Récit de la course : La Course des Terrils - La Sauvage 2008, par Rag'

L'auteur : Rag'

La course : La Course des Terrils - La Sauvage

Date : 28/9/2008

Lieu : Raismes (Nord)

Affichage : 2247 vues

Distance : 22.8km

Objectif : Pas d'objectif

20 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Il était une fois.....

Il était une fois, dans un pays fort fort ……. proche, un Papa Ragondin (Ragondin Senior qu’il s’appelait. Patronyme hérité d’une tradition ancestrale des myocastors immigrés dans le plat pays que l’on nommait jadis la Flandre, contrée barbare où même Attila, chef des Huns n’a osé posé le pied ! Ou plutôt les sabots, tellement il passait sa vie à cheval sur un canasson ridicule). Ragondin Senior, appelons-le Rag’, habitait une magnifique maison en bois rose entouré de sa famille, Ragondine Senior, Ragondin Junior et Ragondine Junior. Ils coulaient des jours heureux se nourrissant de quelques baies cueillies ici et là …. mais pas là et encore moins là. La vie était belle, le soleil brillait, les oiseaux chantaient. L’existence de ces rongeurs était un long fleuve tranquille…. Pratique pour une famille ragondin ! En un mot comme en cent : tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Tel Candide, Rag’, insouciant, s’adonnait au plaisir de la course à pattes. Traversant  forêts, prairies et marées, franchissant fossés et canaux, Rag’ adorait sentir le vent caresser sa fourrure, la pluie fouetter son museau et la rosée lui rafraîchir les couilles. Durant ses longues cavalcades aériennes (faites preuve d’imagination tant il est indiscutable qu’un ragondin qui court n’est point gracieux), il croisait qui M. Lièvre et sa cousine Mme Lapine -  Mme Lapine était très appréciée, quoique rigoureuse voire rigide, elle savait être douce et prévenante, toujours là au bon moment. Mme Ragondine l’appréciait beaucoup -, qui M. Corbeau qui bavardait avec son amie Mme Corneille ou encore Banania, le chien du garde-champêtre (le garde-champêtre avait très peu d’imagination et avait affublé son chien du ridicule sobriquet « Banania » car il aimait la poudre cacaotée éponyme). Rag’ n’oubliait jamais de saluer chacun et chacune et on le lui rendait bien. Le paradis sur Terre avant la faute originelle, quoi.

Or, un jour où Rag’ s’astiquait la queue (oui, vous avez bien lu : le ragondin se nettoie la queue. C’est une marque de respect. Un appendice, ça s’entretient ! De plus, ça améliore le CX dans l’eau… et ailleurs – pour celles et ceux qui ne savent pas ce qu’est le CX, cherchez sur le Web.) tout en compulsant la Gazette des Terriers, il tomba sur un article où l’on faisait référence à une course à pattes célèbre : la Course des Terrils. Rag’ avait appris à l’école du village que les terrils étaient l’œuvre d’animaux fort peu courageux car, non content d’avoir creusé des trous juste « pour rire », ces mêmes animaux avaient omis d’étaler consciencieusement   la matière extraite. Ainsi il restait dans cette région d’énormes excroissances qui défiguraient ce lointain pays. Nicolas le jardinier ne s’en était jamais remis…. Rag’ dont la curiosité n’était que très rarement rassasiée se mit en tête d’aller découvrir ce drôle de pays et d’y rencontrer les animaux autochtones responsables de ces terribles « terrils ».

Fier comme un « bar-tabac », il embrassa femme et enfants, salua ses nombreux voisins admiratifs (sic) et serra fortement sur son petit cœur son doudou favori, le Bisounours Nombriliste, plantigrade injustement mis au ban de la société dans quelque contrée sombre du Couchant. Il n’avait pas omis de préparer son baluchon de course à pattes y rangeant chaussures et « bœuf » (métonymie désignant une étoffe manufacturée à partir d’une peau d’un bœuf de race Rouge Flamande, d’où la couleur rouge…), signe distinctif du myocastor. Le baluchon sur l’épaule droite, la queue sur l’épaule gauche, Rag’ entreprit son périple vers l’inconnu…

Le voyage vers le pays des Terrils fut ennuyeux à mourir. Le brouillard empêcha notre animal de contempler les paysages traversées ; Rag’ ne dut la vie qu’à sa GPS (Grenouille Pisteuse Spécialisée) qui lui évita de heurter chênes et vaches sournoisement placés sur son chemin : un coup de pis dans le museau, ça calme un mâle… quel qu’il soit…. Et je ne vous parle pas des chênes et des fameux coups de glands !

Le brouillard finit par se dissiper et, devant les yeux écarquillés du Rag’, se dévoilèrent les célèbres tas de cailloux. Rag’ allait devoir franchir ces terrils à l’aide de ses petites papattes, crapahuter à travers bois et y croiser de fantastiques animaux dont il avait entendus parler sur un « chat » (une vieille tradition Flamande consiste à lire l’avenir dans les entrailles de chat, on parle alors d’ « aller sur le chat » ou de « chatter »).

 

Rag’ se chaussa, enfila son « bœuf » qui sentait la vieille carne et courut vers le départ quand, soudainement, il croisa une meute d’individus affublés, comme lui, de « bœufs », de tricots en peau de bœuf, rouges également, voire de couvre-chefs constitués de la même étoffe. Qui étaient-ils ? Que faire ? Le sang de Rag’ ne fit qu’un tour et  il s’en alla saluer cette drôle de tribu. Un géant, dont l’haleine empestait le jus de houblon fermenté et qui souffrait indubitablement de décalage horaire des aisselles (il était 9h au soleil mais 20 h sous ses bras !) l’accueillit avec force chaleur, ce devait être le chef ou le chaman. Autour de lui batifolaient un diable de Tasmanie femelle, un cheval barbu avec des ailes, une grosse voiture avec des gros pneus et des gros pare-chocs (je n’ai pas vu le pot d’échappement…), un castor à grosses cuisses (sous-espèce également appelée Castor des Montagnes), un ourson (mal léché ?), un zèbre (rayé N&B qu’il était), une fonctionnaire (drôle d’animal), une espèce d’écureuil dont la démarche trahissait des accointances pour les objets contondants ainsi qu’une pléiade d’autres bestioles affublées de noms commençant par Ch’ti ou finissant par 59, voire même un pote canin de Mickey. Chacun lui serra la patte ou l’embrassa chaleureusement. Pardieu, tout cela sentait la bisounourserie à plein nez ! Mais, indubitablement, cela plaisait au Rag’ et il s’en alla ragaillardi de cet épanchement de fraternité animale. Sur le chemin qui menait à l’arche de départ, il croisa également un gros chat belge, un molosse dont les biceps avaient subi les outrages de quelques taggeurs mal intentionnés ainsi que son acolyte plutôt typé lévrier Whippet. Un monde enchanté s’ouvrait devant les yeux du Rag’ : il allait courir au beau milieu d’êtres souriants et sympathiques, il faisait désormais partie d’une communauté… gaie. Il n’oublia pas d’aller saluer un être bizarre qu’il prit pour la mascotte de la communauté mais qui, information recueillie, se révéla un vieux pervers sournois. Celui-ci flashait à tout-va fessiers et mamelles des femelles de toutes espèces, on disait de lui qu’il abusait de jeunes fillettes dans les recoins sombres d’une forêt retirée d’une lointaine contrée. Faute d’estampes japonaises, il se faisait passer pour un amateur de fleurs, de champignons, de feuilles d’automnes, en gros, de tout ce qui se trouvait à sa portée et qui forçait ces jeunes demoiselles à se baisser et à cambrer les reins… 

Au grand désarroi du Rag’, il n’échangea que quelques amabilités trop futiles avant que le départ ne soit donné par un magnifique coup de feu en si bémol : quel enchantement ! La course était partie, ces terrils allaient voir de quel bois on faisait les maisons en pays Ragondin (en effet, on ne se chauffe pas avec le bois dans le pays de Rag’, il pleut trop souvent. De plus, sa grosse fourrure est un excellent isolant !). Rag’ était heureux, le soleil dardait ses plus beaux rayons de septembre, l’automne avait sorti sa palette aux mille couleurs, Rag’ avait envie de pisser.

Durant la course, il croisa de nombreux membres de la communauté « rouge » : un sourire, une parole, quelques mots, une main aux fesses vinrent ponctuer chaque rencontre. Le premier terril fut une formalité même si la préoccupation première du Rag’ fut que personne ne lui piétinât l’appendice cylindrique. Les sensations étaient bonnes, Rag’ était sur un petit nuage, lui qui avait galéré suite à de multiples bobos à son dodos et à ses papattes…. Quelle ne fut pas  sa joie quand il aperçut son cousin rongeur, le Castor des montagnes, en baver pour escalader le 3e terril ! « Lui aussi en chie des ronds de chapeau ! » se dit-il honteusement en son for intérieur. Rag’ interpella ce dernier et s’ensuivit une longue conversation qui dura jusqu’à l’arrivée. Entre temps, Rag’ avait rattrapé le Gnome pervers qui, une fois n’est pas coutume, se laissa distancer par une femelle coureuse, uniquement dans l’espoir de lui reluquer le fion ! Rag’ en fut choqué et se dit que l’on ne l’y reprendrait plus : les personnes de petite taille étaient décidément infréquentables, on ne s’en méfierait jamais assez !

1h55 après le départ, le gnome, le castor et le ragondin franchirent ensemble la ligne d’arrivée, heureux d’être là, ensemble, main dans la main. Le pied, quoi ! Ou la patte, c’est comme on voulait.

Même si Rag’ n’avait pas rencontré tous les membres « rouges », en particulier un certain GW (George Deubeulyou ?)- être acariâtre, parait-il-, notre ragondin venait de découvrir un merveilleux pays Bisounoursesque et de se réconcilier avec la course à pattes; des amitiés naissantes ne demandaient plus qu’à être entretenues afin qu’elles croissassent durablement.

Ragondin Senior s’en alla fier, serein et léger de cette aventure au pays des Terrils.

 

FIN

Merci à toutes et tous

 

 

        

20 commentaires

Commentaire de L'Dingo posté le 11-10-2008 à 22:10:00

Avec le Ragondin, que ce soit sur le blog, ou dans un CR, il y a toujours le mot FIN.

Mais c'est ici que je le prefère , lorsque c'est fin, très fin :-)).

Vivement un autre récit, que je ne reste pas sur ma faim!! :-)))))

Merci L'Rag

Commentaire de l'ourson posté le 11-10-2008 à 22:44:00

Exchéééélent tin CR :-) Merchi ch'Rag !!
L'Ourchon_à_pluche_;-))

Commentaire de L'Castor Junior posté le 12-10-2008 à 00:10:00

Je ne sais que dire, ou écrire.
Content, vraiment, je suis, d'avoir rencontré un membre éminent (presque turgescent) de cette communauté gaie ;-))))
Encore, encore, encore !!!

Commentaire de chtigrincheux posté le 12-10-2008 à 06:17:00

Je raffole de ta prose ,tu es pertinent à souhait .Drôle de communauté que la notre je te le concède mais punaise qu'est ce que l'on si sent bien (sous les bras).
On choisi ses copains mais rarement sa famille y en à mine de rien .....

Commentaire de ArnaudP59 posté le 12-10-2008 à 07:25:00

Salut Rag,

Heureux de t'avoir revu après t'avoir découvert lors de la panomarique.
J'ai adoré ton récit vite le prochain.

Commentaire de fanfan59 posté le 12-10-2008 à 08:08:00

Merchi membre de la communauté gaie. Tu as divinement sublimé les aspects physiques de chacun et chacune, un pur bonheur ce cr.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 12-10-2008 à 08:31:00

Cette course est vraiment étonnante, chaque CR est écrit dans un style différent ! Bravo pour ce conte rose à souhait. Notre rencontre fut trop brève mais elle ne sera pas la dernière.

Commentaire de taz28 posté le 12-10-2008 à 09:55:00

Super récit comme on les aime !!
Je suis heureuse de t'avoir croisé là bas, tu ne pouvais effectivement pas rater les doux dingues au buff rouge en partance pour le départ !!

Merci

Taz_la_diablesse ;-)

Commentaire de Le Bagnard posté le 12-10-2008 à 10:36:00

J'ai adoré aussi !!!!!! a quand ta prochaine course pour un autre CR aussi croustillant; 8-)

Commentaire de la panthère posté le 12-10-2008 à 11:58:00

vivement le tome 2....
Je me suis régalée avec ton récit au pays des bisounours! merchi!

Commentaire de grandware posté le 12-10-2008 à 16:19:00

Ah ça pour mobiliser ta connerie, tu fais pas semblant...

Commentaire de Jihem posté le 12-10-2008 à 17:13:00

La vache t'en as vécu de ces trucs aux terrils. Si ça se trouve, j'irai l'an prochain...

Commentaire de BENIBENI posté le 12-10-2008 à 18:37:00

Chouette récit qui change des discours d'auto-satisafaction . Dommage qu'on a pas pu davantage converser mais dans l'Ouest, la tanière du Benos t'es ouverte !
Par contre, c'est quoi cette histoire de tag ?

Commentaire de shunga posté le 12-10-2008 à 18:52:00

PErso je préférai la photo de cul c'était plus rapide et plus explicite. PAS le temps de lire ce soir, je repasserai après la crise ;)

Commentaire de Philkikou posté le 12-10-2008 à 23:31:00

Y'a des amateurs de ta prose !!!
....tu étais inspiré, sans expirer...
Bravo Ragondin croisé Bisounours ;-)
Palme du C.R. délirant !!!

Commentaire de Hay-David posté le 13-10-2008 à 06:29:00

un CR peu banal, j'ai eu l'impression de me retrouver à lire Tolkien dans Bilbo le Hobbit...
A une prochaine fois je l'espère ;o)

Commentaire de ch'ti vincent posté le 13-10-2008 à 21:00:00

C'est donc la rouge flamande qui serait a l'origine de la couleur du buff des bisounours, quel scoop et quel fierté, je me sens Flamand du coup !

Trop de la balle ton C.R. !!! Quels talents !

Commentaire de corto posté le 15-10-2008 à 14:11:00

Très content de te relire. Je vois que tu as franchis la barriere horaire pour te remettre en course. Alors continue de baliser nos moments de lecture de ta prose.

Commentaire de Pegase posté le 21-10-2008 à 15:23:00

Sublime le portrait du Lutin sodomite.

Commentaire de Mustang posté le 21-10-2008 à 23:40:00

Il se passe de bien belles choses dans les contrées boréales

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran