Récit de la course : Les Foulées de Villeurbanne - 10 km 2009, par Baobab

L'auteur : Baobab

La course : Les Foulées de Villeurbanne - 10 km

Date : 15/3/2009

Lieu : Villeurbanne (Rhône)

Affichage : 1255 vues

Distance : 10km

Objectif : Battre un record

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Foulées de Villeurbanne

         Les foulées de Villeurbanne 2009

 

Ou, comment ne pas se fouler en foulant

 

 

     Depuis les foulées Vénissianes en novembre 2008, et plus effectivement depuis mon retour de récupération post-Saintélyon 2008, je me suis consacré à m'améliorer sur une distance que j'apprécie de plus en plus : le 10km.Finalement je ne suis pas trailer dans l'âme. Randonneur, oui. Mais courir sur des parcours naturels ne me semble pas une fin en soi. J'apprécie de pouvoir marcher, en levant le nez quand je le souhaite, en m'arrêtant si ça pme plaît. De plus les distances supérieures au semi, même si elles m'attirent nécessitent un type de préparation qui tend à me rebuter. Il faut aussi ajouter que la récupération est longue...trop longue, à mon goût.
C'est pour ce sraisons (rapidement évoquées) que je courrai en 2009 essentiellement des 10 et des semi-marathons.

 

 

 

     Je commence une préparation le 22 décembre 2008. Elle est construite à partir des plans d'un fameux forummer de courseapied.net, et me semble équilibrée, motivante, et abordable.
Je prévois une préparation de longue haleine, sur une vingtaine de semaines, et intégrant 3 compétitions dont les foulées de Villeurbanne.

 

 

Les séances types vers lesquelles je vais sont 2*8*400 1'25 r'1'15-3' (avant Villeurbanne je passe 10*400 en 1'24) et 6*1000m en 3'55 rec 1'30 (je les passe en 1'54 en moyenne sur 1000 et 1500)

 

Je suis optimiste pour les foulées de Villeurbanne. Je dois pouvoir accrocher les 39'45, peut être moins.

 

 

 

Dimanche 15 Mars 2009,

Après une nuit fractionnée   (jeune papa, c'est la norme depuis 1 an) je me lève à 6h45, assez frais. J'avale deux oeufs, une tranche de pain et deux cafés. J'hésite à prendre le mp3, finis par charger ma play-list concoctée pour l'occasion, puis lâche l'affaire lorsque je m'aperçois que je n'ai plus de piles chargées.

 

A 8h15 je quitte la maison. 1500M de vélo plus loin, je vais à la remise des dossards. C'est récupéré en 2 minutes, il ne me reste plus grand chose à faire avant le départ. Peut être me changer, quand même ? J'attache mon pull et pantalon à un antivol fixé sur le vélo (à 20m de l'arrivée, ça devrait aller pour une après course (même difficile!!!))

.

L'organisation a misé sur la décroissance. Parmi d'autres, un exemple : les toilettes sèches. C'est pas mal du tout. Une pelle à sciure aurait été bienvenue, mais je trouve l'idée bonne.

 

 

40mn avant le départ, je pars m'échauffer, comme prévu. Le problème c'est que je ne sais pas trop où aller. Les courses juniors interdisent la fin du parcours, et il y a trop de monde ailleurs. Je zone un peu 10mn, reviens aux toilettes sèches, puis me dirige vers le terrain de foot en synthétique, à côté du départ. Comme je crains les ballons perdus (je déteste les ballons quand je cours : trop peur de m'en prendre un dans la tronche, d'autant que je pense les attirer !) je tourne en rond sur 200m carrés. Pas terrible. Je ne tente pas d'accélérations : trop de monde.

 

10mn avant le départ, je vais prudemment chercher une place pas trop loin derrière la ligne de départ. Malheureusement on nous fait reculer puisque ça arrive à plein camion par l'avant.

 

9h30, "pif" : le départ est donné.

 

Je fais bien attention à déclencher mon chrono sur la ligne (pas comme à Vénissieux ou je m'étais emmêlé les doigts jusqu'à 100m après la ligne

 

.

Je suis décidé à rester prudent : je ne dois pas faire le kilo d'introduction en 3'45, comme à mon habitude. Il faut que je respecte mon plan de marche : 4'/km jusqu'au 5ème, puis accélération sur la deuxième moitié. Je prends bien garde à éviter les slaloms, les franchissements de trottoirs, et éventuellement les chutes. J'essaie de doubler lorsque c'est possible. Devant moi, j'admire une femme assez petite qui impose sa présence avec un léger écart des bras (c'est efficace : du coup je la double proprement, sans forcer le passage).

 

Comme d'habitude le bouchon se désagrège après quelques hectomètres.

 

 

Je cherche le passage du premier kilo. Le voici. Un coup d'oeil à mon chrono me rassure : 3'55. Mon allure spécifique à l'entraînement.

 

2ème kilomètre
A présent il s'agit de trouver ma vitesse de course. L'explosion du départ a été correctement contenue, j'y vois un signe de maturité athlétique, forcément de bonne augure pour les 9km restant.
Bien en confiance, je décide de me caler tranquillement, à l'écoute de mes jambes, de mon souffle (c'est finalement pas si mal d'être venu sans musique). Je me sens bien musculairement, malgré une pointe au mollet droit (des restes de ma sortie échevelée de vendredi matin)
Où est la la marque du 2ème ??? rien ? Ben non, soit je l'ai loupée, soit elle n'existe as. C'est dommage je comptais vraiment dessus. Comment j'évalue mon allure moi ? Au pif
?

 

C'est d'autant plus compliqué que le petit vent nous taquine avec quelques bourrasques. Au détour d'un pâté de maison, il faut carrément lutter. Ça se planque derrière le copain de devant, histoire de profiter d'une fragile protection.
Le mollet se fait oublier, et je dois dire que je me sens super bien. Presque trop, j'ai l'impression de faire un échauffement un poil rapide.

 

 

Voici la marque de fin du 3ème kilomètre.
Un coup d'oeil à ma montre, et là horreur !!! J'étais sûr d'être sous 12' ! le chrono indique 12'10. c'est pas bon garçon
. J'ai perdu 15 secondes sur les deux derniers kilomètres. Une bonne base pour faire 41', mais ce n'était pas le projet.

 

Je relativise, étant donné mon état de fraîcheur. Hop, j'allonge un poil, resserre la fréquence, et double quelques grappes (je n'aurais pas du prendre ce train auquel je prêtais aveuglément une allure voisine du 15km/h).

 

En doublant j'encourage des mecs dont la respiration est sifflante. Certains sont partis beaucoup trop vite, et commencent à tomber comme des mouches.

Je me concentre bien, tout en appréciant d'être là, sous un soleil éclatant, porté par des jambes en forme.

 

Pas de km4 indiqué sur le parcours. C'est trop dommage : je n'ai aucune idée de mon allure. Il me semble que je suis encore trop lent, mais je n'ai pas envie de lâcher les chevaux avant le 7ème.

 

Avant le km5, j'attrape au vol un verre d'eau. Merci au bénévole qui m'a aidé. Ils sont vraiment tous formidables. Aux petits soins pour que nous passions un bon moment à courir !

A la moitié de course je prends un coup au moral : 20'20 (ou 24?). Trop, trop, beaucoup trop. Je m'en veux, j'en veux au vent, j'en veux à l'absence de marquage...

 

 

Voilà ce que je décide. Pour 40', c'est mort...ou presque. Par contre, il faut absolument que je me rapproche de mon temps de Vénissieux (40'21 réels). Évidemment ça ne sera pas facile, mais j'ai un atout, de taille : je suis relativement frais, loin, très loin d'être entamé.
Je reprends doucettement de l'allure sur les deux prochains, et j'accélère après le 7.

 

Le vent est parfois gênant, il casse le rythme, et fausse les repères. Ça me rappelle mon marathon à Clermont Ferrand il y a un an.
Pas de marque au km6.
Au 7ème, je suis encore en retard. Mais j'ai dû courir à 4'/km, ainsi l'écart ne s'est pas creusé. Je redoute de passer en-dessus 41'. Ça me ferai bien mal, mais tout est entre mes mains, alors yapuka.

 

Jusqu'à la fin du neuvième je reprends des places, cherchant des coureurs à accrocher. Personne ne semble vouloir foncer, aussi je continue seul.

 

Ma foulée tape fort. Il faudrait que j'investisse dans des chaussures à talon plus plat; Avec ces échasses en EVA, je sens très clairement une décomposition en 3 temps : 1) je tape 2) dispersion de l'énergie/retour à l'inertie « 3) propulsion. Quand je cours pieds nus (15km/semaine) le geste est beaucoup plus fluide, puisque la dispersion se fait au travers de la propulsion (soit en deux temps). Une piste à explorer...après l'arrivée.

 

Voici la marque du neuvième. Allez, je suis en forme (trop) je fonce. Je laisse tout le monde sauf un mec qui s'accroche quelques dizaines de mètres. J'espère l'arrivée, me garde pour un sprint final.


Allez, la ligne droite avant l'arrivée. On sort les crocs. Il va y avoir de la bataille ? Même pas.

Je suis au taquet, surtout que 20m avant la ligne j'entends l'artillerie lourde derrière moi).
Hop je coupe la ligne, éteints le chrono : 40'46.

 

Pas de quoi être fier mon bonhomme. Même pas vidé; je me dis que je si j'ai bien parcouru la distance, je suis passé à côté de la course.

 

Je récupère une pochette moche (les organisateurs auraient dû s'en passer à mon avis, ça aurait été plus dans l'esprit de la sobriété affichée), puis me dirige au ravito. L'eau est largement à disponibilité, de même que le jus d'oranges, et les barres de céréales. C'est sobre, mais correct. J'aurais apprécié des bananes, mais bon...

 

Je discute avec Matthieu et Mathieu. Ils sont en forme eux aussi, mais avec des chronos dignes de ce nom, eux.

Bon c'est pas tout. J'ai un anniversaire à fêter moi ; )
D'y penser, ça me redonne le sourire.


LA suite de ma préparation devra intégrer des fractions plus longues. 1000 c'est bien, 1500 c'est sympathique, 1'30 de récup c'est gentil, mais tout ça manque de travail de soutien. Il faut faire des 2000, des 3000. Il faut varier les allures, et continuer à s'arracher.
Il faut aussi que je perdre un petit kilo, que je réfléchisse à mon chaussage, et puis...que je me bouge les jambons le jour J !!!

Pour finir : merci à l'OSV Villeurbanne qui nous a offert une belle course. Merci aux bénévoles : vous fûtes formidables : )

Merci lecteur de m'avoir lu, ça fait plaisir.


11 commentaires

Commentaire de thunder posté le 16-03-2009 à 13:36:00

Nous sommes en forme mais on a aussi foiré nos chronos :s pour la pochette c'est un sac à chaussure et c'est bien pratique ;) Bonne récup et vivement le prochain pour se refaire la cerise

Commentaire de Fimbur posté le 16-03-2009 à 13:50:00

Salut Vincent,
comme tu le dis, tu as une prépa en 20semaines, donc Villeurbanne te donne un repère pour le prochain où tu vas tout exploser vu comment t'es motivé.
A bientôt
Fimbur

Commentaire de Matov posté le 16-03-2009 à 16:20:00

Merci pour ce récit sympathique. Finalement, il ne te manque pas grand chose pour descendre sous les 40 minutes - peut-être à Rillieux?
Et pourquoi pas te lancer pieds-nus sur un 10km?? ;-)

Commentaire de Jerome_I posté le 16-03-2009 à 16:28:00

salut, domage qu'on ne se soit rencontrès hier, oui le vent a freiné toutes nos foulées et les chronos ne sont pas vraiment bon!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 16-03-2009 à 19:39:00

Bravo pour ta course, tu devrais peut être investir dans un gps?

Commentaire de Loopinette posté le 16-03-2009 à 20:44:00

Un "petit" 10km fort sympathique apparemment :)
Même si tu n'es pas très content de toi, tu sais au moins que tu en as encore sous le pied (nu? c'est quoi cette histoire ?)
A bientôt sur les routes du grand est ! :)

Commentaire de Pat'jambes posté le 16-03-2009 à 21:16:00

Hé oui Baobab, on s'est tous fait avoir par ce vent semble t-il...

Pieds nus! 15km/semaine! C'est une blague ou c'est le fractionné de nuit lit/cuisine pour les biberons (5", r1", R2h)?

Entièrement d'accord avec toi: la respiration c'est le plus beau des MP3 ;-)

Et puis j'ai compris ce que c'était que ce sac noir... pour les chaussures!

Commentaire de Belet posté le 16-03-2009 à 23:52:00

Argghhh, caramba, Eole a encore fait des siennes.

D'un autre côté, outre les jambons, il va aussi falloir travailler le moral. Qu'est ce que c'est que cette histoire de lâcher l'objectif à mi-parcours avec seulement 20s de retard, mmmhhh? :)

Avec ton état de fraicheur, tu pouvais en gagner 30 sur un dernier kil de folie !!

Bon allez, on reprend les gammes et on remet ça, bravo pour ce chrono "facile", la prochaine fois essaye de mouiller le maillot :)

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 17-03-2009 à 20:50:00

Que des 10 bornes et des semi ? Tu vas fractionner cette année mon gars !
Tu dis que tu n'es pas trailer mais tu commences le long ultra-trail de la paternité...t'as pas fini !

Commentaire de agnès78 posté le 17-03-2009 à 22:34:00

dommage que le vent se soit invité ce dimanche mais cela va payer pour le prochain 10kils, je te fais confiance vincent!
Bonne récup' msieur!

Commentaire de bzh67 posté le 29-03-2009 à 23:30:00

Hello Vincent. Dommage pour ton chrono mais les conditions ne t'ont pas épargner. je suis sûre que tu passeras sous les 40 à ton prochain 10 kil, surtout que t'en a encore sous les pieds.
Des 3*2000 et 2*3000 seraient peut être bienvenue ;-)
@+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran