Récit de la course : La Foulée Vénissiane 2008, par thunder

L'auteur : thunder

La course : La Foulée Vénissiane

Date : 23/11/2008

Lieu : Venissieux (Rhône)

Affichage : 1041 vues

Distance : 10km

Matos : Buff, maillot de club, short nike long, manchon BV, chaussettes trail BV (tip top), diadora mythos racer

Objectif : Se défoncer

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Allez c’est reparti pour un petit CR. Un CR de 10km c'est aussi palpitant qu'un concours de pousse de gazon ou de séchage de peinture. Bon courage et bonne lecture.

 

Le choix :


La réglementation FFA précise que pour marquer des points sur les courses de moins de 15 km il faut faire deux performances. Va pour un deuxième 10...

La prépa


Si à Caluire on surfait sur la vague du semi, cette fois ci avec Jack on s’est remis au travail. Nouveau test VMA et zou les chronos sont plus durs. Résultat je découvre le goût du sang dans la bouche, l’abandon dans des séances. Au moins ça me fait une bonne prépa en cas de crash en course.


Veille de course


Journée à Endurance shop Villefranche avec tous les kikous et petit footing pour retrouver Françoise84, Xav, Martine et kiki. Les jambes répondent super bien malgré le froid et l’humidité. Je doute presque… trop en forme c’est pas normal.
Retour au chaud dans le magasin. Les kikous débarquent ça papote, ça fait des essayages.
Discussion avec Tatie Yayoun enfin quelqu’un qui a trouvé les mots. Retour à Lyon tout est enfin plus clair dans ma tite tête.
Une bonne plâtré de lasagne et au lit. Je dors comme un bébé.

Dimanche matin

5h30 panique à bord ça fait à peine 5 heures de sommeil et cette sonnerie me donne la migraine. Une bonne plâtrée de riz, une omelette puis atelier pâtisserie on laisse la pâte reposer et aussi le cuistot . Quel bonheur ces départs à 10h30 le temps de glander. Tellement le temps que je suis même à la bourre.
8h un coup d’œil à la météo normalement ça caille mais aujourd’hui ciel bleu.
9h mon sac n’est pas prêt et moi non plus.
9h30 je suis dans le métro correction dans le métro en panne.
C’est parti pour 2 bon km de footing avec sac et tarte.

Je retrouve ma mémère préférée, buff enduranceshop et lunettes de soleil le total look de kéké.

On chope un métro on se plante de sortie mais nous sommes encore dans le timing.  Langevine est un peu speed et ce matin je suis heureux et rien ne me fera stresser, malgré les efforts de la mémères.


Arrivé dans le gymnase : mon nom n’est pas dans les listings des préinscrits.

Pas grave on va faire une inscription sur place . Aïe plus de dossards ; je présente la situations aux bénévoles. On me dit de rester là et qu’on s’occupe de mon cas. Langevine revient et sans doute sous l'effet de la testostérone de lapin => http://www.tetesaclaques.tv/video.php?vid=701   et me lance :

" alors tu le sens l’adré tu le sens ???

- Beuh non si j’ai pas de doss je cours pas. "


10h12 j’ai un dossard yes. Bon je file me changer.


Y’a vieux qui me bouscule . Oula le père Vial est déjà agressif, non mais.


10h20 je retrouve mon collègue décision est prise de courir en short, vite enfiler les épingles. Footing sur le dernier kilo histoire de voir le finish, il y a de la glace sur le parking ça promet avec les chaussures légères.


Il faut vite rejoindre le départ, pas de dossard préférentiel donc retour vers le milieu du peloton. Karine fait quelques réflexions sur notre position sur notre échauffement. M’en fout j’ai le sourire, la journée est belle et comme disait Françoise Matich les meilleurs chrono ne sont pas toujours fait dans les meilleures conditions.

Lunette de soleil ok , buff ok chaussures ok, chrono ok, mental plus cool tu meures j’ai trouvé enfin la sérénité tendu dehors détendu dedans. Merci Sarah.


Je rentre dans la bulle.

La course


Pan ça se vide devant mais ça pousse pas derrière. Le pied . Ça change d’autres courses où au départ les pieds ne touchent pas le sol.

Passage de la ligne je bip le chrono 11 secondes… dérisoire.

Maintenant il faut trouver le train, se caler au milieu des coureurs, jouer du mobilier urbain. Toujours en tête le conseil de Vial, le premier kilo ce n’est pas grave de partir trop vite faut juste se recaler dans le suivant. L’avantage de partir derrière c’est qu’on peut remonter des wagons. Le premier kilo ça monte et ça descend sur les trottoirs ma jeunesse me jouera des tours un jour…


Passage devant la station de métro où on aurait du descendre avec langevine. Tient j’entend gueuler ça c’est un vieux à moitié sourd. Pour m’avoir bousculé je le chauffe un peu, je ralentis même pour le laisser revenir, lâche quelques piques et relance doucement pour éviter de me faire botter le cul.   Cette micro pause me permet surtout de couper le rythme du départ et de me mettre au train. On relance et voilà c’est parti pour la vrai course, celle de gestion.

Km2 7:01.0 oui bien rapide mais maintenant on se calle.
Avant d’enter dans le parc en passant à la corde ça joue un peu des coudes, désolé le gros déboule

Petite épingle pour rentrer dans le parc. J’aime po ces virages relance.   Tient par ici j’ai tourné 6 heures alors aujourd’hui c'est du sprint  .

Voilà le parcours où cet été je finissais allongé sur le goudron incapable de tenir le 4’ au kilo. Je passe une féminine qui a l’air pas mauvaise. La balade se continue et mes booster décident de se réunir sur les chevilles. Top utile.  Tient un gars avec le maillot de Lyon 3 oula pression… On papote un peu puis sur le kilo 3 il m’avoue un point de coté et lâche le train, yes...


Kilo3 3’39.1 Content le thunder moins de 3’40 ça me va bon plus que 3’38 mais c’est qu’une seconde

Tient un gars d’un club connu je me cale il relance pour me décrocher alors autant relancer. Ben alors tu suis pas ?

En face la moto revient oula ça traîne pas.  Mentalement je visualise le tracé et me dit qu’ils m’ont mis des kilomètres dans la vue. En réalité quelques mètres plus loin et un bon 180°, toujours aussi mal négocié, et une relance la tête de course n’est pas si si loin que ça.

On essaye d’encourager ceux qu’on voit en face. Toujours ce parcours d’entraînement. J’ai eu mal ici, j’ai mis genou à terre mais aujourd’hui je ne peux pas finir comme ça.

Kilo 5 on arrive au ravito, je trouve mon verre avale une gorgée, keuf keuf keuf elle est froide, je jette le reste sur la tête. Les jambes sont coupées, je suis en apnée, bref le pied absolu.  Toujours nos parcours d’entraînement avec Serge, c’est bizarre de courir en ces lieux, demi tour direction l’anneau.

Kilo 6 7 :16. Je manque la crampe au bras de peu   Reflechissage ça fait du 3’38 au kilo en s’étouffant, c’est tout bon…

Bon direction la sortie, tient des barrières en bois, tout le monde se jette dans le trou. On va être plus malin et faire le tour

Ça encourage sur le bord de route, comme ça me gonfle……
Je commence à avoir mal et une belle pensée négative : mettre le cligno , ha non!  fait ça avec classe : rencontre un obstacle, une belle chute c’est idéal pour un abandon. En plus les secouriste sont juste là.
Comment peut on avoir des idées aussi négatives ???  En tout cas ça brûle dans les cuisses.

Kilo 7 3’37 toujours bon

Virage nous voilà dans le coin le plus charmant du parcours Venissieux et sa zone industriel. A mes cotés un gars remonte, sa femme à vélo lui rappelle ses entrainements. Et vas y que je t’accompagne et que je passe devant. Tranquille c’est une prépa 100 bornes, je ne dis rien mais je relance.


Des gamins sont sur le bord de la route et encouragent petit signe de main, tout va bien je suis pas fatigué.


On se dirige vers notre point d’arrivée avec Langevine. Ça devient un peu le bordel dans le groupe, y’en a un qui pousse des gémissement, y’a un coach qui hurle « allez zouzou t’étais devant à l’entraînement, c’est pas le moment de faiblir » Je t’en foutrais des devant grrrr. Y’en a un qui se ramène avec ses tics qui lui font pousser des sortes de hénissement (non c’est pas le mustang) et voilà un quatrième qui s’y met à s’auto encourager.

Pour une fois que je suis silencieux ça me monte la moutarde. Technique Sylvain61 pour calmer tout le monde :
« bon les gars c’est pas un 100km va peut être falloir penser à courir 

- j’ai des tics je parle pas 

- tu disais ? » grrrrrr

 « bon les gars c’est pas un 100km va peut être falloir penser à courir »

et je m’étouffe au passage et accélère merde c’est qui le patron ?


Ligne droite je vois le macdo et mes jambes faiblissent grrrr et voilà leçon d’explosion en plein vol…

 

J’ai encore envie de bâcher NON NON ET NON mais où est le plaisir ??? ça fait mal ! et alors ces dernière semaines aussi tu souffrais, souviens toi de la douleur pendant le stage souviens toi des tremblements, souviens toi de quand le ventre se tordait, que les jambes se dérobaient. Souviens toi des coups de poignards de ces derniers jours, de ses paroles. Aujourd’hui c’est pas de la douleur… enfin  « il y a des douleurs bien plus fortes qu’un mal de jambes »


Bon faut finir mais là je suis scotché au goudron. Point positif je n’ai pas mal au bras. Merci le fitness.
Le retrait des dossards bientôt le kilo 9.

Kilo 9 7’25 ouille j’ai eu un bon coup de mou c’est pas du negative split sur ce coup là

ça tourne encore un virage casse geule, des trous dans le goudron puis je me souviens des paroles de Driss

 

« j’adorais la compétition car c’était plus facile que l’entraînement »

 

Souvenir de ces séances où j’ai bâché, où j’ai découvert le goût du sang, de cette séance qui faisait mal de 800vite 200 récup 400 vite. Travaillé à 3’15 au kilo ça faisait mal alors aujourd’hui je dois plier ça en 3’40 maxi eazzzzzy.


Tour du super marché y’a toujours le coach du fameux zouzou qui gueule.

Déjà se débarrasser du fameux zouzou pour pas avoir  supporter le coach gueulard.

Accélérer le tempo. Se souvenir du cours de chaussures à Endurance shop la veille. Certains matériaux restituent l’énergie et c’est le cas de mes chaussures…  alors profite… Effectivement ça va vite…


Sur la droite notre formateur je lui jette mes gants. Maintenant avoir le plus beau geste possible et remonter toujours plus vite pour finir. Dans ma tête une petite voix me souffle vitesse terminale, vitesse terminale. Celle pour laquelle à chaque dernière fraction je me donne à fond. Les mains montent au visage, les jambes poussent et rebondissent. Je casse sur la ligne.

Fin de course


Cette fois-ci pas d’étourdissement comme à Caluire. Je croise quelques têtes connues. Ravito expresse sous la tente. Evidement fallait que je tombe sur les barres bananes. J’aime po les bananes.


Retour sur le parcours. J’aperçois une des grosses de l’ACVS accompagnée par son coach puis une deuxième accompagnée par un ami fidèle. On baisse les lunettes on se déconnecte le temps de se croiser. Puis je file à la rencontre de ma mémère préférée. Et voilà pour l’accompagner sur le finish, elle remonte son petit monde, il suffit juste de lui glisser les mots doux qu’il faut « souviens toi de ton allure quand tu as finis ton 30/30 l’autre jour allez vole… »

Et effectivement le geste devient tonique et je me fais déposer. Finish pour langevine on se retrouve en vitesse, puis discussions avec d’autres kikous. Je cherche mes gants. On discute un peu avec les diverses connaissances puis je retrouve l’équipe de cours toujours. On discute un peu, profitant du soleil avant de retourner à la voiture.

L’après après course


Un bon déjeuner avec toute l’équipe de cours toujours. Une bonne salade lyonnaise, un verre de regen et un de beaujolais. J’ai comme l’impression que je deviens lyonnais…
Vivement que je rentre dans la Yaute

edit : pour faire plaisir au kéké chrono final officiel 36'11

11 commentaires

Commentaire de YannC posté le 25-11-2008 à 23:53:00

Hello thunder. Bravo pour ta course. J'aurais bien aimé pouvoir te suivre ce dimanche !!

De mon côté je voulais me rapprocher des 36'00 et je fais quasiment 37' ;-( Je n'ai jamais été dedans et je partais pourtant confiant suite à de bons entrainements. Faudra remettre ça.

Au plaisir de te voir sur une course prochainement.

YannC

Commentaire de millénium posté le 26-11-2008 à 06:32:00

bravo l'gamin ; formidable course et récit passionnant et détaillé ! Chapeau.
A bientôt ,
papy

Commentaire de vial posté le 26-11-2008 à 07:36:00

héhé t'aurais eu ton dossard sur toi t'aurais pu nous attendre pour prendre le passage de la course direct en sortant de la ramme de métro
et t'aurais été à l'heure!!
bon ok courir dans une rame de métro pour s'échauffer ......
Bon travailles moi tous ces entrainements sur ces bases de 3'30" bosse un peu gamin!!
bravo pour le chrono
y parait que même les écureuils du parc se retournait lors du passage du "beau gosse"

Michel

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 26-11-2008 à 12:33:00

Ben, c'est bien la pousse de gazon mais si tu employais une police plus grande, l'herbe serait plus haute !

Commentaire de le_kéké posté le 26-11-2008 à 14:18:00

Très bon comme d'habitude même quand il raconte un truc aussi peu intéressant qu'un 10 bornes. Enfin je dis ça mais j'ai jamais fait 10 bornes alors je parle sans connaitre.
Tu continues à salement envoyer gamin (même si tu pourrais mettre dans ton CR le temps final ça éviterait de faire des savants calculs), je suis admiratif de tes progrès...

Commentaire de laurent05 posté le 26-11-2008 à 14:28:00

bravo Matthieu pour ton chrono
tu n'as pas traîné en route ... rien d'intéressant sur le parcours ou tu le connaissais par cœur
a+
laurent

Commentaire de philkikou posté le 26-11-2008 à 23:13:00

QUELLE "ZEN ATTITUDE"
bon entrainement , belle course , et bon C.R. bien vivant : tiercé gagnant !!!

Commentaire de Baobab posté le 27-11-2008 à 22:36:00

Forcément que ça va encore partir en travaux à Vénissieux : à force de fumer le bitume, comment tu veux que ce ne soit plus le chantier jusqu'à la ligne T25 (en 2037) ???

Bravo Matthieu, sauf pour ton histoire de goût du sang à l'entraînement (ça m'a coupé l'appétit) ; )

Commentaire de kikidrome posté le 28-11-2008 à 12:26:00

Impressionnée par le chrono et amusée par le récit !
Merci pour l'accompagnement à la fin du beaujo !
A une prochaine !

Commentaire de agnès78 posté le 28-11-2008 à 12:35:00

j'adore ces cr où l'on ressent cette envie d'aller chercher au delà de soi même, d'aller chercher ses limites, de ne rien lâcher sans pour autant se prendre la tête! Merci matthieu et un grand BRAVO. Belle phrase de driss... Continue à l'entraînement et cela va encore descendre!
Bises
agnès

Commentaire de LtBlueb posté le 30-11-2008 à 23:21:00

Je ne sais pas où tu vas , mais en tout cas tu y vas viiiite :) bravo gamin !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran