Récit de la course : Les Foulées du 12ème 2009, par Yannael

L'auteur : Yannael

La course : Les Foulées du 12ème

Date : 21/6/2009

Lieu : Paris 12 (Paris)

Affichage : 544 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Complètement imprévisible

Les 10km et moi, toute une histoire. Depuis le temps que j’en cours, avec le secret espoir de passer sous les 40’, avec une régularité étonnante pour progresser ou échouer de très peu …

Dans ma tête, les choses sont claires : le jour où toutes les questions seront réunies, je passerai enfin sous cette barre fatidique des 40’.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au départ de ces Foulées du 12e, elles ne le sont pas, réunies :

-          Un entraînement allégé, en raison d’un genou douloureux

-     Une nuit trop courte

-          Une chaleur néfaste pour de bons chronos 

-          Avant même le départ, je suis mort de soif, pas assez hydraté

-          Le départ, prévu officiellement à 09h15, n’est donné qu’à 09h30 (Top Chrono ayant annoncé 09h30 sur son site). Résultat : J’attends debout, tassé, 25 minutes sans boire, sans bouger, et donc plus du tout échauffé

Bref, au moment du départ, il faudrait être sacrément optimiste pour croire que ce sera le jour J.

 

Le 1er km se déroule très bien, malgré les zig-zag, et c’est tout surpris que je dépasse Michel Orchilles (les Val-de-Marnais reconnaîtront)  en 3’45 au panneau « 1 km ».

Mais c’est lors des 2 km suivants que tout se joue, parcourus en moins de 7 minutes ! Ce qui est tout simplement impossible. Le kilométrage est erroné. A partir de là, je cours aux sensations, conscient que les km sont faux.

Je traîne derrière moi une locomotive (quel bruit ! ) et bip-bip man (pas tant pour sa rapidité que pour les bips de sa montre toutes les 5 secondes ! ). Ils me doublent peu avant le 5e. Tant mieux, j’en avais assez de les tirer.

Passage au 5e – mais est-ce vraiment le 5e km ? – en 19’05. Du délire.

 

Sur la 3e boucle (oui, le tracé est assez compliqué, avec des flèches de couleur dans tous les sens … Les daltoniens ont dû avoir du mal à suivre le parcours ! ), je tire de nouveau un « suceur de roue ». Qui refuse de prendre des relais, et me lance même un « vas-y, je compte sur toi » quand je fléchis !

J’accélère encore le rythme sur le final. Je redouble la locomotive et bip-bip man. Une dernière ligne droite à fond.

Et 39’11 à l’arrivée !

 

Voilà, je devrais être aux anges. Depuis le temps que j’en rêvais de ce chrono sous les 40’. Mais il faut être objectif : Malgré les conditions, tout le monde a battu son record sur cette course. Le parcours faisait clairement moins de 10 km. Mais de combien ?

Objectivement, j’ai l’impression que même sur un vrai 10 km, j’aurais battu mon record ce dimanche (40’35). Quant à passer sous les 40’, dur à dire, et c’est bien ça qui est frustrant, et gâche un peu le plaisir.

Il ne reste plus qu’à considérer ce résultat comme acquis … et à essayer de le confirmer à l’occasion.

2 commentaires

Commentaire de hellaumax posté le 23-06-2009 à 11:06:00

Je comprends ta frustration! Battre sans doute son meilleur temps et la barre des 40' sans en être totalement sûr, dur!
En tout cas bravo et merci de nous avoir indiquer ce super parcours à records!!!!

Commentaire de hagendaz posté le 24-06-2009 à 19:21:00

quelle progression quand même!!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran