Récit de la course : 28 heures Marche de Roubaix 2008, par seb482488

L'auteur : seb482488

La course : 28 heures Marche de Roubaix

Date : 20/9/2008

Lieu : Roubaix (Nord)

Affichage : 1265 vues

Distance : 0km

Objectif : Terminer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

28 heures de Roubaix à la marche - 20-21/09/08

28 Heures de Roubaix - 20-21/09/08

Il vaut mieux tard que jamais ! Voici (enfin) le résumé de cette épreuve :
Samedi 20 septembre 2008 : Je me léve déjà bien en retard pour partir sur Roubaix...M'étais réveillé un peu avant l'heure mais me suis rendormi ! Bon, rien de grave et au moins je serais bien reposé avant de prendre le départ...Heureusement que toutes mes affaires étaient prêtes la veille...Direction donc Roubaix après avoir appelé Laurent pour le prévenir de mon retard (J'avais dis que j'arriverais vers 09h, hors je pars de chez moi à 10h00...), et après un petit bisou à Virginie et Flavy que je ne reverrais pas avant (si tout va bien) dimanche soir...
Arrivé sur place, je me dirige tout de suite vers le "village-marcheur" où je pourrais installer ma tente, juste à côté de celles de Marc et Nicole (Vous vous rappelez ? Ce sont les personnes avec qui j'ai fait équipe aux 24h de St-Thibault en début de mois...Mais si, rappelez-vous, vous le faites exprès ou quoi ???). Une fois le picasso stationné, direction les dossards, je monterais ma tente après. Petit footing de 400m, perception des 2 dossards (1 devant, 1 derrière), et re-footing de 400m pour monter la tente. Marc et le père de Laurent se propose de m'aider, car ce n'est pas une des dernières nées et elle ne se monte pas en 2secondes...Je l'avais déjà monter dans le jardin pour essayer, et heureusement sinon j'aurais galéré ! Ceci dit, elle est très bien cette tente ! (Merci Papa&Maman !)
Une fois tout ça de fait, direction le restaurant, car l'organisation nous fournit un ticket-repas (ainsi que pour un accompagnant). Bon, le repas n'est pas très adapté je trouve mais pas grave. Après avoir quand-même mangé ce que j'ai pu (et bien sur, la serveuse oublie une seule assiette sur 3 personnes à table et sur qui ça tombe ? Devinez...), direction la tente pour se changer et mettre un peu de créme sur les pieds...
12h00, les marcheurs prennent le bus mis à disposition par l'organisation (le départ se situe à Croix et non pas à Roubaix...), puis une fois arrivés à destination, direction la ligne de départ derrière la traditionnelle fanfare de Croix, et oui, les marcheurs défilent aussi !
12h55, c'est l'appel des conccurents, puis au coup de pistolet, tout le monde est parti pour 28 heures de marche quasimment non-stop.
Laurent, Marc et moi-même restont ensemble. Cette année, le parcours de la grande boucle a changé. Elle fait toujours presque 20 kms mais à présent, après le départ de Croix, on passera par le centre-ville de Wasquehal, ce qui n'est pas mal du tout. La petite ballade commence bien. Ensuite ce sera diection le Parc Barbieux à Roubaix où nous emprunterons une allée nous permettant de faire un petit tour dans ce parc, donc plutôt sympa. Je suis toujours avec Marc et Laurent et nous avançons à un bon rythme. On doit être à 9/9.5 km/h.
Une fois passé le parc Barbieux, on retrouve les automobiles...bon, là le parcours est un peu moins bien...On reprend la longue rue de Lannoy (pleine de travaux et toujours avec les autos...) mais cette année au lieu de la descendre, on la remonte. Place de la fraternité, petit coucou aux collégues qui bossent et direction le boulevard de Fourmies par l'avenue Linné. Quand je reprendrais le travail, le collégue à qui j'ai fais signe me dira même son étonnement de voir que la circulation automobile n'était pas coupée...Et oui, on n'a pas droit à ça nous les marcheurs...
On gagnera enfin le circuit permanent après 02h05 d'effectuées. Peu avant, j'aurais laissé partir Marc et Laurent qui vont un peu trop vite pour moi, j'ai encore pas mal d'heures à tenir et si je veux aller au bout, faut pas que je sois dans le rouge tout de suite...
Le circuit permanent long de presque 4 kms a un peu changé également cette année, et c'est mieux. On évite la rue de Mouvaux et sa circulation (toujours ces autos et ces bus...)on est un peu plus tranquille. Après un tour de circuit, je suis rejoint par deux femmes, à les entendre parler je pense tout de suite qu'elles sont russes et je ne me serais pas trompé puisqu'arrivées à ma hauteur, je reconnais Marina Tarrasevich et Iryna Perevalo. Je m'accroche à elles histoire de garder le rythme et 100m plus loin Marina Tarrasevich décroche, elle ne semble pas au mieux on dirait. Je reste donc avec Iryna Perevalo qui est en fait d'origine Ukrainienne. Nous discuterons ensemble un petit bout de temps (en Français, je maitrise pas le russe encore...) et d'ailleurs elle me confirme que Marina Tarrassevich n'est pas au top (elle abandonnera par la suite). Je reste donc avec Iryna durant 4 heures, pendant ce temps-là nous discuterons un peu, le temps passe plus vite ainsi et nous marchons à une bonne petite allure. Nous sommes sur de bonnes bases puisqu'après un rapide calcul, il semblerait que nous atteignons les 50 kms en 6h, ce qui n'est pas mal du tout pour moi car au mois de Mars à La Gorgue j'avais parcouru 49.7 kms en 6h...Bien entendu, à chacun de nos passages dans le village-marcheurs, tous ceux que je connais ne manquent pas de me dire que j'ai vraiment de la chance d'être en si bonne compagnie et tous voudraient être à ma place ! C'est Virginie qui va être jalouse quand je lui raconterais ça...LOL
Peu avant d'atteindre les 6h d'efforts, coup de téléphone, c'est Virginie qui m'appelle pour avoir de mes nouvelles. Je lui dis que tout va bien, mes pieds vont bien, je suis en avance sur mes prévisions mais je commence à avoir un peu mal à l'estomac. Je parle un peu avec Flavy, et en fait à force de parler, je perds le rythme et Iryna part devant, je pense alors que je vais la récupérer plus loin... Je commence à perdre mon souffle et je suis obligé d'écourter ma conversation, Virginie comprend et m'encourage avant de raccrocher. C'est bon me dis-je, je peux à présent rebouger mes bras normalement (car il faut bien tenir le portable en marchant, et à force ben c'est pas évident de ne s'aider que d'un bras...) et repartir sur un bon rythme...mais je n'y arriverais pas tout de suite...et ne reviendrais pas sur mon accompagnatrice de luxe...J'ai un léger coup de barre et mettrais du temps à m'en remettre...
Le soir est tombé, et même si j'ai un peu mal à l'estomac, mes pieds vont bien, je ne ressens aucun frottement, ce qui est assez rare chez moi pour le souligner ! Peu avant 23h, j'aperçois ma soeur Sandrine qui est venue me voir. Je sais alors que je pourrais compter sur son aide et cela me fais plaisir. En fait, elle m'aidera énormément, bien plus que ce qu'elle croyait ! La nuit arrive, et avec elle le froid...Je me changes, enfile un collant long, un pull longues manches, manges les pâtes que Sandrine m'a préparé (je manges en marchant cette année, y'a du progrés !) mais j'ai de plus en plus de mal à digérer. Les même douleurs que j'avais ressenties à St Thibault refont surface, pas cool ça.
Sandrine m'aidera beaucoup, je traverse pas mal de passages à vide et à chaque fois elle m'accompagnera. A un moment, vers 23h/23h30, j'apercevrais même le parrain de flavy qui bosse...mais je ne suis pas au mieux à ce moment-là et j'ai du mal à lui répondre que ca va lorsqu'il me le demandera...c'est vraiment pas le top et j'attend que ca aille mieux, d'ailleurs Georges Catteau -qui marche en relais- le dira lui-même lorsqu'il me doublera :"Mais si ca va, ca ira ! Allez Seb !"...Heureusement, les encouragements des autres marcheurs et accompagnateurs m'aide beaucoup aussi (D'ailleurs, je tiens à les remercier s'ils lisent ce récit)
Parfois ca va mieux, mais dès que je reprends un truc à manger mon estomac me rappelle qu'il n'est pas en forme...Malgré tout, je tiens bon, et après avoir pris des cachets contre les maux de ventre, je ressens un petit mieux quand même. La nuit se passe tant bien que mal, Sandrine m'aura accompagné souvent, mon père est arrivé vers 01h30 du matin et de les voir se déplacer pour m'aider, je me dis que je ne peux pas abandonner, et puis j'arrive bientôt au 100éme kilométre...
Au 80éme kilométre, je ressens un léger frottement au niveau des mes talons mais rien de méchant. Je suis agréablement surpris de mes pieds cette année, les baskets vont bien (ce sont les Kalenji Excell Comp.) et mes chaussettes "anti-frottements" (que j'ai acheté lors du triathlon d'Embrun pendant mes vacances l'année passée) ont l'air de bien fonctionner. De plus, avec toute la créme anti-frottement que j'ai appliqué, j'ai été vraiment tranquille ! Franchement, c'est vraiment la meilleure année au niveau des pieds. En même temps, pas une seule goutte de pluie, les conditions météo sont bonnes, sauf le froid de la nuit, on a tous eu très froid, et les accompagnateurs étaient gelés eux !
Le 100éme kilométre est atteint (en 14h40 env.), je continue sur ma lancée jusqu'au 120éme kilométre, histoire de me dire que je suis tranquille avec cette barriére, je ne pourrais plus être éliminé. (Pour rappel, il faut marcher 120kms en moins de 20 h pour ne plus être mis hors-course). Je passe les 120 bornes au matin, je suis tranquille à présent et je vais en profiter pour me faire soigner les pieds, car là je sens que des ampoules se sont formées, et en même temps je me reposerais un peu.
Après m'être fait soigner les pieds par les excellents podologues sur place (ils sont vraiment bien, à l'écoute de l'athléte et les soins sont très très bien faits), direction la tente et le fauteuil dans lequel je pourrais m'allonger pour me reposer. Sandrine est reparti au petit matin, elle a aimé l'ambiance et a passé une bonne nuit, je lui souhaite donc un bon retour, la remercie pour son aide précieuse et lui souhaite de bien se reposer.
Mon père me reveillera vers 10h30, soit une demi-heure avant ce que j'avais prévu (j'avais prévu de dormir de 09h00 à 11h00), mais en fait cela m'a bien aidé car je me suis super bien reposé, et j'ai eu le temps d'émerger pour repartir à 11h00 préçise. Mon estomac s'est bien reposé lui aussi, après mon repos, je n'avais plus mal. Le fait de dormir 1h30 m'a soulagé. Bon, le retour sur le macadam a été super dur, les pieds étaient très difficiles à poser et il m'aura fallu un tour complet pour que je puisse remarcher à peu près normalement...Mais il ne me restait plus beaucoup d'heures à tenir et je sentais que je pouvais faire mieux que l'an passé.
Beaucoup de marcheuses et marcheurs m'encourage, cela me fait vraiment plaisir, et je tente parfois de m'accrocher un petit peu à eux, je retiendrais entre autre la gentillesse de Claudine Anxionnat, une excellente marcheuse. Je retiendrais aussi l'allure que certains ont encore après toute une après-midi et une nuit à avoir marché ! Impressionnants !!! Le camerounais Daniel Foudjem, même s'il a perdu sa 1ére place, conserve un style de marcheur athlétique impeccable.
Je continuais donc à marcher jusqu'à l'arrivée, mon père m'accompagnant sur quelques tours et m'encourageant à garder la même allure, même si je n'allais plus très vite, je marchais et c'était bien là le principal...La dernière heure approchait, mon père s'en allait démonter la tente et je continuais donc seul. Je suis arrivé sur le mini-circuit (des allers-retours d'1 km durant la dernière heure) plus frais que l'année passée. J'effectuais quelques allers-retours seul puis je rattrapais Iryna ! Je ne savais pas combien de kms j'allais faire durant ces allers-retours mais je savais déjà que mes 144.715 kms de l'année passée étaient battus. Iryna était accompagnée de son collégue de club Pascal Bunel et je décidais donc de rester avec eux pour finir l'épreuve. Iryna m'avait bien aidé durant les 4h restés ensemble, et c'était une belle façon de terminer l'épreuve je trouvais. Peu avant l'arrivée, nous nous sommes arrêtés à 50m de la ligne (pour ne pas devoir refaire un tour supplémentaire...) et nous avons ainsi pu applaudir le premier de l'épreuve, le russe Dimitri Osipov, qui en finissait. Après être passé, nous nous sommes remis à marcher pour franchir la ligne, sans savoir qu'en fait j'aurais pu aisément refaire un aller-retour de plus pour arriver aux 150 kms !
A la remise des prix en mairie, dans la belle salle des mariages, je m'aperçois à la lecture de la feuille de résultats que j'aurais effectué 149.045 kms, arrivant 34éme de l'épreuve (sur 35 arrivants...), heureux d'avoir fait plus que l'année passée, et ce en étant malade pendant la nuit.
C'était la 9éme fois que je prenais le départ de cette épreuve (déjà..le temps passe vite-mais il y a des années où je prenais le départ juste pour faire une sortie) et la 3éme fois consécutive que je réussissais à la terminer (132, 144, 149 kms...). Au final, j'aurais eu une tendinite au genou et au pied droit (encore une fois...) et bien sur pas envie d'entendre parler de marche pendant 15 jours !!! Mais à présent, je songe déjà à faire plus de 150 kms l'année prochaine...
Le 1er aura parcouru 238.175 kms, la 1ére féminine étant la Française Sylviane Varin à la 5éme place au général (!!!) avec 216.370 kms. Bravo particulier à Dominique Naumowicz qui se sera hissé à la 3éme place avec 229.315 kms, à Marc Haumesser (7éme avec 208.465 kms), Pascal Bunel (qui me dira lors de la dernière demi-heure qu'il n'aura jamais abandonné sur un circuit sélectif, respect !) avec 205.600 kms, à Claudine Anxionnat (2éme féminine-198.040 kms), à Iryne Perevalo qui aura réussi à parcourir 171.805 kms (son objectif a été atteint), à Serge Seynaeve qui finira une fois de plus l'épreuve avec 170.249 kms (il s'agissait de sa 26éme participation il me semble !) et à Jean-Pierre Mercier, marcheur super sympa (tout comme son accompagnateur) qui finira ces 28h avec 115.250 kms.
Bien entendu, bravo à tous les autres marcheurs et marcheuses que je n'ai pas cité car je n'en finirais pas sinon ! Et bien sur, je n'oublie pas les équipes qui ont fait ça en relais et sur 24h. Félicitation à l'équipe Joveni, dont Nicole Mizzera faisait parti, qui gagne l'épreuve avec 199 kms de parcourus ! Et dommage pour Laurent qui a dû être contraint à l'abandon après 92 kms de parcourus, ses pieds étant bien trop blessés pour qu'il ne puisse continuer (mais je pense qu'il n'a pas dit son dernier mot et que sur cette épreuve il réussira à dépasser les 200 kms)
A l'année prochaine ! (Par-contre, je ne réitérerais pas un relais de 24h deux semaines avant car j'ai trouvé que c'était trop fatiguant pour moi et pas facile de récupérer)

3 commentaires

Commentaire de fanfan59 posté le 17-10-2008 à 13:25:00

Quel parcours impressionnant ! Vraiment chapeau ! J'espère que tu as bien récupéré depuis et que les pieds ne te font plus souffrir du tout. Bravo également à ta famille de t'avoir aidé de la sorte, c'est vraiment très important en effet. Quant aux 150 km, tu les atteindras la prochaine fois.

Commentaire de Olycos posté le 17-10-2008 à 20:29:00

Bravo...........
Chapeau bas....

Commentaire de Pat'jambes posté le 17-10-2008 à 21:00:00

... sans voix... Impressionnant! Bravo à toi et à ton épouse (qui a trouvé la bonne technique pour que tu décroche Irina :-D)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran