Récit de la course : Raid Le Puy - Firminy 2008, par yo'dlasvel

L'auteur : yo'dlasvel

La course : Raid Le Puy - Firminy

Date : 23/11/2008

Lieu : Le Puy En Velay (Haute-Loire)

Affichage : 1785 vues

Distance : 70km

Objectif : Faire un temps

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

http://www.openrunner.com/index.php?id=176764#

Avec le nouveau départ, ce WE, on aura dépassé la barre symbolique des 70 kms 
Sans compter les petits détours dans les salles de pointage....

Ma chérie et mes 2 filles vont m'accompagner tout le long de la nuit. Nous arrivons au dernier moment au Stade Massot, en direct de chez mes beaux parents qui crèchent au Monastier / Gazeille...

Souvenirs souvenirs, c'est dans l'enceinte de ce stade que tout môme, j'ai appris à nager  :mrgreen:  dans une piscine souple, un peu du genre de celles qu'on retrouve dans les jardins, piscine et abris qui ont été démonté depuis.
C'est ici aussi que j'ai pratiqué le judo de 9 à 14 ans, dans la salle du 1 er...Qu'est ce que j'ai pu me faire chier... C'est ici aussi que j'ai fais mes premiers footing 

Temps frais au départ, qq flocons mais rien de bien méchant...
Départ rapide...je me retrouve en tête dès le début...bizarre, je ne suis pas habituéles deux frères jumeaux qui m'accompagnent relancent sans cesse l'allure...dés le 12 eme k, j'ai mal à un adducteur...au kilomètre 24 je ralenti, m'arrête pour l'étirer...je reprend mon rythme, reviens sans forcer sur la tête de course et à Malataverne, kil 29 je suis seul devant...cette fois ci, personne pour perturber mon allure mais le mal est fait, je le sens bien, je commence à ressentir les dégâts d'un départ trop rapide...tant pis, je suis devant, j'assume et conserve mon allure, ....depuis Rosières, kil 20 la route est verglacée, il faut faire très attention, un des deux frangins à chuté et devra abandonner...la route est une véritable patinoire si bien qu'il faut aller chercher du grip dans les accotements ....par moment, des giboulées plus dense rendent la vision difficile, la route se recouvre de neige fraîche par endroit, c'est d'ailleurs plus sympa à courir...Pont de Vaures, kil 38, cela fait maintenant plus d'une heure que je suis seul, passage en 3 h 05 ....j'ai ralenti légèrement l'allure mais les contractures montent dans mes jambes, inexorablement, encore 32 kil, je m'encourage en me disant que pour la 1 ere fois de ma courte carrière de sportif, je suis devant, qu'il n'est pas question de lâcher l'affaire... je n'ai malheureusement aucun écart avec l'arrière, je ne peux rien gérer....kil 44.7, pointage de Confolent, 3 h 45...un petit bistrot dans lequel les 3 ou 4 bénévoles m'encouragent...je sens bien que la fin va être dur...par rapport à la feuille de route que je m'était fixé, je commence à vraiment perdre du temps...les adducteurs sont douloureux, mais pas autant que les mollets qui commencent à [i]siffler[/i], tout comme les quadri ...mes expériences passées du très long ( 5 Iron Man et 3 Sainté Lyon) vont me servir dans cette fin de course qui s'annonce délicate... ne pas se laisser envahir par les idées noires, positiver la situation, rechercher des moments de relâchement, na pas penser à mes jambes qui deviennent lourdes...chaque foulée devient un coup de poignard dans le mollet droit, l'adducteur gauche, celui qui m'a laissé tranquille le plus longtemps m'oblige à modifier ma foulé...

Pointage de Monistrol, kil 51.2 je suis toujours devant, le contrôleur sent bien que mon moral n'est pas au top, essaye de m'encourager mais en même temps me prévient que le plus dur reste à venir...dans le long faux plat descendant qui suit, kil 54, une voiture s'approche et m'encourage, je suis enfin averti de l'écart que je possède avec le 2 eme...5 min environ....mais il me précise avant de repartir qu'"il court bien aussi"....je suis dans le cirage, j'ai de plus en plus de mal à analyser la situation...ces 5 min, compte tenu de mon état, me semblent dérisoire....je m'encourage de plus belle, je relance l'allure......... enfin...... c'est pas super violent quand même...
Pointage de la Chapelle, kil 57, je ressors de la salle de pointage et je suis perdu, impossible de savoir ou aller, je jardine, je m'énerve....il manque à l'évidence une petite affichette pour indiquer dans quelle rue repartir...finalement un gentil bénévole sort de la salle de pointage et m'indique ma direction....Le second en profite pour faire un joli rapproché, je l'apprendrai par la suite, mais me voyant repartir, il ne s'éternisera pas au ravito.
Kil 59, je me retourne pour la 1 ere fois et je vois mon poursuivant qui se rapproche....j'éteins ma frontale, ça aura 2 mérites, ne pas donner un point de mire à mon poursuivant et me reposer les yeux, qui sont, comme le reste de mon corps, complètement explosés....je cours ainsi dans la nuit noire, les chemins enneigés et le ciel qui se dégage me facilite la tâche, néanmoins je titube de plus en plus, chaque pierre sous mes pieds devient un rocher, chaque rigole une tranchée....je maintiens ainsi un écart infime avec mon poursuivant....des idées sombres m'envahissent, comment rester premier à tout prix...monter dans ma voiture suiveuse, ôter les panneaux indicateur, bref pas très joli-joli je n'en ferai rien, il n'en est pas question, finalement, mon poursuivant fait la jonction au kilomètre 63, juste avant la descente dans les gorges de la Méane ( si je ne me trompe pas ?)...c'est la partie la plus difficile du parcours, un chemin trialisant dans lequel je ne pourrai que marcher, mes mollets me supplient d'arrêter, je glisse, je tombe...je rencontre un bénévole ( ou un adepte du trial nocturne en bas dans les gorges), il me remonte le moral ....je sors finalement de ces gorges....je suis désormais en mode "Tout automatique", je ne me fixe plus que des objectifs à court terme, sortir des gorges, rallier Lafayette, surplomber Firminy, etc... Le pointage à Lafayette, la gentille dame me propose une crêpe, je lui explique que je viens de perdre la 1 ere place et que je ne voudrais pas perdre la 2 eme, il faut que je "file" rapidement .......à la vitesse de l'escargot,........ j'm'entend !
La descente sur Firminy est un calvaire...je me reprends à vouloir descendre en marche arrière (flash back, Embrun 2003, mon 1 er IM, les quadri en feu, je suis obligé de réaliser l'arrivée sur le lac en marche arrière tellement mes quadri demandaient pitié)....bref, la fin est un peu agonisante mais je finis par rallier l'arrivée après une énième et interminable montée....6 h 39  ..... :twisted:
Ma chérie, qui m'aura suivi toute la nuit et mes 2 filles sont là, elle sont, surtout la petite, un peu déçu que j'ai lâché la 1 er place....elles viennent de voir arriver le 1 er, voilà 10 minutes maintenant.
C'est la 2 eme fois cette année que j'ai le Graal à portée de la main (qualif à Hawaï en juillet, victoire ce coup ci), 2 fois que je laisse filerQuand je vous dis que ma carrière de sportif ne fait que commencer
 :wink:

Bilan positif, j'ai trouvé ce que j'étais venu chercher,
l'aventure intérieur,
une course authentique, des bénévoles tout simplement gentils, une organisation bien, sans fioriture, chronométrage au cadran solaire mais dans l'idée d'un randonneur, 4 min de plus ou de moins c'est pas grand chose :mrgreen:  :mrgreen:
une expérience de plus, je reviendrai vraisemblablement avec des allures et des temps de passage ajustés, mon truc à moi c'est plus le négative split que l'arrivée à quatre pattes....

Pour terminer, que vaut ma perf intrinsèquement  L'an dernier (en 2007 donc), je finis en parfait état ou presque , en 5 h 59 sur la St Lyon....disons à la louche que si j'avais réussi à rééditer ma course de l'an dernier, j'aurais finis en 6 h 20 - 25 sur ce LPF là !

3 commentaires

Commentaire de testudo42 posté le 25-11-2008 à 14:21:00

bravo pour ta perf dans ces conditions difficiles!!!présent tout le long du parcours, j'ai vraiment cru que tu pouvais l'emporter.

Commentaire de philkikou posté le 26-11-2008 à 09:40:00

Super perf. , même si t'as coincé un peu sur la fin ....et bonne gestion de ces moments dificiles
Dommage qu'il y ait autant de goudron , car belle épreuve à taille humaine

Merci pour le C.R.

Commentaire de PHILIPPE9876 posté le 27-11-2008 à 22:26:00

Bravo pour ta course. Tu peux être fier même si je comprends ta déception au regard qu'un père peut éprouver à faire plaisir à ses enfants. Merci pour ce récit et l'évocation de lieux que j'aime beaucoup. Philippe

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran