Récit de la course : La Course nature du Charavan - 21 km 2009, par torchure

L'auteur : torchure

La course : La Course nature du Charavan - 21 km

Date : 5/7/2009

Lieu : Moingt (Loire)

Affichage : 1090 vues

Distance : 21km

Matos : Trabucco (un peu limite sur les racines mouillées)

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Course du Charavan 2009

Course du Charavan – 21km 560mD+ 

Il y a un petit mois, j'ai participé au trail de Sail en Couzan (21km) où j'ai fini à moins de 9 minutes de Lionel.  Suite à ce résultat, je me suis donné un objectif : Le 5 juillet sera l'occasion de rattraper Lionel ! Pour atteindre cet exploit, j'ai mis en place un entrainement basé sur le dénivelé avec 2 séances de fractionnés en côtes et une sortie longue par semaine. (110km sur juin)

 

C'est donc "affuté" que j'espérai prendre le départ de cette 4eme course du Charavan au côté de Lionel. Malheureusement, une semaine avant l'objectif, ce dernier m'annonce un imprévu !! Quelle déception !!! Tant pis pour mon objectif…

 

Dimanche 5 juillet. C'est sous un soleil de plomb que nous prenons la route pour Montbrison. Il est 8h45 et le thermomètre indique déjà 21°. Le départ est prévu à 9h30.

 

Le stade de Montplaisir commence à se remplir, il y a plusieurs courses de prévu 5, 12 et 21km avec un départ commun.

Je retire mon dossard accompagné du cadeau de bienvenu (un tshirt aux couleurs du club organisateur) et retourne à la voiture pour me changer. Le retour au stade servira d'échauffement avec un petit arrêt pour s'étirer.

 

Le départ est imminent. Un petit bisou à ma fidèle supportrice…. Les coureurs se sont placés sur la ligne de départ. Fidèle à mes habitudes, je me place en fond de peloton juste avant les 2 chevaux  qui vont fermer la marche.

 

Au coup de starter tout le monde s'élance. Du fond du peloton, nous pouvons voir la tête de course accélérer pour négocier au mieux le premier virage à la sortie du stade.

Un petit sourire à ma petite photographe…. Et je me mets à courir…

 

Comme il y a plusieurs courses (plus ou moins longue) il y a beaucoup de différence de niveau entre les coureurs. Je décide donc d'accélérer un peu pour me placer avec des coureurs du 21km.. mais c'est assez difficile de repérer les petites croix rouges dessinées sur les dossards. Je décide donc de courir au feeling… Les premiers kilo se passent en sous bois en légère montées. On traverse un petit ruisseau en passant sur une passerelle en bois relativement glissante… La chaleur commence à se faire sentir.  Je ne me sens pas trop mal.

La bifurcation du parcourt du 5kilo allège un peu le gros du peloton.

Une bonne grimpette nous amène à Ecotay  où une belle chorale nous accueil en chantant 'j'ai la rate qui s'dilate….." De nombreux spectateurs nous applaudissent. L'ambiance est vraiment bonne.

Les bénévoles  sont très accueillant !

J'en profite pour envoyer un texto sur le suivi en live du blog parlant du soleil très présent….

Je commence d'ailleurs à souffrir de la chaleur. Une bonne montée en goudron (une des seules portions goudronné) me donne l'occasion de parler technique avec une féminine qui me dit préférer courir dans les montées plutôt que marcher facilitant ainsi les relances même si j'avance aussi vite qu'elle en marchant…. Elle ne t'ardera pas à me démontrer le bien fondé de ses propos !!

Après une succession de montées/descentes se présente une grosse montée dans des chemins ravinés par les dernières pluies. La chaleur devient étouffante. Les coureurs marchent péniblement quand quelques gouttes de pluie commencent à tomber. L'atmosphère se fait plus sympa.. je commence à doubler quelques personnes avant de me mettre dans la roue d'une féminine.

Nous arrivons sur un replat au niveau du ravito juste quand la pluie se met à redoubler d'intensité. Deux petites filles nous tendent des éponges alors que la pluie s'abat sur elles…..

La bifurcation du 12 et du 21km se fait donc sous la pluie. A mesure que nous avançons, la pluie semble s'intensifier. De mouillé, nous devenons trempés ! Le poids des habits, chaussures et sac à dos trempés commence à peser… nous n'arrivons plus à voir où nous posons les pieds.

Nous accélérons l'allure comme si nous espérions aller plus vite que l'orage… Les chemins deviennent vraiment glissants. Des torrents de boue dévalent les chemins en sous bois. Bizarrement, je me sens bien malgré une pointe d'inquiétude pour Fabi qui doit m'attendre quelque pars sous la pluie le long de la route… mais où d'ailleurs ? je ne l'ai pas vu au premier point de rendez vous…..

La pluie continue à tomber, je regrette de ne pas avoir d'appareil photo étanche pour partager ce moment si particulier. Je décide d'envoyer un texto au suivi live malgré la flotte qui tombe sur mon portable… (de toute façon, il n'était déjà plus à l'abris dans mon sac à dos trempé).

 

En haut d'une cote, nous rattrapons un coureur et nous le suivons. La pluie vient enfin de cesser… le soleil est bien à l'abri sous un manteau de nuage. Nous surplombons la plaine. La vue est sympa.

 

Je commence à fatiguer un peu et je ressens le besoin de m'isoler dans ma bulle. Je décide de mettre mon lecteur mp3 (MP3 : gun's roses) que je n'avais pas encore allumé (une grande première : faire autant de kilo sans musique…). Notre petit train continu sa route. Des tours et des détours nous emmène à un autre ravito où nous nous arrêtons quelques secondes pour discuter avec les bénévoles. L'un d'eux nous indique que tous les coureurs sont passés au croissement précédent signifiant que nous sommes dans les derniers…… Mes deux "lascars" s'empressent de repartir sur les chemins détrempés…

 

Arrive enfin l'un des plus beaux passages de la course : une descente magnifique. Un sous-bois nous offre un chemin raviné de toute beauté. Le coureur de devant est d'un coup moins à l'aise en descente et nous le doublons… puis la féminine commence à son tour à être un peu trop prudente à mon gout… et surtout je prends un coup de folie, je la double  et je me met à accélérer… en descente, dans les cailloux glissants avant de traverser une petite passerelle (19,6km/H) puis d'entamer la montée suivante sur un train d 'enfer… le parcourt est exigeant mais tellement ludique : courtes montées, courtes descentes, traversés de rivières (sans pont)…. Je suis comme un gamin et ris aux éclats !!!

 

Au détour d'un chemin, et à bout de souffle, je me colle dans la roue d'une féminine qui semble ralentie par les énormes et profondes flaques qu'elle contourne pour ne pas se mouiller les baskets.... Euh !!!! vu l'état des miennes... je me pose même pas de question et je vais droit dans la flotte !!!!

 

(MP3 : Kalaan)

 

Nous rejoignons ainsi un hameau avec un ravito où je m'arrête quelques secondes pour manger une petite figue. Je rejoins la féminine dans la descente suivante où une petite rivière nous attend. Deux options : la passerelle de gauche (détrempée et semblant être glissante) ou la traversé de rivière droit dans la flotte…. On prend chacun notre option favorite et je me retrouve de l'autre coté de la rivière les pieds un peu plus trempés en train d'attaquer la montée à vive allure (quand je dis "vive"….. c'est toujours selon mon niveau bien entendu).

 

Je me recolle de nouveau à une féminine (vous allez me dire : "il passerait pas son temps à courir après les filles ???") pour finir cette grosse montée qui nous amène au dernier ravito (le premier aussi du fait de la boucle que nous venons de faire) La pluie ayant repris de nouveau, nous n'aurons pas le plaisir d'entendre l'orchestre.

 

Un petit passage sur le goudron commence à avoir raison de moi, je commence à bien faiblir et les jambes me font mal….). Le panneau indiquant les derniers 5kilo est dépassé… et je sature…

 

Quand soudain, j'aperçois une forme bizarre le long de la route…. Mais oui c'est ma supportrice de choc sous sa cape de pluie !!! Elle aura tenu compagnie au bénévole sous l'orage pendant 1h30 !!! MERCI BEAUCOUP !!!!!

Un petit mot d'encouragement, une petite tape dans la main  me redonneront de la force !!! Et c'est regonflé à bloc que j'aborde ces 4,5 dernier kilomètres. Je commence par doubler la féminine et j'aperçois devant 3 gars… J'accélère encore un peu (mon garmin annonce 4 min au kilo)… le sentier est sympa… entre les arbres, les flaques et les cailloux…. Je me rapproche de plus en plus et je profite qu'ils soient tous du même coté du sentier pour les déposer… Je me force à ne pas diminuer l'allure… Mais j'ai l'impression que mon dernier dépassement n'ai pas plu à l'un des coureurs qui revient assez vite sur moi…. Alors qu'il me double, je me prend le pied droit dans un caillou et je m'entend dire : JE VOOOOOOOLLLLLLLLLLLLLLLLLE !!!!!!! Après un atterrissage plutôt réussi car je ne suis pas tombé (OUF !) je lève un peu le pied et décide de ne pas m'accrocher au coureur (en même temps je n'y serai pas arrivé)…

Plus l'arrivée approche et plus je ralentis. La dernière côte se fera en mode marche. Je passe la ligne d'arrivée dans l'indifférence totale alors que la remise des prix a débuté (ça fait bizarre…)

 

Pensant qu'elle avait largement le temps, Fabi me rejoindra une fois mes étirements terminés.

 

La pluie vient perturber la  fin de la remise des prix alors que nous dégustons une bonne assiette de chili, fourme, pêche et cerises. Les premiers et derniers seront récompensés; très sympa !!!

Un bonne douche bien chaude et nous rentrons à l'abris…

 

Au final :

-          21km 688mD+ en 2h19 soit 47eme sur 60

-          Un tracé super ! surement le plus beau de ma petite carrière de coureur

-          Des bénévoles très sympa et courageux !!!

-          Des spectateurs en nombre sur la première partie du parcours (a cause de l'orage…)

-          une ambiance superbe

 

UNE COURSE A RECOMMENDER

C'est obligé, l'année prochaine j'y retourne et surement pas tout seul !!!!!!

    

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran