Récit de la course : Trail de la Côte Roannaise - 56 km 2009, par ericjapon

L'auteur : ericjapon

La course : Trail de la Côte Roannaise - 56 km

Date : 25/4/2009

Lieu : Renaison (Loire)

Affichage : 1098 vues

Distance : 56km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Trail de la Côte Roannaise

Je devais courir avec Yuki, ma femme, le marathon de Lyon mais il a été annulé une dizaine de jour avant le départ... Nous avons donc trouvé rapidement une épreuve de remplacement, le trail de la côte Roannaise. Nous n'étions pas trop déçu car nous n'avions pas pu nous préparer d'une manière optimale pour un marathon. Par contre, pour ma part j'avais besoin de courir des longues distances, pour m'entraîner aux épreuves qui m'attendent ce printemps et cet été: la Transjutrail, la Merrell Sky Race, et la CCC.
Dans cette optique, j'ai donc choisi le parcours de 56km/2300D+ et Yuki le 28km/1400mD+ (2km de moins que les 30 prévus).

J'ai décidé d'utiliser les Asics Trabuco, bien qu'elles me fassent mal aux malléoles quand les chemins sont très techniques, en particulier en dévers. Il faut bien amortir leur achat. J'ai utilisé des pansements Compeed, de type seconde peau, pour diminuer la douleur. Je n'ai presque rien senti, mais comme les chemins n'étaient pas très techniques, je ne sais pas si c'est grâce à l'efficacité des pansements que j'utilisais pour la première fois.

La veille au soir, à l'hotel près de Roanne, je me suis appercu que j'avais oublié la pièce en plastique qui permet de fermer ma poche à eau. Sur le coup j'étais très énervé et je m'en voulais beaucoup, car c'est la deuxième fois que je l'oublie. Heureusement, dans la journée j'avais achetée une ceinture porte bidons, avec 6 bidons de 20cl. Elle n'était pas prévue pour les trail, mais pour les courses d'orientation dont les distances sont plus courtes. Elle connaitra son baptême de la course dans une épreuve de trail. 6 heures de course, c'est un bon test... La quantité s'averrera largement suffisante, étant donné qu'il y avait trois ravitaillements. Mais ça n'est pas très pratique pour remplir toutes ces gourdes une par une. Et il faut parfois redescendre la ceinture qui a tendance à remonter. Et un bidon fuillait... Bref je n'ai pas eu de coup de barre, c'est l'essentiel.

Le temps s'annonçait mitigé, mais il faisait relativement doux au moment du départ, à 7h30, près de la salle de sport de Renaison. Je suis donc parti en T-shirt (celui du grand défi des Vosges) et j'ai mis le coupe vent Kalenji dans le sac à dos, que j'avais pris en plus de la ceinture. Au cas ou cette dernière soit trop inconfortable, je l'aurais mise dans le sac à dos. J'ai bien fait de prendre le coupe vent, car il me sera utile 2h30 et pas mal de dénivelée plus tard, sur l'un des sommets venteux quand il s'est mis à pleuvoir. Heureusement cela n'a pas duré et j'ai pu enlever le coupe vent moins d'une heure plus tard.

Nous étions 88 inscrits. 70 à l'arrivée. Les concurrents du 14km et du 30km partaient à 10h. Nous nous retrouvions sur les 10 derniers km du parcours (environ).
J'avais prévu d'y aller tranquillement, mon objectif étant de ne pas trop souffrir, car si je ne peux pas courir 56km sans trop souffrir, alors j'aurais de quoi m'inquiéter pour mes prochaines courses de 70km et 100km. Je suis donc parti sur un rythme très tranquille. Mais comme d'habitude, un peu pris par l'esprit de compétition, j'ai un peu accéléré par la suite. J'étais 37ème après une dizaine de km et 21ème à l'arrivée. Satisfait car j'ai souffert un peu mais pas trop, et j'ai pu faire un temps correct, en finissant bien.

Le parcours est sympathique. Un peu inégal, avec des parties un peu monotones, sur des larges chemin, et des parties très plaisantes, avec quelques beaux paysages, des prairies, des forêts, et quelques sentiers plus techniques et plus intéressants. Comme les montagnes ne sont pas très élevées, forcément il y alternence de nombreuses montées et descentes. J'ai doublé Yuki dans la descente juste avant le dernier ravitaillement. Elle se réservait pour la dernière montée qui était il est vrai assez sévère. Mais qui est bien passée en marchant.

L'organisation était bonne, bon briefing, bon marquage (difficile de se perdre), bons ravitaillements, repas d'après course correct, bref rien à redire. Et des douches bien froides pour se revigorer... Merci aux organisateurs et à tous les bénévoles. Et peut-être à une prochaine fois.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran