Récit de la course : Saintélyon 2008, par MIKE13

L'auteur : MIKE13

La course : Saintélyon

Date : 7/12/2008

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1692 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

20 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

ANATOMOPATHOLOGIE D’UN ABANDON

Je ne voulais pas écrire ce récit, il se termine mal. Vous me direz : « faut pas dramatiser, c’est qu’une course ». Oui, sans doute, et c’est ce dont j’ai essayé de me convaincre depuis dimanche. Mais en fait, je le prends plus mal que ça….

 

Tout commence donc sur une note positive, très positive : Une AAB kikoureque, la première pour moi. Une ambiance super sympa, je rencontre pas mal de kikous, en particulier Corto et Benos (je ne cite pas tout le monde, mais le cœur y est) avec qui au final, je prendrais le départ. Ambiance super sympa donc un peu chaotique quand il s’agira de se changer : « Ah, la chaleur humaine, y’a que ça de vrai ! ». Tout le monde est excité, c’est un fourmillement qui se poursuit d’ailleurs jusqu’au cœur de la ruche : le Hall d’expo ; une forte odeur de Nok mélanger à une autre qui semble plus tenir du cheval que de l’homme se dégage des lieux. On sent l’effervescence. Des coureurs partout et un homme au micro tente tant bien que mal d’animer tout ça. Un hommage est fait à Moicélolo, un kikoureuse hélas disparue, que je n’ai pas connue mais qui tient une place importante dans le cœur des kikous. Son papa est là, les yeux souvent humides d’émotion, cette édition de la Saintélyon est dédiée à sa fille. Il donnera le départ ;

Il est maintenant 23h30, on sort.

Une foule immense se presse contre la ligne, je suis avec Corto qui me dit que son objectif est finalement passé de 9h30 à 8h00. Je lui souhaite donc bonne course.

0H00, le départ est donné, on piétine puis péniblement passons la ligne. Je me mets à trottiner. Corto et Benos accélère, je ne sais pas pourquoi je vais les suivre pendant 10 min, alors que je sais très bien qu’ils partent trop vite pour moi. « Lâche prise », me dit cette voix intérieure, qui me fait également remarquer que mes jambes sont raides, je n’arrive pas à me détendre. « Merde, qu’est ce que j’ai ? ». Même mes chaussures que j’ai toujours trouvées si confortable me semblent dures aujourd’hui. Je crois qu’il faut que j’arrête de penser, il faut que je coure et ça va revenir.

Voilà Sorbier, je croise Patcap 21, on échange quelques mots, une première montée se présente. Il me dépose là, le mot n’est pas trop fort, il marche à une allure impressionnante. Il m’avait pourtant prévenu…

Je continue, mes jambes sont toujours un peu raide mais ça va mieux, je suis avec Elguer, on échange nos impressions, nos objectifs. Les miens sont passés de 9h30 à finir. Ca tombe bien, il a les mêmes.

On se sépare dans les premiers dénivelés.

Je me sent pas trop mal finalement, j’arrive au ravitaillement en de St Christo en 2h00, a peu prés. Je m’arrête, mange un bout, prend un thé.

 Cela durera une minute de trop : en l’espace d’une seconde, je suis pris par le froid, intense et presque douloureux. C’est assez troublant, il faut que je me remette à courir vite, mes mains sont déjà gelée et bien sur je n’ai pas de gants, il faisait bon quand on est parti de St Etienne et d’habitude je n’arrive pas à courir avec.

Au bout de dix minutes mes mains se réchauffe, mais par contre, rien à faire, je n’arrive pas à faire disparaître ma sensation de froid au niveau de la poitrine. Tanpis, on verra bien… Les relayeurs doublent à une allure impressionnante pour certains, pour quelques uns le souffle est vraiment fort et saccadé, on sent qu’ils sont au taquet. Je me force à détourner l’attention de ce froid dont je suis victime, il est en train de m’épuiser mentalement.

Moreau, enfin, je commence à éprouver un sentiment de rage, animale et souvent difficilement contrôlable, j’en veux à ces relayeurs qui passent et me bousculent par un manque de place évident. Mais sur le moment, je ne suis vraiment pas compréhensif. Je m’en veux d’avoir froid et donc je leur en veux. Je sais, c’est un raisonnement incohérent, mais je l’attendais tellement cette course. POURQUOI J’AI FROID ?

J’ai 200€ de fringues techniques sur le dos sensées me permettre de courir par -15°c et là, quand j’en ai besoin, rien, je me pèle bon dieu !! «  Ca y est il va s’en prendre à Benoît Laval maintenant… Non, rassurez-vous je n’irai pas jusque là ».

Même ce mec de la sécurité civile qui me parle parce qu’il voit que ça va pas fort m’énerve, il est là pour m’aider, me soutenir. Il me renvoie la conclusion que je n’accepte pas, je ne tiendrais pas comme ça jusqu’au bout.

Je ne mange rien, ne boit rien, je repars, il faut que je coure, marche, je sais plus, il faut que je me réchauffe. Je tire sur ce maillot pour remonter mes mains le plus possible mais rien n’y fait.

Je commence à rentrer dans une espèce de bulle, je vois des silhouettes autour de moi mais je ne suis plus du tout dans la course, cette espèce de communion qu’on trouve d’habitude, je ne la ressens plus. Je suis SEUL, terriblement SEUL, je pense à Caro, ma compagne.

Le pire est que je ne me sent pas épuisé, j’ai juste froid, terriblement froid.

En 1h20, je rejoins Ste Catherine, je passe devant les bénévole, passe sur la ligne de contrôle et reviens sur mes pas , je rend ma puce.

« la navette est là haut, msieur »

Je ne peux pas monter, j’ai honte, j’enlève ma casquette kikourou, arrache ma chasuble et met le tout en boule dans mon sac.

Je m’assoie au fond, j’ai toujours froid. Ca ne me quittera pas jusqu’à la maison.

6h15, je suis assis sur des marches dans le palais des sports, je change de chaussure pour pouvoir monter dans le taxi que je viens d’appeler. Je ne veux voir personne. On me demande toute les 3 secondes où sont les douches, j'en sais rien et j'ai pas envie de parler.

Je rentre, lâche mes sacs dans l’entrée, attrape un paquet de clopes posées sur la table et m’allume une cigarette. Il est 7h00, « Putain, je me suis planté ! ».

 

Je vous l’accorde, ce récit est terriblement narcissique,pas du tout héroïque et  pas vraiment dans l’esprit du sport ou de kikourou. Mais bon, j’imagine que ça peut arriver et c’est pour ça que finalement, je me décide à vous le faire partager.

   

20 commentaires

Commentaire de elguer posté le 09-12-2008 à 11:26:00

Salut mike, une grande pensée pour toi,

je te donne rendez vous l'année prochaine

sportivement

elguer

Commentaire de Olycos posté le 09-12-2008 à 13:09:00

Content de t'avoir eu a notre table même si on a pas vraiment eu le temps de bcp discuter...

A+ sur une autre coursette.... ;-)

Commentaire de Baobab posté le 09-12-2008 à 13:35:00

Ok Mike, c'est planté pour 2008. Mais ça veut dire que ce que tu vas retirer comme enseignement est infiniment précieux pour la suite (Sainté ou autre).

Et puis te prends pas la tête, l'ambiance kikou ou la conception du sport kikouresque, c'est aussi parfois arracher un dossard et s'asseoir seul au fond du bus des usés.

L'avantage...c'est que la récup sera courte (32km ça s'oublie en 8 jours ; ) et ainsi tu vas pouvoir attaquer 2009 à pleines dents !

Commentaire de corto posté le 09-12-2008 à 13:43:00

Salut Mike,
content de t'avoir rencontré. J'ai pas eu l'impression de partir vite, Benos étant plus lent que moi lol
Dommage que tu n'ai pas terminé la course, j'aurai eu du plaisir de te voir terminé.
Bon courage l'ami et encore merci pour le briquet ;)

Commentaire de Davidou le minou posté le 09-12-2008 à 14:02:00

C'est un récit très touchant !! Je viens de plonger avec toi dans ce froid et cet abandon. Ton récit est noir, c'est vrai, mais c'est ce que tu as vécu.

Je pense que le mettre par écrit c'est déjà l'accepter, et tu dois déjà te sentir un peu mieux. Non ?

En tout cas moi maintenant j'ai plus envie de parler à personne :-D !!

Commentaire de maxlebipede posté le 09-12-2008 à 14:30:00

Salut MIKE13,

A te lire, je ne vois qu'un remède : tu remets le couvert l'année prochaine et tu nous fais un p..... de CR de ta p..... de SAINTELYON 09 que t'auras conclue.

Sportivement.

Max.



Commentaire de JCDUSS posté le 09-12-2008 à 15:24:00

salut,

C'est sur la sensation de froid, c'est difficile à gérer.
Peut-être des affaires de change dans ton sac aurai été efficace (j'en avais sans m'en servir, j'ai toujours un tas de trucs dans mon sac ;-) )
Repose toi bien et fait toi assez rapidement ton calendrier 2009...

a la prochaine.

alex

Commentaire de patcap21 posté le 09-12-2008 à 15:59:00

salut Mike

Dans quelques jours cela ne sera plus qu'une vilaine soirée et 2009 face à toi. Merci à toi de nous faire revivre ta galère, sûrement la meilleure façon d'analyser tout ça.
Ravi de t'avoir croisé même si j'étais loin d'imaginer que tu étais si mal.

Bonne récup, les jours meilleurs arrivent...

@++
Pat

Commentaire de calimero posté le 09-12-2008 à 20:06:00

Bravo pour ton courage!
Demain sera un autr jour et il sera forcement meilleur!

Commentaire de vinzz posté le 09-12-2008 à 21:26:00

J'ai bien aimé ton récit, le mien est noir aussi, et 3 jours après j'ai encore froid... On se retrouve l'année prochaine !

Commentaire de vial posté le 09-12-2008 à 22:19:00

salut mike dire qu'on aurait pu se rencontrer si tôt sur Gerland, car moi aussi arrivé beaucoup trop tôt suite blessure et abandon
il faut vite digérer tout celà et repartir de plus belle
un autre non-finisher parmi les 1100 abandons
michel

Commentaire de BENIBENI posté le 09-12-2008 à 23:32:00

Bah, un abandon c'est comme tomber sur une mauvaise bouteille, pour autant tu boiras d'autre bouteilles qui seront elles trés bonnes ! Au plaisir de se croiser sur une course !

Commentaire de sarajevo posté le 10-12-2008 à 07:39:00

ton histoire nous est deja tous arrivé. Vas voir le post sur les abandons, c'est super instructif...
ne regrette rien ... d'autres courses sont a venir.
a+
pierre

Commentaire de millénium posté le 10-12-2008 à 08:20:00

qui n'a pas connu ce que tu viens de vivre ?
Et celui qui prétend le contraire devra se méfier...
Un coup de moins bien , un jour sans , une blessure de M...E qui vient annilher des mois de préparation....Tout peut arriver.
Pour l'info , béatrice FANGET (sacré "cliente") va certainement arrêter la course à pied après sa blessure des templiers (prothèse...etc).
Quand au copain de l'équipe de raids ERTIPS , fini pour lui (maladie cardiaque)....
Je sais , ça ne console pas de voir les soucis des autres , mais je trouve la remarque de benos excellente..(la mauvaise bouteille...).
A très bientôt de te renconter , sur une course bien sûr

Commentaire de agnès78 posté le 10-12-2008 à 08:31:00

coucou mike, tu sais pas de regrets à avoir, quand tu tombes sur un jour (nuit) comme cela, il n'y a rien à faire. Même si le mental est là, pour une raison inexpliquée et inexpliquable parfois, le corps dit stop à sa manière. récupère bien et rendez-vous en 2009!
bises
agnès

Commentaire de Trotteuse94 posté le 10-12-2008 à 11:12:00

Coucou Mike,
S'instrire, s'entrainer, se mettre la pression, prendre le départ avec 36.000 pensées en tête et surtout celle de finir et le must : dans un temps qu'on s'inflige, c'est l'état d'esprit de beaucoup de coureurs. Hélas, la réalité est parfois décevante, tu en as fait l'expérience. C'est très bien d'avoir raconté ton expérience. A la lecture des commentaires, il se dégage beaucoup de solidarité des coureurs qui ont partagé cette course et ça c'est super. Je te félicite d'avoir supporter ce froid tant que tu as pu et surtout d'avoir su t'arrêter sans surpasser tes limites. Nous ne sommes que des humains. Reposes toi pour de nouveaux départs en 2009. Bises.

Commentaire de peeweeonline posté le 10-12-2008 à 12:00:00

On a mal pour toi en lisant ces lignes. Qu'il doit être frustrant de ne pouvoir continuer pour une autre raison que la fatigue. Ces récits doivent aider a garder une certaine humilité avec cette course.
Allez en avant
2009 sera un autre jour ;--)

PS : ce serait bien d'arrêter la clope en 2009 aussi non ? ;--)

Commentaire de seapen posté le 10-12-2008 à 16:34:00

Un récit de course très prenant lu avec intérêt. Merci et encouragements. Demain est un autre jour. salutations.

Commentaire de Eric Kikour Roux posté le 11-12-2008 à 14:36:00

Je te vois hésiter sur le post de l'Ultra des Templiers 2009 ..... Vas de l'avant, efface l'échec de la Sainté et inscrits-toi à cet Ultra! C'est ce qui va te faire prendre un nouvel envol!

Commentaire de chtigrincheux posté le 12-12-2008 à 04:26:00

Cela prouve que nous sommes humains (koi que parfois on se le demande ).Avec qlqs jours de recul tu prendra cela pour une leçon.J'en sais qlqs chose.prend du recul et observe toi

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran