Récit de la course : 24 heures de Brive 2009, par momoVH3

L'auteur : momoVH3

La course : 24 heures de Brive

Date : 21/5/2009

Lieu : Brive La Gaillarde (Corrèze)

Affichage : 939 vues

Distance : 0km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

 

24 heures de Brive la Gaillarde 2009

 

Lever à 5h30 ce mercredi 20 mai 2009 pour prendre le train gare St Charles à 07h14 en direction de Brive via Toulouse. Je n'ai pas trop dormi car je n'ai pu fermer les yeux qu'à 02h30 environ. Impossible de dormir dans le train. Ca commence bien. Me voilà arrivé à Brive à 14h50. Très jolie petite ville qu'on surplombe un peu car la gare est en hauteur et la ville descend jusqu'au Lot. C'est une ville du Limousin. Les gens sont très sympa et acceuillants. Je ne connaissais pas et je suis ravi de mon déplacement. Il fait très chaud. Le thermomètre d'une pharmacie au soleil affiche 34°. mon sac sur le dos avec des boissons et autres (5 kgs) et mon sac de sport avec 3 paires de chaussures, vêtements pour le chaud, pour le froid, pour la pluie ( car la météo est incertaine pour le 21 et 22 mai), boite à pharmacie (pensements, pomades, bombes, sparadrap,,,,), cardio, GPS, MP3 avec batteries, trousse de toilette...Sac très lourd. Je décide d'aller à la place du marché et au parc où doit avoir lieu l'épreuve (1,4 kms). Je prends un peu connaissance. Il y a beaucoup d'effervescence pour tout mettre en place. La remise des dossards ne se fera qu'à 17h30. Je descide de me rendre à mon hotel, réservé sur internet ( hotel Athena) situé dans la zone commerciale. Je me renseigne pour le bus. C'est la ligne 7. me voilà parti. Hélas pour moi, l'hotel se trouve au bout de la zone et n'est pas desservi par le bus. Je dois encore me tapper 1,55 km à la marche avec mon barda sous un soleil de plomb. Arrivé à l'hotel qui est très bien et très propre, je quitte mes affaires, me rince un peu et je m'hydrate. Ouf, sans les sacs c'est mieux. Problème: pour ce soir (dernier bus à 19h30) alors que la pasta partie est à 19h30 aussi, et pour demain, je viens d'apprendre qu'il n'y a pas de bus cause Ascenssion.Problème, car je ne me vois pas me trainer mes bagages durant 5,5 kms et faire un 24 h après. Enfin. On va voir. Je retourne à pied pour bien repérer le circuit pour le cas où (5,5 kms encore sous une chaleur toride).Arrivé à la Salle Georges Brassens, je vois quelques coureurs d'ultra qui sont déjà là. Je récupère mon dossard. Il y a une table avec une charmante bénévole qui nous sert à boire et à manger . Ca tombe bien, j'avais très soif. Ensuite, en papotant avec les uns et les autres, j'attends la Pasta partie. Autour de moi, tous les membres de l'organisation s'affairent pour installer tout le matériel ( sono, informatique, des quantités de barrières , des tables sous la halle couverte (magnifique, on dirait un bateau en bois gigantesque à l'envers. Elle doit faire au moins 120 m de long. Une table avec chaises pour 2 coureurs pour mettre notre matériel et pour récupérer le cas échéant. Donc en tout plus de 50 tables .

L'heure de la pasta est arrivée. C'est très convivial. On fait connaissance avec nos voisins de table. Très copieux et bien cuisiné avec ensuite en cadeau une très sympatique et dynamique bénévole avec une voix super qui nous entonne quelques chansons. Bon, il est 21 h, il est temps que je rentre, mais je n'ai pas encore résolu mon problème de transport pour demain. J'en parle à un organisateur qui revient 1 mn après. Problème résolue. Ca sera Sylvie Peuch membre de l'équipe de France des 24 h championne du monde en 2008 et 2009 qui me récupèrera en venant le lendemain. Je n'ose pas les déranger pour ce soir, et plutôt profiter de la fraiche pour rentrer tranquillement en marchant à l'hotel ( 5,5 kms).

Total journée rien qu'à Brive: 14,5 kms à pied dont 3 chargé comme un mulet , Une très bonne douche et me voilà au lit, Il est 23 heures. Demain debout à 06h00 car Sylvie me prend à 07h10, et comme je n'aime pas être bousculé,

Comme à l'accoutumé, très mauvaise nuit. Ce n'est pas mon lit et mes pensées vagabondent sans cesse alors que je ne suis absolument pas stressé par l'épreuve. Bilan, je me lève avant que le réveil ne sonne. J'ai du m'assoupi 1 h ou 2 maximum. Bon, ça me fait au maxi 4 h de sommeil en 48 h avec demain un 24 heures où il vaut mieux ne pas dormir si je veux faire des kms. A 7h30, nous voilà sur les lieux du départ. Sylvie, hyper sympa. C'est une des rares féminines de l'équipe de France que je ne connaissais pas encore, et bien , je suis ravi d'avoir fait sa connaissance.

Petit déjeuner collectif et vient l'heure des préparatifs. Chantal et Vincent arrivent avec Jean Claude qui est non-voyant. Elle va lui servir de guide les 4 premières heures et ensuite d'autres prendront le relais, alors qu'elle continuera son 24 heures. Je retrouve beaucoup de copains et copines qui vont participer. C'est très important car on s'encourage mutuellement sur le circuit, et ça aide bien lorsqu'on est dans le dur. Il y a Karine herry. Belle lutte en perspective pour la 1ere place entre Sylvie (qui était aux Championats du monde il y a 3 semaines seulement) et Karine. Je vais apprendre énormément. Côté hommes, il y a Hervé Bec dit le shaddock qui truste le podium. En tout nous sommes 102 inscrits, mais il n'y aura que 98 partantes et partants.

Tous les coureurs s'affairent et organisent leur table afin de perdre le moins de temps possible. C'est l'heure de la photo collective et ensuite, contrôle des dossards avec les puces sous le portique. Tiens, bizzare, parfois ça sonne 2 fois??

9h58 on s'approche de la ligne de départ. Je me mets tout au fond avec Chantal et Jean Claude car je ne veux surtout pas me mettre en sur régime dès le départ. Mon objectif est de courir chaque tour, du moins au début tout le tour jusqu'à ma table et de marcher ensuite 45 s en me ravitaillant.

Il est 10h et il commence déjà à faire chaud avec un ciel un peu nuageux.

Nous voilà partis. Je ne m'occupe pas des autres. Je contrôle mon pulso et mon GPS. Mon objectif est de ne pas dépasser 125 pulsations en courant 70% de ma FCM.Il fait chaud. A tous les tours, je bois une gorgée d'eau et tous les 3 tours un tiers de verre de coca cola. 1ere heure 8,7 kms et je vais continuer comme cela jusqu'à la 6eme heure, à part qu'avec la chaleur , le pulso monte énormément à vitesse égale et obligé de tremper ma casquette saharienne tous les 2 tours, et d'aller me passer la tête sous l'eau fraiche toutes les heures. A la 6eme heure, je suis à 150 pulsations place 46 eme et distance 51,2 kms. Ma moyenne n'est plus que de 8,55 kmh. Je vais devoir marcher plus longtemps pendant la grosse chaleur pour éviter de me mettre dans le rouge au point de vue cardiaque. Mes pieds et mes lombaires vont assez bien (cachet de doliprane à la 4 eme heure). Ca plombe de plus en plus. Heureusement qu'une moitiée de circuit est à l'ombre. J'ai l'impression qu'il va y avoir de sacrés dégats. A 14h j'ai mangé une petite soupe et de la compote. J'ai du mal à manger autre chose. Au bout de 8h, arrêt garage chez les Kinés qui ont fait des merveilles (10 mn), et me voilà reparti avec pour objectif maintenant les 100 kms. A la 10eme heure (il est 20h du soir) il fait encore hyperchaud car la partie bitumée a enmagasiné la chaleur, j'ai de grosses douleurs au ventre ,même avec un doliprane, et impossible de me nourrir et très dur de boire car ça me donne envie de vomir (Chaleur???) Beaucoup de coureurs souffrent pareil, et certains vomissent. Ce qui devait arriver arrive:début d'hypoglicémie. Je m'arrête à ma table et me force à manger une demi barre de NUTS. J'arrive un peu à boire. Je décide d'allonger encore les parties marchées. Par contre j'ai une bonne foulée sur les parties courues.Je passe les 100 kms, il fait nuit. Cela fait environ 12h40 que je cours. Je viens de repasser au garage pour une contracture à la cuisse droite (9mn de réparation). Il faut que je fasse attention sur la petite bute et que je marche à cet endroit. Il fait un poil moins chaud, mais obligé toujours de me rafraichir la tête toutes les heures.C'est dur, mais l'ambiance est bonne. Je trouve les tours de plus en plus longs. J'essaie de me nourrir un peu avec des compotes et j'arrive à avaler quelques pâtes, mais mon système digestif souffre beaucoup. Je n'ai plus d'hypo. Mes molets sont très bien (bas de contention booster: super). La nuit continue comme ça avec des très bas et des très hauts. Obligé tous les 3 tours de m'arrêter, quitter ma chaussure gauche et me vaporiser du froid sur mes névromes. Remettre la chaussure et repartir. Je repasserai ensuite encore 2 fois chez les kiné car j'ai une contracture (boule) sur le dessus de la cuisse droite. Je ne veux plus prendre de doliprane pour éviter de cacher une blessure qui m'endicaperait par la suite. Je franchis les 150 kms (minimum pour participer aux Championats de France) à un peu moins de 22heures de course (151,235 kms). Bon, contrat rempli et mes pieds me font énormément souffrir. Je décide d'aller jusqu'à 160 kms. J'arrive à 159,350 kms affichés sur l'écran et il me reste 35 mn. Je décide de m'assoir pour reposer mes pieds et de faire le dernier tour juste avant la fin des 24 h. Je parcours le dernier km à presque 14 kmh de moyenne.L'écran affiche 161,...kms. Très heureux d'avoir terminé ce 24h sans être allé me coucher. Des erreurs de pointage et de distance du circuit vont ramener ma marque à 158,583 kms.

Remise des récompenses: la photo prise avec tous les coureurs la veille est le support du diplôme officiel (très bonne idée) et un coupe vent magnifique avec sans prétention aucune , marqué « j'ai participé aux 24 h de Brive ». Plus le pot de l'amitié. CHAPEAU BAS les organisateurs.

 

TRES TRES heureux d'avoir fait ce 24 h MAGIQUE jusqu'au bout (enfin, presque). Ma marque me satisfait amplement car j'améliore mon record de 29 kms. Je ne l'ai pas beaucoup préparé. J'ai 5kgs de trop et ma VMA actuelle est loin d'être TOP TOP.

 

Ce n'est tout de même pas uen épreuve facile pour qui veut être sur le terrain pendant toute la durée. Mais quelle satisfaction!!!

 

HEUREUX d'avoir revu Chantal qui a explosé avec beaucoup de facilité (car elle sourit toujours ) son record, Vincent qui est parti un peu vite et qui a beaucoup souffert de la chaleur, mais s'est battu comme un diable jusqu'au bout, Sylvie, daniel, JC, Hervé, Karine,...

 

MERCI à l'ORGANISATION et à TOUS les BENEVOLES qui nous ont choyé avant, pendant et après l'épreuve. Je reviendrai.

 

Pour moi, les choses sont claires: continuer ma gym avec du gainage qui m'a évité le mal aux lombaires. Résoudre définitivement mes problèmes de névromes de Morton et viser les 180 kms pour pouvoir être « classé «  par la FFA.

4 commentaires

Commentaire de alain posté le 24-05-2009 à 10:13:00

Je suis content de t'avoir croisé durant ce 24h,
ton super CR me donne un aperçu pour mon 1er 24h qui sera Brive 2010 pour marquer mes 40 ans.
180km sa sera pour bientôt, il n'y a pas de raison avec tout le sérieux que tu y donne !
Alors RV en 2010 ?

Commentaire de jepipote posté le 24-05-2009 à 14:08:00

félicitations, et merci pour tout les petits détail que tu donnes qui font mieux vivre la course. bonne récup

Commentaire de CROCS-MAN posté le 24-05-2009 à 22:03:00

BRAVO pour ta perf et ton courage.
Merci pour ce CR très riche en infos..
Bonne récup

Commentaire de bluesboy posté le 25-05-2009 à 16:05:00

Bravo pour ta course et merci pour ton CR .J'envisage un 24H dans les 2 ans à venir et j'aime profiter de l'expérience des coureurs qui ont terminé un 24 h

Bonne récup et bonne route pour les 180 km

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran