Récit de la course : Trail de la Vallée des Lacs 2009, par julienfrancois

L'auteur : julienfrancois

La course : Trail de la Vallée des Lacs

Date : 31/5/2009

Lieu : Gerardmer (Vosges)

Affichage : 1762 vues

Distance : 57km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon 6ème trail de Gérardmer

TRAIL DE LA VALLEE DES LACS DE GERARDMER du 31 MAI 2009:

Tous les résultats en ligne ici

6ème place de Julien FRANCOIS en 5h28 et 19ème place pour Bruno SIMON en 5h50 (sur 450 partants, 405 arrivants).

Récit de Julien FRANCOIS d'après course :

 Dimanche matin, le beau temps est au rendez-vous à la Mauselaine pour le départ du Trail de la vallée des Lacs, que je vais faire pour la 6ème fois je crois.

Quelques changements sont annoncés au briefing d'avant-course, on ne passera pas au Lacs des Corbeaux, ni par le sentier des névés, de même pour des raisons d'autorisations de passage toujours aussi compliquées, le véritable parcours était connu 48 h avant.

Comme d'habitude, échange d'impressions avec de nombreux coureurs, toujours les mêmes têtes, cette année nous sommes plus de 450 au départ, venant de toute la France , belgique, suisse, allemagne.. Peu de vosgiens sont présents je trouve, j'espère que d'autres seront pris par ce virus dans les années qui suivent.

7h : le départ est donné, beaucoup plus rapide que d'habitude, le niveau est beaucoup plus élevé cette année (championnat de France oblige), je pars en 30ème place environ, je ne m'affole pas, j'ai l'habitude. D'ailleurs comme d'habitude, les premiers kms sont toujours un peu poussifs, je ne m'échauffe pas. Je commence à être chaud au col de Grosse-pierre où je me retrouve vite tout seul. Depuis 3 jours, j'ai une montre GPS que j'étrenne aujourdh'ui, qui m'indique une allure entre 14 et 15 kms sur les sentiers roulants (j'ose pas imaginer les premiers)

Passage au pont du bas (17ème km en environ 1h20) où je retrouve ma famille, mes amis avec la cloche qui seront présents à de nombreux endroits du parcours et me seront d'un bon soutien, ils me souhaitent aussi bon anniversaire (34 aujourd'hui), ça fait plaisir.

Les choses sérieuses commencent, la montée du Brabant, longue montée en monotrace dans la forêt (400 m D+ en 3 kms), je la monte tranquille,  je double 2-3 coureurs certainement partis trop vite et Stéphane Brogniart victime d'une crise d'asthme (qui n'abandonnera pas, il s'arrêtera au Brabant, 20 min pour repartir et terminer la course, bravo à lui).

Voilà le ravito du Brabant, recharge du Camelback, je passe en 14-15ème place, je me sens bien pour l'instant. Montée au Collet Mansuy, Aurélien Colin, un jeune coureur de Saint-Dié est juste devant moi, passage au-dessus de la roche du lacs des Corbeaux par un beua chemin plein de cailloux comme j'aime, chalet de rouge-Mousse, là je double qqs coureurs dont François Faivre qui n'a pas l'air au mieux (il abandonnera plus tard), passage à Bramont en 7ème place que je garderai quasi tout le long.

Un peu avant le lac de Blanchemer, je commence à être moins bien, les premières crampes se font sentir, je ralentis (obligé si je veux aller au bout, il reste 25 kms au moins), la montée sous le Rainkopf est difficile, merci à mes suiveurs qui m'ont soutenu, arrivée sur les crêtes, pas en forme du tout, obligé de marcher jusqu'au Kastelberg, pour m'arrêter 1 à é min pour étirer mes quadriceps qui partent en crampe, puis après ça repart, ça va un peu mieux, Benoit Thiery me repasse devant.

Je passe donc en 8ème^place après la montée au Hohneck, le ravito me fait du bien, je recharge mon camel de nouveau, et c'est parti pour une hrosse descente jusqu'au lac de Longemer. Quand je redémarre du ravito, Aurélien arrive (il a fait une petite erreur de parcours, puisque je ne l'avais jamais doublé).

Ouf, je me sens mieux, les jambes sont dures, je descends normalement sans me mettre dans le rouge, aaprès le col des Feignes dans la descente technique au-dessus de Longemer, je redouble Benoît, on m'annonce 6ème à Longemer.

Maintenant la dure montée du collet de la mine dans des caillasses qui roulent sous les pierres, marche obligée même pour les premiers. Juste parès le collet, le chemin redevient roulant, les crampes reviennent de nouveau, plus fortes, je demande à une jeune vététiste de s'arrêter, pour m'appuyer contre son vélo pour étirer de nouveau les quadri et les adducteurs, des boules viennent dans mes muscles, ça fait mal. Je la remercie, je remarche, Benoît m'a repassé devant, Aurélien est juste derrière.

Puis je retrottine, et ça repart de nouveau, je rattrape Benoît, on discute un peu, puis dans la montée assez raide après la roche ferranti, je le lâche, il ne peut aller plus vite, passage à la ferme de Grouvelin, je suis sec, mais j'arrive à tenir encore un 10 km/h jusqu'à l'attaque de la descente de la piste du grand Tétras que j'aborde tranquillement, la course est finie, il ne faut pas faire mal inutilement.

L'arrivée est proche, on m'annonce au micro, mes amis et famille sont là, mon grand fils termine la course avec moi, je suis assez content de cette course. Car sans être au top les jours précédents et de nombreuses crampes, j'ai assez bien géré ma course, et me suis fait plaisir après le hohneck.

Je termine donc 6ème en 5h28 pour 57 kms, 2700 m D+.

Les 5 premiers sont intouchables (3 sous 5 heures) dont Benoit Laval qui l'emporte en 4h49 devant franc Mantel, suivi de Vierdet, Gault (vaonqueur de l'écotrail) et Stéphane Jouvance.

 

 

1 commentaire

Commentaire de fulgurex posté le 02-06-2009 à 10:26:00

Ca se passe donc comme ça en tête de course?
Bravo pour l'exploit. Pour moi, tu fais aussi parti des intouchables.
Comme je ne suis pas du coin, j'ai profité du paysage 2 heures de plus que toi. ;o)
Encore toutes mes félicitations.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran