Récit de la course : Gruissan Phoebus Trail - 47 km 2009, par lule

L'auteur : lule

La course : Gruissan Phoebus Trail - 47 km

Date : 15/2/2009

Lieu : Gruissan (Aude)

Affichage : 2193 vues

Distance : 50km

Objectif : Pas d'objectif

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

5ème édition du GruissanPhoebusTrail (50)

 

  Hello les kikoùs et aux courageux pour ceux qu'ils liront le pâté ci-dessou en entier!


 

 

   Avant-goût: 

  Le Gruissan Phoebus Trail, c'est une course de 50km entre Clape et Méditerranée, pour un dénivelé positif de 1320m. Le Massif de la Clape est une petite montagne calcaire de 15 000 Hectares. La Clape signifie "tas de cailloux" en Occitan (On confirme tous que les cailloux sont toujours là! 

                            Photo Steve


  J'avais prévu et m'étais inscrit sur cette course comme prépa pour les Citadelles, les 73km! Je suis vite revenu sur Terre en décembre après une brève discussion sur le cross international de Carcassonne. Moi sur un 73?! Mais qu'es-ce qui ma pris?! Ca fait même pas un an que je cours, certe ça fait un joli cadeau pour un premier anniversaire mais quand même! Bref, on descend sur le 40, ça sera déjà ça...

  Mais je suis déjà inscrit sur le GPT. N'es-ce pas débile de préparer un trail de 40 par un 50. Euhh..


  C'est décider, ce GPT sera un objectif de début d'année! En plus, mon appareil photo est passé par la case SAV; je ne perdrais pas de temps à mitrailler paysages et coureurs!

 

 

   Une préparation?!

  Bien sûr, je ne suis pas arrivé les mains dans les poches tel un touriste, non! Une prépa oui, spécifique pas si sûr..

  Après les fêtes de fin d'année durant lesquelles j'ai levé le pied (malgré moi, car faisait super froid!!) et la saison étant telle que, j'enchainerai les cross: cross de Sigean, de Narbonne, de Carcassonne (chpt de l'Aude) et d'Agde (chpt régional). Entre, c'était plutôt du qualitatif ou de l'endurance actif, chose que je regrette un peu, car le pouls monte vite et pour un rien, je n'aurai pas dû négliger autant l'endurance fondamentale!

  J'ai aussi pu un dimanche, participer à la reco organisée de la Las Caladas (le 23km). Très interressant, je pourrai refaire ce parcours tout seul maintenant! Me manque plus que la seconde moitié du parcours à reconnaître, chose que je ne pourrai pas faire malheureusement.

  Il y  a aussi un petit moment que j'ai fais une vraie sortie longue (hormis la reco), soit dernièrement le Trail du Boër en décembre! J'ai toutefois essayé une séance de côtes:  5*1' en côtes, séance sympa que je renouvellerai! Ceci sera-t-il suffisant pour affronter le profil de l'épreuve?!

 

 

  Comme toute période d'avant course, j'observe une dernière semaine cool. Ca tombe bien, je suis en vacances scolaires! Quoique, météo oblige en plus, je tourne en rond à rien faire... me voilà réduit à commencer ce récit.

 

 

J-7:

  Je mettais programmé une dernière sortie 'longue': 13,9 bornes pour un peu moins de 200m de D+. Après 20' d'effort et avant le gros du dénivelé, les sensations ne sont pas vraiment là; le vent de face me donne l'impression de ne pas avancer :@. Je n'ai plus envie de continuer. J'avorte ma sortie et rentre à la maison; bilan: 8.8km et 80m de D+. Mon moral est au plus bas, ça faisait longtemps qu'une sortie ne s'était pas soldée en échec! N'aurais-je pas étais un peu trop gourmand avec ces 50 kilomètres...

J-6:

  Je ne veux pas rester sur l'echec d'hier. Je chausse mes chaussures et part pour une séance sur approximativement le même tracé que celui de prévu la veille. 13,1km pour 190m de D+. Je ne serais pas deçu, je tournerai cette séance sur du 12,5km/h. Amplement assez pour remonter mon moral et me booster! C'était la dernière grosse séance, place au (presque)repos jusqu'au jour-J.

J-4:

  Quelques jours avant une compétition, on à l'habitude de faire une petite sortie dont une dizaine de minutes max à allure soutenue afin d'épuiser tout les stocks de glycogène du corps. Donc petite sortie d'un peu plus de demi heure. J'en profiterai pour voir comment mon corps réagit à la boisson Powerade® . J'en prendrais peut-être au niveau du 1er ravitaillement lors de la course (je suis malade de tester qu'une fois un produit! ).

J-3:

  Piinaise, je tiens plus en place!! Je m'efforce au repos, mais c'est pas dans mon habitude. J'irai bien courir... rien qu'un peu.. ça peut pas faire de ma... STOPPPP! Non rien du tout! «Il faut pas!» me dit une petite voix «Tu aura tout le plaisir de te taper 50 bornes dimanche, repose-toi et au pire va t'étirer un peu!». Oui madame, j'y fonce, j'y cour... euh j'y marche.

J-1:

  Allez faut pas déconner aujourd'hui, on reste calme et on fait une petite sortie accompagnée de quelques LignesDroites en guise de réveil musculaire.

  C'est le moment de faire les derniers préparatifs pour demain, ça serait bête de se lever super tôt pour le faire voir d'être à labours!!



   Derniers préparatifs:

 J'étale les affaires parterre, au final je prendrais:

  • mon sac diosaz raid 17L

  • mon extra-mini kit de survie (courveture de survie, qlques mouchoirs, un opinel, tube de NOK, le second lacet pour quand celui de mes XtWing lâchero... ah non, il est temps de les mettre, ils s'effilochent déjà! )

  • bien sûr les Salomon XtWing aux pieds

  • chaussettes, euh après hésitation je prendrais qu'une paire de run50!

  • une paire de gant en soie car il fait frais ce matin!!

  • 5 gels et 2 barres céréales de chez D4 + 50cl de Powerade® (ça évitera de me lasser de l'eau)

  • en vêtement: short, TS manche longue en sous couche et sweat Kalenji. Dans le sac, le coupe-vent en cas où, casquette et débardeur du club s'il fait meilleur au fil de la course.

 

 

   C'est le grand jour!

  Réveillé bien avant que le réveil sonne, je me lève et part prendre le petit déjeuner. Petit dernier tour sur Kikourou, le site de la course et de la météo: comme prévu, soleil mais température fraîche! Et pour cause il a gelé! Je décolle pour Gruissan, il fait encore nuit et seule la lune éclaire le sol.


  J'arrive à Gruissan, il y a déjà beaucoups de monde, notament dans le hall du Casino pour le retrait des dossards ou pour boire un dernier café. Oups je suis dans le rang du 23km, le 50 c'est à côté et il y a quasiment personne!!

  A la sortie, je retrouve Francis, Yvan et Romain qui causent tant bien que mal dans le froid. Après brèves causettes, c'est le départ de Las Caladas (23km), auquel prennent part Francis, et vu lors du départ, Alexis(Aklouadai) et Joel(mysterjoe). Je rejoins Yvan et Gaetan pour assister au départ.


 Et ça repapotte:

               Photo Gaetan


  Petit tour avec Yvan dans le hall pour se rechauffer une ultime fois et alors que ce dernier essaye de joindre son frère Michel pour les dossards, je m'en vais me changer. Je croise Benoit devant le camion mobile de l'indépant, le salue et prend un dernier conseil: ne pas trop s'habiller car une fois partis la température ambiante du corps grimpe vite! Mais ce n'est sans compter d'un léger vent qui se lève...

  Je découvre ce qu'il y a dans le sac précédemment retiré: prospectus de course, tshirt technique bordeaux simplet et un peu de fleur de sel de Gruissan (cool), dossard 76 et la puce elec'. Il y a même un papier pour expliquer comment fixer cette dernière à la chaussure avec un Rilsan® . Tiens, on voit les coureurs du 23 en haut des Réservoirs du Peyral!


  A peine fini de lire les explications qu'on appelle les coureurs sur la ligne de départ. Tant pis, la puce restera dans une poche du sac à dos!



   La course:

  Je rejoins le groupe de coureur tous prêts derrière la ligne. Gaetan est quelques mètres devant moi, il me fait un signe de la tête pour le rejoindre, sympa de ne pas partager ce moment seul   Je le rejoins quand paf, j'accroche un élastique d'un sac d'un coureur « Ah, on fait la course ensemble?! Non allez, je vous libêre. » L'ambiance est là et c'est ainsi qu'on prend le départ.

  Je verrais bien une petite photo du départ pas vous?!.. Yes,une photo du journal ! (Indépandant)


  C'est parti pour 50 bornes, on se demande bien ce qui peut nous pousser à faire de telles chose! Je reste avec Gaetan tranquillement en remontant quelques coureurs parci parlà, je me demande bien à combien on tourne à ce moment là; on roule mais tout en pouvant discuter.Petite pensée pour l'ampoule31 et marioune qui n'ont pu être parmis nous. "Mais au fait, on a pas vu Dominique" dis-je à Gaetan!?Même au départ, bizarre...


  Km2,5 Voilà la première difficulté, un ébouli de pierre fortement pentu pour monter au reservoir du Peyral, 200m de montée entre 10 et 20%. Deux minutes plus tôts on avait vu les premiers la prendre en courant  Gaetan annonce tout de suite la couleur, il marchera dans cette côte! Bonne stratégie que je me dis tenir également mais pris au jeu, je marche rapidement. Des supporteur sont là sur le bord tel que Benoit ou Jérôme. Un petit coucou et on continue à monter. Arrivé en haut je me tourne pour voir une troupe de coureur se donnant dans cette difficulté, je cherche Gaetan mais pas facile de le retrouver dans ce groupe. Tant pis, il me rattrapera plus tard très certainement. Passage à côté des réservoirs et on profite du panaroma, le même que lors de la reco, une vue magnifique sur les Pyrénées enneigées et notamment le Mt Canigou. Bref on repart sur une portion plate, voir un poil descendante.

Photo Gaetan   

 

  Un peu plus de 500m après, la pente se redresse pour 50m de D+ à avaler d'une traite! J'observe les bons grimpeurs nous doubler. Pour ma part je marche de peur de me griller, ça serait bête, la partie suivante est sympa...

     Photo de la reco

 

  C'est le passage sur le plateau de Castela, encore une magnifique vue sur la mer et le soleil qui se lève juste au dessus.. puis une descente de presque un kilomètre. Je m'y fais vraiment plaisir, je double ceux qui m'ont doublés juste avant et suce complètement la roue du gars devant moi. On dévale comme des fous, j'aurai presque l'envie de le doubler pour augmenter le rythme! Mais chose impossible, le tracé ne permet le passage d'une seule personne. C'est pas grave, nous voilà au passage du Rec d'Argent, l'eau est toujours là depuis le passage de la reco. Mes prédécesseurs ralentissent un peu pour le traverser, dans mon élan je passerais sur le côté grâce à un grand bond. J'entend un petit plouff, j'espère que je n'ai pas trop mouillés les autres coureurs hihiihi

                                                          Photo de la reco - plateau de Castela

  On passe en sous bois pour rejoindre le parking des Auzils, là des supporters. Les bénévoles nous indiquent de passer dans un ruisseau à sec entre les deux chemins, chose qui m'étonne puisque lors de la reco, j'avais entendu dire qu'on ne passait plus par là depuis une ou deux éditions.

  Je prend le sillage d'un coureur, on continue notre progression à bonne foulée dans le ruisseau de l'Oeil...

  Sortant du ruisseau et après un court passage le long de vignes, on remonte sur le Trou de Marrou, je constate que nous rattrapons un groupe de coureur de loin, puis d'un peu plus près puisque pour leur coller au train, je trottine dans cette montée alors qu'ils marchent.. mais dans les portions plus plates, ils reprennent leur avance.

.                  photo-avenir.com

  D'ailleur la portion qui suit elle très roulante, et pour cause, c'est un chemin carrosable! Je déroule naturellement et accroche un duo, on tourne pas mal, peut être du 12 voir du 13km/h, peut être plus, peut être moins, je n'en sais rien et ça commence à m'effrayer. J'en vois pas la fin, et aux moments de sortir de ce chemin, je me retrouve vite déçus en retouvant qlques mètres plus loin ce même sentier. A regarder sur la carte, on aura bien fait plus de 5km dessus. Bien un moment de la course où, pardonnez l'expression, me suis fais chier à mort! Et peut être plus car c'est peut être là où j'ai commencer à me griller; mais ça, c'est pour après...


  On sort enfin de ce sentier pour une nouvelle descente, je double un peu, on arrive bientôt à une route bitumée, juste avant le premier point de contrôle, électronique! Je vois plus loins un batiment, voilà l'INRA. Entre le tapis d'enregistrement et la route, une marche de près de 2m! Je la descend et le bénévole me demande si ça a bippé.. moment d'hésitation..... « Remonte au cas où! » chose que je fis le conseil n'étant pas fini. Me voilà à contre sens, je revois tous les coureurs précédemment doublés, Grrr la rage! Rien ne sonne, je m'agenouille et commence à ouvrir le sac et sortir la puce BIPPP. Etais-ce moi?! Je l'espère car je ne veux pas perdre plus de temps ici. Je repart.


  Petit moment de solitude, il n'y a personne, ni devant ni derrière! Je décide de marcher un peu, l'occasion de manger une moitié de barre céréale. Le parcours longe des vignes, je me demande même un moment si on était pas déjà passé par là lors du OFF de la Clape de décembre..non. On continue et puis un morceau de champs labouré me reviens, si on y étais passé, même qu'on avait fait une pause ici! C'est bon ça me revient.

  Je suis toujours seul, j'avance bien moins vite. Stupeur, je remarque une petite fleur violette, juste une! Serait-ce la Centaurée que j'avais pu voir sur le site de la course, une fleur rare et protégée?! Je le crois à ce moment, mais à reregarder peut être pas, ça ressemblerais plus à une iris nain.. Aucune idée, j'espère à ce moment là qu'elle ne sera pas piétinnée et repart.

 

 


  Quelques temps plus tard, me voilà doublé par une féminine, la première peut être. Je la reconnais par sa tenue france, nous l'avions doublée avec Gaetan vers le second kilomètre de course. Je saurai plus tard que c'est Martine Guilhembet, membre du team france de 24h. Elle finira tout juste sous les 5h!

   Je me souviens du chemin fortuitement reconnu lors du OFF, on passe les ruines (des colombiers?!). Un coureur est assis, une chaussure enlevée, je constate qu'il soigne une vilaine ampoule (une XtWing un peu neuve, je sais ce que c'est ^^). J'y demande si ça va aller: « Une fois soignée oui ça ira » me répond-t-il, forcèment! « C'est dur! » Je lui répond positivement et dans ma tête je me dis ''si tu savais ce qui suit, je voudrais pas te sapper le moral''.

             Photo Gaetan

   Je repart et remarche dès que la côte se fait sentir. J'en profite pour finir l'autre moitié de barre. Un panneau nous indique qu'à 50m le second point de contrôle. Je m'amuse à compter les mètres, tout en commençant à sortir ma puce. 60m passés, mince c'est juste un contrôle papier! J'ai même pas envie de rigoler en disant qu'ils n'y sont pas les 50m. Encore un effort et me voilà en haut de la vigie, d'ailleur on peut la voir en regardant à gauche. Je regarde ma montre, j'ai 2h04'; je suis pas mal, faut pas ralentir!


   On prend le chemin carrosable (mais rempli de cailloux!) qui mène à cette vigie. On peut voir les coureurs devant nous ainsi que le sentier que nous allons prendre ensuite nous même.

   Zut le vent est toujours là et j'ai froid!! Je décide d'enfiler le coupe-vent, un petit coups de Powerade®: je suis content d'avoir un nouveau goût dans la bouche! Quant aux bienfaits de la boisson, ça reste avant de l'eau sucrée..

   Mon calvaire va se faire ressentir ici, je continue à me faire doubler. On sort de ce chemin pour un ébouli au 25ème kilomètres, allé une petite pente à environ 10%. En haut, on voit une grosse ligne droite! Je savais qu'elle existait pour l'avoir remarquée sur les cartes, c'est le Sentier de la Clape, un sentier de randonnée il me semble. Mais ce n'est pas plat comme la carte non... Je marche plus que je ne coure.

                                                                                                                   "50 kilomètres à pied, ça use ça use, 50 kil..."

 

   Je sais qu'on va bientôt arriver à la Chapelle Des Auzils, il me tarde de rejoindre un tracé que je connais! Ca descend progressiment, je trotte gentillement, mon iso-jambier gauche chauffe un peu, le quadricep de la même jambe titille également. On traverse un instant le ruisseau du Rec d'Argent et remonte une courte pente pour revenir au niveau de la Chapelle. Tiens un nouveau point de contrôle, le 3ème sur 5 je crois. Je déroule un peu et passe la Chapelle, et puis je m'arrête, pourquoi je ne sais pas. Je profite d'un arbre pour étirer un peu les jambes et attend qu'un ou deux coureurs firent leur apparition et je repart.

   Je suis maintenant confiant, je connais (quasiment) le parcours qu'il me reste à faire.

 

 Photo Stveve lors de la reco - La Chapelle des Auzils       


   Il faut maintenant descendre dans la combe du Rec, je me souviens d'être super amusé dans cette descente lors du OFF en essayant de suivre Emmanuel (l'ampoule31). Je renouvelle l'expérience et ça marche, le plaisir fut là!

  Je trotte léger car pas facile de maintenir une bonne allure dans ce tas de caillou, je double des coureurs et hop une grosse marche, je me souviens avoir pris des photos ici même, avec l'arbre juste au dessus, c'est joli! Je prend cet obstacle de petits bonds, pied droit je monte, pied gauche, extensiionnnnn.. Aïee le mollet, en deux trois mouvement je fais un demi tour, m'assoie et me tiens la jambe. « Ah, une crampe?! » me demande le coureur que je venais tout juste de dépasser. Oui! « j'arrive! » Il m'aide et m'étirer un peu la jambe, comme au football à la tv; je suis frustré que cela m'arrive, du moins si tôt! Je remercie ce coureur, ça ira y dis-je, je ne voudrait pas trop le retenir. Je me masse un peu le mollet quand on m'apostrophe;  c'est Gaetan! Je savais bien qu'il me rattraperait. Il me tend la main et m'aide à finir cette maudite marche. Merci!

Reco - le lieu du drame!

  Le mollet tire toujours, on trotte donc léger jusque Pierre droite, le fameu passage de la corde. Un groupe d'escaladeurs grimpe les parois, on passe juste en dessous c'est rigolo, mais on a à peine le temps de lever la tête pour voir ce qu'il se passe au dessus de nous tête.


  Nous somme maintenant plusieurs coureurs, je ne sais plus si nous nous sommes fait rattraper, on si c'est nous qui avons rattraper, mais chose de sûre y a du monde! Ca descend, j'ai envie de me faire plaisir mais je suis contraint de rester derrière des coureurs, je réussirai à en doubler un ou deux.

  Je rattrape Gaetan le long de la vigne, « le ravito n'est plus très loin » me dit-il « on traverse la route, puis ça monte un peu, ça redescend jusqu'à la carrière, un petit km, passage sous le pont de Saint Laurent et le ravito » ok ça marche mais dans la petite montée je préfère ralentir un peu, la crampe est en suspens et n'attend qu'à ressurgir! Je vois Gaetan filer. A la carrière, un vttétiste comptent, je suis 99ème. Quasiment 50 places de perdues en 30 bornes.. mouarf.


                     Photo Gaetan


  J'arrive au ravitaillement, enfin! Il se faisait attendre, les autres coureurs sont du même avis. on l'aurait bien vu au 25ème..

  Je profite d'une chaise pour m'assoir un peu, ça soulage. Je me restaure pas trop en solide, il n'y a que du sucré! Je prend tout de même un bout de pain d'épice (qlques tranches dans la poche pour plus tard aussi) et bois:  eau plate, gazeuse, coca, bouillion, j'aurai goûter à tout!

  Je serai resté tout de même une dizaine de minutes, j'en suis à 3h45' de course. Je pense que les premiers ne devrait pas tarder à arriver, moi il me reste encore 17km, le plus dur étant derrière moi.

  Ca c'est ce que je pense à ce moment... Dois-je vraiment repartir?! Je risque de pas mal me trainer avec l'état de mes jambes.. mais ça serait vraiment con de repartir déçu, surtout pour un premier 50! C'est décidé, je repart.

  Je n'oublie pas de refaire le niveau d'eau grâce à un gentil bénévole et passe par la case poubelle avant de repartir.

  Gruissan et son étang


  Il est temps de grimper Saint-Laurent, pas de grosse pente en perspective mais j'opte pour me régler une stratégie marche/course, appelé communément méthode de Cyrano. D'autre coureurs semblent faire pareil, ils ont le moral et papottent bien, je continu...


   Le tracé nous fait rentrer en sous bois. Tant mieux car il est dans les midi et le soleil tape! Le cadre est assez sympa, un peu abimé par la tempête malheureusement. Encore un vttétiste, c'est le même que celi de la carrière! Un bonhomme sympathique qui suit son frère si je me souviens bien. Le pauvre a dû mal à progresser avec ces gros cailloux! Il file.

   Arrive la descente de la Capoulade, une bonne descente d'après les dires qui à pu être conservée. Je m'y serais bien amusé mais les jambes ne sont pas revenues!

    photo édition 2007

 


   La partie plate passant par le Pont du Capitaine et par la D32 permet de relancer un peu la machine; ça va pas vite mais j'ai l'impression que ça aide à chasser un peu le lactique. Je profite, ça sent bon la mer!

   Après ce court passage de bitume, nous retrouvons la garrigue. Nous en sommes à 40km de course. Me voici la combe d'abeille, le vttétiste est là, il me racontera qu'il s'était perdu dans la Capoulade et avait finalement rejoint la route. Je l'aide à descendre son vtt dans ce début de combe pas très évidente.


   Finalement nous longeons l'étang de Campignol, puis celui de l'Ayrolle. Sur la carte IGN un lieu avait retenu mon attention, celui de la cabane du chinois. Je fus déçu de ne pas l'avoir vu, manque d'attention peut être.

''Sans grandes difficultés, quelques petits "rampalhons" [lire rampaillous] réveilleront peut-être quelques lourdeurs dans les jambes à encore quelques kilomètres de l'arrivée.'' C'est ce qu'on pouvait lire dans le descriptif de l'organisation. A ce stade de la course, c'était de véritables murs qui se dressaient devant moi, bien plus éprouvants que les premières côtes!

                     Oui, ça monte par là haut! - Photo mic31 édition 2008

  Des randonneurs sont là, ils photographient un groupe d'oiseaux sur l'étang. C'est magnifique, surtout avec les Pyrénées en fond. Je m'arrête quelques secondes comptempler ce spectacle.


  Je repart, un petit escalier pour rejoindre le niveau de la mer, un autre point de contrôle au passage, et nous voilà longeant l'étang. On m'avait dit que ce passage était long, plus dans la tête que dans les jambes. Finalement il passa bien, en compagnie d'un autre coureur.

  Photo mic31 édition 2008

  Je repense à mon étude cartographique, la descente sur la plage marquait le point marathon, finalement c'était un peu avant.. Wouhouu, je suis marathonien! Un pas de plus Wouhou, euh je suis quoi là?!

  J'arrivai au second et dernier ravito, km44. Je retrouve mon sauveur (cf crampe). L'ambiance est chalereuse, la course se termine. On nous raconte qu'il reste 6 ou 7km, seulement deux côtes dont une est visible depuis ce lieu.

  Je ne rempli pas la poche d'eau, et pour cause je n'ai pas vraiment bu depuis le dernier ravito par sensations de soif! Un coureur est plié en deux, mains sur les genoux. Je lui demande si ça va, « Oui oui » me répond-t-il « je m'étire un peu! » Ah ça me rassure, si ce n'est que ça. Il me suivra pour le départ du ravito.


  Encore un petit raidillon vers Gamare, les encouragements des bénévoles fusent toujours aussi sympathiquement, grand sourire et remerciement en passant à leur niveau. Fatigué, je me trouve résoud par moment, par exemple lors d'une petite marche de 20cm, à hésiter pour le tracé de mon ascension: tout droit et je fais un effort surhumain pour franchir ceci ou faire 2m de plus à côté mais moins raide. Ca devient grave!


  Une douleur sous le dessous de pied fait de + en + mal! Je n'arrive quasiment plus à courir et même marcher s'avère un exploit. Je marcherai plus de 3km, en essayant parfois de courir mais sans succès. Je me demande la cause de cette douleur: es-ce les cailloux qui ont sévis?! Mon petit passé de Taekwondoïste resurgit notamment en repensant à un athlète français (Pascal Gentil si ça vous parle) qui avait était été retenu de Jeux Olympiques l'été dernier à cause d'une Aponévrosite(plantaire). Ces mauvaises images  me foutent un coups sur le moral!

photo reco - on voit le bout!

  Je progresse tant bien que mal jusqu'à La Fontaine. Je constate que cette partie à été modifié, tant mieux ça sera plus court! Je trotte un bout dans cette ultime descente, puis l'escalier. Les bénévoles sont toujours là, souriants et aimables, un dernier encouragement pour la fin et je continue, à une centaine de mètre un autre coureur, il faut que je le rattrape! Je me surprend à prend le pas de footing, les jambes sont en suspens et je croise les doitgs pour que tout finissent bien. Le coureur devant à l'air de peiner, je l'encourage n'étant qu'à une quinzaine de mètre derrière. Je le rattrape et fais un bout avec, puis voyant que ça allait un peu mieux pour lui, je repars. On est bien encouragé sur cette promenade, des coureurs déjà arrivés peut être. Parmis eux je reconnais mysterjoe, je m'arrête lui dire bonjour en me présentant promptement et repart en sachant que je le reverrai plus tard.


  J'arrive aux abords du Palais des Congrés, le fameux tapis rouge est toujours là. Le speaker annonce la venue du coureur que je suis, mais qui c'est qui parle, je vois personne !? ah au foondd!! Je passe la ligne soulagé d'en avoir enfin terminé.

Photo Gaetan



   Résultat:

  Je termine ces 50 bornes en 6h22'38'' soit une vitesse de 7,84km/h, 162ème/213 (250 partants). Bien déçu mais je m'en contenterai pour une première sur du mi-long.

 

   En résumé:

  Début niquel, peut être un peu rapide, notamment la partie roulante de plus de 5km qui m'a entamée, ça m'est retombée dans les jambes dès la Vigie. Je pensais que j'allais souffrir plus moralement mais ça était plus physique qu'autre chose. Quant aux cailloux, je plussoie qu'à un moment, ils font mal sous les pieds! Niveau musculaire(lombaires, abdos) ça va aussi: je n'ai pas trop fais de gainage mais ce n'est pas pour cela que j'ai souffert!

  Je retiens aussi qu'il ne faut pas trop perdre de temps au ravito, et surtout se détendre trop longtemps car autrement on repart pas non non!

  Pour ce qui est de l'organisation: pas grand chose à dire, c'était bien fait: de nombreux bénévoles sur le parcours, souriants et qui encouragent à chaque passage de coureurs! Le balisage bien présent, aux couleurs catalanes rouge/jaune.

  Niveau alimentation ça a été, tout est passé et pas d'envies particulières de salé. (mais en prendre en préventif pour les crampes par exemple ).

 

 

   L'après-course:

  Je me ravitaille avec ce qu'il reste, soit un peu d'eau gazeuse et de coca. Je ne sais pas où sont les douches et par flemme je ne demanderais pas. Juste observé un service massage/podologie/secours mais y a de la file d'attente, je n'irai pas non plus.

  Un dernier défi m'attend, rejoindre la voiture à presque 1km du lieu d'arrivée! Je marche bizarre, en faite comme les 5 derniers km de course. Je ferai même une pause sur un banc! Pour revenir au Palais des Congrès, ça sera en voiture!

 

  Je zyeute les classements des courses et files chercher mon plateau repas: du riz en entrée, morceau de pain, et LE CASSoulet! Gaetan qui a fini ~3/4 d'heure avant moi me rejoint; on cause course et autre. Même si le moral est toujours là pour faire l'idiot, je n'ai pas très faim.

            Photo Gaetan

 

  Gaetan va papoter avec un autre coureur, quant à moi je vais me servir à boire quant je vois Dominique franchir la ligne. Il à l'air un peu épuisé mais semble baigné dans son euphorie; faut dire qu'être présent à chaque édition depuis le début, ça doit bien mettre la banane aux lèvres!

        Photo macoco junior

 

  Puis suit la remise de récompense du GPT, et étant le seul junior de la course (et me semble même qu'il n'y avait pas d'espoir), je me retrouve the 1st de ma catégorie naturellement. Ca m'embête un peu à vu de mon chrono mais je suis bien élevé, je monte sur l'estrade, accompagnant le podium de vétéran, recupérer mon lot: une oeuvre artistique et un Tshirt (et de 3! )

 Photo macoco junior    

 

  Juste après c'est le podium des clubs les plus représentés; le premier c'est l'acnm. Ni une ni deux Dominique se fera représentant:

 

  Avec le dossard encore épinglé, pas pour dire mais ça en jette!

 

 

  De là je fais un tour au stand photo, je croise Joel (mysterjoe). Il me raconte s'être régalé et a fait bonne balade sur son premier trail! Bientôt pour lui le MDP et en fin d'année la Saintélyon, une course que je cita comme quand il me dit habiter la Loire(42); oui oui! c'est son objectif de fin d'année!! alala trop fort le lule! D'ailleur sa femme et lui doivent y aller, ils ont encore de la route à faire! A une prochaine!

  D'ailleur je vais pas tarder non plus, j'ai aussi une bonne heure de route...

 

  

Le butin! 

 

 

 

   Retour à la réalité:

  Dur dur! Les douleurs persistent un peu: mollet ayant eu la crampe notamment qui tirraille, le dessous de pied reste sensible, quelques égratinures mais pas de grosse fatigue. Je m'autorise quand même une bonne période de recup', rien depuis, peut être une courte sortie de vélo cool à J+3 pour dérouler un peu les jambes. 

  Je réalise pas vraiment ma course de dimanche, je ne suis pas sur un petit nuage. A force de lire Kikouroù, ce trail de 50km me semble presque petit! Néanmoins j'ai bien kiffé, j'en ferais d'autre je me le suis promis! Et l'an prochain, sûrement que je reviendrais prendre ma revanche...

 

     Tchou les Kikoùs et merci de m'avoir lu! 

 

 

 

 


18 commentaires

Commentaire de mysterjoe posté le 18-02-2009 à 05:51:00

tu as assuré ton récit comme ta course,et 50km c'est pas petit! bravo pour ta performance et récupere bien. je pense que l'on se recroisera sur des courses, ça a été un plaisir et pourquoi pas sur la saintélyon en fin d'année?

Commentaire de taz28 posté le 18-02-2009 à 06:38:00

Tu mérites amplement ce podium !! Bravo à toi !
Quelle jolie course dans de superbes paysages que je découvre grâce à toi...
Merci pour ce pâté super facile à digérer ;-))

Taz

Commentaire de Francis31 posté le 18-02-2009 à 07:09:00

Chapeau bas pour une première.
Tu termines ce parcours, c'était là l'essentiel et cerise sur le gateau la plus haute marche du podium...
C'est une belle course et un beau récit que tu as réalisé.
A très bientôt sur nos sentiers.

Commentaire de @lex_38 posté le 18-02-2009 à 07:43:00

Super récit!
Ne soit pas déçu de ton résultat! Pour une première course aussi longue, tu peux même être fier! A ton âge je n'aurai même pas pu prendre le départ d'un tel trail!
Continue à progresser, tout en prenant ton temps pour ne pas griller les étapes!

Commentaire de canard49 posté le 18-02-2009 à 09:43:00

Impressionnant ! Tu débutes dans l'ultra par des courses difficiles, tu mérites ton podium même si tu es décu par ton temps...Justement si tu le laisses faire tu progresseras, c'est une sacré expérience.
Félicitations !
Alexandre

Commentaire de Benoit_11 posté le 18-02-2009 à 09:54:00

Bravo Ludovic pour cette première expérience sur du long. Tu n'as pas a être déçu car il est certain que tu auras beaucoup appris durant cette course.
Merci pour le récit et les photos,
RDV dans la boue des Citadelles.

Commentaire de moumie posté le 18-02-2009 à 10:55:00

salut,

Félicitation et merci pour ce récit.
Quand je te lis, je regrette de mettre désister même si c'était pour faire le trailhounet :-)

50kms ce n'est pas rien, même si sur kikourou certains en font plus, il fallait les faire, tu les a fait, tout simplement bravo.

Au plaisir de te croiser sur les chemins de l'Aude ou des P.O
Moumie

Commentaire de Marlène/Mô posté le 18-02-2009 à 15:10:00

Merci pour ton récit, et bravo pour ton podium (faut pas le dire que t'étais tout seul dans ta catégorie ;o).
Je note que mon copain Christian Mainix y était aussi, vive les V4 !!!
A bientôt aux croisements des chemins


PS : c'est plutôt rare un coureur de ton âge sur du trail, alors encore bravo (mon fils a aussi 18 ans et cours aussi.)

Commentaire de thunder posté le 18-02-2009 à 18:37:00

félicitation pour tes premiers pas ADDM reste juste à travailler un peu d'endurance ;)

Commentaire de philtraverses posté le 18-02-2009 à 20:16:00

bravo pour ta course au courage. Tu es encore jeune et tu progresseras encore tant sur le plan mental que physique . A bientôt peut être sur d'autres courses ou recos dans la clape

Commentaire de mic31 posté le 19-02-2009 à 23:16:00

Bravo pour ta course et ton long récit. Peut être parti un peu vite ???
Bon, je te prépare une coupe pour le podium des Citadelles, là bas tu ne t abimeras pas les pieds sur les cailloux.
@ +
Michel

Commentaire de bigpeuf posté le 21-02-2009 à 22:42:00

hé bé, il a la forme le petit jeune, impressionnant, si jeune et si endurant, surtout dans la tete, ça promets,
A+

le BIG

Commentaire de macoco junior posté le 22-02-2009 à 08:27:00

bravo ludo, belle course et beau récit !!!
tu me rapelles moi 20 ans en arrière, ce petit brin de folie qui t'entraîne sur ce genre de défi !!!
rassures toi, depuis 1986 que je cours, j'ai toujours cette folie pour la course à pied, mes 5 participations au GPT le confirme...
RDV le 14 février 2010 pour la 6ième édition, c'est acté et signé pour ce qui me concerne.
sinon pour moi cette année, l'objectif, c'est le 100km de millau en septembre (je suis plutot macadam que sentiers!!!)+ un petit trail de 28 km en région parisienne le 5 avril http://www.jouy-en-josas.fr/cross.php#I0033ef2a
@+ et encore félicitations
tiens nous au courant de ton calendrier (à part les citadelles !!!)

Commentaire de Gibus posté le 22-02-2009 à 17:02:00

Quand on a aimé, le récit n'est jamais trop long.
Une belle course que tu as accrochée là.
Chapeau pour ton podium, au moins toi tu étais là pour tous les autres juniors absents.

Commentaire de marioune posté le 25-02-2009 à 07:23:00

Oh ça me rapelle des souvenirs ce parcours!!Bravo pour ton premier ultra!!!
J'adore ce parcours, il faut vraiment gérer les 30 premiers kilomètres...A modifier peut etre, ta stratégie pour l'alimentation...hum, pour du cross oui, mais pour du long, faut plutot garder des stocks...Bisous, bonne suite

Commentaire de fulgurex posté le 26-02-2009 à 11:10:00

"Mon calvaire va se faire ressentir ici, je continue à me faire doubler. On sort de ce chemin pour un ébouli au 25ème kilomètres"
J'ai fait parti de ceux qui t'ont doublé avant le 25ème kil. je m'en rappelle trés bien, mais je ne savais pas que tu étais "le" lule.

50 km, c'est déjà du long. Bravo pour ta course et ton CR qui m'a bien fait revivre ma course - je m'aperçois que j'ai beaucoup regardé mes pieds et pas assez autour...

Félicitation pour le podium. Si tu es le seul junior à l'arrivée, c'est la preuve que c'est dur pour les jeunes. L'endurance est un bénéfice de l'age, ça console!

En espérant te rencontrer sur une autre course.

Commentaire de ampoule31 posté le 07-03-2009 à 23:09:00

Bravu Ludovic, même si tu étais seul tu l'as fait c'est le plus important, d'ailleur d'autres juniors auraient ils fait mieux ? Pas sur ! Tu mérites ce que tu as eu. Et puis tu y as pris du plaisir c'est le principal. A une prochaine, sur les Citadelles.

Commentaire de duffbreizh posté le 06-04-2009 à 15:57:00

Chapeau bas , MONSIEUR !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran