Récit de la course : Les Pentes et Côtes Saverdunoises - 20 km 2009, par Berty09

L'auteur : Berty09

La course : Les Pentes et Côtes Saverdunoises - 20 km

Date : 23/5/2009

Lieu : Saverdun (Ariège)

Affichage : 610 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Avis de temps lourd

     Allez Berty, c'est reparti. Cette fois c'est à Saverdun pour une belle course de pleine nature. Enfin quand on dit belle course c'est souvent avant ou après celle-ci. Car pour le coup c'était temps plus que lourd. Heureusement que je n'avais pas fait l'impasse sur les bidons!

     Cette course je l'avais déjà faite l'an dernier. Elle m'avais paru longue comme un 20 bornes mais sans grosses côtes qui flinguent. 

     Ca y est la course est lancée. Je me place suivant l'objectif que je me suis fixé, entre 15 et 20. Pas facile car on démarre avec le 10 km mais au bout de quelques km, on vire à gauche et je pense être environ à la 15ème place.

     Après avoir installé mon rythme, je me fais reprendre par 3-4 bonhommes. C'est pas très bon signe mais j'essaye d'être régulier en me disant que ça va payer. Je galère pour la mise en route de mon i-pod nouvellement équipé d'un casque sport. Pour être petit c'est réussi mais le bouton marche est à l'échelle! Enfin...je me cale un morceau. Du coup, ça me détend et je peux profiter du paysage en enlevant mes oeillères de coureur à pied.

     A force d'avaller des côtes ces derniers temps, j'ai l'impression de mieux gérer. Je m'en aperçois quand il faut relancer après une côte. Je réussis à passer quelques gars qui marquent le coup à la fin d'une montée. Juste avant le ravito de mi-parcours je vais même me sentir pousser des ailes mais ce ne sera que pour 1 ou 2 km hélas. Enfin quelle sensation tout de même!

     Queques mètres avant le ravito, un type me double et je m'aperçois tout de suite qu'il y a quelque chose qui cloche...il va trop vite. De plus sa silhouette me dit quelquechose...bizarre. Je pigerai à la fin de la course. En fait, le type en question est un des tous meilleurs de la région. Seulement il a loupé le départ et il s'est mis à remonter 80 gus pour finir vers la 4ème place avec un temps de 5 minutes de mieux que le vainqueur. Pas de chance pour lui, comme il n'avais pas pris son dossart, sa course n'a pas été homologuée.

     Après le ravito, une belle côte c'te fois-ci (et sans les ailes!). Les derniers km seront durs. Je m'accroche pourtant mais le temps est vraiment lourd, tout comme mes jambes d'ailleurs. La fin approche... un bénévole m'indique: "Encore 2 km". 500m plus loin un autre: "Plus que 2 km". Je sais bien qu'il ne faut pas se fier à ces indications mais c'est vrai qu'à ce moment, on a qu'une envie c'est que l'arrivée soit après le prochain virage.

     Un coup d'oeil en arrière: personne. Devant, les 2 gus sont trop loin. Je finis à mon rythme en rêvant déjà de quartiers d'orange. Arrivée sur la place de Saverdun, on boit, on mange, on tape la discute. Il me faudra quand même 5 bonnes minutes pour récupérer vraiment. Pour le classement, bonne surprise: je finis 8ème. Ca m'encourage pour repartir de plus belle car la course fut dure. 

     

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran