Récit de la course : 100 km du Périgord Noir 2005, par CATMAM

L'auteur : CATMAM

La course : 100 km du Périgord Noir

Date : 23/4/2005

Lieu : Belves (Dordogne)

Affichage : 1876 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

100 km de BELVES , Notre Aventure

Les 100 km du Périgord Noir toute une Aventure, notre histoire.



Belvès, Belvès, j'en ai rêvé et j'en rêve encore....
Septembre 2004, nous : ( Sylvie, ma collègue de Course à pied ) et ( nous les rois du déguisement ) venons de terminer nos 2eme 24 heures de St-Maixent, à ce moment là ; l'objectif 2005; c'est les 100 km de Millau , donc à priori pas de St-Maixent pour l’année à venir, les deux épreuves se déroulant en septembre .
Mais nous avons reçu tant de chaleur de la part des coureurs et de l’organisation à l'issue de ces 24 heures, que.....Ok , Ok , nous reviendrons l'an prochain pour une 3 ème fois.
Mais alors ; notre 1er 100 bornes en courant, où ???..... ok ce sera Belvès en avril.
Pour Sylvie préparation course à pied; pas trop de problème avec quand même un claquage il y a deux mois. Quant-à moi qui ne peux plus courir ( rappelez vous l'histoire du genoux ), il faut que je prépare mon postérieur à tenir aussi longtemps sur une selle !!! et à entendre les autres ce n'est pas gagné d'avance...
Comme nous en avons l'habitude pour les grandes occasion, nous prenons quelques jours de vacances; mon épouse Cathy qui court aussi s'inscrit sur le 50 km et sera accompagné par Pascal le compagnon de vie de Sylvie ( une médaille pour la prouesse de ce super sportif mais devant la télé;-))) .
Vendredi, départ de l'expédition, 2 voitures, les vélos accompagnateurs sur le toit, direction Belvès.
- Arrivée ébloui par la beauté du paysage, impressionné par la côte qui précède l'arrivée, petit tour sur la ligne d'arrivée, retrait des dossards, découverte du bourg ( nous rencontrons des amis de l' Ile d'Oléron, ainsi que des coureurs vu à St-Maixent, c'est génial de retrouver des connaissances ).
- Installation au gymnase, préparation des vélos ( j'ai bricolé mon VTT en y installant un porte bagage de récup, une perche et un support plastique, auquel est fixé enfin un gyrophare.... le tout relié à un interrupteur lui même relié à deux piles plates logées dans ma trousse de selle ;-)))). Installation et remplissage des sacoches, c'est notre 1er alors on essai de prévoir et de penser à tout... enfin presque' à tout ( voir 95 eme Km ).
Apéritif, j'aperçois 2 UFOS, à l'autre bout, l'un qui ne me dit rien.... (plus tard j'apprendrai que c'est Alain, et l'autre qui ne m'est pas tout à fait inconnu.... mais ??? je ne le reverrai pas ; mais sur le forum ça fera tilt; c'est Titi 29
Pasta-party...super copieuse... même plus faim.
Gymnase, dodo.
5 heures Paris s'éveille..... Belvès aussi
6 heures P'tit' Dèj'.
7h20 rassemblement ( je perds mes sacoches ) et départ en groupe jusqu km 9.
8h.00 nous entendons le coup de canon, et un peu plus tard l'arrivée du 1er.... il court vite...
9h05 arrivée de nos deux coureuses et nous embrayons à leur cotés ( et je perds encore mes sacoches ). 10 eme km ravitaillement.... ma foi sur le vélo on peut se permettre de casser la croûte, alors qu'en courant ... une dernière photo de Cathy et Pascal ( je perds encore mes sacoches, mais un bout de ficelle m'attendait sur ce bord de route et à nous 2 nous résolvons le pb ), et ensuite un peu plus rapide Sylvie prend sa vitesse de croisière, mon compteur vacille entre le 8 et le 9 km /h. Notre objectif est de terminer ce premier 100 km, le temps ???? on vise, enfin on espère en moins de 15 heures. Vers le 15eme Sylvie se plaint d'une ampoule qui est entrain de se former sous son pied... en fait c'est la bande collante de son strapping du mollet qui se roule sous la plante du pied, elle déchausse et je fais sauter ça.
La route défile sous ses pieds, et sous mes roues, à chaque traversée de village, c'est beau, c'est magique, nous sommes les vedettes, l'accueil est tout simplement génial.
Sur la route quelques pauses photos, j'achète même des cartes postales.
13h00 - 40eme km, le calcul est facile avec nos pauses nous tenons un 8 de moyenne. Passage du marathon 5h19 de course, mais coté Sylvie les crampes commencent à pointer....et mon derrière commence à se plaindre.
50 eme , Sarlat, 6h20 de course...nous avons fait ces derniers 8 km tjs à 8 de moyenne, c'est bien , mais les corps fatigues, séance de massage pour sylvie.
14h31 redépart, dur dur ( si on multiplie par 2 ça nous fait du 13 heures mais nous sommes un peu à la ramasse... ou sommes nous partis ??? Sylvie souffre des mollets et moi de mon ...
15h30, le portable sonne, c'est Pascal, Cathy vient d'arrivée à Sarlat et ainsi de terminer son 1er 50 km en 7h27' Bravo ma Championne.
60 eme km toujours petite galère , je perds mes sacoches !!! non cette fois j'ai perdu un boulon , c'est le porte bagage qui se fait la malle... j'essai de le maintenir, mais il y a encore 40 km, c'est pas possible, j'aperçois une maison avec des gens dehors... ils me dépannent d'un morceau de fil de fer , et me voilà de nouveau opérationnel, je passe sur le grand plateau pour rattraper Sylvie... le fait de me mettre à genoux pour réparer, m'a fait faire des étirements et .... mon derrière va mieux...
Quelques côtes, Sylvie marche, moi aussi, la circulation se fait bien dans mes articulations, et je vais de mieux en mieux, le coup de pompe est passé, et je vais être fin prêt pour le soutient moral que Sylvie attend de moi. Et ce sera ainsi jusqu'au bout.
70 eme km, ravitaillement... tiens une tête connue, je lui soulève sa casquette, c'es bien lui ;-)))))) Petit Coureur en pleine discussion avec ???? c'est comment ton Nom ? Alain ... ok enchanté. Séance photo et c'est reparti.
combien de km ??? dans les 29 facile, just'un AR de chez toi à chez moi, plus que 20 c'est moins qu'un semi-marathon, allez courage, tu vas y arriver, j'annonce tous les km, je remonte le moral.
Coté ciel , ça se couvre un peu, au loin des éclairs commencent à zébrer le ciel, Sylvie a une trouille monstre de l'orage, je compte les secondes, il est à 3km...
83 eme km l'orage pête plus sec, les gouttes commencent à tomber, je regarde les 4 ou 5 autres, ça court toujours, Alain est là, des filles aussi Françoise ( qui a fait St-Maixent 2003, une autre encore qui elle roule à nos cotés depuis trés longtemps au fur à mesure des ravito on se double, se redouble, pouet-pouet laissez passez ma coureuse....
85 eme km ravitaillement, Sylvie ne s'attarde pas, elle n'est pas rassurée et a hâte de rentrer, aussi elle continue en marchant, je prends mon thé, un peu chaud, et voilà petit Coureur qui arrive, on discute un peu, il trottine... bon ok ; il court à mes cotés. Je ne vois plus Sylvie, bon il faut que j'y aille, grand plateau, et ....elle est loin , je la rattrape enfin ; elle court 9km/h !!! la pluie commence à tomber, je m'équipe, mais elle ne veux rien mettre..... après une petite accalmie où on a vu l'orage s'éloigner; en voilà un autre qui nous arrive de face, la route tourne , nous l'avons maintenant à notre gauche, et c'est reparti de plus belle, maintenant il pleut sans discontinuité, de plus en plus fort, avec la couverture nuageuse, il semble presque faire nuit, j'allume mon gyrophare , c'est maintenant qu'il doit donner toute sa puissance pour nous signaler.... Sylvie se rapproche du vélo , pour se sécuriser.
Nous arrivons dans un bourg, des lumières , c'est bon pour le moral, plus que 7km, un rond point, un commissaire de course, "- La course est neutralisée, à Belvès ya plus rien.... rentrez à la salle des fêtes, on vous remonte en navette, etc, etc, ......Consternation, le vide,.... Non , non, on continue.
-" Le Directeur de course a arrêté la course, si vous continuez, c'est sous votre entière responsabilité"..... notre 1er 100 km !!!! C'est pas possible, j'ai l'impression qu'on est entrain de nous le voler !!!! Je nous imagine de retour dans nos Charentes, avec dans la poche... notre échec !!! on est pas venu pour ça, on ne s'est pas battu pour ça. Notre 100 km on le méritte, nous le tenons, peu importe qu'il soit officiel ou non, c'est pour nous même que nous le voulons.
Quelques minutes de flottement, on scrute le ciel, on dirait que ça va mieux ???, Sylvie propose de se poser un peu et de voir un peu plus tard si ça s'arrange....j'en aperçois un qui continue, un qui arrête .... plus que 7 et c'est la consécration !!! 7 km , après 93 !!!!! le gyro tourne, on est visible allez go, ya personne en haut; c'est pas grave ton diplôme c'est moi qui te le ferai, et nous voilà parti.
Et je lui dis: -" tu vois, nous n'inventons rien; nous sommes au fin fond de la Gaule, et une Bande d' Irréductible Gaulois a décidé de continuer sauf que là, ils n'ont pas peur que le ciel leur tombe sur la tête".
C'est vrai ça , si l'orage veut des cibles il y a plein d'arbres et de poteaux électriques. Alors que le ciel nous laisse accomplir notre rêve.
95 eme , il faut peut-être rassurer le camp de base... je me pause sur le bord de la route , sors mon portable et appelle, je tombe sur le répondeur de Pascal et laisse le message. - " Nous sommes sous des trombes d'eau, mais tout va bien, on rentre plus que 5 km"
Je remonte sur mon vélo, drôle de sensation .... ma roue arrière est crevée !!!! impossible de réparer dans de telle condition et ....Une bombe anti-crevaison !!!! j'en ai 2 à la maison voilà l'oubli !!!
Bon; il ne reste plus qu'à pousser le vélo sur les 5 derniers kms. Cette fois-ci il fait nuit , nous sommes presque seul, et c'est la fin du monde...on aperçoit juste des petits clignotants rouges, qui disparaissent de temps à autre pour laisser apparaître des êtres vivants quand l'orage qui a redoublé de violence nous éclaire comme en plein jour.
97 eme km un ravitaillement, du réconfort, de la chaleur, c'est beau, c'est bon, on nous encourage, on repart, .... une table abandonnée avec une bouteille d'eau et un bouquet de fleurs....nous en avons vu tous le long de la route...ils sont vraiment adorables.
L'eau commence à envahir la route sur un coté, puis sur les deux cotés, nous pataugeons carrément, je ne comprends pas tout; la route est plus haute que les champs et c'est la route qui est inondée ???? maintenant nous avons bien 5 cm d'eau, et je comprends enfin; à notre droite il y a une route qui arrive de la montagne, sauf que maintenant cette route c'est un torrent qui se déverse sur notre route, encore quelques centaines de mètres et nous sortons de notre pataugeoire, pour ne retrouver que l'eau " normale".
Un peu de lumière, un rond point à moitié inondé, un commissaire de course nous invite à prendre par la gauche car notre coté est inondé, hahaha on rigole, NON on va tout droit, on ne risque plus rien, il nous applaudit et nous encourage, c'est génial.
Voilà la dernière côte qui arrive, dans la tourmente, nous marchons bon train, lors d'un éclair j'arrive à lire sur mon compteur 6 km/h , maintenant ça monte, mais les forces sont rééquilibrées car nos frères et sœurs de galère marchent eux aussi, j'avance, je donne le train, j'ai l'impression de livrer une dernière bataille, dont la victoire nous attend tout au bout de ces deux derniers km. Je pousse mon vélo et livre ce dernier assaut contre cette côte, et contre toute l'eau qui descend de Belvès. Sylvie s'accroche derrière moi, nous apercevons les lumières, ces lumières qui réchauffent, maintenant c'est la musique qui arrivent par bride à nos oreilles, mon cœur bat à 100 à l'heure, j'ai l'impression d'être ivre, mon vélo ne m'a jamais paru aussi léger, dans le dernier kilomètre, nous trouvons le moyen de doubler , voilà le dernier virage, maintenant c'est tout droit, arrivée 200 mètres, 100 mètres, nous pourrions encore doubler un couple... non! on ne va pas leur voler ça sur le fil, ... et dire qu'après 100 km on pourrait encore faire ça au sprint ha !ha ! ha ! nous sommes fous. L' arche....100 km.... nous l'avons fait..... Dossard 25 Sylvie Couturon.... ils sont là, ils sont encore là à prendre nos arrivées...c'est merveilleux, ils ne nous ont pas laissé tomber..... ils se sont "déresponsabilisé" mais ont quand même reconnu notre mérite, récompensé notre travail, ça y est Sylvie et bien que tu les ais déjà fait à St-Maixent tu es une Cenbornarde... c'est génial..... merci l’organisation de ne pas nous avoir laché....., je vous embrasse.
La tente, les retrouvailles, la soupe chaude....etc, etc... Alain est là, Françoise aussi, et un peu plus tard Petit Coureur nous rejoint; la fin d'une aventure, une aventure qui aura durée...une éternité !!! ou 13h42', mais qu'importe le temps...elle a commencé au kilomètre 0 , et c'est terminée au kilomètre 100, comme nous l'avions voulu, et elle est encore plus belle que nous n'aurions put l'imaginer

Nous sommes vendredi 29 avril , mes yeux sont encore embués par l'émotion suscitée par cette aventure, dans ma tête, j'ai toujours les flashs des éclairs illuminant notre route... l'an prochain nous serons au rendez-vous, avec l'espoir de vivre encore quelque-chose... mais d'aussi intense ??? je n'y crois pas trop.

2 mots pour finir : MERCI BELVES

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran