Récit de la course : Marathon des Burons 2009, par Francis31

L'auteur : Francis31

La course : Marathon des Burons

Date : 21/6/2009

Lieu : Nasbinals (Lozère)

Affichage : 1793 vues

Distance : 44km

Objectif : Pas d'objectif

13 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Courir pour Flo

Récit et photos également sur mon blog : audeladudela.blog4ever.com

 


Marathon des burons 2009

C'est en compagnie de Flo que j'aurais du me rendre à Nasbinals pour vivre cette aventure à 2; malheureusement ses problèmes de genoux récurrents depuis la Sauta roc l'obligent à rester sur le quai...Et c'est avec une pointe de regret dans la voix qu'elle me glisse un "cours pour moi" au moment du départ.

 

Je ne suis pas non plus très fier, car la semaine dernière a été difficile sur le plan physique : début de lombalgie, névralgie, douleurs dans les jambes...Mais bon, je prends la route quand même; on verra bien comment cela se passe le moment venu.

 

Arrivé à Nasbinals : récupération du dossard, petit tour sur les stands, balade dans le village puis retour à la voiture pour une pasta party rapide en solo (il ne fait pas très chaud : 13°C et beaucoup de vent) , un peu de lecture, derniers préparatifs pour le lendemain puis dodo.

 

Enfin dodo, il faut le dire vite; impossible de fermer l'oeil de la nuit. Pourtant je suis bien installé, je ne cogite pas spécialement...Ah , le cerveau et ses mystères.

 

C'est donc avec la tête dans le ... que je gagne la ligne de départ.

Il fait froid : 6°C , le vent et l'absence de soleil n'arrangent rien.

Ma motivation s'effrite rapidement. C'est quand  même 44 kms et 1400 m D+ qui m'attendent.

 

 

Au moment ou la sono lance Era, je ne ressens pas l'habituel frisson du départ : ou je suis blasé, ou je suis dans le coltard.

Le départ est lancé, je suis le mouvement sans réfléchir, poussé par la masse.

 

 

Nous sortons rapidement du village à la rencontre des premiers alpages.

 

 

La troupe s'étire lentement. Mes jambes me tiraillent, je ne dois pas être encore chaud. D'ailleurs, j'ai toujours le coupe-vent sur le dos.

Arrive une première petite bosse dans laquelle je continue de courir alors que beaucoup de trailers passent en mode marche.

 

 

Puis un long faux plat de 3 kms sous un ciel couvert qui renforce le vert dominant des alpages.

 

 

Je croise un courageux mal voyant et son guide :

 

 

Chapeau bas : difficile de ne pas trébucher sur un trail, alors sans la vue !!!

Un peu plus loin, premier des nombreux passages humides et boueux ou nombreux sont ceux qui veulent rester au sec. Ce qui n'est pas mon cas, je sais que les pieds seront trempés sous peu :

 

 

Beaucoup de monde devant :

 

 

Beaucoup de monde derrière également :

 

 

Et du roulant, toujours du roulant...

 

 

Nous arrivons à Aubrac, 9 ème km . Je regarde mon chrono : 55 minutes !!!

Je suis surpris d'être aussi "rapide" car les sensations sont plutôt mauvaises : mes ischios- fessiers droit me tiraillent depuis le début.

 

 

Nous traversons un premier bout de forêt en monotrace et ça bouchonne un peu ( ce qui sera le cas sur toutes les portions monotrace : impossible de doubler), ce qui m'arrange pour récupérer un peu.

 

 

A la sortie de la forêt, c'est un magnifique et inédit sentier en balcon qui nous attend :

 

 

Nous nous dirigeons vers le hameau des Enfrux sous quelques traces de ciel bleu :

 

 

Puis c'est l'arrivée à l'unique point de ravitaillement à Bonnefon (un peu prématuré ce ravitaillement, je l'aurais plutôt souhaité vers le 27 ou 28ème km...)

 

 

19,4 kms de parcourus en 2h02 : je suis encore une fois très surpris car j'ai l'impression de me traîner et de traîner cette vilaine douleur dans la cuisse droite.

2 verres de thé bien chaud, 1 barre de pâte d'amande et je repars sur un beau chemin bien large, bien roulant

 

 

qui nous mène à l'entrée du bois des Fouillous...Et là, le terrain change de nature : le chemin d'abord en descente, ne présente pas de bons appuis, c'est glissant et ça bouchonne un peu

 

 

Cela devient même très cross pour remonter le torrent jusqu'au petit pont.

Nous sommes au point le plus bas de la course et je sais que la remontée du vallon des Picades va être usante. Il faut donc gérer l'effort, et ne pas tomber lors des traversée de gués (pas de soleil pour se réchauffer) :

 

 

Ne pas hésiter à relancer sur le plat même si le corps commence à rechigner

 

 

Nous passons sous la route qui marque le début de la dure montée qui nous attend (600 m D+)

 

 

Effectivement, ça monte immédiatement après

 

 

Un concurrent me prend en photo ( si si, mes chaussettes étaient propres au départ)

 

 

Nous passons devant le lac des Picades

 

 

puis reprenons notre ascension

 

 

La pente augmente et nous atteignons le bas des pistes de la station de Brameloup....

Les remontées mécaniques sont à l'arrêt. Pas sympa.

C'est donc sur nos 2 jambes que nous attaquons la remontée de cette piste de ski

 

 

Ça commence à coincer dur pour beaucoup.

Toujours malgré mes douleurs "ishiofessières", je garde un bon rythme et double quelques "collègues".

Puis arrive le fameux "mur" dans lequel nous avons tout loisir d'observer la flore de très près

 

 

Le sommet du Suc de Born est enfin atteint

 

 

Je souffle et respire : le plus dur est derrière moi, plus que 14 kms de footing tranquille...Erreur, c'est sans compter l'accumulation des kms, ni le fait que le terrain n'est jamais plat, et mes douleurs persistantes.

Avant la relance, je fais une petite photo fleurie :

 

 

S'en suit une succession de descentes douces, de faux plats roulants dans lesquels je commence à alterner marche et course

 

 

A partir de maintenant, je cours pour Flo, et me remotive en me voyant franchir la ligne d'arrivée.

 

Un moment d'inattention et c'est une belle gamelle. En me relevant, un début de crampe à ce récalcitrant ischio me fait retomber à terre. Heureusement, ce début de crampe s'estompe rapidement et je trottine donc dans ces grandioses paysages de l'Aubrac

 

 

Un autre arrêt s'impose : un caillou me blesse le dessous du pied. En me rechaussant, c'est une crampe au mollet qui m'impose un étirement de celui-ci.

Je repars en décomptant les kms : 10,9,8,7,6...Au moral, cette fin de parcours.

Je me surprends à trottiner sans relâche sur le plat. Seules les montées me font marcher.

 

 

D'ailleurs, nous voici au pied de la dernière bosse de la journée (dans ma tête : plus que 5 kms)

 

 

Arrivé en haut, je sais que c'est gagné, même en marchant.

 

 

Effectivement, la fin de ce parcours se fait en trottinant et en faisant abstraction de mes jambes devenues de bois.

 

A 200 m de l'arrivée, une grande clameur dans le public : c'est le 2ème de l'Ultra, Michel Verhaeghe, qui en fini. Je suis impressionné par la la manière avec laquelle il me dépose après 85 kms...

 

Je savoure néanmoins cette dernière ligne droite et franchi la ligne d'arrivée en 5h20m58s. Et là encore surprise : 13 min de moins que l'an passé!!!

 

Je me dirige ensuite vers ce pourquoi je suis vraiment venu :

 

 

Aligot-saucisse : excellent pour la récup (c'est bien sur faux pour la récup physique, mais excellent pour la récup mentale).

 

Et mon premier geste en rentrant à la maison sera de fixer avec fierté cette 3ème plaque finisher.

 

Et de 3

13 commentaires

Commentaire de bruno12 posté le 22-06-2009 à 15:28:00

Bravo pour ta course et merci pour le CR et les photos. J'avoue que j'ai pas eu tout le temps de bien voir la première partie car il me fallait rester très concentré (arrivée au ravito en 1h29). Après je me suis calmé (et j'ai visiblement fait la deuxième partie à la même vitesse que toi. J'ai eu beaucoup de mal dans les 10 derniers kilo dans le champs à vache. Pas moyen de trouver des appuis corrects.

Commentaire de Nicolas93 posté le 22-06-2009 à 16:54:00

C'est une reconstitution bien sympathique avec de belles photos qui m'ont rappelées la course et qui en font revivre l'"intensité" en tout cas. Je garde aussi un bon souvenir de l'aligot-saucisse et de l'ambiance en général !

Commentaire de frankek posté le 22-06-2009 à 17:02:00

salut Francis,
bravo pour ton 3ème Aubrac ! je vois que tu as fais pas mal de chemin depuis ton 1er templiers...
recupère bien...

Commentaire de greg_t posté le 22-06-2009 à 17:13:00


Course rondement menée Francis, malgré les douleurs . Bravo .

Reste de place pour combien de plaques "finisher" sur le mur ?

Commentaire de canoecl posté le 22-06-2009 à 17:51:00

Bravo pour la perf et merci pour les photos....
j'étais un peu plus loin.... à l'arrière garde...

Commentaire de Bouh posté le 22-06-2009 à 18:45:00

Bravo pour ton CR et merci pour les photos on se rappellera que les années se suivent et ne ressemblent pas pour la météo... Moi qui par miracle avait un tee shirt de rab ... sinon c'était le débardeur... ;)

Commentaire de lule posté le 22-06-2009 à 18:45:00

Hey, merci pour ce cr et ces jolies photos!
Que de monde, on dirait une file indienne de chenille parfois! mdr
Sinon, je trouve sympathique le cadeau de finisher, ça change du tshirt!
A+ lule

Commentaire de claude 34 posté le 22-06-2009 à 19:50:00

Bravo. Bien couru malgrès les cuisses. C'est la magie de la cap, tu crois que ça va pas et tu fais un bon temps. Belles photos, cr sympa.

Commentaire de CROCS-MAN posté le 22-06-2009 à 22:20:00

Super récit et des photos très sympas.
Merci et bravo pour ta course

Commentaire de martinev posté le 23-06-2009 à 13:18:00

récit très agréable à lire. Bravo pour ta course si bien racontée !

Commentaire de laulau posté le 23-06-2009 à 22:11:00

Encore merci Francis pour ce récit

Commentaire de Berty09 posté le 23-06-2009 à 22:54:00

Ca fait quand même pas mal de bornes tout ça! Bravo et merci pour ces jolies photos qui nous mettent dans l'ambiance.

Commentaire de Gibus posté le 23-06-2009 à 23:04:00

Je vois que tu as remis ça cette année.
Sacré Francis tjs la patate sur ces courses.
A bientot.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran