Récit de la course : Eco Trail de Paris Ile de France 2009, par PAT95

L'auteur : PAT95

La course : Eco Trail de Paris Ile de France

Date : 14/3/2009

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1379 vues

Distance : 80km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

0-21kms: (Saint Quentin en Yvelines - Buc)

Départ midi. Il fait chaud en ce 14 mars malgré les nuages. J'ai la mauvaise idée de partir trop couvert. Le départ est très rapide et il faut se méfier de cette première portion très roulante donc propice à la (mauvaise) prise de risque. Je décide de ménager mes ardeurs mais me laisse quand même entraîner dans un rythme trop intense en ce début de course. Le paysage est magnifique et nous sommes très nombreux sur ces sentiers d'île de France (J'y croise même un coureur déguiser en Lapin bleu - quel courage compte tenu de la chaleur). Je poursuis mon petit bonhomme de chemin sur ces sentiers que j'avais déjà foulé l'an dernier. Après 2h06 de course, j'arrive avec impatience à ce premier ravitaillement où le public est très nombreux et très accueillant. J'en profite pour refaire les niveaux et je reprends mon chemin très rapidement....

21kms- 50 kms (Buc - Chaville)

Le deuxième tronçon est le plus dur de la course. Il s'agit de faire les 29 kms suivants sans le moindre ravito et c'est précisément lors de cette boucle que nous prenons quasiment tout le dénivelé de la course (1500m D+). Les bois se succèdent et ce n'est qu'un jeu de Montées - Descentes entrecoupées de temps à autres de traversées de grands axes routiers le temps de reprendre le chemin vers Chaville. Chemin faisant, je retrouve Gaël avec qui j'avais fait un bout de chemin lors de l'Origole qui s'est tenue le 6 Décembre dernier et nous retrouvons le temps d'arriver au 2nd Ravito nos automatismes "Origolien". Nous en profitons également pour débattre sur quelques coureurs qui coupent le parcours ; chose que nous déplorons. J'en profite aussi pour ramasser quelques papiers que nos prédécesseurs ont crus bon de laisser sur place (Je rappelle que quelques grammes de papier n'entachent pas notre performance en course). Arrivée au panneau 43 kms, nous entrons dans le monde de l'ultrafond et cela nous rapproche du ravito tant attendu. Autour de nous, ça commence à marcher de plus en plus. Un coup de fil me réveille, c'est Stéphane un ami qui me propose de m'apporter des chaussures et chaussettes de rechange. C'est convenu, j'attendrai à Chaville la venue de Stéphane. L'arrivée au ravito se fait au son de la fanfare et des jongleurs qui nous offrent un beau spectacle. Après 10 minutes, je rappelle Stéphane qui s'est perdu et nous convenons de nous retrouver au ravito suivant au Haras de Jardy.

50 kms - 63 kms (Chaville - Haras de Jardy)

A la sortie de ce ravito, je suis pris d'un coup de barre conséquent. Je me suis trop alimenté et je passe un moment de digestion difficile. Je prends un peu de temps pour me remettre en place et réchauffer la machine. Un second coup de téléphone me surprend dans ma torpeur. C’est mon fils et mon épouse qui prennent de mes nouvelles et prennent des nouvelles de mon état de santé qui avouons le n’est pas au top à ce moment là. Ce soutien familial m’est précieux et me réconforte. Je relativise mes douleurs du moment et reprends du poil de la bête grâce à nos échanges. Au fur et à mesure, je retrouve des jambes et la vidange gastrique se fait ce qui a pour effet immédiat de me remettre en selle. Ce tronçon passe très rapidement et je rattrape beaucoup de monde. Il me tarde d’arriver au plus tôt à Jardy. C'est chose faite en à peu près 1h05. Les jambes sont enfin revenues. Le final ne me contredira pas. J'arrive à Jardy en 7h06. Je m'alimente et attends Stéphane qui me rejoint 20 minutes après pour m'apporter des chaussures et chaussettes fraîches pour les 17 derniers kms. Je salue mes hôtes, Stéphane et sa fille et repars pour la suite.

 

63 kms - 70kms (Harras de Jardy - Parc de Saint Cloud)

Cette portion comme la précédente passe très rapidement (je mets moins de 40 minutes pour faire ce tronçon). La nuit est tombée. Je continue ma partie de Pac-Man et double beaucoup de gens. Dans un moment d'inattention, je « jardine » comme à mon habitude avant de retrouver le bon chemin. La tour Eiffel brille au loin comme j'arrive au ravito du 70e Km en haut du parc de Saint Cloud.

70kms - 80 kms (Saint Cloud - 1er étage de la tour Eiffel) 9h11 au final

Après une bonne soupe, je repars de ce dernier point de contrôle. Une descente et nous sortons du parc de Saint Cloud. Nous commençons à longer les quais direction Tour Eiffel. Les jambes continuent de bien fonctionner malgré la fatigue normale due à l'effort. Je rattrape quelques groupes de coureurs qui évoluent par paquet à un rythme qui n'est pas le mien. La fin est proche et cela commence à sentir bon malgré notre fin de course en pleine ville. La tour Eiffel se fait de plus en plus belle comme nous arrivons. Les spectateurs, bénévoles et autres passants nous encouragent pour les derniers hectomètres du parcours. Nous arrivons aux pieds de la grande dame. La circulation est neutralisée pour nous laisser traverser. Nous entrons sous un chapiteau et passons sur une estrade ou nos prédécesseurs et accompagnants se restaurent. A la sortie nous sommes diriger vers le pilier Sud où la sécurité fouille notre sac (Plan vigipirate oblige) avant de nous laisser monter les 347 dernières marches du parcours. La montée s'effectue en marchant. Je savoure cette arrivée avec un autre coureur. La ligne d'arrivée est en vue et nous décidons de franchir ensemble cette arche de délivrance. Je récupère mon tee-shirt et savoure une bière bien fraîche en admirant la vue au son des hourras qui montent d'en bas saluant l'arrivée des coureurs suivants. Je décide de redescendre par l'escalier pour profiter pleinement de la magie d'un soir et je me rends au gymnase où l'accueil des bénévoles est à la hauteur de ce que j'ai pu rencontrer pendant tout mon parcours. Je récupère mon sac et me dirige vers la douche.

Le retour se fait par métro et voiture (Un bout de maroilles et au lit…. :-)

Conclusion : 9h12 de course et une bien belle balade sous le ciel de Paris.

Cette course est très belle et mérite son succès. Tout a été parfait du début à la fin. J'espère continuer à connaître beaucoup de moment comme ce Samedi 14 mars après midi fait de découvertes, rencontres et beauté. A bientôt pour le Marathon de Paris (Autre course - Autre ambiance). Merci à ma femme, mes enfants et mes amis pour leur soutien permanent dans mes folles escapades du Week-End (est-ce qu’ils me supportent encore ?).

 

 

 

1 commentaire

Commentaire de hellaumax posté le 18-03-2009 à 17:56:00

Très beau récit. bravo pour ta course

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran