Récit de la course : Raid Normand Hivernal 2004, par Papy

L'auteur : Papy

La course : Raid Normand Hivernal

Date : 31/1/2004

Lieu : Le Trait (Seine-Maritime)

Affichage : 3598 vues

Distance : 65km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit


Brotonne
forêt de Brotonne
Forêt de la Seine-Maritime, dans un méandre de la Seine. ¾Parc naturel
régional, couvrant environ 58000 ha.
Pont de Brotonne
Pont à péage proche de Rouen (et de Trait)

Raid Normand :

http://raid-normand.web-emaker.com/fr/display_page.asp?pg=1-5&ext=fr

***********************************************************************
Pour comprendre un peu la philosophie des Zanimoss www.42KMS.com
Vous pouvez aller sur le site de l'Electron pour voir notre super
préparation au difficile Raid Hivernal normand 2004.
http://www.sportnat.com/electron/
Vous y verrez un lien pour le site de l'organisateur...

C'est bon, zètes prêt ???? Alors on va faire ce tour en Normandie...
***********************************************************************



Beep, bip-bip, beep, bipbip, BIIIIIIIIIIIIIIIIIP !

Alloooooooooooooo ? Oui ? Kesskissepass ? Ou suis je ?

Qu'il est dur de se lever à 5h30' en ce lundi matin, alors que l'on vient
de passer un week end à courir noctambule dans les collines rouennaises.
Ma fille doit rejoindre son internat, alors il faut que je me bouscule pour
l'accompagner.

Ce fut un week end riche... Riche de rencontres, d'émotions, d'amitiés, de
connivences, de chambrages et de tout ce qui fait qu'une
compétition-rencontre avec des zanimoss n'est jamais anodine ou soporifique.

Tout à commencé fin décembre 2003...
L'Electron venait de boucler son équipe pour le raid Normand avec le
Bourrin, le Chacal et la Langouste. La Tortue et le Mogwaï restaient un
petit peu sur le carreau et le Pokémonito acceptait de devenir leur
orienteur si j'étais de la partie.
Malheureusement, mon emploi du temps chargé m'indiqua une non disponibilité
ce week end là et je préparais mon message d'abdication...

Je partis quelques jours en vacances d'internet et revins le coeur léger
quand, en me reconnectant, j'appris que j'étais partant dans l'équipe des
Zamis du Zoo rebaptisé pour les autochtones "amis du Zoo" !!!

J'ai mis pas mal de temps à comprendre ou était le quiproquo..
Mon message ne partit jamais, car j'avais oublié de cliquer sur le bouton
envoi... Et donc, mes acolytes avaient sous-entendus une réponse positive.

Qu'à cela ne tienne, malgré de nombreuses tentatives de forfait, j'ai
chamboulé mon emploi du temps pour répondre présent, mais en temps que
simple soldat ! La Tortue pris le capitanat, le Pokémonito l'orientation,
le Mogwaï les balises et moi même le "serre file".

Je zapperais l'impréparation chronique du vioc' et le peu de place
neuronale qu'a pris le raid, je citerais simplement que j'avais imprimé la
présentation du Raid pour la lire dans le train et que je l'ai oublié...
Il parait, aussi, que nous aurions reçu le règlement envoyé par la Tortue ?
La, j'ai vraiment zappé car je n'en ai aucune trace, même au tréfond de mon
neurone...
Je me basais sur les élogieux CR de l'Electron sur les Raids Normands
2002/2003 de Septembre pour partir l'esprit tranquille.

Je sauterais (chuuuut mon Bourrin, rendors toi du sommeil du juste sur
l'épaule de la Langouste...) directement au Samedi 31 Janvier 2004...

Je prends mon samedi matin de congé en me délectant de la grasse matinée
nécessaire pour préparer ma soirée de balade. Que nenni, au lieu de me
lever à 6h30', comme d'habitude, c'est à 6h50' que j'ouvre l'oeil et le bon
! Après une dizaine de tentative de refermer celui ci, je décide
courageusement de me lever car je n'aurais pas besoin de sommeil ce soir.
J'ai, en effet, bon espoir que mes copains auront le talent de me tenir
éveillé !
Je suis courbaturé de partout alors que mon dernier fractionné remonte à
Aouuuuuuuuuuu... A peu près... Et pourtant je n'ai aucun souci. Je ne suis
qu'un simple soldat au service d'une équipe au mental d'acier !
(Koike le mogwaï est, par moment, surprenant... L'aveugle saur pourrait
vous en causer... Et la Tortue... Grande, mais... Peut être qu'il va m'en
vouloir des 100kms de Chavagnes ? De ce mal au fesses phénoménal et de la
casse de son arroseur ? Et L'Pokémonito ? Quelle musique va t il me jouer ?
Mmmmmm ?)

Ma seule contrainte est de récupérer le train de 15h12', alors je rassemble
tranquillement mes affaires lorsque 15h sonne à l'église...

15h ? 15 HEURES ? Et mon train ?
Il n'est plus question de rassemblement d'affaires, mais de fourrage de
boules de vetements divers dans des sacs, non moins divers, avec l'espoir
de ne pas avoir oublié trop d'affaires lors des instants critiques.

Je monte dans ma 205XS de prêt (Yo mon Bourrin tu peux t'arreter de ronfler
? Ou de rire bêtement, je n'arrive pas à faire la différence...)
et me voilà partit à donf (Double carburateur, 90CH, 4 savonettes en guise
de pneu) pour tenter de prendre le train. 2 sens interdits, un trottoir
puis une marche arrière en sens unique pour finir, je gare la voiture
(n'importe ou) et me voilà sprintant sur 400m steeple, les haies remplacées
par mes sacs m'échappant des mains... (Je n'ai pas compris les rire "niais"
des gens... Vous aussi ?)

Le train étant en gare, c'est rouge vif que je l'atteins... Je monte juste
avant que celui ci ne s'ébranle. Pfffff... J'ai le coeur à 180, mais j'ai
eu mon train...

Je m'assois et récupère... Et tente de repérer le controleur pour faire
valider mon billet... Mon teint rosissant lui confirme que je n'ai pas eu
le temps de composter, ouf... Je vais pouvoir respirer.

J'en profite pour étaler devant moi les frontales prétées par
www.lampedepoche.com pour en analyser les possibilitées.
C'est 4 lampes à leds avec des grosses possibilitées dont certaines sont
même hors de porté de certains zanimoss de l'épique 1(suivez mon regharrrd...)
Peut être qu'avec ils auraient loupé moins de balises... ;-)))

J'ai une fusion , une Septor
http://www.lampesdepoche.com/l0071.htm, une Favour light CY-071 a 7 leds et
une Favour light 321A-3 à 3 leds. Ces 2 dernières sont pour la première
fois en test pour approbation de mise en ligne.

J'ai besoin de lire la documentation de la Fusion pour que mon unique
neurone puisse en tirer la quintessence dans les moments difficiles qui
nous attendent. C'est assez extraordinaire mais dans le train, c'est plutôt
les coté "SOS" (elle est capable de lancer un signal de détresse) ou
tromboscopique qui attirent le regard des voyageurs.

Paris, gare de l'Est, J'aperçois, enfin, 2 bérets bleus arrivant vers moi.
Mon regard est attiré par le premier, qui ressemble au Mogwaï, mais en plus
costaud avec un béret... Sans nom !!! Le temps que mon neurone se mette au
diapason et La Langouste m'embrasse. Le Mogwaï l'accompagne et nous
courrons jusqu'au carosse du Bourrin.

L'ambiance est bonne, nous ne sommes pas encore arrivé chez l'Electron
(embouteillage oblige) que les absents en ont pris pour leur grade et que
ma garde robe se remplit de "costards" ! Dommage, j'aurais préférer des
Gore-Tex. ;-)))))

L'accueil chez l'Electron fut, comme d'habitude, simple et chaleureux. J'y
retrouve le Chacal, Pitaine Tortue et L'Pokémonito.
Je survole ces instants délicieux qui font le charme de nos rencontres et
qui seront développé dans d'autres CR, je ne relèverais que le fruité
extraordinaire de l'alsacien dégusté dans la cave de l'Electron. Grand
Merci également encore à Madame Neutron !

Malheureusement ces instants magiques se sont trop étendus et la logistique
de l'épique 1 (je rapelle pour les non_Zanimoss que nous sommes l'épique 2
du Zoo) en prend un coup. C'est en roulant à 160km/h (nous avions un
commissaire dans notre porte bagage) que nous rejoignons le Gymnase du
Trait, une heure avant le départ.

Imaginez un gymnase bondé, des concurrents arnachés, concentrés, des
organisateurs tendus, une ambiance lourde. La dessus arrivent 8 zanimoss la
"gu*ul* enfariné" cherchant vainement un coin pour se préparer...

Ce fut un court, mais crispant moment de Pommes De Terre (PDT) !!!
De plus, il me manquait l'ambiance conviviale d'avant un trail ou
l'ambiance connu lors du Raid28 2001 ou des folkloriques raid défi vert...
Je n'avais autour de moi que des coureurs tendus, limite hargneux, ne
faisant pas un effort pour se pousser ou rendre service... Je me serais
presque cru au départ d'un 10kms route dans le sas pré-élite. Je vois ma
tortue avec la moutarde qui lui monte un peu au nez, alors je me calme
sachant que c'est lui le Pitaine !

Pour les frontales, le Pitaine prendra la Favour light 7 leds, Le Mogwaï la
Septor, l'Pokémonito la Favour light 3 leds et moi même la Fusion.
Dans l'affolement, j'oublie de mettre mes piles neuves. Maintenant que je
connais l'autonomie de ma frontale, je rigole de mon anxiété en course.
Mais sur le coup, j'ai eu un coup de moins bien...

On arrive tant bien que mal à s'organiser, nonobstant la poche à eau du
Pitaine se vidant sans discontinuer et moi même arrosant généreusement la
carte IGN de Caloreen. (Pour faire loupe ?)

Le grand chef de l'organisation prend la parole, tente d'obtenir un peu
d'écoute et essaye un briefing. Il nous annonce la pluie pour 4h du matin,
j'espère qu'il se trompe. Les carte de la CO initiale sont prêtes et c'est
avec plusieurs minutes de retards (10, 20, 30 ? Je ne sais plus) que nous
démarrons. Je ne sais pas si l'organisation a décalé d'autant son horaire
limite (qui était de Midi le lendemain), mais après réflexion cela aurait
pu changer notre stratégie de fin de course, en assurant moins.

D'entrée de jeu l'Electron fait très fort... Les points sont rapidement
mis, le parcours réalisé pas loin des meilleurs, il n'y a que le Chacal
pour trouver que cela fut un peu trop humide sur une balise...
L'épique 1 a pointé les balises de la carte n°2, rassemblé les affaires et
pris la poudre d'escampette. Et l'épique 2 ???

Heuuu... Le Pitaine Tortue se gaussant de ceux qui partent vite et désirant
partir à point me demande de faire le guet porte Sud et lui porte Nord...
Ni lui, ni moi ne verrons arriver L'Pokémonito et le Mogwaï, par contre je
sens tout de suite que notre Mozart Galopant n'est pas dans son assiette.
En effet, l'Pokémonito s'est investi de la mission d'orientation et il veut
montrer sa compétence (qui est grande). Malheureusement, lorsque l'on veut
bien faire, les petits grains de sable dans les rouages deviennent
rapidement des blocs de pierres avec l'émotion qui étreint.

Voyant cela, je me tiens en retrait pour ne pas en rajouter une couche...
La Tortue tente de calmer tout le monde et nous commençons le traçage. Je
suis inquiet car les points marqués ne me semble pas être cohérent. Et
l'Pokémonito le sent très bien lui aussi, mais ne trouve pas ce qui cloche,
alors sa tension monte encore... C'est après avoir mis presque toutes les
balises que... "Tudieu !" Il se rend compte que les balises sur la carte CO
ne sont pas à la bonne échelle !!!
Quelques jurons musicaux plus tard, nous refaisons les balises et enfin
nous partons... Nous ne sommes pas encore les derniers...

La Tortue et L'Pokémonito tente de trouver leur chemin, mais la tension du
départ leur a enlevé toute lucidité. Nous nous baladons dans Trait de
gauche à droite et de bas en haut sans vraiment savoir ou nous sommes.
Notre orienteur n'arrive pas à rentrer dans la carte, la Tortue non plus,
le Mogwaï commence doucement à hiberner et moi... J'ai vainement essayé de
tenter de savoir ou on était lors du point près de la gendarmerie, mais
j'ai rapidement arrété car je ne rajoutais que du bruit à notre cacophonie
d'orientation...

Je ne sais pas à quelle heure nous avons enfin trouvé la première balise...
Mais il était tard, très tard... Nous pensions être dernier... Mais non,
une autre équipe sur le 65kms nous accompagna un moment.

La première balise est faite, le Pokémonito rentre dans la carte, l'équipe
commence à se former, nous rentrons dans la forêt de Brotonne (Maulévrier
pour être plus précis), la compétition peut enfin vraiment commencé...

Sommes nous parti à point Pitaine Tortue ??? Arriverons nous à sauter du
Pont de Brotonne comme Mister Electron nous avait promis ?

A suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiivre....

L'Papy_ki_a_excellement_récupéré...




***********************************************************************
.../...
Je ne sais pas à quelle heure nous avons enfin trouvé la première balise...
Mais il était tard, très tard... Nous pensions être dernier... Mais non,
une autre équipe sur le 65kms nous accompagna un moment.

La première balise est faite, le Pokémonito rentre dans la carte, l'équipe
commence à se former, nous rentrons dans la forêt de Brotonne (Maulévrier
pour être plus précis), la compétition peut enfin vraiment commencé...

Sommes nous parti à point Pitaine Tortue ???

??
???

Allooooo ? Pitaine Tortue ?

Le silence commence a se faire et c'est en rang serré que nous tentons
enfin de prendre nos marques. Je fais juste 2 ou 3 rappels de ne pas
s'enflammer trop vite car nous débutons à peine, mes 3 acolytes sont
concentrés.

Je ne sais pas ou mentalement ils étaient, mais personnellement je me
sentais frustré à ce moment là. En effet, n'ayant pas lu le règlement je ne
savais pas s'il y avait des barrières horaires ou d'autres contraintes à
respecter. Voyant la Tortue se concentrer, intelligemment, sur sa foulée
pour l'économiser, j'ai pensé que si on devait être mis hors course
rapidement cela se fasse sans blessure, alors j'ai assuré derrière...

C'est ainsi que le premier festival Pokémonesque d'orientation commença...
Après quelques tatonnements nous avons commencé à tracer droit dans la
forêt, droit dans la pente, tout à l'azimut pour rattrapper un peu de tout
ce temps perdu.
Ce fut formidable à observer, au fur et à mesure que l'Pokémon nous amenait
droit sur une balise, la Tortue se rassurait et reprenait un débit verbal
plus soutenu et surtout moins saccadé. Il n'y avait que le Mogwaï,
performant dans la traque des balises, qui ne pipait mot comme assombri par
une sourde inquiétude. Je ne sais pas encore ce qui le tracassait à ce
moment, mais jusqu'au pointage du 31kms, il fut efficient mais d'une
discrétion pas Mogwayesque du tout ! Il nous expliquera surement un jour ce
qui s'est passé durant ce temps d'hivernation...

Notre remonté, spectaculaire encore à ce moment, nous permet de croiser
l'épique 1. Ils viennent de faire la balise 6 et ressortent par les chemins
classiques. Le Bourrin nous lance un joyeux salut et nous remonte le moral
d'un coup. Vu leur éblouissant démarrage, je me conforte en pensant que le
gros du peloton doit tourner autour de nous à ce moment là. L'Pokémon se
décide d'en rajouter une couche et nous repartons à travers les bois et
gagnons encore quelques places, tellement que vers la 8 nous rattrappons
nos Zamis... Quelques petits chambrages et nous repartons en imaginant nos
Zamis grognant et jurant qu'ils nous reprendraient vite.

Nous attaquons vraiment les premiers "coup de cµl" important à grimper et
les premiers signes de fatigues (normaux) apparaissent. C'est la que je me
rend compte que la Tortue fait bien 34kgs de plus que Linstit et que je
prie pour que le final soit moins dur qu'au Raid28 2001. L'Pokémon grimpe
encore gaillardement, quand au Mogwaï je ne sais toujours pas diagnostiquer
son état...(?)

Nous sommes des dizaines en file indienne sur cette crête de colline et je
vois notre Pokémon bouillir... Dans ces cas là, c'est soit l'Auffargisme
soit le Jackpot... Sur ce coup là, c'est le Jackpot ! Tellement bien que
presque toutes les autres équipes, nous voyant descendre se mettent à
suivre la même direction. Ce fut une superbe image de voir toutes ces
lumières sur la crête fondrent sur nous... Et faire grommeler notre artiste.

Nous continuons notre remontée et jusqu'à l'approche de la balise 12, notre
orienteur mènera rondement son affaire nous permettant de récupérer
quelques forces tout en gagnant quelques places... Mais... Saint Auffargis
des Lapouneur veillait...

Dans la descente menant à la balise 12, cela faisait un peu escalier de
Montmartre aux heures de pointes. Il n'est pas besoin de vous décrire
l'influence de tout ce monde sur l'état du Pokémonito, mais la fumée et les
éclairs se voyaient dans son sillage. Son sang ne faisant qu'un tour, il
convoque la Tortue pour ce qui sera la partie la plus épique de notre nuit...

Pourquoi épique ?
Tout d'abord l'un des gros soucis de la Tortue est la laxité de ses
chevilles. "Usées" par quelques belles années de haut niveau en volley
elles sautent très facilement déstabilisant notre Tortue qui se crispe par
la même occasion. Or... Le raccourci pour quitter "l'autobus humain" nous
fait prendre un chemin très difficile pour les chevilles...

Epique aussi, car Maitre Lapouneur sera dépassé dans l'Auffargisme aigüe
que nous allons connaitre, comme ces vacanciers sur la plage de la Grande
Motte qui ne trouverais pas de sable !!! Vous imaginez ? Non, ce n'est pas
possible...

Reprenons... Le Pokémon convoque la Tortue, avec l'Mogwaï nous allons
siffler dans notre coin... La décision est prise, nous filons à droite !
Nous voilà parti au grand étonnement des autres concurrents dont beaucoup
s'arrètent pour essayer de comprendre ce qui ne va pas...

Nous faisons quelques mètres lorsqu'un bruit et un cri déchirant nous
inquiète. La Tortue vient, de nouveau, de jouer avec ses chevilles alors
que nous sommes sur du plat. Quelques metres plus loin, rebelote... Je nous
imagine déjà portant à 3 la tortue avec des chevilles "à la Tarine".
C'est pourquoi, malgré ses dénégations, j'ai une sourde inquiétude qui
monte en moi. Je ne sais pas ce qu'en ont pensé nos 2 autres acolytes, mais
j'ai vraiment eu peur pour notre Pitaine. De plus, comme je me sentais
totalement impuissant quand je voyais ses chevilles prendrent des angles
importants, je négativais complètement.

Nous avons recommencé à descendre, j'ai trop eu peur, je me suis avancé et
nous avons fait comme avec Linstit au raid28, nous prenant par la main,
nous équilibrant l'un l'autre. Après un léger mouvement de recul, la Tortue
s'est rassurée en se rendant compte du gain d'équilibre que cela lui
apportait. Au fur et à mesure de la descente, j'ai senti la décrispation
venir, nous allions pouvoir tomber sur cette fameuse balise 12 !

Vous connaissez la taille d'une balise ?
Alors mémorisez la et venez avec nous...
Nous aurions du prendre une carte Michelin avec nous, la taille de la
Balise 12 nous aurait sauté au yeux.
Sur l'IGN nous avons fait l'erreur de croire que le carré au bout du
libellé de l'Abbaye était les ruines de celle ci.
C'est pourquoi, une fois arrivée sur la route du village dans le fond de la
vallée nos 2 acolytes orienteur se sont entétés.
Avec le Mogwaï nous avons été spectateurs de cet acharnement à tourner et
retourner dans un pré ou, visiblement, il n'y avait aucune abbaye...
Mais il y a pire, arf...

Nous sommes rentré dans le village pas le coté Nord-Est et avons longé un
gros mur de cloture coté droit, alors que nos compères cherchaient coté
gauche... C'est alors, parait il, que l'un des 2 aurait dit à l'autre...
Lisez bien...
"- Regarde c'est le mur (ou la cloture) de l'abbaye"
"- oui, oui..."
Et hop nous sommes revenu en arrière pour chercher complètement à l'opposé,
contredisant complètement cet échange verbal.
Je regrette de ne pas avoir été suffisamment près pour entendre ces mots,
je serais "peut être" intervenu plus tot ?

Il y a bien des équipes qui passaient par là, mais rien à voir avec
l'autobus humain que nous avions laissé.
Je n'ai pas agi comme je l'avais fait à Auffargis pour 2 raisons.
Premièrement, j'étais complètement out sur la carte et je n'aurais, de
toute manière, que chercher ce carré référencé comme abbaye par mes 2
comparses.
Deuxièmement, ils étaient tellement sur de leur fait et de réaliser un
"coup", que je n'ai même pas fait l'aller retour rapide, et peu couteux,
vers le centre ville pour chercher un panneau indicateur de ce lieux religieux.
mais après le 3ème tour effectué par nos amis, j'ai craqué et agis pour
retrouver rapidement cet abbaye.
Le temps perdu devait se compter en plusieurs dizaines de minutes et la
dernière place devait de nouveau nous tendre les bras...

Vous avez toujours la taille d'une balise en tête ? Sachez que la 12
faisait... 5 metres sur 5 en gros... Difficile à louper, non ? Nous avons
quand même réussi cet exploit !!! ;-))))))))))))

Sur place nous décidons de faire une pause et de marquer les dernières
balises. On se rend bien compte qu'il n'y a plus grand monde, les bénévoles
levant le camp les uns après les autres... :-(((
La pause tirant en longueur, je sens que le moral est atteint même si le
Pokémon tente, par la méthode coué, de se motiver en tentant de nous
démontrer que d'autres équipes, et pas des moindres, seraient derrière...
A t il convaincu quelqu'un ??? ;-))))))))))))))))))))

De plus en faisant les derniers points de balises nous avons vu que le CP
21 était à... 31kms du départ ???
Et nous n'étions qu'au CP12 !!!! A cette allure, nous allons arriver lundi
matin au Trait !!!

Je ne sais plus vers quelle heure nous sommes repartis, mais celle ci était
bien avancée... Quelle moyenne horaire extraordinaire !!!
Moral dans les chaussettes, nous repartons après qu'un bénévole nous ait
signalé qu'énormément d'équipes étaient déjà passées et qu'ils n'allaient
pas tarder à fermer la course...

Nous grimpons et arrivons à la grotte aux Chauves Souris. Peu motivé, nous
n'y descendons pas, voyant le panneau d'interdiction, décidant que la
balise était celui ci. Il fallait, en fait, lire que c'était une réserve de
"chiroptères"... Tant pis pour nous, il nous fallait être plus lucide !

La 14 et la 15 se font sans trop de difficultée et nous nous dirigeons sur
la 16 lorsque le Pokémon, après une grimpette difficile, se rend compte de
la perte de son bonnet... Ouille de chez Aïe... Nous revenons tous les 2 en
arrière jusqu'au "possible", sans voir le bonnet. Arrivé à cet endroit je
suis indécis. Sois je descend tenter de retrouver dans les branchages ce
bonnet "Raid28" très cher au coeur du Pokémon (et je signe l'abandon de
l'équipe en rajoutant 10' à 20' de retard supplémentaire), soit il décide
de faire le choix déchirant de l'abandonner.
C'est cette seconde option qu'il prend et je suis sur qu'il a le coeur très
lourd à ce moment. Opportunément je me rappelle que j'ai un bonnet
supplémentaire dans mon sac, cela permettra, au moins, que la peine ne
découle pas sur un rhume de cerveau ! ;-))))
Tout cela n'arrange pas nos affaire et c'est la première fois (et je crois
la dernière) ou je suis obligé de chercher la balise devant tout le monde
sentant un coup de moins bien très important de mes camarades

Mais celle ci trouvée je sens mes partenaires reprendre du poil de la bête,
sauf peut être le Mogwaï qui nous a donné, ce jour, un début d'explication
à son hivernation nocturne.
J'en suis complétement persuadé lorsque malgré des rubalises à suivre,
l'Pokémonito nous trouve encore des raccourcis pour griller la politesse à
quelques équipes avant le pont de la balise 17.

A ce sujet, je tiens à dire que l'un des soucis des courses de CO est que
lorsque l'on se regroupe avec d'autres compétiteurs, il est vraiment
difficile de s'extirper sans que tout le monde se mette à nous suivre. Au
Raid28, les options du Lapouneur nous avaient permis de ne pas être suivi à
la trace. Mais ici, dès que nous rejoignions un peloton, nous prenions
rapidement la tête, puis la prise de risque devenait maximum pour lacher
les poursuivants.
Il me souvient une descente peu avant le jour, ou la peur à finalement fait
décrocher 3 équipes qui nous suivaient depuis un moment. Comme je faisais
le "serre file", j'ai pu, à loisir, me rendre compte que très souvent nos
options étaient copiées...
Mais, malheureusement, c'est comme le drafting en triathlon, c'est
difficile à réglementer et rien ne pourra l'en empécher.
(Je ne vous dirais pas, au risque de choquer notre Pokémon, que nous même
nous n'avons pas suivi une fois une autre équipe)

Est ce l'hallali avant la chute ? En tout cas, l'équipe se remet en état de
marche. Même si les discussions sont rares... La découverte de la balise 19
par la Tortue le remettra un peu en selle... Je ne m'en suis même pas rendu
compte trouvant long le temps d'arriver à celle ci lorsque nous débouchons
sur la 20.

La 21 est là avec ses boissons chaudes, son feu de camp et... Son bus
d'abandon ! Qu'allons nous faire ??? Je n'ai même pas imaginer une seconde
que nous abandonnerions sur fatigue, par contre, sommes nous hors délai ?
Lorsque j'arrive au comptoir, le grand rire du Bourrin m'accueille et me
rassure, ils sont là, nous ne devrions donc pas être mis hors course...

Mais repartirons nous quand même ???

Il y a du taf encore pour marquer les balises. La Tortue tiendra t elle
physiquement ? L'Pokémon conservera t il suffisamment de forces pour être
lucide, malgré quelques signes négatifs ? Ou en est le Mogwaï ? (je ne sais
même pas si lui le sait, arf). Et moi ???

A suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiivre....

L'Papy_kinetrouvepaletemdallésentrainé



***********************************************************************
.../...

La 21 est là avec ses boissons chaudes, son feu de camp et... Son bus
d'abandon ! Qu'allons nous faire ??? .../...

Mais repartirons nous quand même ???

Il y a du taf encore pour marquer les balises. La Tortue tiendra t elle
physiquement ? L'Pokémon conservera t il suffisamment de forces pour être
lucide, malgré quelques signes négatifs ? Ou en est le Mogwaï ? (je ne sais
même pas si lui le sait, arf). Et moi ???

...

Moi ?
J'y reviendrais plus tard, lorsque je vous détaillerais les états d'âmes
d'un serre file perdu... Arf... Mais le seul souci papyesque du moment est
l'état de ses camarades...

L'Mogwaï a disparu, mais comme nous avons les balises a pointer, cela ne
gène guère. Il n'a pas encore décoincé, mais n'a pas, non plus, donné de
signes de fatigue physique, au contraire du Pitaine et du Pokémon, dont les
foulées ont marqué quelques gestes parasites de fatigue. La fluidité du
mouvement du départ avait disparu chez eux.

Nous nous mettons sur le 4x4 d'un bénévole, entourés d'équipes qui sont sur
le petit parcours. J'articule les balises, le Pokémon et la Tortue unissent
leurs efforts pour etre le plus précis. J'essaye de presser la cadence,
mais à l'évidence le ressort est mou (pas cassé !)
Je vais chercher un petit café pour le Pokémon, je sonne l'Mogwaï, qui
était à 2 metres de moi, nous voilà prêt ?

Non...
C'est le moment coup de blues du Pitaine... Alors que nous nous apprétions
à partir en direction du bus (notez cette direction), notre Pitaine d'un
pas lent légèrement désabusé nous quitte pour aller se chauffer auprès du
feu de bois. Je le rejoins, tente de l'interpeller, mais je n'obtiens pas
de réponse. J'ai peur qu'il ne s'assois et signe notre abandon lorsqu'une
étincelle jaillit dans ses yeux en me regardant... J'ai comme l'impression
qu'il vient de se réveiller d'un mauvais rêve, il se retourne et nous
rejoins... Et nous partons jusqu'au bus...
Arrivé à celui ci, un doute saisi le Pokémonito, mais son référent, le
Pitaine, n'est pas encore bien descendu de son nuage. Alors nous faisons un
180° et repartons direct vers le feu de bois qui, une fois dépassé,
chagrine notre orienteur. Nouvel arrêt perplexe...
J'ai un léger coup de sang, alors, peut être pas très gentiment et je m'en
excuse, je demande à notre Mozart galopant de se servir de sa boussole.
(j'ai du lui dire 3 ou 4 fois sur la course, mais la j'étais
malheureusement énervé) Il le fait et instantanément retrouve le sourire...
Nous repartons vers le Bus que nous passons en direction de la balise 22.

C'est un exemple comme quoi, même les meilleurs peuvent avoir des moments
d'égarement simple qui coute beaucoup de temps.

On sent encore une fébrilité chez le Pokémon car il ne nous engage pas sur
un tout droit immédiat, mais met quelques minutes à le faire...
Une fois en haut, c'est la cohue type d'un hypermarché aux heures de
pointe. Personne ne trouve la balise 22, même nos Zamis préférés scotchés
depuis un bon moment à cet endroit.
Nous y perdons nous aussi de nombreuse minutes avant de prendre la décision
(sans l'accord du Pitaine) de quitter la zone sans balise.
C'est au bout de 500 metres que je me rend compte, dans la cohue, que la
grande carapace n'est pas parmi nous. Je souffle dans la corne et j'entends
au loin une tortue esseulée. il lui faut plusieurs minutes pour réintégrer
le groupe. Il ne nous fait qu'une gentille remontrance, mais j'imagine
qu'il a du avoir un léger coup de sang.

Nous filons plein nord (? c'est ce qu'il me semble avoir entendu) et nous
tombons, par hasard, sur cette balise 22 tout en suivant l'épique 1.
Après la fin de la descente dans la vallée, L'Pokémon nous refait un "tout
droit" dans la pente que la Tortue commence a avoir du mal à digérer.
Mais, une fois de plus, nous sommes gagnant et tombons sur la 23 au milieu
de la clairière, facilement.

Il est amusant de noter que faisant le serre file et ayant souvent le
visage tête baissé, le Mogwaï avait souvent poinçonné la balise avant que
je ne m'en rende compte.

Notre évolution des balises suivantes ne m'a pas laissé un souvenir
impérissable, si ce n'est que le Mogwaï se faisait de plus en plus bavard,
l'Pokémonito, hors coup de pompe après une bosse montée, toujours pertinent
dans ses choix et que la Tortue... Oui, la Tortue... Encore bien fière
malgré les longues heures passées à progresser. Je passerais sous silence
les jurons que notre Pitaine s'envoyait à la figure lorsqu'un léger coup de
"moins bien" se faisait annoncer. De plus il commençait à lui trotter dans
la tête que nous ne pourrions pas faire notre saut du Pont de Brotonne !

C'est pendant ce temps, avant la balise 29 qui marquait la seconde carte de
CO, que j'ai eu ma première baisse de régime. C'est pour cela, peut être
que mes souvenirs sont brumeux, mais souvent je me trouvais à quelques
mêtres derrière mes coéquipiers. Un lacet qui se défait, une fermeture
éclair récalcitrante, une cheville qui se barre... A chaque fois il me faut
sprinter pour rejoindre le groupe. Non pas que l'effort soit insoutenable,
mais je me languis. Pire, alors que mes copains sont déjà sorti, je suis
encore dans des branches d'arbres. J'en sors en sautant et je me prends un
bout de branche cassée sur le tibia qui m'ouvre de bas en haut. En voyant
la blessure aujourd'hui, je me demande comment le collant ne s'est pas
déchiré. Je grimace et j'ai un haut le coeur. Sitôt rejoint mes Zamis, ils
repartent de plus belle, je n'ai même pas le temps de regarder l'état du
tibia... De plus, vu ma poche à eau, il devenait probable que je soit
obligé de faire les 3 dernières heurers sans eau.
Ce fut le premier état d'âme du pauvre "Serre File"...
;-))))))))))))))))))))))))))

Nous arrivons au début de la carte de C.O.
Cela faisait un petit moment que nous nous croisions avec l'équipe 7. Des
petits sourires à chaque balise, surtout avec ceux qui avaient un bandana.
Je les verrais sur toute la C.O. Les jambes commencent à peser pour tous
sauf... Le Mogwaï ! Et il va nous faire un festival sur la C.O., bondissant
presque de branches en branches, de ronces en ronces et cela me causera
même un second état d'âme...
en effet, L'Pokémon indique une balise au Mogwaï et avec la Tortue, part
dans l'autre direction, me laissant faire la liaison. La balise se trouvant
dans une combe, j'attend sereinement le retour de notre poinçonneur.
J'aperçois celui de la 7, lui indique la direction de la balise puis, après
quelques minutes... Je commence à "baliser" !!!

Je file dans la combe et n'aperçois pas le Mogwaï ! Je souffle dans la
corne, aucune réponse... :-(((( Je commence alors, un sprint en direction
de l'orientation prise par le Pokémon. Je souffle plusieurs fois dans ma
corne ? Aucune réponse... Je continue, de plus en plus essouflé... Au bout
de quelques minutes, enfin, j'entends au loin un cri... Sacrebleu, si c'est
eux, ils sont loin. J'accélère, ressoufle dans la corne, la réponse est
plus prête, je m'approche. Quand ils ont été à vue, je vois que le Mogwaï
est avec eux, je suis soulagé...
Mon coeur est monté haut, mais la maxime que je retiendrais de mes 2 états
d'âmes c'est que :
"Chers Zamis, même si vous avez la plus grande confiance en votre 'serre
file' comprenez qu'il puisse aussi avoir des coups de pompes, regardez un
peu de temps en temps derrière si il est toujours vivant ? Merci" Arf....
;-)))))))))))))))))))))

Le Mogwaï nous refait un saute ronce, bientôt suivi par l'Pokémonito, qui
fatigue un peu, et commence la discussion pour abandonner les 4 balises du
"saut de Brotonne"... Un peu comme le Toutou avec le canoé du Raid28, la
Tortue voulait absoluement faire ce saut et j'avoue qu'il m'aurait été très
agréable de profiter de la vue en traversant la Seine. Mais il fallait être
réfléchi... Même si nous ne faisions que celle de l'autre coté du pont,
l'arrivée pour 12h aurait été limite. Il ne fut pas facile, d'ailleurs, de
ramener à la raison notre Tortue. De plus, malgré les coups de grisou qui
ont émaillés notre marche en avant, nous avons la possibilité de terminer
relativement frais ce Raid dans une position correcte. Pour nos 2 néophytes
c'était déjà un bel exploit.

Il s'ensuit un quiproquo ou la Tortue ne voulait pas entendre que nous ne
ferions que 45kms... En fait, j'annonçais qu'à la sortie de la CO nous
prendrions le parcours du 45kms et notre Pitaine comprenait que nous ne
ferions que 45kms. Finalement, il accepta, de mauvaise grace, de ne pas
faire le Pont de Brotonne, qui restera pour nous un phantasme... Et nous
prenons la direction 45kms pour faire une pause sous le monument Brotonnant.

Etions nous au bout de nos surprise ? La fin était elle aussi roulante que
prévue ? Est ce que Pokémonito va nous refaire un Auffargisme ? Ou la
Tortue ? Et le Mogwaï réssucité fait il son hallali ?

Vous le saurez, agrémenté d'un numéro de cirque, dans la suiiiiiiiiiiite.

Donc... A suiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiivre...

L'Papy_parti_pour_6x3'35"_1'20"_de_récup_et_qui_a_stoppé_après_le_4ème_Direction_les_toilettes_Arf...
(Champagne et petits fours du GeorgesV ne font pas bon ménage avec les
fractionnés ! ;-))) )



***********************************************************************
.../...
Il s'ensuit un quiproquo ou la Tortue ne voulait pas entendre que nous ne
ferions que 45kms... En fait, j'annonçais qu'à la sortie de la CO nous
prendrions le parcours du 45kms et notre Pitaine comprenait que nous ne
ferions que 45kms. Finalement, il accepta, de mauvaise grace, de ne pas
faire le Pont de Brotonne, qui restera pour nous un phantasme... Et nous
prenons la direction 45kms pour faire une pause sous le monument Brotonnant.

Etions nous au bout de nos surprise ? La fin était elle aussi roulante que
prévue ? Est ce que Pokémonito va nous refaire un Auffargisme ? Ou la
Tortue ? Et le Mogwaï réssucité fait il son hallali ?

En tout cas nous sommes obligés de faire une pause car il nous reste à
pointer 4 des 5 dernières balises. Nous nous installons sur le capot des
bénévoles qui paraissent légèrement débordés par des équipes arrivant de
tous les bords. Le Mogwaï se décharge de son sac et nous sort deux croque-
monsieur. Comme nous faisons mine de ne points y gouter, il nous fait les
gros yeux et de sa grosse voix nous intime d'avaler quelques morceaux sous
peine de caftage à la Mogwayette. Je dois le remercier aujourd'hui car ils
étaient excellent, surtout complété du coca à ce moment là qui viendra un
peu régler mes soucis d'eau.

Pour l'anecdote, je n'avais plus de quoi m'hydrater depuis 8h30' du matin,
et j'avoue avoir eu un peu peur de faire plus de 3 heures comme cela. Le
plus comique était que je signalais toujours à mes copains de boire,
joignant le geste à la parole pour n'aspirer que de l'air
Heureusement quelques gorgées énergétiques de la Tortue puis le coca du
Mogwaï me permettront de tenir. Je penserais, pour la prochaine fois aux
attaches bidons pour m'en mettre 2 sur les bretelles de devant.

Il me semble que j'ai entendu le rire du Bourrin alors que l'Pitaine et
l'Pokémonito venait de partir (pas sur...) Nous avons un peu échangé avec
eux et le Mogwaï, puis requinqué par les croque-monsieurs, nous entamons la
descente...

La descente ? Pire qu'une piste noire ! Très abrupte, glissante, impossible
à s'y exprimer de manière agréable, même pour un Bourrin, sauf à se prendre
pour Tarzan, Cheeta ou... L'Chacal ? ;-)))
Nos Zamis "ultrafondus du Zoo" avait plus d'un tour dans leur sac pour se
faire remarquer. Cette fois ci ce fut le Chacal désigné volontaire et il
nous ne nous a pas fait Tarzan, mais GEORGES de la Jungle...
AaaaAAAAAaaaaAAAAAAaaaAAAAAaaaaAAAAAaaaaaaa.... Baouuuuum !

J'ai entendu le bruit de la chute et vu une masse tomber à 2 metre au
dessus de moi. Ce qui m'a impressionné c'est que la personne en cause s'est
retrouvé la tête en bas, arrété uniquement par des branches. J'ai eu peur
car si elle glissait plus, le cou risquait d'être coincé et de faire un
"coup du lapin". Je remonte et reconnait notre Chacal assomé, mais
conscient. J'ai quelques secondes d'interrogations, l'Mogwaï remonte, je
suis perplexe car je ne vois pas comment bouger le Zanimoss sans risquer de
lui déplacer quelque chose. Finalement, avant que l'Mogwaï ou la Langouste
ne fasse un diagnostic (Ils ont leur brevet de secouriste) le Chacal arrive
à se retourner sans descendre plus bas...

Je ne sais pas comment il a fait pour arriver "tête la première et en bas"
dans cet arbre, mais il peut le remercier et bruler un cierge à saint
Chacal. Notre Zami a eu un gros coup de chance de s'en être sorti sans,
pratiquement, aucun bobo. Artistiquement, ce fut magnifique,
émotionnellement, j'ai eu quelques secondes difficiles.

Cela nous rappelle, une fois de plus, que même les meilleurs sont sujet à
erreur. Sur une simple seconde d'inattention on peut se faire très très
mal. C'est sur ce constat, que nous nous éclipsons, l'mogwaï et moi,
laissant le Chacal dans les mains expertes de la Langouste.

La suite de la descente nous confirme qu'il nous faut privilégier la
prudence à la vitesse car plusieurs fois nous dérapons sans dommage.

Arrivé en bas, nous patientons quelques secondes, puis voyant le Chacal
descendant sans trop d'hésitation, nous repartons rejoindre les "têtes
chercheuses".

Ils sont ou ? On scrute l'horizon et le Mogwaï m'annonce qu'ils ont tourné
au bout... Du bout... Du champ... Qu'ils sont loin !
Mais le mogwaï a encore la pêche et le coca qu'il nous a offert m'a fait le
plus grand bien. Nous partons au petit trot, rattraper nos éclaireurs...
Lorsque nous les rejoignons, nous leur faisons part des petits soucis du
chacal puis, dans la discussion, nous suggérons de les attendre pour finir
ensemble ?
Nous obtiendrons un exemple flagrant de fatigue intellectuelle.
;-))

En effet, la première réponse, celle des tripes, fut négative et forte !
Cela nous choqua tous les 4... Et nos 2 éclaireurs se regardèrent en
faisant un effort intellectuel, arf...
Le cheminement de l'idée jusqu'à sa compréhension fut presque visible sur
le visage du Pitaine et du Pokémonito. Comme on dit "le temps que la pièce
tombe dans le monnayeur", Ils se sont rendu compte que l'on parlait de nos
potes. On s'est arrété et on a regardé derrière si nous pouvions attendre.
Ne voyant rien venir et ayant un doute sur nos capacités à finir toutes les
balises avant l'heure finale, nous sommes repartis.

La balise 40 du petit pont fut facile et nous sommes rentré dans une
routine propice aux erreurs et aux coup de moins bien car l'intellectuel
n'est plus soutenu par la difficulté du terrain.
C'est ainsi que la Tortue nous annoncera au sommet d'une bosse, aux
alentour de la balise 41, que nous pouvions être satisfait, il ne devrait
plus y avoir de montées dorénavant... En pente douce jusqu'à l'arrivée...
Du moins il y croyait...

Cela n'a pas du être du plus bel effet sur son moral car la décision de ne
pas faire le Pont enleva quasi tout suspens à l'épilogue de la course. Hors
blessure physique importante, nous finirions largement dans les temps. En
conséquence le moindre surcout physique demandé alors que nous sommes
presque "arrivés", demande un surcroit de motivation...

Moi même, ayant cru notre Pitaine, j'ai ralé en voyant les cotes succéder
aux autres cotes... Nous ne prenions presque plus de risques pour tracer
droit sur les balises, l'ennui commençait à nous atteindre, la balise 42
était faites, nous arrivons au Trait...

Et la il se passa un épisode qui montra que nous n'étions pas loin de
l'état de fatigue "spécial" qui oblige de se surpasser en fin de raid mais
que nous ne l'avions que simplement effleuré jusqu'ici.

Les jambes de nos 2 éclaireurs sont lourdes et l'Pokémonito me passe la
carte me situant la balise à 50 mêtres dans le bosquet... Me rendant compte
rapidement que notre expert nous fait un mini auffargisme, je leur demande
de bien rester à leur place à nous attendre. Mais la lucidité commence a
bien laissé la place à la fatigue.

Effectivement la balise était plus de 300m plus loin. (à vue de nez sur la
carte de l'Electron) La notre Mogwaï nous fait son dernier mini coup de
pompe, car la grimpette finale n'est pas de tout repos. Une fois la "Mimi"
marquée(Balise 43) sur la feuille de route, on redescend... Je réfléchi en
apercevant une ouverture sur une route goudronnée, en contrebas, pour
prendre cette voie et rejoindre nos coéquipiers. On se regarde avec
l'Mogwaï, il me fait un signe de dénégation, m'indiquant le chemin par
lequel nous étions venus. Je ne sais pas si c'est lui ou moi, mais la
réflexion fut conclue par une remarque pertinente : " Et s'ils ne nous
attendaient pas à l'endroit prévu ? On ne sait jamais..."

Effectivement, la Tortue l'a écris par ailleurs, ne nous voyant pas
revenir, perdant patience, ils ont questionné des raideurs puis ont
commencé leur propre recherche sans carte. Les coureurs alertés nous ont
signalés nos coéquipiers "perdus" que nous avons retrouvé sur le chemin du
retour. Cela fut sans "dégats", heureusement que nous n'avons pas pris le
"raccourci" !

Mais cela montre 2 choses...
L'une est que cette partie routinière fut bien usante et nous ne fumes pas
loin de devoir commencer à piocher dans nos dernières réserves atteignant
le stade ultime de la fatigue.
La seconde, et le déroulement de la nuit nous l'a indiqué, nous ne nous
connaissions pas assez dans les difficultées pour réagir à l'instinct comme
il le faut. Notre marge physique et technique était bien trop importante
pour que nous nous fassions éliminé, du coup, notre lucidité, mis en
défaut, n'a jamais disparu complètement, ne nous obligeant que rarement à
réagir à l'instinct. Je reviendrais dessus...

L'équipe recomposée, nous descendons à "tombeau ouvert" vers l'arrivée au
Trait. Je suis satisfait que nous arrivions dans les délais, même si, comme
le Pitaine, j'ai un gout d'inachevé. Je sonne le clairon dans la ligne
d'arrivée, je sens la satisfaction chez mes coéquipiers, mais pas d'envolée
émotionelle. Dommage que je n'ai pas reconnu nos zamis de l'épique 1 nous
interpellant suite à notre tapage diurne. Cela aurait été plus sympa de
finir avec eux...
J'espère que l'arrivée nous permettra de sortir cette joie de bien finir ?

Pas de chance, c'est une arrivée type SaintéLyon à laquelle nous avons
droit... La rentrée dans le gymnase me fait ressentir comme une chape de
plomb sur les épaules. Le regard de tous les raideurs attablés est triste,
la table de marquage nous fait poireauter de longues minutes, je tente un
"hip hip hip hourra" qui retombe complètement à plat. Pourquoi ? J'ai du
mal à saisir pourquoi l'ambiance d'arrivée est si triste.
Bien sur les premiers sont arrivés depuis longtemps, mais au Raid28
également, les premiers étaient arrivés...
La tension qui existait dans ce gymnase au départ, n'a pas disparu à
l'arrivée. Comme si les organisateurs, par ailleurs impeccable sur le
parcours, connaissaient des soucis importants. C'est dommage, il y a
matière bonifier l'ambiance et à faire que les bénévoles participent au
plaisir des coureurs.
Il y a eu un "schmilblick" et si l'organisateur lit ces lignes, nous
aimerions savoir pourquoi ? Cela sans polémique inutile et sans lui
chercher des poux dans la tête. Dans toutes organisations, il y a des plus
et des moins. Les coureurs, en général, relèvent les moins et ce n'est pas
gratifiant pour l'organisateur. Mais nous aimerions savoir pourquoi ce
malaise fut persistant du début à la fin.

Nos Zamis de l'épique 1 sont la aussi et nous nous congratulons. Ils n'ont
pas que connu le triple salto du Chacal comme soucis, leurs CRs en témoignent.
Il nous reste à prendre nos douches, (Glacées, mais cela devient une
habitude en raid) à nous sustenter avec ce qui reste et à plaisanter avec
quelques bénévoles presqu'aussi fatigués que nous.

Quelques conclusions ?

Le Raid Normand a les atouts pour devenir une classique (surtout s'il font
le saut à l'élastique du pont ;-]) mais, AMHA, il serait intéressant
d'allonger le temps imparti pour faire légèrement plus long en diurne.
A part cela je ne sais pas ce qui fait la différence avec le Raid28, mais
même hors condition météo facile, je trouve le raid normand plus abordable.
Peut être les passages dans l'eau, ou la dureté de la plaine de la Beauce
sous le vent ?

Heureusement pour notre équipe que cela fut "facile", car nous sommes parti
avec l'handicap de ne pas nous connaitre. Et ceux qu'a connu l'équipe ZOO
2002 au raid28, nous l'aurions peut être également connu si la raid faisait
10kms de plus. (CAD si l'arrivée avait été p.e. de l'autre coté du pont
sans possibilité de couper)
En 2001 je connaissais suffisamment les réactions instinctives de mes
coéquipiers et la préparation "commando" par mail des semaines précédentes
faisait qu'automatiquement nous réagissions au top en fonction de nos
moyens (sauf sur l'éclatant auffargisme, mais, il faut bien une exception
pour confirmer la règle)
Cette année le Pitaine fut brillant au regard de son inexpérience et nous
nous en sommes sorti avec les honneurs avec les handicaps du départ.
Cette équipe peut murir et donner d'excellent résultats maintenant que l'on
en connait plus les contours et que la tension du départ sera moins forte.
( Pour l'orientation du Pokémon qui en fut l'exemple le plus flagrant mais
aussi pour moi. P.e. ce n'est pas en occultant le fait que j'allais faire
un raid que je suis arrivé avec mes qualités en orientation. Lors de la
remise des cartes je me suis, au contraire, presque mis hors jeu, me
rappelant mes erreurs lors du raid Inkosport tout en oubliant mes réussites
lors des différentes CO auxquelles il m'arrive régulièrement de participer.)

Il y a l'idée de faire le doublé l'an prochain... Pourquoi pas ? C'est
surtout le Pitaine qui doit envisager sa possibilité d'enchainer les 2 en
se préparant en (E) avec de multiples sorties... Pour ma part je suis ( à
aujourd'hui ) partant dans les conditions émises par l'Pokémonito, mais
avant, nous aurons à définir des stratégies plus claires en cas de coup
dur, de perte d'équipier ou d'auffargisme aigüe. Nos erreurs de cette année
devront nous servir.

Je remercie encore mes partenaires, tout ne fut pas rose, mais l'objectif
donné par le Pitaine en décembre, a été pleinement atteint.
L'Pokémonito est un sacré orienteur, dès qu'il arrive à rentrer dans la
carte. Le Pitaine le seconde bien, nous sentons son expérience du sport de
haut niveau et le compétiteur dans l'âme qu'il est. Il reste à déterminer
sa résistance sans les auffargismes avec une moyenne obligatoirement plus
élevé. L'Mogwaï a de plus en plus envie de refaire des perfs, et après son
introspection il s'est réveillé avec pertinence (encore merci pour le
croque) Dans son optique de 15Kms/h sur marathon, il serait intéressant
qu'avant la printanière, il fasse le test de 6X1000m en 3'45' avec 1'15" de
récup active (en trottinant, départ toutes les 5'). Cela doit se faire dans
l'aisance, la courbe des résultats le montrera.
On analysera par la suite...

Quand à moi ? J'ai une Printanière à faire ce samedi 14 Février 2004, chez
nos ami de Namur, à Erpent... Et je dois faire <1h06' si je veux conserver
mon optimisme actuel ! Arf...

A peluche tout le monde !

L'Papy_nez_pris_mais_vaillant_quand_même...


***********************************************************************
Raid Normand :
http://raid-normand.web-emaker.com/fr/display_page.asp?pg=1-5&ext=fr

Site de l'electron
http://www.sportnat.com/electron/mescourses/2004/hivernalenormand04/HN04index.htm

Site des Frontales :
www.lampedepoche.com

***********************************************************************
.../...

Oooops... Dans ces premiers écrits, j'ai oublié de donner les résultats des
tests que nous avions fait sur les frontales prétées par www.lampedepoche.com

Dans les versions usenet, je le rajouterais dans la partie 4. :-((

L'Pokémonito avait opté pour une Favour light 321A-3 à 3 leds. C'est une
frontale facilement transformable en lampe de poing, mais aussi, grace à
son clip en éclairage de carte. Notre orienteur possédant sa frontale à
halogène, il utilisa le clip pour mettre sa lampe sur la bretelle gauche de
son sac. Cela lui éclaira en permanence sa carte. Nous avons pensé
économiser les piles en éteignant régulièrement. Lorsque l'on apprend que
la durée de vie promise constructeur est de 80h, on se dit que c'est
dommage d'avoir éteint. J'ai vu cette lampe sur quelques raiders, mais
surtout des raideuses qui l'avaient en frontale. Le test fut probant.

La Tortue avait une une Favour light CY-071 a 7 leds. Il fut moins heureux.
Malgré la puissance des 7 leds, le poids engendré par les piles sur le
devant de la tête parait mal réparti. Elle fut trop rapidement
inconfortable pour notre Pitaine qui ne la recommande pas pour de long périple.

Le Mogwaï avait une Septor http://www.lampesdepoche.com/l0071.htm dont le
confort la séduit. Il est vrai qu'elle est plébiscitée dans le peloton.
Confortable et puissante, avec 7 leds, elle permet de rester 18 heures en
position maximum. Son seul défaut, d'après l'Mogwaï, ne pas avoir d'ampoule
halogène... Oui, mais ce n'est plus le même prix, ni la même autonomie...

Pour ma part j'ai eu droit à la Fusion
très performante. il m'a fallu
apprendre à m'en servir, mais le temps m'a manqué pour imaginer l'employer
au maximum. Je n'en ai pas utilisé toutes les possibilités, notamment lors
de perte d'équipier au milieu de la cohue ou l'option SOS aurait été
fédératrice. Par contre, l'option "superbrillance" me permettait de voir
presque aussi bien qu'avec une halogène, mais avec une consommation accrue.
Je n'ai, par contre, pas pu tester l'option lumière rouge car je n'ai pas
trouvé d'opportunité. J'ai encore beaucoup à apprendre avec ce petit bijou...


Voilà, nous remercions encore le site www.lampedepoche.com dont je vous
recommande la visite avant l'achat de toute lampe, surtout que, grace au
Zoo, avec le code "LPM" vous obtiendrez 15% de remise sur vos achats.

Voilà, bien conclu, ce raid normand, qui en appelle d'autre...
Allooooooooo les Zamis du Zoo, vous voyez cela comment ???

L'Papy_ki_attend_les_réactions...

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran