Récit de la course : Trail du Ventoux - 46 km 2009, par carotte

L'auteur : carotte

La course : Trail du Ventoux - 46 km

Date : 22/3/2009

Lieu : Bedoin (Vaucluse)

Affichage : 1868 vues

Distance : 44km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail du Ventoux: le géant de Provence porte bien son nom!

Fidèle à sa réputation, le Trail du Ventoux n'est pas une mince affaire pour qui veut s'y frotter !
Avec ses 45km et 2600m D+, cette course lance le début de saison sur les chapeaux de roue  ...
 
 
 
Photo Benoit
 
De retour d'un petit week-end sportif et convivial dans le Vaucluse, mon organisme est en mode off... Plus de jambes, plus d'abdos, plus d'épaules et ... plus de bras non plus (et pourtant je n'avais pas les bâtons).

Récit d'une course à noter dans la catégorie "Magnifique mais qui fait mal"

Photo Benoit

8H30 : Après un petit échauffement tranquillou dans les rues du légendaire village de Bedoin (la mecque du vélo de route, point de départ de l'ascension du Mont Ventoux), je retrouve quelques visages familiers sous l'arche de départ. Me voilà donc en train de papoter avec :
Mon ami Benoit, Môsieur l'ambassadeur du Merrell Oxygen Challenge,
Julien Chorier qui semble une fois de plus, en pleine forme et qui me précise que ce trail ne ressemble pas à une balade de santé, notamment en 2è partie de course (et il avait raison le bougre !!!)
Greg, Jeff, Fred... l'équipe Garmin au grand complet.

Des têtes connues se regroupent en tête de peloton parmi lesquelles Samuel Bonaudo, Christophe Jacquerod, Guillaume Lenormand, Ludo Pommeret et j'en passe... Bref de belles têtes d'affiches sont au RV!

5,4,3,2,1: c'est parti ! Je suis plutôt bien placée dans le peloton. Benoît me rattrape rapidement et nous entamons les premiers single à travers les Ocres, un paysage étrange fait de roches rouges et de sable. On se croirait dans le Grand Canyon aux Etats Unis (bien que je n'y ai jamais mis les pieds...). Nous passons en trottinant les uns derrière les autres tandis que les bouchons semblent se former à l'arrière. Après 4km, commence THE ascension du Mont Ventoux. 20km et 1600m D+ de montée constante et régulière... Autant dire que courir relève de l'exploit!

De mon côté, au bout de 8/10km, le soleil et le printemps s'étant invités à la partie, je commence à ressentir le traditionnel et vicieux "effet cocotte minute". Mes doigts prennent progressivement leur belle petite forme de boudins, mon coeur s'accélère, tout autant que ma respiration, et pas une goutte de sueur ne vient perler mon front... S'ensuit la traditionnelle montée en température et l'impression d'avoir les jambes coupées. Super pratique pour un début de course! Bien décidée à grimper au sommet, je choisis de ralentir le rythme et propose à Benoit de me laisser là pour continuer son chemin. Mais en vrai gentleman, ce dernier décide de rester à mes côtés et me propose un gel censé libérer les voies respiratoires. (pour ceux qui connaissent : Respilibre de Fenioux). Au point où j'en suis, pourquoi pas essayer ? Finalement ce dernier, faute de me faire transpirer, me procure une agréable sensation de fraîcheur dans la bouche grâce à la menthe et à l'eucalyptus.. C'est toujours ça de pris!

Je poursuis lentement mais sûrement ma route, en compagnie de Benoit qui lui, prend des photos! Au 14ème km, nous atteignons la porte de séparation, lieux de choix entre petit et grand parcours. Un verre d'eau, un morceau de banane et c'est parti vers la gauche direction la grande boucle. Encore 31 bons km au programme.


Photo Benoit


En quelques mètres, nous retrouvons la neige bienfaitrice! J'attrape la moindre boule glacée pour me la coller sur le front, dans les mains et dans le cou. Je commence à pouvoir respirer malgré mes gros boudins à la place des doigts. Il reste 1000m D+ avant le sommet du Ventoux que nous atteignons par la face Nord. De là, les paysages sont magnifiques et les vues sont en 360°. Nous courons dans la neige au milieu des pistes de ski du Ventoux, sur la fameuse route empruntée par des miliers de cyclistes l'été...La scène est vraiment particulière !


Photo Benoit

Une fois au sommet, Benoit et moi sautons sur un touriste pour nous faire tailler le portrait...


Les ambassadeurs du Merrell Oxygen Challenge au top!

Mon compagnon décide de m'abandonner à la cîme pour faire une pause "resserrage de lacets" et profiter de la descente à son rythme. J'enquille donc seule la descente vers le chalet Reynard. Toujours en train de m'affairer à faire baisser la température de mon corps avec des boules de neige attrapées au vol, j'atteins le 3è ravito où mon ami JC m'attend... Le pauvre patiente depuis longtemps et pour finalement avoir simplement droit à regard noir de ma part, accompagné d'un "Il est dur ton trail " (ben oui quoi, c'est quand même à cause de lui si je suis là!). Désolée JC, j'étais ailleurs à ce moment là!

Un arrêt pipi derrière le premier arbre rencontré depuis le sommet (20' chrono) et c'est reparti. Je suis seule et il faut lever les yeux sur les rubalises pour ne pas s'égarer, tout en surveillant ses pieds pour ne pas se rétamer. J'atteins le 29èkm et double 2 coureurs, dont un s'est fracassé le coude dans la descente...en sang le pauvre garçon. J'attrape mon téléphone et préviens JC qui lui même prévient les secours.

C'est reparti pour la descente dans les cailloux, mais en quelques mètres, je suis stoppée net par les crampes d'estomac. Eh oui, l'un de va pas sans l'autre chez la carotte! L'impondérable duo "Rétention d'eau / Crampes d'estomac"... Comment ne pas y échapper! Je marche donc tranquillou quelques instants ayant depuis longtemps oublié tout objectif de résultat...
 
Au 34èkm, alors que le Ventoux est derrière moi, s'annonce la fameuse deuxième partie de course dont m'avait parlé Julien ! (cf début de récit). Je suis en 5è position. C'est reparti pour 700m D+ et 11 km sous le soleil... J'avance à la vitesse d'un escargot fatigué (ça situe un peu le niveau) et m'arrête régulièrement à l'ombre d'un buisson pour tenter de récupérer. Je chute même à l'arrêt, mon pied se prenant dans une racine...la honte... (merci au jeune homme qui m'a gentiment relevé comme une mamie!). Une fille me double à ce moment là. Les montées s'enchaînent jusqu'au 5 derniers km, où une longue descente technique dans la caillasse n'attend plus que nous. Il faut redoubler de vigilance pour ne pas chuter, je décide donc de jouer la prudence en prenant le temps de resserer mes chaussures et en progressant avec précaution, d'autant que mon estomac fait toujours des siennes...


Une passage dans une combe magnifique, une ligne droite puis s'annonce le dernier virage dans le domaine de Bélézy sous les applaudissements des supporters ... Voilà 6h04 que je suis partie... Je franchis la ligne en 6è position chez les filles, loin derrière la tête de course et surtout bien fatiguée!

Mon bilan :
Le trail du Ventoux : une course magnifique sur une montagne mythique, mais où il faut s'aligner vraiment bien préparé(e)...
Un trail de début de saison qui me permet de faire le point sur mes défaillances... Mieux vaut les connaître dès maintenant pour tenter de les limiter  à l'avenir, car le plus dur reste à venir !
Une petite fierté d'avoir partagé un podium avec Guillaume Lenormand (à ma droite) et Christophe Jacquerod (à l'extrémité)


Une spéciale dédicace au speaker qui a parlé de moi au micro plus qu'il n'en fallait....



Mes respects à Tom Owens pour sa victoire ainsi qu'au sympathique Julien pour sa 2è place,
Un grand plaisir d'avoir partagé l'aventure de l'ascension du Ventoux avec Benoit,
Un grand pardon à JC d'avoir fait ma ronchonne au Chalet Reynard...
Et à Patrice et Véra pour les avoir fait poirauter pour l'apéro!!!

4 commentaires

Commentaire de gdraid posté le 24-03-2009 à 11:31:00

Bravo Caroline, pour ta course parmi les meilleurs.
Merci pour ton CR sympa et bien illustré.
JC

Commentaire de frankek posté le 24-03-2009 à 16:55:00

bravo pour ta course !
sympa ton p'tit réçit...y a plus qu'a rectifier les erreurs pour la suite. récupère bien

Commentaire de laurent05 posté le 24-03-2009 à 17:14:00

bravo pour ta course
le chrono n'est pas si mal que ça moi il me plairait bien. la grande forme va revenir très vite
bonne récup
a+
laurent

Commentaire de Gibus posté le 25-03-2009 à 22:45:00

Merci carotte pour ce bô reportage

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran