Récit de la course : Trail de Vulcain - 58 km 2009, par galopa

L'auteur : galopa

La course : Trail de Vulcain - 58 km

Date : 1/3/2009

Lieu : Volvic (Puy-de-Dôme)

Affichage : 2092 vues

Distance : 58km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon premier Trail

Fin décembre 2008

Idée d'un défi, faire mon 1er trail de 58 km (2500+) le 1 mars 2009 qui montera au sommet du puy de dome à mi parcours et faire partager mon expérience de cette première sur un blog.



Mon Profil sportif

34 ans, 25 ans de rugby, 5 courses à pieds  (3 "10km", 1 "17 km" et 1 "25 km")


La préparation

Courir et courir dans le froid BRrrrr !!!!


Profil de la course




30 min avant course

Je me pose une question: qu'elle tenue prendre ?
Short tee-shirt comme certain...Non je suis trop frileux
Triple couche comme d'autre....Non je ne souhaite pas faire un sauna en parallèle de la course
Double couche...Aller adjugé mais là je m'apperçois que je n'ai pas d'expérience car j'ai beaucoup hésité et fais beaucoup d'essayage....


La ligne départ

L'appréhension monte d'un cran pour moi, je pars dans l'inconnu. Derniers instants de répit. 


Trouver moi dans l'image si dessus

indice

je m'étire (le pire c'est que je me souviens pas m'être étiré ici....)




PAN !!!





Le départ est donné, les fauves sont lachés. Certain vont vite, même très vite...même trop vite.
Moi j'ai choisi l'option "prudence", car 58 km c'est long et pas besoin d'expérience pour le savoir.
Je suis très vite dans les 300ème dans les 500 premier métres. Au bout d'un 1 km, j'en croise qui marche déja dans une côte rude de volvic ...tiens tiens.

1er Col: la nugère

La montée de 6km avant le col de la nugère se fait bien, je monte à mon train et c'est vraiment sympa.




Je double déjà beaucoup de personnes



Là je me dis que je vais peut être trop vite même si je n'en ai pas l'impression. Bref, je garde le même rythme, c'est plaisant. La montée rude du col arrive je vois les personnes devant moi se mettre à marcher, mais moi je décide de monter en courant...mais très vite je me résigne car je n'ai pas la place pour doubler dans des bonnes conditions. Donc finalement je marche comme un monton, un peu déçu, car marcher au bout de 7km de course je trouve cela bizzarre (mais finalement salvateur sans doute). Le terrain est gras. Une fois au sommet, j'attaque la descente doucement car elle est très piégeuse et un HGV (homme grande vitesse) me double, c'est impressionnant.

2ème COL: louchadière

La douce montée avant d'arriver au col de louchadière démontre un changement de surface.



Plaque de verglas
 


                        Verglas neige





Cette course prend de la hauteur. L'assencion de louchadière est très inattendu. C'est le moins que je puisse dire. On est sur une face nord et quelle face nord.
Wouaou!!
1er ingrédient: sol gelé.
2ème ingrédient: courir en longeant le flanc de la montagne.
3ème ingrédient: Une corde entre les arbres par sécurité au cas ou.
Et cela donne cela:



J'ai fais 3 glissades et heuresement ....qu'il y avait un cordage.
Sinon tobogan assuré


Enfin le sommet avec une vue sur le puy de dome qui est encore loin.


Je descente prudemment car des pierres sous les feuilles mortes, c'est dangereux. Au bas de la descente survient une note insolite.
J'entends de la musique, j'ai d'abord cru que le ravitallement était proche...mais non c'était une rêve partie. Vous imaginez 650 coureurs traversant une rêve partie... Et tand que l'on y est, je croise un gars sur une charette tiré par une meute de chiens à la Ben Hur...
 

Le ravito du km 19 est là, je suis à moins de 2h de course et à la 25ème  places. Je me sens bien et j'enchaine le puy des goules et le pariou en doublant des concurrants dans la difficulté pour certain. Je me surprends pour mon premier trail.
Arrive le moment que j'attendais la montée du puy de dome. Et cela était trop beau pour durer, me voilà aussi en difficulté, les cuisses brûles. J'ai commencé en courant, puis marche-course, puis marche rapide, puis marche normale. Bref j'apprends.




Pointage au sommet en pensant que j'avais fait le plus dur...
Descente, 2ème ravito, et là où je pensais pouvoir faire la partie roulante à une bonne allure...et ben je ne peux pas aller à la vitesse que je souhaitais. J'ai dû laisser trop de jus en route. J'apprends encore.
Le ravito du 42 km, et c'est vrai que maintenant, c'est le mental qui prends le relai.
La montée du puy des gouttes est pentu mais c'est la dernière grosse difficulté. Je me sens beaucoup moins vigilent et je suis préssé d'en finir mais il me reste encors une grosse dizaine de km.



Sur une route plate je me fais piéger par une flaque d'eau qui cachait en faite un trou où j'ai enfoncé ma jambe jusqu'au genou entrainant une chutte inevitable pour moi. J'en peut plus, j'ai subitement froid, je regarde derrière moi et je ne vois personne. Je reparts et au bout d'1 km c'est la descente jusqu'au dernier col (la nugère) et là....je me tords la cheville droite et je fais un très beau vol plané et je tombe lourdement sur le coté et sur l'épaule. Je suis allongé, la tête dans la boue, mal à la cheville, mal à l'épaule et je me dis que c'est trop con si j'abandonnais. Je me relève, personne derrière, la cheville est douloureuse mais "chaude", OUF je peux courrir sans trop souffrir.

J'attaque le dernier col, et je me retourne très souvent...personne.
A l'amorce de la descente du sommet du col de la nugère j'ai l'impression qu'un troupeau de vache est passé. Je fais alors du ski sur boue, si si c'est possible. Je me sert des branches des arbres pour prendre les virages (je suis bien tombé 2 fois sur le cul, encore, mais cela me fait rire maintenant).
Les 7 derniers km de descente mon paru bien long et j'avais hate de trouver le goudron (un peu paradoxale de vouloir trouver le goudron pour un trail...mais c'était un signe que l'arrivée n'était pas loin).

PLUS que 50 m


PLUS que 1 m


Conclusion:
J'ai vécu une belle aventure avec le recul (j'ai mis un moment avant d'apprécier ce que j'avais fait car la douleur ma gaché un peu ma joie sur le moment). Le dévouement des bénévoles est beau  à voir et un esprit chaleureux caractérise vraiment cette course.
J'ai mis 6h23 et 19 positions. Je suis satisfait de ma première. 
Prochain objectif, un trail de 27 km fin avril , affaire à suivre.... 

Mon blog: http://galopa.over-blog.com/

1 commentaire

Commentaire de tophenbave posté le 12-08-2009 à 17:47:00

bravo,assurement un nouveau costaud est parmi nous.cordialement

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran