Récit de la course : Grand Duc de Chartreuse 2009, par Génep

L'auteur : Génep

La course : Grand Duc de Chartreuse

Date : 28/6/2009

Lieu : St Pierre De Chartreuse (Isère)

Affichage : 1090 vues

Distance : 76km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Salut tout le monde,

En guise de compte rendu, je vais vous résumer notre journée et ma course sur les chemins du Grand Duc.

Tout commence à St Même où nous allons voir les copains solos et duos. Ludo, Manu et leurs (grandes) familles sont là. Vinay en force ;)

Ce coin de Chartreuse est MAGNIFIQUE.

 

Arnaud, Toto et Guillaume sont déjà passés, nous voyons Greg qui a la pèche et 1h d’avance sur son temps prévu ! (Il fait le premier relais en duo). Pepe, Eric, Christian et Patrick suivent. Tout roule.

Nous ne verrons pas Marie, ma co relayeuse. Je vois déjà certaines langues dirent : « pourquoi il n’assure pas le premier relais, ce serait plus logique » ;) Je remplace au pied levé Patrice qui s’est fait mal au dos et Marie souhaitait faire le plus long. Pour ma part, ça me va bien puisque je dois faire le 40 km sur l’Annécime dans deux semaines.

Direction ensuite St Pierre avec Sandra. Nous allons voir les premiers solos et les premiers relais. Olivier Cordeuil est (logiquement) en tête avec 20 min d’avance sur le second qui semble frais. Fabien Hobléa suit avec déjà une bonne heure de retard. Un joli podium se dessine !

Les solos arrivent petit à petit. C’est le moment de la visite médicale pour tous les solos à ce moment de la course.

C’est agréable pour le public de voir les coureurs au départ, à mi course et à l’arrivée en un même point.

Les premiers duos arrivent, le premier mettra plus de temps qu’Olivier !! C’est dire le rythme qu’il impose !

Marie pensait mettre entre 7 et 8 h pour son relais. Mais tout le monde a du retard sur ses prévisions avec des descentes rendues très très techniques par la boue et le lapiaz mouillé.

Je vois Arnaud qui pense qu’elle arrivera plutôt entre 15 et 16h. Il faut gérer cette longue attente, toujours difficile à apprivoiser.

Marie arrive effectivement après 15h, fatiguée mais avec le sourire. Je l’accompagne sur les derniers mètres de son relais et hop je mets les gaz pour 31 km et presque 1900 D+.

Cette course est un peu une répétition générale pour l’Annécime, c’est un bon entraînement très costaud. J’y vais sans ambition mais avec beaucoup d’envie, je suis bien fatigué en ce moment et les sensations ne sont pas top à chaque sortie depuis Luchon..

Je mets le son sur le mp3 (ma compile favorite) et je me mets en mode Saintélyon 2008. J’ai l’avantage de connaître le parcours hormis les 2 premiers kilos.

Les 2 premiers kms en descente et sur plat servent d’échauffement à un bon rythme.

La forme ne semble pas trop mauvaise même si j’ai les jambes lourdes avec la chaleur et l’attente à gérer.

J’attaque la montée du Charmant Som que j’avais trouvé assez « roulante » en reco. C’est devenu un bourbier avec les multiples passages des coureurs et l’orage de vendredi. Autant dire que j’oublie le terme « roulant », le début est pénible puis je prends mon rythme en courant sur la première partie puis en alternant marche et course. Je double beaucoup, je m’excuse beaucoup sur ce single très étroit et je pose beaucoup les mains pour éviter de basculer un plus bas :)

Mais le pénible devient pas mal puis bien, la musique me donne le tempo.

J’ai un coup de mou sous les dalles, logique, j’ai fait le forcing jusque là. J’ai d’ailleurs stoppé le mp3 pour être plus à l’écoute de mes sensations.

Je grimpe la fin du Charmant Som plus péniblement et à un ryhtme bien inférieur. J’ai repris Patrick et Guillaume. Ils en sont déjà à plus de 50 km.

Je suis au sommet depuis St Pierre en 1h 20.

Je commence la descente plein pot dans l’alpage, je suis au ravito et je retrouve Toto.

Un coca, du saucisson, de la pomme, on discute, Toto semble frais comme un gardon !

Je repars, j’ai annoncé environ à Sandra en 1h30 entre St Pierre et le Col de Porte mais j’ai quelque peu oublié la partie allant de St Pierre  au pied du Charmant Som et surtout le temps supplémentaire à intégrer dans cette montée avec ce chemin bourbier. Je me bouge les fesses pour être à peu près à l’heure. J

Je remets la zic et c’est parti pour 25 min de descente à un bon rythme serein sans se casser. Le ski me sert ici beaucoup sur les lapiaz mouillés, dérapages plus ou moins contrôlés.

J’arrive au Col de Porte en 1h 45 assez frais mais je risque de payer ce forcing de la descente même si je suis surpris (agréablement) de ma gestion de la descente.

Sandra me remplit ma poche et je débute un nouveau trio saucisson / coca / fromage, miam :)




 

C’est reparti, je pense mettre 1h30 entre le Col de Porte et St Pierre, cette partie est plus roulante pour un kilométrage à la première partie (répartition 15 km / 15 km).

Cette montée est comme lors de la reco assez pénible. Je paie ici mon effort précédent mais je me doute que la forme reviendra. Pas de musique, je suis à l’écoute.

A la cabane, (dernière grosse difficulté en terme de D+), je m’asperge d’eau à l’aide la source, je souffle un bon coup et c’est parti sur ce single très ludique. Il me faudra 10 bonnes minutes pour être dans le rythme.

Alors que je doublais sans cesse logiquement les solos mais aussi les duos et relais à 5, un premier relais à 5 me donne du fil à retordre. Tant mieux, ça m’évitera de m’endormir. Il me relance d’ailleurs, je m’accroche au début puis je le passe  avant qu’il ne craque.

Quelques mètres plus loin en lui indiquant la prochaine difficulté (le col de l’Eimendra du Dessus), je loupe le single et je fais un superbe 360° au sol ! J’en perds mes lunettes !

Je me remets en selle et c’est reparti. Ouf !

Je relance, les sensations sont redevenues bonnes. Au col de l’Eimendra (que je trouve à nouveau très casse patte comme lors de la reco), il reste 10 km. Je suis sur une base de 3h15.

Mais le chemin emprunté est différent que celui que nous avions emprunté et nous laissons toute la partie de route pour une portion en forêt très cassante mais qui a le gros avantage d’éviter le bitume.

Toutes les descentes sont faites à une très bonne allure, sans jamais souffrir et avec beaucoup de plaisir avec une musique qui va bien.  Je me surprends par ma résistance musculaire alors que c’est mon point faible en trail. Le travail spécifique de côte paie !

Plus que 5 km, ça sent bon, je reprends Arnaud qui est pris de crampes mais qui arrive à assurer les descentes. Aïe mais il fait une très belle course !

Un spectateur m’annonce une grosse bosse. Quelle bosse ? Pas vue sur le profil ! En effet, un gros casse patte qui a le soin de vous ruiner alors qu’il ne reste que quelques kilomètres. J’ai eu une grosse pensée pour les solos qui vont devoir avaler ce bonus après 70 km de course !

Derrière, ça sent bon et l’arrivée proche, on domine d’ailleurs St Pierre.

Je passe la ligne avec la banane en 3h30 pile main dans la main avec Marie, je me suis éclaté dans des paysages somptueux malgré quelques creux.

Pas de courbatures aujourd’hui lundi, repos avec du vélo ici et là et surtout du repos jusqu’à l’Annécime où l’on va s’éclater avec Ludo (qui va cartonner j’en suis sûr !).

Chapeau aux solos, boucler (ou non) 75 km avec plus de 5 000 de D+ dans ces conditions et dans ce massif (cela a une grande importance : difficile de trouver plus technique que la Chartreuse) est digne d’Hercule.

Arnaud termine en 13h, Toto en 13h30, Patrick fait une terrible remontée et termine en moins de 15h avec Guillaume. (temps non officiels !)

Triste pour Eric, Pépé et Thierry qui seront stoppés par les barrières horaires et qui « voulaient » ce Grand Duc pour les 20 ans.

Christian a superbement terminé son premier trail  en s’arrêtant sagement à St Pierre au terme de 45 km et 2700 D+.

Une superbe journée en Chartreuse.

Merci à Marie pour son duo et à Patrice de m’avoir proposé de le remplacer …

Très content de la victoire d’Olivier dans un temps stratosphérique de moins de 10h ! C’est un type humble et qui a un plaisir énorme à évoluer en montagne.

 Le parcours:



 

 

5 commentaires

Commentaire de LtBlueb posté le 29-06-2009 à 23:12:00

chapeau pour ce relais en duo ! tu dépotes tjrs autant !

Commentaire de Pat'jambes posté le 30-06-2009 à 00:05:00

Génial! Content que ça se soit bien passé pour Marie et toi!
Ca respire le bonheur et le plaisir sur les photos!!!

J'en serai presque jaloux tiens (foutu dos grrr....) ;-)

Bonne récup' et préparation de la prochaine course.

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 30-06-2009 à 11:02:00

Punaise, 1h45 pour le relais 4, sachant que tu étais en duo en plus, chapeau...!
Belle course en tout cas !

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 30-06-2009 à 16:25:00

Super forme!

Effectivement, ce fut moins roulant que ce que tu m'avais dit!

Belle 3ème place en tout cas!
Quelle remontée fantastique

à plus

Commentaire de toto38 posté le 30-06-2009 à 17:14:00

Bravo Benoit, T'es toujours aussi fort! C'est sympa comme récit en plus t'as eu l'air facile mon bougre!
vivement que tu le fasse en solo!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran