Récit de la course : Die-Col de Rousset - 16.9 km 2009, par kikidrome

L'auteur : kikidrome

La course : Die-Col de Rousset - 16.9 km

Date : 8/5/2009

Lieu : Die (Drôme)

Affichage : 677 vues

Distance : 16.9km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Cinq jours après le triathlon de Romans, me voici au départ de la mythique montée « Die-Col de Rousset ». Je ne suis pas trop bien dans ma tête car je me suis rendu compte hier soir en faisant mon sac que je n’avais pas encore rangé toutes les affaires du triathlon… çà s’enchaîne un peu trop en ce moment. Et puis les sensations physiques ne sont pas top. J’ai peur d’en avoir trop fait en avril, peur d’être « sur-entrainée ». Cette semaine, j’ai rêvé que je montais au col dans une civière…

 

Mais j’ai envie de « faire quelque chose » aujourd’hui, en mémoire de Séverine, membre de kikourou, qui vient de nous quitter accidentellement. Alors, pour elle, pour Nico son compagnon, pour sa famille et ses amis, pour Lolo qui nous a quittés l’an dernier dans des circonstances aussi dramatiques, je vais me défoncer.

 

C’est décidé, je ne prendrai pas de photo. Je rêve de faire un podium. C’est un peu con, je sais… Mais quand j’ai quelque chose dans la tête… Avec un peu de chance, çà peut le faire…

 

Je pensais être seule du Club au départ et nous sommes finalement 14 sur la ligne. Et nous avons des supporters : Philippe le coach et Nadine sont venus nous encourager. J’aperçois Chantal Baillon qui accroche son dossard, c’est bon, je connais le nom de la première féminine du jour…

 

Petit briefing sur la ligne de départ, les filles regardent le profil de la course, on sent un brin de stress… Mais le starter nous libère de nos angoisses et c’est parti pour un tour de ville avec les applaudissements des habitants de Die et des spectateurs.

 

PhildeVal me double en discutant tranquillement avec un copain, j’essaie de m’accrocher mais çà va trop vite pour moi. Je décroche…

 

Il fait super beau, la chaleur s’installe… je prends un rythme assez régulier, pas trop lent sans me mettre dans le rouge car je sais qu’il va falloir être frais au pieds de la montée. Les 10 premiers kilomètres sont vallonnés, impecc pour se mettre en jambes.

 

On arrive à Chamaloc, Philippe le coach est là pour nous encourager. Il me dit de bien gérer, il reste environ 1,5 km avant d’attaquer la montée. Je n’ai pas pris de camel, j’ai pris le porte gourde avec une grande gourde et elle me gonfle, elle bouge, elle est lourde. C’est moi la gourde aujourd’hui. Quelle idée de ne pas prendre le camel. J’aperçois David, notre photographe triathlète qui nous canarde juste avant un petit pont auprès duquel est placée Nadine, épouse du coach Philippe. Super, je lui balance la gourde. Ouf, çà fait du bien.

 

La montée commence, je rattrape Isa, une copine du club, qui n’est pas du tout en forme. Elle a déjà mis 2h10 sur cette montée et l’an dernier, elle a fait un podium sur le 35km. Pas de chance. Allez, courage Isa.

 

On coupe la route, et j’entends «  Kiki ! », je me retourne, c’est Patrice et mes filles en voiture. Super, çà fait du bien de les voir. J’ai un bon rythme, j’alterne marche et course dès que je peux. Je repense aux entraînements et à Guy qui nous dit de relancer en haut de chaque bosse. Pour le moment, tout va bien. Moi qui suis hypocondriaque en ce moment et qui m’imagine avec plein de maladies, çà me rassure un peu…

 

Je double des copains du club, c’est bon, il faut que je tienne jusqu’en haut. Je commence aussi à doubler des féminines. L’espoir de podium commence à être plausible. Allez, je garde le rythme. C’est raide mais j’aime bien ce genre de parcours. Mon passé de randonneuse me sert beaucoup aujourd’hui.

 

En croisant Patrice et Philippe GPS qui nous croisent en voiture, je me débarrasse de l’appareil photo, pas de pause aujourd’hui, je ne dois rien lâcher. Il nous reste pas loin de 400 m de D+, pfff, je commence à souffrir. Il faut tenir…

 

La dernière partie est bien pentue, et glissante par endroit car on patauge dans une couche de feuilles mortes. Dernier ravito, le col n’est plus très loin. Je prends quand même le temps d’admirer les paysages. Vraiment, j’aime ce genre de course. J’arrive derrière une fille que je reconnais… Il y a 3 ans, à la course de Buis les Baronnies (la marche du géant), elle m’avait doublée à 10 mètres de l’arrivée. On discute un peu et je continue mon ascension.

 

Arrivée au col, un grand bol d’air frais au passage ! Je me lâche, lève les bras et pousse un cri de victoire…

 

La station du Col de Rousset est en vue, on entend la sono… Allez, ne rien lâcher… je suis une quiche en descente et sur les parties roulantes, mais il faut tenir… je lâche les freins et je fonce vers l’arrivée.

 

Devant moi, il y a un coureur qui accélère, je lui emboîte le pas et je pense à me retourner, je vois une fille qui arrive. Je mets le turbo, ce serait trop bête de louper le podium sur le sprint.

 

Je franchis la ligne, fatiguée mais contente. J’ai mis environ 2h18, je m’étais fixée 2h20. Mes filles m’accueillent, Patrice est là aussi, prêt à rentrer à la maison en vélo avec son pote Philippe. J’aime bien quand on peut s’organiser pour que nous arrivions à profiter tous les deux ! La semaine dernière, c’était l’aller à Roybon vélo, aujourd’hui, c’est le retour depuis le Col de Rousset.

 

Je rencontre Titifb avec qui je discute un bon moment. Ca fait longtemps qu’on ne s’est pas vue. Chantal Baillon a explosé le record féminin en 1h41. Chapeau ! Et voici Lolarun qui arrive, déçue de ne pas avoir fait l’ascension avec sa petite sœur mais sa voiture lui a joué un sale tour. Petites discussions, quelques photos, le temps passe vite. Les résultats sont affichés et là, je suis vraiment heureuse : je suis 2ème V1 derrière ma copine de club, Véro qui termine en 2h16. Et la fille qui était sur le point de me rattraper à l’arrivée est 3ème.

 

 

Je rentre à la maison avec une coupe et 2 bouteilles de Clairette et le sentiment d’avoir réussi ma mission. Séverine m’a donné des ailes. Je pense à elle et à Nico son compagnon.

 

 

10 commentaires

Commentaire de millénium posté le 20-05-2009 à 13:22:00

merci pour ce récit et GRAND bravo pour ce podium...Superbe !
Content aussi de (re)voir quelques copines en photo...
Bisous

Commentaire de CROCS-MAN posté le 20-05-2009 à 14:51:00

Bravo KIKI, quelle énergie!! Dis moi, ça fait pas un peu beaucoup ça?
Félicitation pour ton podium.
ça m'a fait aussi plaisir de revoir en photo Sylvie et Chantal.

Commentaire de Françoise 84 posté le 20-05-2009 à 16:01:00

Wouah!! Quel beau podium!!!! Bravo, Kiki!! Bises et merci pour le CR et les photos!

Commentaire de phildeval posté le 20-05-2009 à 16:43:00

Il t'a fallu crapahuter hein, pour que tu ailles la chercher ta coupe.
Bravo à toi!

Commentaire de Stéphanos posté le 20-05-2009 à 22:45:00

SUPERBE, beau podium trés mérité, kiki!

Commentaire de LtBlueb posté le 20-05-2009 à 23:56:00

Bravo Kiki. Jolie course . Lola a l'air d'avoir la pleine forme :))

Commentaire de Lolarun posté le 21-05-2009 à 13:54:00

"mythique" ... j'aime le choix de l'adjectif pour qualifier cette course... superbe récit, drole en plus (mdr la montée en civière...;D ) et superbe exploit. En prime grand plaisir que de réunir au sommet 3 daltonniennes, 4 avec miss explose les records! Il ne manquait qu'Ema ! Gros gros bisous à toi et encore bravo!

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 21-05-2009 à 19:35:00

Bravo pour le podium ! Quelle championne !

Commentaire de Gibus posté le 21-05-2009 à 21:28:00

Quelle patate
Féloches pour être monter sur la boite.

Commentaire de nico26 posté le 24-05-2009 à 22:19:00

bravo kiki
et merci
ben oui, elle est partout maintenant...
surtout là où on court dans des chemins!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran