Récit de la course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise 2005, par DUD

L'auteur : DUD

La course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise

Date : 3/7/2005

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 2179 vues

Distance : 70km

Matos : Addidas SuperNova trail, sac endurance, casquette saharienne, poche 2l, ravito perso

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

TGV 2005

CR un peu plus long, (pas reussi a ajouter les photos sur kikourou)

Pre-ambule
----------

C'est la 2eme annee que je fais du Trail. Habitant la region Grenobloise, je pratique la montagne depuis de nombreuses
annees sous un peu toutes ses formes et en toutes saisons. Je me suis donc dit que le Trail me permettrait d'ajouter une nouvelle corde a mon arc.
Me voila donc en ce samedi 2 juillet 2005 en route pour Pralognan, avec ma femme et ma fille de 1 an.
On a reserve une chambre a l'hotel pour la nuit de samedi a dimanche. Apres le briefing et la pasta party bien copieuse, nous nous couchons de bonne heure, avec notre fille, cad a 21h !
J'ai un peu de mal a trouver le sommeil si tot, mais tant bien que mal, j'arrive a dormir et me reposer.
Reveil naturel avant la sonnerie de la montre. Je m'enferme ds la salle de bain pour prendre mon p'tit dej et me mettre en tenue: cuissard court, maillot manche longue (contre le froid ... et le soleil pr la suite !), sac Endurance, 2l d'eau pure, ravito perso (sucre/sale), trousse de secours, casquette, change (chaussette/tee shirt), et cremes diverses (NOK et solaire), appareil photo dans une pochette accrochee a la ceinture ventrale du sac a dos.
4h30 je quitte la chambre, direction le depart, 10' a pied.
En route je discute avec 2 trailers, et en croise plein d'autres !
Signature de la feuille de course, tout le monde se met sur la ligne de depart, je sors mon APN pour photographier la meute,
clic-clac, je le remet ds la pochette, je saisis la fermeture eclair ... qui me reste dans les mains !!!!
Merci ????light, une pochette neuve !
Me voila donc a 2 min du depart a enlever mon sac a dos, enlever la pochette de la sangle ventrale (sans fermeture plus question de mettre l'apn dedans) ... Du coup, l'appareil restera ds la poche filet du sac a dos, ce qui m'obligera a enlever le sac a dos quasi a chaque tofo ...

5h05 poum le depart !!!


La course
---------

5h05:
Je me suis fait grace a IGN rando, un petit plan de course, avec comme parametres 600m/h en D+, 900m/h en D- et une vitesse sur le plat de 8km/h ... Profil prudent, mais qui sur un si long parcours (je n'ai jamais fait aussi long) devrait bien me convenir, et devrait m'amener a l'arrivee en 14h ... hors pauses !!!!
Pour info, lors de mes sorties longues d'entrainement, le rythme est plutot 800m/h D+ et 1400m D- mais sur 20-30 kms.

Je prend donc le depart sur ce rythme de 600m/h en montee, et tres vite je me retrouve en queue de peloton, croyant meme
etre dans les 3 derniers car le serre file est juste derriere 2 autres traileurs. Mais a la lecture des resultats, il semblerait que certains aient loupe l'heure de depart et soient partis en decale ...
Je monte tranquillou, en me disant que si tout le monde garde son rythme, le troupeau sera au bercail avant 20h ce soir sans probleme !
Je trottine un peu au passage des lacs (?), prend quelques tofos de la Gde Casse, puis j'arrive tranquillement au 1er refuge/ravito en 1h45, soit du 630m/h, pil poil ds les previsions.


6h55:
Rapide ravito, et je repars en trottinant sous le soleil levant. Je rejoins une dame qui doute du sentier a suivre, je verifie sur mon topo, et on repart ensemble sur la bonne route. Puis vient un passage d'un gros pierrier, que mon pied montagnard :=) me permet de franchir assez rapidement (tout en doublant 2-3 personnes). On attaque alors une super partie a 2400m d'altitude, sous les glaciers tombant de l'Arpont.
Il semblerait que le 1er pointage de l'organisation se situe par la, et je passe a 8h09 en 203e position sur 220.
Je trottine toujours sur les parties plates/descendantes, mais je me rend compte que si je trottine aussi sur les parties montantes (qui ne sont tt de meme pas tres pentues), je vais surement avoir du mal
a tenir le rythme jusqu'au bout ... D'autant plus qu'en voulant prendre une photo sans vraiment m'arreter, je me cogne le tibia sur une rocher, et ca fait mal !!! Un peu de sang, mais ca va au bout de 1/4 d'h, tout est rentre ds l'ordre. Mais ca rajoute a mon doute, et je me mets sans trop reflechir en mode "rando" sur toutes les montees
et faux-plat qui vont suivre jusqu'a l'arrivee. Au bout d'un temps certain, je croise des randonneuses qui m'annoncent le refuge de l'Arpont (2e ravito) a 10 min. J'y parviens, il est 9h20, soit 10 min de plus que le planning.

9h30:
Apres avoir nettoye un peu ma plaie au tibia, rempli ma poche a eau, bu un verre de coca, manger qqs babioles et passer un coup de fil a ma tendre pour lui expliquer ma situation (ca va etre long, faut pas m'attendre avant 19h30 !), je repars.
Au bas du refuge, un panneau indique "Plan Sec" (prochain ravito, mi-course) 5h30 ... temps pour le randonneur quidam, perso j'ai prevu le trajet en 3h10.
Le soleil commence a chauffer (je crains pas mal la chaleur) et je suis bien content d'avoir penser a me cremer au refuge, et surtout d'avoir pris ma casquette saharienne, que je tremperai desormais dans quasi tous les ruisseaux rencontres. Il y a un peu plus de trailers sur le parcours et je passe un petit bout de temps avec une dame qui contrairement a moi continue a trottiner assez souvent mais que je n'ai pas trop de mal a suivre avec mon rythme rapide de marche.
Apres une bonne montee et encore pas mal de tofos de prises (enleve le sac a dos, remet le sac a dos ...), on attaque une partie descendante ou je vais enfin recourir, car depuis le depart de l'Arpont je n'ai fait que marcher (~2h).
Encore des photos (en fait j'en prends aussi beaucoup, car je vois une partie du parcours de rando que l'on avait fait avec ma femme en 2003, elle aura droit a un Quizz a l'arrivee !). Bref, on se rapproche sensiblement de la mi-course, je commence a avoir un peu mal aux quadri ds les descentes, pas bon signe. Apres une courte mais raide remontee, j'arrive au refuge du Plan Sec, il est 12h30, soit 15min de plus que les previsions.

12h40:
Apres un bon ravito, du coca, le remplissage de la poche, le cremage solaire, le cremage NOK et le changement de chaussettes, je repars seul du refuge, avec tout de meme en point de mire 2 coureurs, que je rattrapperai dans la montee du col du Barbier. Ces 2 coureurs (des vrais eux) trottinent des que cela leur est possible, meme sur qqs metres parfois, alors que moi a ce moment la, l'idee de courir, meme sur du plat de me vient pas a l'esprit, comme quoi, il va me falloir encore quelques saisons de CAP avant d'avoir le reflexe course plutot que rando sur ce genre d'epreuve !
Juste apres le col, je croise 2 chamois en pause photogenique sur un rocher, je rattrape un concurent qui me dit etre parti bien trop vite, en avoir plein les pattes, et faire des pauses assez souvent. J'espere pour lui qu'il est arrive au bout.
On attaque la premiere vraie descente dixit l'organisateur, bien raide dans les sapins, et il fait bien chaud. Je suis tjrs en compagnie de mes 2 collegues coureur, et au gre des arrets fraicheur ds les ruisseaux, nous arrivons quasi ensemble au refuge de l'Orgere, 50km. Il est 15h05, soit 25 min de plus que prevu. Les jambes commencent serieusement a tirer, surtout les quadri, et surtout a la descente ...

15h15:
Toujours une pause assez rapide (10min), le temps d'effectuer le rituel ravito + poche a eau + cremage, et je repars pour la derniere montee. J'aime bien monter, donc je ne me fais guere de souci pour les 900m de D+ qui viennent, ce sont plutot les 13km et les 1400m D- de derriere le col qui m'inquietent ... La montee s'effectue en 2 temps, un premier raidillon de 500m D+, un faux-plat d'1 km environ puis un deuxieme raidar de 400m D+. Juste avant le faux plat, je double un concurrent qui pensait arriver au col ... Il fut qq peu decu qd je lui ai annonce qu'on etait a peine a mi-parcours de la montee. Je rejoindrai juste avant le col mes 2 compagnons trottineurs qui avaitent fait une pause abregee a l'Orgere. Je suis bien content d'arriver au Col de Chaviere, en 2h (prevu 1h54).

17h15:
Ca souffle un peu au Col, je me couvre, grignotte un peu, me fait prendre en tofo par un des gendarmes postes au col depuis le matin (ils m'apprennent qu'il y a eu 2 evacuation par helico, mais sans gravite tt de meme, et qu'on est sans nouvelle du 2eme serre-file, parti a la bourre depuis Plan Sec). Mon regard plonge vers le Nord et la descente qui doit me ramener au bercail ... J'angoisse un peu car si mes quadri n'on rient dit a la montee, sur le petit faux plat
du milieu ils etaient pas content, qu'est ce que ca va etre dans la descente ...

17h25:
C'est reparti, direction l'arrivee. C'est bien raide au depart, mais c'est bien montagnard aussi, et ca ca me plait bien, et finalement les jambes ne me font pas plus mal que ca ... Du coup, j'essaie de prendre un bon rythme (de marche toujours !), et petit a petit je reviens sur 2-3 concurents, dont un qui voyage depuis la mi-course avec une entorse a la cheville.
A chaque fois, je discute un peu et je reprend mon rythme. Le chemin se fait plus large, moins pentu, j'hesite a trottiner comme le font mes 2 compagnons qui s'eloignent a vue d'oeil. mais manque de motivation, je continue a marcher ...
Ca me permettra de photographier un bouquetin bien solitaire ainsi que les ruines du refuge de Peclet Posets qui a brule l'hiver dernier.
C'est bien long pour arriver au Roc de la Peche, dernier ravito, ou je pointe a 19h. Il reste 6km et 400m de D-.
A ce rythme la, je ne vais jamais arriver avant 20h ...

19h05:
Rapide coca et discussion avec les benevoles, et je repars, decide a trottiner un peu. Mais la pente s'accentue tres vite avant de rejoindre la route, et ce n'est finalement qu'a la route que je mettrai la machine a courir en route, il reste 5km ... Et finalement, j'ai moins mal aux quadri en courant qu'en marchant ! Je rattrape 2 concurrents a qui je propose de se joindre a moi, mais ca le fait pas. Je continue donc mon bout de chemin, me surprenant meme a courir sur les petites portions grimpantes, et a franchement accelerer des que ca se pentifie un peu. A ce rythme la, je rejoins encore 3 concurents
avant de deboucher sur le camping de Pralognan, ou ma femme et ma fille m'attendent. Petits bisous avant de me diriger vers la ligne d'arrivee, il est 19h45.

19h45:
La ligne d'arrivee franchie, je m'assois quelques instants, ma p'tite famille me rejoins, je n'ai pas entendu mon classement,
pas grave, je bois un peu et pars me doucher rapido. Des douches chaudes, super. Pis je veux aller me faire un peu masser, mais
y'a encore la queue, malgre l'heure tardive. Tant pis, je ne connaitrai donc pas les bienfaits du massage d'apres effort.
Je pars donc chercher mon plateau repas d'apres course, lui aussi tres copieux, et j'englouits tout sans probleme, et je retourne meme chercher une 2e part de tarte aux pommes !!!
On se dirige alors a la voiture, on charge, et hop direction le bercail, qui est a 1h30 de route de Pralognan. Je laisse
le volant a Madame, of course. Voyage tranquille, mais la descente de la voiture fut plus problematique, car apres etre reste 1h30 les jambes repliees, elles ont du mal a se deplier !!!! pas grave, demain il n'y paraitra plus :=) et tant bien que mal je me retrouve dans mon lit, pour une nuit somme toute correcte.
Lundi matin, debout faut aller bosser. Agreable surprise, je peux marcher presque normalement ! De bonnes courbatures aux quadri, et a qqs autres muscles, mais rien de bien mechant. Le mercredi il n'y paraitra plus, et le vendredi conge !


Bilan:
-----

Concernant le parcours/ravito, rien a dire, tout etait tres bien, d'autant plus que Mr Meteo nous a gratifie d'une journee de soleil ideale, sans trop de cumulus, une bonne visibilite, ce qui explique mes nombreux arrets photos.
Concernant ma course, et vu ma recup, je me dis que j'aurais pu courir avant, que ce soitdans la derniere descente ou sur d'autres parties du parcours. Mais quand la tete ne veut pas, les jambes partent pas ttes seules !
Au niveau du temps final p/au temps prevu, pas de surprise, 13h50 de course pour 14h de prevu, auxquels il faut ajouter 40' de pauses aux ravitos et 10' de tofos (je m'arrete, j'enleve le sac, je prend la tofo, je remet le sac ...).

Sinon, 0 ampoules (le changement de chaussettes a mi-course + NOK a ete une bonne chose), j'ai bu 8l d'eau + qqs verres de coca et j'ai mange les 14 ravito perso que j'avais emportes.

La conclusion principale est surtout que sur un parcours aussi long/eprouvant, je n'ai pas du tout le bagage CAP necessaire pour faire mieux, et puis il faudrait que je m'astreigne un peu plus dans mes entrainements (plan ???), que je me disperse un peu moins (velo, VTT, rando, ski) et que je consacre plus de temps a l'entrainement (je dois etre en moyenne a 3x/semaines sur les derniers mois, ts sports confondus). Mais comme mon objectif principal est et restera de franchir la ligne d'arrivee sans etre trop casse, on va pas changer grand chose pour la suite !

Par contre faudra tout de meme que je resolve mon probleme de quadri a la descente, car depasse les 2000m de D-, les douleurs apparaissent. Ma tendre me dit qu'il y a du psycho la dedans, surement, mais les courbatures sont tout de meme bien la. Ce qu'il ressort en surfant sur le web, c'est que c'est en descendant qu'on devient descendeur
(et en courant qu'on devient coureur !). Mais meme en rando, j'aime pas les descentes, alors me forcer a en faire plus, ca va etre dur !!! Les descentes, c'est bien mais en velo, VTT ou ski ...

Prochain objectif, le Mercantour dans 2 ans, s'il a lieu.

Dud

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran