Récit de la course : Marathon de Lausanne 2008, par Davidou le minou

L'auteur : Davidou le minou

La course : Marathon de Lausanne

Date : 26/10/2008

Lieu : Lausanne (Suisse)

Affichage : 1118 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

18 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Marathon de Lausanne 2008

Marathon de Lausanne 2008

              Contexte :

           je suis normalement un coureur de trail moyenne distance et je préfère donc courir sur des chemins que sur la route, et dans les montagnes que sur du plat. Cette année, j’ai fait 2 trails importants : le  nivolet revard (49km et 2300m D+)  et le Tetras Lyre (39 km et 2100m D+).

           Un jour un copain lance l’idée de faire un marathon, et même si ce n’est pas le genre de courses que je convoite, finalement l’idée de voir ce que je peux donner sur ce type d’épreuve m’intéresse et puis se lancer à 3 copains dans notre premier marathon, j’ai trouvé ça assez sympa. J’accepte donc la proposition, et comme j’ai fait beaucoup de courses cette année, donc quelques longs trails, je me sens vraiment prêt sans forcément attaquer une préparation spécifique (ce dont je ne suis de toute façon pas capable, j’aime bien m’entrainer au feeling). De plus, l’année dernière, j’avais participé à Jogg’iles et j’avais terminé le 30km en 2H06, ce qui ramené à 42 fait moins de 3h. Forcément, je n’irai pas aussi vite sur le marathon, donc on va dire 3h. Voilà alors le temps que je rêve de faire, puis au vue des récits, des expériences, je me rends compte que je mets la barre vraiment trop haute et je ramène mon objectif à 3h15 (surtout que c'est un marathon exigent environ 360 m D+).

2 problèmes vont s’ajouter à cela :
1 – les 2 copains avec qui je devais le faire se désistent l’un après l’autre et je me retrouve seul sur le marathon, ce qui est d’autant plus dommage qu’on devait profiter de la course pour passer le we avec plusieurs de nos amis qui habitent sur Lausanne ou les environs.
2 – depuis le raid Orient’alpin, un entrainement proche de zéro, avec très peu de sorties et surtout des sorties peu efficaces. J’ai participé à une course le dimanche suivant le raid où j’ai réussi malgré tout à bien tourner, mais je sentais déjà que ma forme décroissait.

          J’arrive donc sur marathon très stressé, comme lorsqu’on arrive sur un examen sans avoir révisé, et en plus déçu d’être si peu entrainé alors que j’avais vraiment la forme cette année. Tant pis, ça me fera une bonne sortie, et puis ça me relancera mon entrainement. En plus j’ai eu plein de bons conseils sur les ballons grâce à Kikourou.

 

       Week-end

Samedi :

           je retrouve mes amis Fanny et Benji pour une rapide visite de Lausanne, ville très sympa, avec un métro tout neuf, des voitures de luxe, plein de gens en trottinette et une superbe vue sur les Alpes. Puis on rejoint également Lydia à Ouchy pour le retrait des dossards, pas d’attente, bénévoles super sympas. Au moment du retrait je récupère également un pass pour la « pasta party », Fanny s’approche et la bénévole lui en propose un également « ah ba oui, on veut bien, vous en auriez pas 2 autres également s’il vous plait ? ». Et voilà, on a tout les 4 notre accès pour la pasta party dans un chapiteau où la musique couvre nos paroles. De plus au niveau des inscriptions, il y a la possibilité de se faire imprimer un bracelet avec les temps de passages au 1er km, puis de 5 en 5. Très pratique !!!


        On fini la soirée tous chez Fanny, où je rencontre aussi Christophe, d’Annecy, qui va dormir également ici car il participe au semi. Allez, c’est l’heure, faut aller au dodo, régler les montres car cette nuit on change d’heure et je plonge dans les bras de Morphée… enfin j’essaye… car je suis tellement stressé qu’en fait je vais dormir très mal….

 

Dimanche matin :


        P’tit dej bien copieux, préparation matériel, puis on file aux bus, qui sont gratuits pour les coureurs. Je fais connaissance avec d’autres coureurs qui partent aussi pour 3h15, je les retrouverai donc sur la ligne de départ près du ballon jaune.

 


         Le départ est donné et je pars tranquille en restant avec les collègues du bus. Mais on double le ballon rouge des 3h, et je me demande si on ne va pas un peu vite. Pourtant je me sens super bien, donc je ne m’inquiète pas trop. Ce début dans Lausanne est assez vallonné et je profite d’une descente pour distancer mes 2 partenaires de course, toujours sans trop forcer. 5km plus loin, Lydia est sur le bord de la route car on passe juste devant chez elle. Elle m’encourage avec une cloche, et ça fait plaisir, je lui annonce que je suis peut-être parti un peu vite mais que je me sens bien. Tout le 1er semi se passera ainsi très bien, sur les bases EXACTES de 3h (7km -> 30min ; 14km -> 1h00 et 21km -> 1h30). Cependant en arrivant dans Vevey, je me mets à saigner de la narine gauche. Et merde alors, pas pratique ça. J’ai du trop me moucher… Ca coule fort et je suis obligé d’appuyer avec mon doigt jusqu’à ce que ça s’arrête. Vraiment gênant et puis c’est que j’ai besoin de mon sang ! j’en ai déjà donné 500 ml deux semaines plus tôt, faut pas que je le gâche sur la route. Ca fini par stopper, mais par contre la narine est maintenant "collée", et je ne respire plus que par la droite. Je ne sais pas si ça aura un lien, et honnêtement, je ne pense pas, mais c’est à partir de là que je vais commencer à sentir la fatigue. A peu près 1 km avant le demi-tour, je sens que j’ai moins la frite. Le ballon 3h me double avec son petit groupe exactement au semi et je n’arrive pas à l’accrocher. Ils vont vraiment vite, et je commence à me sentir un peu vide. Et je réalise qu’il me reste encore tout le retour. Pas grave, je vais lever le pied, de toute façon j’ai de l’avance par rapport à mon objectif de 3h15. Je perds donc lentement quelques places, mais c’est de plus en plus dur, et je fini par ralentir, mais ce n’est plus volontaire. Je croise Pierrotto, qui, plus frais que moi, a repéré mon buff. Il m’encourage, j’essaye de lui répondre mais il est déjà derrière moi. Je commence à décompter les km et ça ne va pas vite !! Et le drame arrive au 35e km, une crampe énorme qui scotch sur place, d’un coup, aucun signe précurseur comme j’ai normalement sur les trails. Je m’étire un moment et le ballon 3h15 me double… bon, je suis mal, mais très mal barré…j’essaye de repartir, mais IMPOSSIBLE. J’ai 2 bâtons à la place des jambes, une douleur horrible dès que j’essaye d’avoir une foulée. Je marche donc doucement et j’en profite pour appeler ma tite femme et lui dire que je n’arrive plus à courir (ce qui est ballot, car généralement en trail, je récupère de mes crampes dans les parties roulantes sur route… et là je vois pas comment je vais trouver plus roulant…). Puis c’est Lydia qui arrive en vélo et qui reste avec moi un moment. Je n’ai pas d’autre choix que marcher, mais je me fais quand même doubler par un spectateur assez agé qui marche aussi. Je lui demande s’il n’a pas honte de doubler EN MARCHANT un marathonien !!


           Je pense que je vais marcher comme ça bien 10 min ou un quart d’heure. 38e km, j’arrive enfin à trotinner comme un grand père, puis petit à petit ma foulée s’allonge mais ce n’est pas fameux car les crampes sont là, tout près. Le ballon 3h30 me double à son tour et j’essaye de le tenir. C’est un peu mieux, mais il creuse le trou doucement. Je parviendrai quand même à tenir la course jusqu’à l’arrivée. Apercevoir l’arche au loin me réchauffe le cœur, un coup à d'oeil à ma montre, 3h30 c’est jouable, je m’arrache les trippes, les muscles, le corps comme je peux et j’accélère, le chrono est affiché au dessus de l’arrivée, faut que j’accélère encore, c’est dur, il y a énormément de public et tout le monde cri, encourage, j’ai les larmes qui me montent aux yeux et la boule dans la gorge, mais je me reconcentre sur le chrono et arrache mes dernières forces pour finir en 3h29.58 (brut).

je sais on dirait pas... mais je suis à fond !

(au fait, moi je suis en orange)

 

 

Une arrivée très difficile


          Je suis exténué, ruiné, c’est à peine si j’arrive encore à avancer. Je recroise les coureurs avec qui j’ai échangé pendant la course. Ca fait plaisir, et j’aurais vraiment adoré l’ambiance sur cette course. Au niveau contact humain avec les bénévoles et les participants, j’ai pris autant de plaisir qu’en trail, c’était une super expérience. Fanny et Lydia sont là pour me supporter dans ma fatigue, c’est vraiment gentil, puis on file aux massages, puis la douche, puis un très très bon repas chez Lydia où JB nous rejoindra.

J'ai vraiment pas l'air en forme

 

 

Bilan :

      Une super expérience car une excellente ambiance, de la musique tout le long du parcours, une organisation impeccable et un site très sympa, entre lac, montagnes et vignes jaunes, avec en plus une météo idéale !!!
Point négatif, malgré tout le plaisir de courir n’a pas vraiment été présent, je trouve vraiment la route trop monotone, et en plus faire un aller-retour... pfff... On dira aussi certainement un départ trop rapide, ce qui est possible mais pourtant je n'étais vraiment pas dans le rouge, j'étais bien, et j'accrochais pas ceux qui me doublaient pour justement pas me cramer.

Allez, je me repose, je passe à autre chose, et peut-être qu’un jour je reviendrais sur un marathon pour faire un chrono qui me satisfait... mais là je dois admettre que je déprime un peu... mon niveau décroit et je n'ai plus trop de motivation pour sortir m'entrainer. Vivement la neige qui devrait me donner un second souffle...

18 commentaires

Commentaire de hellaumax posté le 03-11-2008 à 20:50:00

Ne déprime surtout pas, tu as malgré tout fait une belle course. Toi seul peux analyser les raisons qui t'ont fait rater ton objectif, mais tu as assurément tout ce qu'il faut pour passer sous les 3h15! Et il n'y a que toi pour savoir si tu en auras envie ou pas. En tout cas, bravo pour ta course, et merci pour ton récit

Commentaire de le_kéké posté le 03-11-2008 à 21:01:00

C'est le métier qui rentre !!! Un marathon c'est particulier, c'est pas un truc de feignant comme le trail ou la course au saucisson.
Je pense que ça demande un entrainement spécifique pour tenir la distance et une gestion parfaite de la course (tu serais pas parti un peu vite didonc ??)
En plus à faire des courses tous les WEs à la fin de la saison on est cuit.
Mais bon 3h30 c'est pas si mal et beaucoup s'en contenteraient même si un kéké comme toi ça doit pouvoir tapper les 3h.
Sinon tu aurais pu faire un petit saut de cabris comme le gars devant toi :-)

RDV à la sainté tu as intérêt à te reposer si tu veux me rattraper.

A+

Philippe

Commentaire de CROCS-MAN posté le 03-11-2008 à 21:12:00

Rien ne sert de courir, il faut partir à point.La fougue de la jeunesse.Merci pour ton récit car il me conforte dans l'idée que j'ai de courir le marathon et qui ressort de tout ce que j'ai lu: la régularité.Ceci dit moi je ne l'ai pas encore couru..... Encore merci et bravo pour ton courage.

Commentaire de Fimbur posté le 03-11-2008 à 22:10:00

Bravo David,
c'est déjà un beau chrono, même dans la difficulté.

A bientôt en décembre, récupère bien,
Fimbur

Commentaire de LtBlueb posté le 03-11-2008 à 22:15:00

Tiens j'avais oublié que notre Davidou se frottait à la distance mythique ces jours..
Héééééé dis moi mon Davidou , quand on part pour 3h15 sur marathon, on évite de faire le 1er semi en 1H30 ... non mais :)))))

Sérieux ,un gars comme toi (narine bouchée ou pas) a les 3h dans les pattes c'est sur ! ensuite je ne sais pas le type d'entrainement que tu as pu suivre , peut être n'était ce pas réellement optimisé...peut etre arrives tu fatigué, etc ...

Je le répète : tu passes sous les 3 quand tu VEUX !!

bonne récup et ... la prochaine en Avril 2009 du côté d'Annecy si tu veux de bonnes conditions !!

Commentaire de brague spirit posté le 04-11-2008 à 05:22:00

En lisant ton récit,j'ai eu l'impression de courir mon premier marathon,NY.Tout est là,depart trop rapide,semi en 1h30,seignement de nez,crampes,et un chrono de 3h40.Quelques mois plus tard,à Marseille,un chrono de 3h00mn28s,alors tu sais,ce qu'il te reste à faire,comme le dit Le Blueberry,Annecy ,pour passer sous les 3heures,avec un petit plan pour celà.Il y a des choses plus grave,et on s'en remet vite.Bonne récupération.

Commentaire de calimero posté le 04-11-2008 à 09:20:00

Tu as eu le courage de te lancer sans préparation spécifique, mais le Marathon c'est une épreuve très exigeante et complètement différente d'un trail aussi dur soit il!
En plus tu pars sur des bases élevèes alors que si tu étais parti moins vite tu aurais bien mieux fini!
C'est çà aussi l'expérience!
Bravo encore pour ta volonté et ton courage!!!

Commentaire de unbretonagrenoble posté le 04-11-2008 à 10:24:00

Salut david,

bravo déjà d'avoir terminé comme ça!

reviens avec nous sur les chemins et du dénivellé et le plaisir reviendra!

à plus

adrien

Commentaire de the dude posté le 04-11-2008 à 10:30:00

Salut David,

Bon je crois que les autres ont deja tout dit: 1 depart surement trp rapide (meme si les sensations sont bonnes), pas d'entrainement specifique, premiere experience sur ce type d'epreuve.

J'ajouterai que, pour avoir lu pas mal de tes recits, t'as quand meme fait une tres grosse annee 2008, et comme t'es plutot genereux dans l'effort :-), t'as surement accumule pas mal de fatigue.

Enfin bravo quand meme parce que 3H30 pour un premier marathon c'est pas si mal!

Et puis je sais qu'avec ton temperament tu vas forcement en refaire 1 bientot,histoire de s'approcher de ces fameuses 3H.

Commentaire de seapen posté le 04-11-2008 à 10:38:00

Content d'avoir lu ton récit. On imagine bien ce que tu as vécu et tu as la capacité de t'adapter aux situations qui se présentent quelles qu'elles soient pour finalement arriver au bout. c'est vrai comme les commentateurs le disent aussi que le marathon, c'est très spécialemant dur. Salutations.

Commentaire de agnès78 posté le 04-11-2008 à 10:50:00

coucou david : ton sourire final est ce que je retiendrais de ton récit... il en dit long... la suite me donnera très certainement raison... on se comprend ;-)
bises

Commentaire de GrandSteaKikour posté le 04-11-2008 à 18:25:00

Rien de tel qu'une petite frustration pour terminer l'année (enfin bon une frustration à 3h30 je prends de suite !!!!).

Euuuuuh ton sac, ils te l'ont fait porter tout le long ???? Y'z'avaient même pas un vestiaire pour te le garder ???? Bein dis-donc, heureusement qu'ils t'ont quand même pris l'imper !!

Ah oui, et merci pour ce xème récit de l'année !!! Bravo pour cette belle saison ; sûrement à bientôt sur les sentiers !!

Commentaire de flapi38 posté le 04-11-2008 à 21:29:00

Bon, ben j'ai rien à ajouter mon Davidou. Tu as fait ton maximum, et c'est l'essentiel.

Si un jour, je fais un marathon, je me contenterai bien de ton temps ;-)

Le prochain sera le bon (moins de 3h00 avec ta caisse).

Repose toi bien pour la sainteLyon, sinon je vais te mettre la patee....;-)

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 05-11-2008 à 00:37:00

Salut le minou,
Je viens de lire ton récit, et je pense qu'on a ressenti la même chose, même si nos temps ne sont absolument pas similaires ! A savoir que c'est une distance à ne pas prendre à la légère, et que ce p*** de mur au 30/35ème kilomètre existe vraiment !
Je comprends mieux pourquoi on voit souvent plus de vétérans que de seniors sur de telles courses !
En tout cas, malgré ta souffrance, tu réalises un pur chrono, respect total !!
Julien

Commentaire de Lolo38 posté le 05-11-2008 à 12:28:00

Là, tu m'impressionnes !
Chapeau !
T'as fait un marathon... je suis pas le dernier pour aller faire des trucs de marteaux mais là-dessus je me sens pas... (Pis, quand t'entends la légende de Marathon, le gars qui meurt en arrivant, ça refroidit :))

Par contre, je pense que j'aurais fait à peu près la même course que toi ... Enrouler au début au feeling un déça en dessous pour assurer la distance... Mais comme tu l'as vécu, je pense qu'un marathon, ça se joue sur un tableau de marche pas trop trop optimiste (puis quand je lis les CR de kikoureurs, c'est souvent ce qui se fait) alors, si je me lance sur un marathon, je me calerais sur un ballon au moins jusqu'au 25-30kms.

Bref, c'est mon avis et comme je te l'ai dis, c'est surement pas encore pour tout de suite !

Bravo encore !
Lolo

Commentaire de @lex_38 posté le 06-11-2008 à 07:25:00

Il est fou le Davidou!
T'en as chié, mais en même temps, n'est-ce pas ce qu'on recherche à chaque fois?
Allez, RDV sur un prochain trail, car moi, je n'aurai pas ton courage pour faire autant de route!

Commentaire de pierrototo posté le 06-11-2008 à 11:30:00

Bravo a toi !!

Et oui j'ai reconnu le buff kikourou... quand a dire que j'etais plus frais que toi a ce moment la.... bin heu... En tout cas j'ai fait un peu comme toi, un semi un peu rapide en pensant etre pile poile dans le bon rythme pour ne pas se griller, crampes, marche etc... sauf qu'a la vitesse ou je vais ca fait vraiment un temps pourrit a la fin du marathon.....

Aller a la prochaine

Commentaire de karan posté le 06-11-2008 à 20:08:00

C'est drôle, je crois me souvenir de te voir souffrant de crampes coiffé de ton buff...
Le marathon (que j'aime beacoup : je remets ça au beaujolais)reste une course dont le rythme diffère d'un trail.
Celui de Lausanne, se distingue par son dénivellé usant. Moi aussi j'ai tenté en vain d'accrocher le 3h, j'ai fini plus frais que toi. Mais chapeau pour le chrono malgré tout au mental, je suis persuadé que le prochain sera meilleur, toute expérience est bonne à prendre.
Salutations sprotives.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran