Récit de la course : L'O'Rigole - 71 km 2008, par le_bono

L'auteur : le_bono

La course : L'O'Rigole - 71 km

Date : 7/12/2008

Lieu : Le Perray En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 1410 vues

Distance : 71km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Origole 2008 : mon parcours du combattant !


J'avais initialement prévu de participer aux 24 heures de Villepreux, mais n'ayant pu obtenir mon vendredi je me suis finalement orienté vers l'Origole. J'avais eu quelques échos de cette course, réputée difficile : j'étais loin d'imaginer ce qui m'attendais !
 
Samedi 06 décembre : 22h00
J'arrive à la salle des sports de Le Perray en Yvelines ou pas mal de coureurs sont déjà présents, je fais la connaissance de quelques kikoureurs venus en force.
Après le retrait du dossard ainsi que le contrôle du sac je prends les derniers sucres lents avant le départ.
La tension monte au fur et à mesure que le rendez vous approche.
 
23h30
Briefing de l'organisation, qui nous présente le menu :
 
Le parcours est composé de 3 boucles
 
      Boucle des Mesnuls– 28,250km pour 670 m de dénivelé positif
      Boucle des Vindrins/Artoire – 24,250 km pour 950m de dénivelé positif
      Boucle  du Coupe Gorge – 22,5 km pour 280 m de dénivelé positif
 

23h45
Le peloton se dirige vers la place de la mairie où sera donné le départ.
Il fait assez frais mais le temps est sec.
 

00h00
Le départ est donné, je me suis placé en queue de peloton afin de partir très prudemment.
Après 2 km de bitume on entre dans la forêt, tous ces coureurs équipés de lampes frontales constituent un défilé de lucioles, c'est assez surprenant !
On entre déjà dans les difficultés, le sol est très boueux, difficile d'avoir des appuis stables. L'organisation nous avait promis que la boue ne dépasserait pas les chevilles : ma surprise n'en fut que plus grande lorsque dans une tranchée je me retrouve complètement enlisée avec de la boue jusqu'aux genoux !!!
Dans les descentes j'ai du mal à conserver l'équilibre, je ne compte même plus les chutes, sans douleur fort heureusement. Courir dans cette boue c'est vraiment épuisant, il faut
constamment veiller ne pas se prendre les pieds dans des racines et autres obstacles.
Ce n'est pourtant pas ma première expérience sur trail mais l'ecotrail et le grand trail du nord comparé à celui ci c'est de la rigolade !
En arrivant au premier point de contrôle (situé à environ 12 km du départ) je regarde mon chrono : 01h42 !!! J'hallucine, moi qui pensais tenir une moyenne de 10 km/h
La suite du parcours est de plus en plus difficile, des chemins boueux, des pentes très glissantes, le compteur des chutes explose.

04h15
Me voici de nouveau au gymnase, j'achève ma première boucle, j'ai tout juste un quart d'heure d'avance sur la barrière horaire.
Cela me met d'avantage de pression pour la deuxième boucle.
Le temps de refaire le plein de ma gourde et de prendre une boisson chaude et me voici prêt à en découdre avec le deuxième chapitre.

Je prends le départ en compagnie d'un kikoureur avec lequel je fais connaissance : ouster
On nous avait promis une deuxième boucle plus sèche : pour l'instant c'est le cas et cela fait du bien de pouvoir courir à allure plus régulière.
Cette compagnie me relance et les premiers km défilent plus vite, lorsque les premières pentes arrivent je laisse partir ouster car je suis déjà contraint à baisser le rythme.
Cette seconde boucle est certes moins boueuse mais quand au dénivelé : 15 bornes de montagnes russes.

Parfois je suis obligé de m'agripper à des racines pour franchir les pentes, les descentes sont aussi éprouvantes, celles ci sont tellement rudes qu'il est impossible de se laisser aller, il faut être très vigilant et retenir sans cesse son élan ce qui est très douloureux pour les muscles.

Cette boucle me parait interminable, cela monte et descend sans cesse, je suis rincé !!!
Je rejoins Ouster qui tout comme moi accuse un peu le coup.
Quelle soulagement lorsque l'on sort enfin de cette forêt pour retrouver du plat et du bitume.

08h20
On arrive enfin dans le village, quand soudain j'aperçois sur un panneau routier : Le Perray : 4km !!!!
En fait le village où je suis est Auffargis, moi qui pensait achever la deuxième boucle dans les temps et bien c'est raté.
J'ai le moral dans les chaussettes, si les barrières horaires restent telles quelles ma déception sera immense de ne pas pouvoir repartir, j'en ai tellement bavé !

08h45
J'achève la deuxième boucle, et quelle immense satisfaction lorsque une organisatrice m'annonce : vous pouvez repartir !
Les barrières ont étés repoussées, a vrai dire il y a encore beaucoup de coureurs derrière et la barrière horaire de la 2ème boucle me parait sous estimée.
J'ai beau être épuisé, moralement je suis regonflé à bloc : je vais le finir !!!
Une pause d'un quart d'heure le temps de me ravitailler et je repars à l'assaut du dernier chapitre!


09h00
La dernière boucle est moins rude. Les chemins sont certes boueux mais beaucoup plus praticables que lors de la première boucle.
Pas de dénivelé sévère et à présent on peut se laisser aller et souffler dans les descentes.
Après 20 minutes j'aperçois Jean Luc Garcia, fidèle ami et supporter qui m'encourage et me motive pour aller jusqu'au bout.
Mes cuisses sont de plus en plus douloureuse et je suis obligé d'alterner course et marche.
Je croise le dernier point de contrôle qui m'annonce : encore 4 km.
Ceux ci vont durer une éternité, je termine au mental, les crampes sont de plus en plus terribles, chaque foulée est un calvaire.


12h20
J'entre enfin dans la salle, je suis FINISHER !!!
Jamais ne n'avais autant puisé dans les dernières ressources.
Je boucle ce trail en 12h20mn09s à la 88 ème place.
Jean Luc et Nadine me félicitent, encore un grand merci à eux pour leur soutien et encouragements.
Après avoir retrouvé mes esprits je prends une bonne douche suivi d'un bon casse croute.

Un grand bravo à l'organisation et mille mercis aux bénévoles pour la qualité du ravitaillement et le soutien moral.
Merci à Ouster pour m'avoir accompagné un bout de chemin et sa sympathie

Rendez vous l'année prochaine ? : Je ne me prononce pas encore !
 

5 commentaires

Commentaire de canard49 posté le 11-12-2008 à 12:42:00

Bravo Le Bono

je t'ai croisé à la fin de la Rochelle, félicitations pour ta course et BRAVO pour avoir terminé dans ces conditions, cela avait l'air difficile... Elle porte mal son nom cette course !!
A bientot sur une course

Commentaire de L'Castor Junior posté le 11-12-2008 à 13:38:00

Chapeau Emmanuel : l'an dernier, j'avais mis plus de 8h pour les deux premières boucles (un peu plus courtes), et Jacques ne m'avait pas laissé repartir, à mon plus grand soulagement cependant, car cette course m'apparaît réellement démente...
A bientôt !

Commentaire de Zeb posté le 13-12-2008 à 07:58:00

Bravo Manu,

Sympa de t'avoir revu avant la course...Super d'avoir tenu jusqu'au bout,c'est vraiment une course qui vaut le détour, tu l'oublieras pas de sitôt, moi non plus !!

Seb

Commentaire de Manuwak59 posté le 28-12-2008 à 20:17:00

Bravo Manu pour avoir bouclé brillament cette épreuve si difficile !! Au plaisir et mes amitiés à ton père ..........

Commentaire de romano76 posté le 03-01-2009 à 22:32:00

O'rigole pas, Belle course, récit sympa ça donne envie d'y participer...Bonne année 2009

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran