Récit de la course : Trail du Cousson - 23 km 2009, par louistan

L'auteur : louistan

La course : Trail du Cousson - 23 km

Date : 5/7/2009

Lieu : Digne Les Bains (Alpes-de-Haute-Provence)

Affichage : 892 vues

Distance : 23km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon premier Trail....

Lever 05 heures et rendez-vous à Martigues chez Jo, un collègue, que j'accompagne sur ce Trail. A 07h30, arrivée à Digne les Bains sous un soleil radieux et quelques degrés de moins qu'au bord de la côte. Les organisateurs ne sont pas encore arrivés.

Nous allons prendre un bon petit déjeuner, le départ n'a lieu que dans 2 heures.

Ensuite nous récupérons nos dossards et nous commencons à nous équiper. Autour de nous, les autres concurrents s'affairent. Certains semblent vraiement affûtés.

A 09 heures 30, c'est le départ.

Tous les concurents, ceux du 23 et ceux du 14 partent ensembles. La séparation intervient au dixième kilomètre.

Le départ est assez roulant, alternant route et sentiers.

A partir du Km 5, après le premier ravittaillement, la piste forestière commence à grimper. Sur 3 km environ, c'est en plein soleil que la progression s'effectue, il commence vraiement à faire chaud. Les écarts se creusent. Tous les concurents sont encores mélangés et nous ne savons pas qui fait la grande boucle et qui fait la petite.

C'est là que les difficultés vont commencer.

Après une biffurcation à droite, le sentier s'élève dans la forêt, avec de multiples épingles à cheveux. Il y a un concurrent derrière moi et deux autres un peu plus loin.

J'arrive à tenir le rythme quelques centeines de mètres, puis je me serre pour le laisser passer. Je commence vraiement a avoir les jambes lourdes. Je m'arrête pour marcher de plus en plus souvent. Deux autres concurents me rattrapent et me double. Je commence avoir vraiement de la difficulté a progresser et pense même a biffurquer sur le petit parcours.

Enfin, le panneau "rativo 200 mètres". C'est une rampe qu'il faut gravir pour y accéder. C'est là que les parcours séparent.

Ca fait 55 minutes que je cours, je suis en avance sur mon objectif (10 km/h).

Je prend un verre de boisson énergétique, puis me mouille le visage. Je discute un peu avec les bénévoles. Ca va mieux. Je récupère rapidement.

Je décide finalement de continuer sur le grand. J'ai une boucle de 8 kilomètres à faire avant de repasser où je me trouve et basculer sur Digne, l'arrivée.

Au bout de deux minutes, je repars tranquillement. Le chemin est presque plat et ça aide à récupérer. Un concurrent se trouve à 100 mètres devant moi.

Je recommance à trouver des sensations. Le parcours est sublime.

Je rattrappe le concurrent, court un peu à ses côtés et le dépasse.

Arrivé au fond du vallon, bifurcation à gauche et là on attaque la progession vers le sommet. Au début la pente est modérée, puis  au bout de quelques centaines de mètres, ça devient très raide. Il faut parfois y mettre les mains pour franchir les marches.....C'est très dur et la marche remplace la course. Le concurrent que j'ai dépassé est loin derrière, je ne le vois plus.

Enfin le sommet est en vu. Je rattrape un autre concurent qui m'avait dépassé alors que j'étais en difficulté.

J'arrive au sommet et je m'arrête 30 secondes pour admirer la vue. Après tant d'effort c'est encore plus beau.

Il faut déjà repartir et attaquer la descente. C'est très raide (plus de 60%). Je ne sais pas descendre et je me fais rattraper par le concurrent que j'avais dépassé. Il me double. Je ne sais pas comment il fait pour courrir dans une telle pente. Je commence à avoir mal aux aducteurs.

J'arrive enfin au ravitaillement. Il reste 4 kilomètres, mais je ne sens plus mes jambes. Je m'arrête pour souffler et je reparts.

Le descente est très raide, en lacets dans la forêt. Nous sommes encore très haut et les organisateurs ont annoncé une descente très technique.

La pente se calme, un peu de répis pour mes jambes.

La fatigue m'a envahie  et je cours comme un automate. La crampe n'est pas loin, pourtant je me suis bien hydraté.

Soudain, mon pied bute dans une pierre. La chûte.......J'ai une main éraflée, le coude écorché. Je me relève, me traite de tout les noms et je reparts.

La pente s'accentue. Je n'arrive plus à courrir, j'ai peur que mes aducteurs ne lâchent.

Je vois un organisaeur au bord du chemin et il m'encourrage. C'est la fin, encore quelques lacets, je vois les toits des maisons se rapprocher.

Je passe l'arrivée en 16ème position. Je suis vidé et file au ravitaillement. il m'aura fallu 2h22 d'effort.

Que c'est dur mais que c'est bon.

Mon collègue Jo arrivera 25 minutes après moi.

Je fais 2ème V2M. Je suis content d'avoir réussi mon premier trail.

 

 

2 commentaires

Commentaire de Claudius posté le 06-07-2009 à 21:38:00

félicitations pour la perfomance.
tout pareil à toi , je me suis torturé le cerveau pour négocier la descente du cousson, et j'ai perdu 4 places .
La deuxieme du classement féminin m'a doublé en descendant en zig-zag pour atténuer la pente.
Une épreuve magnifique et une organsation parfaite.
Claudius

Commentaire de Lucien posté le 07-07-2009 à 21:55:00

Bravo louistan, beau récit, une pente à 60%, hé ben dit donc, ça ne rigole pas. Tu en as chié mais tu as réussi. Un VH2 ne lâche jamais, très bien et bonne contination dans les trails et les courses natures. Salut.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran