée! Une première grimpée nous conduit à mi-hauteur. L'occasion de voir au loin le sommet de la difficulté! Pas une mince affaire ce col! Chacun notre tour, nous passons devant pour varier les plaisirs et imprimer un rythme constant. Je suis souvent obligée de m'arrêter pour laisser mes boyaux se reposer un peu. A chaque fois, les garçons m'encouragent et me pousse à avancer. J'apprécie leur présence et leur solidarité. Allez Caro, en haut c'est fini, après tu n'as plus qu'à dérouler...
Un dernier raidillon nous conduit au pied du col, dans un névé. Mes 2 coéquipiers sont exténués, à mon tour de les encourager. Nous franchissons le col, je regarde ma montre : 9H15 de course. Un dernier coup d'oeil en arrière, personne à l'horizon en contre bas. Il est temps de descendre vers le dernier point de contrôle quelques centaines de mètres plus bas : Péclet Polset.
Dans la descente, je m'égare à travers les rochers et entraîne Matthieu dans mon sillage. Heureusement, quelqu'un nous fait signe tout en bas qu'il faut revenir vers la droite. Je peste de perdre quelques précieuses minutes! Un peu plus bas, spectacle étrange et magnifique : nous traversons une vallée de cairns, d'innombrables cairns qui balisent le chemin... témoins du passage de centaines d'amoureux de la montagne.
Péclet Polset... Dernière étape d'un long périple. J'arrive en frissonnant, toujours une barre lancinante au ventre. Une nouvelle fois, je confie mon sac aux bénévoles pendant que je m'enferme dans les toilettes. J'ai envie d'y rester des heures mais je sais que je suis en train de perdre un temps précieux. Et encore une fois, impossible de manger autre chose que quelques abricots secs. Je remercie chaleureusement les bénévoles et randonneurs présents qui applaudissent avant d'entamer la descente, seule, laissant mes 2 compères au ravito.

Peclet Polset - Pralognan : une descente ébouriffante
C'est parti pour plus d'une heure de descente ! Le large chemin est emprunté par de nombreux marcheurs qui me regarde avec un mélange de curiosité (une fille... 72km... faut être timbrée), de compassion (ils doivent lire dans mes yeux que le chemin a été long et semé d'embûches) et d'enthousiasme. Les plus vifs encouragements viennent d'ailleurs souvent des femmes (solidarité féminine oblige). Un jogger qui montait décide de faire 1/2 tour pour m'accompagner quelques km mais il est difficile pour moi de tailler la bavette à ce stade de la course. Il finit par regagner sa voiture garée un peu plus bas après avoir immortalisé le moment avec son appareil photo.
Matthieu me rejoins progressivement, lui aussi, les traits marqués par l'effort. Quelques km plus bas, nous atteignons le hameau des Prioux où j'aperçois maman. Ca sent la fin tout ça! Mon coéquipier m'annonce encore 25mn. 25mn à tenir jusqu'à la ligne salvatrice, 25mn à se retourner régulièrement pour voir si une silhouette féminine ne pointe pas à l'horizon et 25mn à se retenir d'aller aux toilettes...
Nous aperçevons les premières habitations, le camping, le pont... Ludo Pommeret, grand vainqueur arrivé plus de 2H avant est là pour nous applaudir. Un virage et nous voilà dans la rue principale de Pralo sous les tintements des cloches et la chaleur des applaudissements des spectateurs et de mes amis! Quel soulagement de voir l'arche jaune. Main dans la main et bâtons brandis vers le ciel, nous franchissons la ligne en 10h30mn10sec à la 23è position au général (et 1ère chez les filles).
Crédit photos : Photogone

Quelques mots au micro de Philippe Delachenal (GO du TGV... pour parler en abbréviations)
Un squatt dans les WC publics (avec l'envie de vomir qui s'ajoute au reste), une douche pour se réchauffer
Et voilà Elie qui arrive, 37mn après moi sous une pluie battante et l'orage qui gronde.

Mon bilan :
Quelques chiffres à mon actif :
- conso pendant la course : 2 gels, 2 barres (dont une pas finie), 1 pâte de fruit, une dizaine d'abricots secs.
- Arrêts urgents : 3
- Km parcouru : 73, D+ : 3800m, heures de courses : 10h30
=> ratio calories consommées / calories évacuées = hmmm je vous laisse faire le calcul mais une chose est sûre ... "j'avais pu d'jus à l'arrivée!"

- Une multitude de remerciements aux bénévoles sur le parcours qui ont tous été plus gentils les uns que les autres et qui ont dû affronter les intempéries de fin de journée
- Un immense bravo et respect pour tous les coureurs qui sont arrivés après parfois plus de 15H de course, sous l'orage et dans la nuit!
- Mes félicitations à mon pote Flo qui termine de la plus belle des manières sur le podium en 3è position!!
- Mes excuses à Elie pour ne pas l'avoir fêté comme il se doit à l'arrivée (la carotte était vraiment cuite à ce moment là)
- Merci à Maman et Julie pour les encouragements, l'assistance, les repas, les médocs etc...
- Merci à mon fournisseur officiel de smecta et à Matthieu pour le (long) bout de chemin partagé, RV fin aout à l'UTMB!

- Une course à inscrire dans son calendrier tant par la beauté des paysages, que la difficulté du parcours et l'ambiance conviviale et sans prise de tête qui règne parmi le peloton...

Reste maintenant à se reposer pour donner un peu de vacances à mes vicères et à mon dos qui ont pris cher ce we !

Le trio Zoom Zoom Husky : Flo - Caro - Elie

18 commentaires

Commentaire de shunga posté le 06-07-2009 à 20:08:00

bravo !
je sais pas ce qui m'impressionne le plus, la course en 10h30 ou le smecta à sec...

Commentaire de Théophile posté le 06-07-2009 à 20:13:00

SMECTA POWER !!

Pour moi c'est 2 avant chaque course, bon moi je les mets dans un verre puis je dilue avec de l'eau, mais ça m'est deja arrivée de les prendre direct dans la bouche quand je n'avais pas de gobelet.

Je pense qu'on devrait faire un groupe facebook pour ça.

Commentaire de gilou01 posté le 06-07-2009 à 20:56:00

bravo pour ta course et ton récit un trail de plus a decouvrir

Commentaire de jepipote posté le 06-07-2009 à 21:02:00

félicitations, tu mérites aussi un post à ton noms pour cette superbe course!!
décidément nous sommes entouré de championnes!

Commentaire de jepipote posté le 06-07-2009 à 21:02:00

félicitations, tu mérites aussi un post à ton noms pour cette superbe course!!
décidément nous sommes entouré de championnes!

Commentaire de Olycos posté le 06-07-2009 à 21:03:00

Bravo pour ta course et ce récit.
Merci...

Commentaire de frankek posté le 06-07-2009 à 21:14:00

Ton fournisseur officiel de SMECTA te souhaite de bien récuperer et souhaite rajouter " BRAVO "
pour ta perf...faudra regler tes p'tits problèmes intestinaux pour ta coursette du mois d'aout ;)
frank

Commentaire de laurent05 posté le 06-07-2009 à 21:18:00

bravo et félicitation pour ta victoire
aussi rapide en course que pour faire les récits
bonne récup

laurent

Commentaire de Fifi_brindacier posté le 06-07-2009 à 21:30:00

Bravo Carotte!!!! Quelle course, chapeau, chapeau!

Plein de bises et bonne recup!

Commentaire de BENIBENI posté le 06-07-2009 à 21:31:00

Bravo, encore une belle victoire !

Commentaire de LtBlueb posté le 06-07-2009 à 21:40:00

sacrée championne ! 10h30 sur un tel parcours , ca cause ... bravo !

Commentaire de Jay posté le 06-07-2009 à 23:40:00

yep... bravo ! encore une fois une belle leçon de perseverance ...

chapeau et on suit la prochaine avec grand interet :-D

Commentaire de VB posté le 07-07-2009 à 11:27:00

félicitation pour cette magnifique victoire !!!

Commentaire de eric41 posté le 07-07-2009 à 12:00:00

Bravo Caro pour cette victoire.
Merci pour le CR de cette très belle course.
Eric

Commentaire de Land Kikour posté le 08-07-2009 à 21:08:00

Quelle leçon, bravo !!
Trés jolie récit et toutes mes félicitations pour cette superbe course.
Bonne récupération.
Olivier/Land

Commentaire de jonny13 posté le 09-07-2009 à 06:04:00

Bravo carotte tu sais souffrir , chapeau pour ton courage .
jonny13

Commentaire de Kevin99 posté le 09-07-2009 à 22:13:00

Bravo Carotte pour ta course et merci pour ta CR

Commentaire de Khanardô posté le 10-07-2009 à 09:14:00

Et allez... Encore une place de première pour une kikoureuse !
Toutes mes félicitations !
(Pour l'anecdote, l'an dernier sur cette même course, mes boyaux à moi m'avaient aussi joué de vilains tours...)
Alain

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran