Récit de la course : Trail de Faverges - 42 km 2009, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Trail de Faverges - 42 km

Date : 13/6/2009

Lieu : Faverges (Haute-Savoie)

Affichage : 1576 vues

Distance : 42km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Là haut sur la montagne.

Là haut sur la montagne. 

 

Ca y est, je vais le faire ce trail. Depuis le temps que je vois sa pub sur les journaux spécialisés, c'est cette année que j'affronte ces 42 kms avec ses 2700 m de dénivelé.

 

2 heures de route et me voilà à quelques lieus du lac d'Annecy. A Faverges c'est l'effervescence.

Je ne vois pas mon nom inscrit sur les listes mais dans la salle on me confirme mon dossard.

On nous remet une casquette et un super cuissard. Original.

 

 

 

 

 

 

Je rencontre quelques kikous, Pierre puis Belet.

Dehors je fais la connaissance avec L'Rag qui vient du nord. Quelle motiv. Je rencontre également Jaguar blanc et Rapace74.

 

Sur le parking les hauts des montagnes se dessinent déjà dans un grand ciel bleu avec le soleil qui commence son travail. Il va faire chaud.

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes maintenant dans le sas pendant que le speakeur traîne en longueur sur les recommandations. Je suis avec les kikous notamment Belet.

 

Le départ est donné à 7h30.

 

 

 

Après un petit tour dans le village nous rentrons dans les sous bois où cela grimpe de suite.

Belet est parti devant, j'ai doublé L'rag qui part plus prudemment.

 

Nous marchons puis courons et re marchons, etc.

 

 

 

 

Nous progressons donc doucement en alternant ces deux allures.

Les bâtons sont interdits sur ce trail. C'est le 2° de suite que je fais ainsi après celui de Besançon. Est ce un bien ? Le débat reste ouvert, mais les bâtons rangés.

 

Nous redescendons secos avant d'arriver dans un petit village.

Dans la descente il y a une petite fille avec un buff kikou, sûrement la fille de rapacette.

 

L'accueil dans le village est sympa.

 

 

 

 

 

 

Nous repartons dans un chemin puis redescendons encore en sous bois avant de franchir un pont.

 

 

 

Cela remonte bien et nous somme tous à la queue leu leu.

 

 

 

 

 

La vue est déjà jolie.

 

 

 

 

Nous repassons dans un autre village,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

puis le parcours restant sur la route grimpe doucement.

 

 

 

 

 

 

Je m'étonne à courir doucement mais sûrement. Je double pas mal de gars. Je suis avec une fille qui a la même allure que moi, mais pas si grande.

 

En haut, il y a le premier pointage. 1h03. Nous rentrons dans le vif du sujet en pénétrant dans les sous bois.

 

 

 

 

 

On ne court plus et la progression se fait plus dure.

Nous passons la barre des 1200m d'altitude.

 

 

 

C'est toujours en pente de plus en plus raide.

 

 

 

 

L'Rag me passe.

 

 

 

 

 

 

Sur le côté il y a un point d'eau. Sympa.

 

 

 

Nous continuons sur un chemin en balcon. Nous voyons de temps en temps dans une trouée les paysages magnifiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes à la sortie du bois et le passage est fort joli. A découvert nous serpentons jusqu'à la Bouchasse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage dans des gentianes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela redescend, mais c'est pour prendre de l'élan sur le pierrier final qui nous mène au sommet du télésiège.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un photographe coupe les méandres du chemin. Un autre nous prend en photo en haut.

 

 

 

 

 

Des bénévoles me tirent à leur tour le portrait devant ce spectacle en bas de l'autre côté.

Le lac d'Annecy est là bas tout en bas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes à 1841m d'altitude.

 

J'attaque la descente qui est très raide sur un chemin où les quadri vont morfler.

 

 

 

 

 

 

 

Je progresse doucement et me fait dépasser, mais surprise j'en double aussi.

 

 

 

 

 

Pas mal de filles me passent. Elles sont bonnes.

 

Plus bas une fille me repasse de nouveau, elle s'était arrêté.

 

Finalement on arrive assez vite en bas au seul ravito.

 

 

 

Les discutions vont bon train.

Un gars est avec sa fille et vont courir l'UTMB en Aout.

 

Après une dizaine de minutes je repars. Pointage 2. 3h25.

 

Cela remonte de suite et très fort. C'est maintenant, le même parcours que la petite distance de 28 kms partie 1 heure après nous.

 

 

Je m'accroche au peloton sans me rentrer trop dans le rouge et ça marche.

 

On se retourne. La vue est belle.

 

 

 

  

 

En haut nous apercevons un chalet. Fin de la montée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A droite à gauche le spectacle est splendide. Que c'est beau ces montagnes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons au point d'eau naturel du chalet. J'y retrouve la fille brune de la descente.

 

 

 

 

 

 

 

 

On n'arrête pas de se croiser ! Elle rigole. Elle repart avant moi mais je la dépasse dans la partie plate qui s'en suit car je recours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons au sommet de la course, à l'épaule de Chaurionde à 1870 m.

 

 

 

 

 

 

En contre bas sur la gauche, nous apercevons les coureurs qui descendent de l'autre côté. Très impressionnant. Tout à l'heure nous serons là bas en bas.

 

 

Je laisse passer le gars de derrière et la fille brune car je descends moins bien.

Et c'est parti. Un tout petit chemin serpente. Quel pied. Je rattrape un gars qui s'aidait d'un bâton tout à l'heure. Il me laisse passer.

 

Plus loin 2 bénévoles, très nombreux sur le parcours, m'indiquent le chemin à suivre sur la droite et en me prévenant qu'à partir de maintenant il faut faire très attention.

Ok, ok. En effet c'est la partie que l'on voyait du haut.

 

Que des zigzags dans la caillasse. 20, 30 mètres et hop à droite. Encore pareil et hop à gauche. Ca dérape. Je rattrape la fille et le gars du sommet et reste avec eux.

 

 

 

Le chemin est maintenant moins dangereux et je dépasse des filles  avec qui j'étais avant.

Nous sommes en sous bois. Le sentier serpente toujours pareil, droite gauche en descente. J'aperçois la brune qui a mis les bouts. Quelle patate en descente. Je ne la reverrai plus.

 

 

 

 

Nous arrivons à la maison forestière où il y a un petit rafraîchissement d'offert. J'y retrouve le père et sa fille.

 

 

 

 

 

 

Nous repartons et plus loin on nous bipe pour le 3° temps intermédiaire. 5h24. Ca va.

La c'est de nouveau la séparation entre les 2 parcours. Pour nous c'est tout droit en montée.

Purée, Patrick de mon club m'avait prévenu, mais quelle grimpette. Elle fait très mal après tout ce que nous avons fait.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je m'arrête souvent en appui sur des arbres. Les autres font de même. Je suis derrière Rasebitume30 père de Yayoun et devant FK Foreing Key.

On fait une belle brochette de kikous destroy.

 

 

 

On aperçoit de la clarté en haut. Ce n'est plus loin ! On est à combien ? C'est Rase bitume qui n'arrive pas à lire son alti. On est à 1330m. Ya encore à monter.

Purée elle est courte celle là mais elle casse.

 

Nous arrivons enfin à La Sarve 6h05.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je fais le plein du camel, quelques photos devant le toujours super spectacle, avec le lac derrière.

 

 

 

 

 

Les mouches sont là depuis quelques temps d'ailleurs. Je n'en ai pas encore parlé mais quelle plaie.

 

 

Sans les mouches

 

Avec les mouches 

 

Sur les photos je les ai enlevé au montage car j'avais plein de points noirs autour de la tronche.

 

 

 

 

 

Bon c'est pas le tout on a 10 bornes de descente maintenant, et je suis bien entamé, ça va être galère galère.

 

Ca ne redescend pas tout de suite et sur un sentier nous passons en pleine nature d'altitude. Magnifique encore.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ca y est nous descendons.

 

 

 

Plus bas 2 bénévoles nous font tourner à gauche dans le verte.

45 minutes me disent-ils. Ok, merci. Je sais qu'il me reste pas loin d'une heure vu mon état.

 

Je laisse passer des concurrents car ils discutent entre eux et ça m'énerve. Bon sympa ils me demandent si ça va. Oui, oui ! Quel menteur ce Gibus.

Ca va pas trop fort et j'ai les pieds en feu dans mes vieilles trails qui vont partir à la poubelle en rentrant. En plus avec la fatigue et le raz le bol, j'oublie de m'alimenter. Grave erreur alors que j'ai encore pleins de gel dans les poches du sac.

 

Le chemin est de nouveau en balcon. Il faut faire gaffe où on met les pieds car il y a des racines.

 

J'entends la sono en bas à Faverges. C'est trompeur avec ces montagnes. En effet il reste encore un bout.

J'aperçois rasebitume devant au loin. Ca me rassure en me sachant pas seul dans la panade.

 

Nous finissons le chemin tortueux pour prendre à droite un chemin plus carrossable.

Je rattrape mon kikou de fortune et aussi un autre gars avec son walk man.

 

Nous arrivons au dernier pointage à La Motte. La machine à pointer est en panne. On s'arrête pendant que le gars s'affaire à trouver une soluce. Je demande à la dame de noter nos dossards pour qu'on puisse repartir car nous sommes maintenant 5, 6 à attendre et que ça ne va pas le faire si on continue à rester là.

 

A la radio elle communique nos numéros de dossards et nous repartons. Ce qui me vaudra dans un premier temps à être non classé et déclaré avoir abandonné. Mais Ludo74 a rectifié cela depuis.

Cet arrêt m'a cassé définitivement le ressort et les gars et les filles avec qui j'étais me dépassent tous.

Je fini comme je le peux ce retour en sens inverse de l'aller vers Faverges.

 

Ca y est je suis sorti du bois. Ouh, ouh c'est moi le grand Gibus de la forêt, ka les pieds en feu, et qui va vous manger.

 

La partie en bitume me semble plus longue maintenant. C'est normal.

Je traîne mes groles sur l'asphalte. Je vois là bas au loin le carrefour. Ca va être à droite puis c'est la ligne droite de l'arrivée.

 

 

 

 

 

 

Des gens m'applaudissent. Je rentre fier dans le final et franchis la ligne d'arrivée heureux d'avoir accroché ce trail dur et beau.

7h34 bon c'est pas folichon mais j'en suis des finishers, car des abandons et des hors délais, il y en a eu.

 

Le ravitaillement au bar sous le soleil toujours présent est sympa.

Un dernier salut à de nombreux compagnons de route qui sont déjà arrivé.

 

Une douche au stade et je reprends la route non sans avoir lever la tête pour apercevoir encore un bout de montagne. Eh oui j'ai été la haut, très haut.

 

7 commentaires

Commentaire de Philippe8474 posté le 25-06-2009 à 15:29:00

Génial ton récit avec toutes ces photos, on(re)vit la course...
En tout cas ça reste un sacré trail à boucler... et ça c'est gagné!
Salut, au plaisir

Commentaire de sarajevo posté le 25-06-2009 à 20:27:00

salut le Gibus ... belle perf
Content de t'avoir croisé au départ. N'oublie pas la devise du trail de Faverges c'est "si dur, si beau" ... et c'est vrai.
Bravo a toi
a+
pierre

Commentaire de lulu posté le 25-06-2009 à 21:04:00

Encore merci pour toutes ces photos.. Extra !!!
Bon je sais qu'à cause de Faverges, tu les avais dures ( les cuisses )...mais comment ça elles sont "bonnes les filles"..???
Eh ben, dis donc !!!!!

Commentaire de Jaguar blanc posté le 25-06-2009 à 22:04:00

Merci pour ce CR Gibus. Content de t'avoir croisé au départ. On n'a pas pu trop discuter mais ce n'est que partie remise.
Bravo pour ta course. Je crois qu'il y a eu environ 60 abandons tout de même. C'est vrai que l'organisation a trouvé un slogan bien adapté !

Commentaire de Belet posté le 26-06-2009 à 00:15:00

Superbe ce récit, merci pour ces nombreuses photos....

C'était pas une mince affaire, et comme tu l'as dis, un peu dans la douleur mais quelle satisfaction de l'avoir terminé.

Arnaud-ahhh-ces-paysages...

Commentaire de Foreign Key posté le 26-06-2009 à 09:14:00

Merci Gibus pour ton CR. On a fait un bon bout de course ensemble et je suis sur bon nombre de tes photos. Grâce à toi, je redécouvre ma course.
Hé Gibus, la gazelle brune m'a aussi doublé et je ne l'ai plus jamais revue...

Commentaire de franciss posté le 27-06-2009 à 09:24:00

Bravo à toi pour être allé au bout ! Un mental comme on les aime...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran