Récit de la course : La Montée de St Egrève Planfray 2009, par batou

L'auteur : batou

La course : La Montée de St Egrève Planfray

Date : 19/4/2009

Lieu : St Egreve (Isère)

Affichage : 568 vues

Distance : 10.4km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

N’ayant rien fait de la semaine, j’ai un peu la bougeotte. Coté entraînement, je pense avoir le fond grâce aux entraînements du raid in France, mais cela fait plus d’un mois que je n’ai pas mis mes chaussure sur une piste d’ahtlé. En cherchant une course, je tombe sur cette montée Vendredi. Je n’ai jamais fait ce type d’effort, et à la base je voulais faire un peu plus long.

Je vois sur le site départ à 9h30. Je part donc en footing de chez moi (Grenoble) pour rejoindre St Egreve. Un peu à la bourre, j’oublie mes barres de céréales, car je voulais faire le footing a jeun. Résultat, je ferrai le footing + la course sans rien dans le ventre.

Arrivé sur place, on me dit que le départ est à 10h. J’apprends aussi que le circuit est composé à 80% de chemin. Merde, j’aurai du prendre mes trails.

J’aperçois Samuel, une des flèches jaunes de l’équipe de raid Ertips. Il y’a peu de monde, mais quelques coureurs de qualités (dont une ancien membre de l’équipe de France de montagne).

Départ.

Ca part très vite, je me place derrière Samuel, mais devant, deux coureurs s’échappent. Sur le premier kilomètre plat, je dois être presque à mon allure normal d’un 10km plat.

Nous quittons la route pour commencer à prendre un petit single qui s’élève. C’est un beau ptit mur, mais je vais essayer de me faire mal sur cette course et de courir le plus possible. Samuel, à l’aide de bâtons, s’échappe. Au bout de trois kilomètres, deux autres coureurs me doublent. Au 4°, on alterne des singles plats et légèrement descendants. Je sors les jambes, et profitent ensuite de la route pour rattraper un des deux coureurs. Me voilà pointé à la 6° place au ravito.

Mais je ne suis pas au mieux. Nous reprenons une route, avec un fort dénivelé qui se transforme en chemin caillouteux. Je me fais distancé par mon compagnon de route. Je commence à passer par des phases de marches. Je n’arrive même plus à relancer dans les portions plus plates. Nous retrouvons une route. Un coureur me double facilement, accompagné du sympathique « courage ». Il reste 2kms et j’en ai vraiment marre de descendre au classement. Surtout que ça revient fort derrière. Dans le dernier mur, peut être la portion la plus difficile, alors que je marche comme tout le monde pensai-je, le coureur derrière me revient tout en petite foulée.

Là, le type il m’a chauffé. Je fait la deuxième partie du mur en trottant, et à ce rythme, revient à quelques dizaines de mètres de mon prédécesseur, tandis que j’anéanti les perspectives du coureur de derrierre de me rattrapé.

On bascule sur une descente, personne devant, personne derrière, pas besoin de faire le bourrin. Je voit le village, et termine ainsi 8° pour environ 52 min.

J’ai adorée cette course. En trail, je gère toujours les montées, en prévision des descentes ou je gagne énormément de temps. Cette course ma permis de me défoncer en montée, et voir que généralement, c’est plus la tête qui permet de trottiner en monter que le physique brut.

Par contre, je n’étais pas vraiment au top pour cette course. La 5° place était jouable, mais ce serra pour une prochaine.

Je suis ensuite descendu rapidement en stop, histoire de pouvoir avoir l’après midi pour réviser

2 commentaires

Commentaire de l ignoble posté le 20-04-2009 à 00:44:00

on a du se croiser,bravo pour ta course!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 20-04-2009 à 01:16:00

Sympa ce récit en tête de course !
Chapeau !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran