Récit de la course : Trail de la Côte Roannaise - 56 km 2009, par Crem

L'auteur : Crem

La course : Trail de la Côte Roannaise - 56 km

Date : 25/4/2009

Lieu : Renaison (Loire)

Affichage : 1144 vues

Distance : 56km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon récit du 56kms du Trail de la Madeleine

Arrivée sur place à 6h40, un bon p’tit café et de la brioche aux pralines offerts. Pierrot arrive à 7h comme prévu, impec, pas grand monde (90 partants).

Ciel bien couvert mais qui se tient, temps frais, ça s’annonce pas mal.

Le patate veut partir sur les chapeaux de roue, va falloir le suivre…

Départ donné à 7h30, en pleine forme, ça monte direct et j’arrive, bien content, à le suivre sur un bon rythme.

On fait la route ensemble jusqu’au 1er ravito où je m’arrête comme un ogre (17km en 2h je crois…). Pierrot arrive et repart direct, comme une balle…

Je le rattrape et on continue toujours la route ensemble, sur un « trop bon » rythme.

Deuxième ravito, 34km en 4h à peu près, toujours bien, là Pierrot prend le temps de se goinfrer comme moi, et on repart ensemble droit dans le pentu.

Forcément, passé le 43ème après 5h, j’ai plus de jus… et le Pierrot commence à s’éloigner. Je suis complètement vidé, mais je lutte pour continuer à trottiner, pas s’arrêter, on adopte le rythme de survie. Et très bonne surprise, en trottinant tranquillou, j’arrive à récupérer, je bois énormément et respire comme un fou, mais je me sens de mieux en mieux.

Dernier ravito au km46, le père de Pierrot me dit que patate est 4mn devant, et Chab 10mn (Chab faisait le 30km, et on avait les 13 derniers kms ensemble).

Je m’enflamme pas, le but, s’est pas de finir en trombe, mais de tester la récup pour le GRP, donc je continue sur mon rythme bien tranquillou où je récupère.

Et j’arrive quasiment en pleine forme sans me pressé en 6h40.

2mn après Chab et 20 mn après Pierrot qui a terminé comme un fou.

Conclusion :

super trail, chemin excellent, météo parfaite. (Ronan, tu peux prendre exempleJ)

Au niveau des sensations, vraiment content. J’ai tenu 40 bornes avec Pierrot sur un très bon rythme, et après le gros vide du 43ème, j’ai réussi à continuer et à récupérer sur un p’tit rythme bien tranquille. Arrivée au 56ème, j’aurais pu sans problème continuer.

Y’a plus qu’à bosser les montées comme un fou, c’est toujours mon point faible…

Voilou, prochain rdv l’urban trail de Lyon et ses 40 bornes d’escaliers en folie ! ça c’est de l’entrainement

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran