Récit de la course : Trail des Hautes Fagnes 2008, par ChrisTof

L'auteur : ChrisTof

La course : Trail des Hautes Fagnes

Date : 27/9/2008

Lieu : Xhoffraix (Belgique)

Affichage : 991 vues

Distance : 36km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Ayant perdu un ami qui m’était très cher au printemps dernier, j’ai décidé de vivre la vie différemment !

J’ai toujours affirmé que la vie était belle et, bien qu’elle soit parfois cruelle ou dure, il n’empêche qu’elle vaut la peine d’être vécue !!! Alors autant en profiter…à fond !!! C’est en tout cas dans cet état d’esprit, que je me suis mis à courir à compter du 21 juillet 2008 ! Mais je ne voulais pas courir sur le bitume…encore moins sur une piste !

Je voulais autre chose ! Etre en harmonie avec la nature…Et c’est donc tout naturellement que je me suis orienté vers le Trail !

Après un premier galop d’essai au semi de la Caldéniacienne (Chaudeney / Moselle – France) le 7 septembre, j’ai donc décidé de poursuivre mon apprentissage du trail en participant le 21 septembre à celui de La Porte des Ardennes (33 km – Seraing – Belgique), ambiance bon enfant et course très agréable quoiqu’un peu exigeante sur la fin ! Mais le point d’orgue, mon objectif, était le THF, le Trail des Hautes Fagnes, dont j’avais entendu beaucoup de bien ! J’avais pu lire les récits de course de Mickaël (alias espace_marathon88) et Olivier (alias oufti) ! Leurs expériences m’avaient vraiment donné envie de faire cette course ! Les paysages semblaient magnifiques et le parcours plutôt technique ! Bref, j’attendais donc la veille pour être certain des conditions météo durant la course. Celles-ci s’annonçant particulièrement agréables, je décidais donc de participer à mon 1er THF !

Réveil à 6H, toilette et petit-déjeuner « normal » : grand bol de thé vert dans lequel je "plonge" successivement 3 grandes tranches de pain complet, allègrement « confiturées » avec de la mirabelle (bien de chez nous !) et de la gelée de coing (également de chez nous !).

Puis départ vers 6H35 ! C’est parti pour un peu plus de 200 km à travers la France, le Luxembourg, l’Allemagne et la Belgique ! Habitant près de Metz, j’opte pour un parcours différent que celui que me propose Dolorès (ah oui ! J’oubliais ! Dolorès, c’est le surnom que j’ai donné à mon GPS…) ! Je choisis de filer via la campagne française vers Remich et Grevenmacher au Luxembourg.

De là, j’emprunte l’autoroute en direction de l’Allemagne…afin de pouvoir rouler plus vite…en toute légalité !

Une fois passée la frontière germano-belge, il me faut néanmoins ralentir et repasser à une vitesse plus adaptée à la législation en vigueur ! Je cale mon régulateur à 120 km/h et arrive ainsi sans aucun souci à la sortie Malmedy ! Dehors le soleil est déjà largement au rendez-vous mais il ne fait que 2°C ! Pour la course, je n’ai pris qu’un short et un tee-shirt manche courte car la météo prévoit une température autour des 8° au moment du départ et de 15° vers 14H ! Ca me semble donc parfaitement jouable ! Et me voici arrivé à Xhoffraix vers 9H !

Le départ du 36 km est prévu vers 10H ! J’ai donc le temps d’aller m’inscrire, retirer mon dossard (le N° 700) et me changer !

Et c’est parti sous un ciel magnifique pour un parcours de 36 km dont tout le monde me dit qu’il est l’un des 3 plus beaux trails de Belgique !

 

J’y vais calmement ! Je me suis fixé un objectif : autour des 3H30 ! Alors, y a pas le feu au lac !!!

Inutile de « sprinter » pour se placer…La course est suffisamment longue pour ne pas « s’emballer » dès le départ !!! Olivier (oufti) est déjà bien placé visiblement avec son dossard  N°648 !  

Quant à moi, je me retrouve coincé derrière quelques coureurs qui ont décidé de gravir les premières difficultés en marchant ! J’ai bien envie de les dépasser mais la place manque pour réaliser une telle manœuvre et en plus, ça grimpe raide !!!

Je prends donc mon mal en patience et suis contraint de marcher ! Mais plus loin, je sens qu’il y a une « ouverture » ! Nous arrivons en effet sur un sentier qu’il nous faut traverser (sur 3 m environ) avant de reprendre l’ascension de la colline sur laquelle nous nous trouvons ! J’accélère pour dépasser 2 concurrents, et me retrouve face à un rondin de bois couché au sol que j’ai la mauvaise idée de vouloir enjamber plutôt que de prendre appui dessus ! Résultat : un joli gag ! Je saute par-dessus cet « obstacle » pour retomber juste derrière dans une jolie mare d’eau bien noirâtre ! Le pied gauche s’y enfonce jusqu’à la moitié du mollet et, bien évidemment, chaussure et chaussette viennent subitement de se gorger d’eau ! A chaque foulée, je sens l’eau qui se diffuse un peu partout dans ma chaussure (Asics Trabuco 11 ) !

Et je me dis que finalement c’est pas plus mal ! J’aurai les pieds au frais !!!...T’as qu’à croire ! Je vois d’ici les coureurs expérimentés qui sourient à ce qui va m’arriver ! Car bien évidemment, avec les frottements à l’intérieur de la chaussure, je n’ai pas besoin de vous faire un dessin !... 

Pendant ce temps, la course se poursuit !

Nous abordons une belle descente qui nous mène au très beau château de Rheinhardstein ! 

Nous passons à proximité du château puis remontons vers le barrage de Robertville où nous attend le 1er ravitaillement ! Etant parti sans aucune boisson, ni aucun aliment, je me dis que ce 1er arrêt me fera le plus grand bien !

Je bois un grand verre d’eau…de manière préventive car mon corps ne me réclame rien pour l’instant ! Normal, on a parcouru seulement 7 km !

 

Nous continuons donc notre périple à travers la forêt sur des parcours tantôt en descente, tantôt en montée, avec quelques difficultés à gérer : les racines qui sortent du sol de manière totalement anarchique ! Il faut bien regarder où poser ses pieds sinon c’est la gamelle assurée !

 

Au second ravitaillement, soit au 15ème km, j’absorbe un verre de boisson énergétique !

Il faut être prudent ! D’autant que nous allons bientôt grimper jusqu’aux Fagnes !

La course se poursuit sans trop d’encombres jusqu’au 3ème ravitaillement, vers le 21ème km ! Là je reprends un verre de boisson énergétique et je relace ma chaussure gauche ! J’ai mal au pied…et oui avec les frottements occasionnés par une chaussure « inondée » dès le 4ème km, il était évident que j’allais me faire une ou plusieurs ampoules ! Certains concurrents sont arrêtés et semblent vouloir souffler avant d’entamer les 15 dernières bornes ! Je vois d’ailleurs une concurrente néerlandaise arrêtée sur le côté ! Elle terminera finalement 1ère féminine de l’épreuve ! Je repars pour entamer une descente assez longue…avec la "miss hollandaise" juste derrière moi !!! Quand je vous disais que j’avais une « ouverture » !!! Nous empruntons bientôt des sentiers dans la Fagne en courant sur des…caillebottis !!!

Superbe…unique…surprenant !!!

 

Et, par endroit, lorsque nous courons enfin sur de l’herbe, nous nous enfonçons dans des « tourbières » totalement imprévisibles !!!

Encore de l’eau dans mes chaussures…pied gauche et pied droit cette fois !!!

Je commence à rattraper quelques concurrents visiblement à bout de souffle ! Mais dans le même temps, ma douleur au pied gauche ne fait qu’empirer !Une petite voix intérieure me dit d’abandonner ! Que c’est déjà bien d’avoir couru 25 bornes, etc, etc…Non, non et non ! Il est hors de question que j’abandonne ! Il ne reste que 11 km, alors on serre les dents et on évite de faire sa mijaurée !!! Y a des choses bien plus graves et douloureuses dans la vie qu’une ampoule ! Donc tu te tais et tu vas jusqu’au bout ! Bref après cet « auto-coaching », me voila requinqué jusqu’au 4ème ravitaillement, soit au 28ème km !

Grand verre de boisson énergétique et c’est reparti pour les 8 derniers km !!!

Cette fois on emprunte de grands boulevards à travers la Fagne ! Je vois au loin quelques concurrents mais sur ce type de parcours « roulant », ma douleur au pied m’empêche de dépasser les 14 km/h !

Selon mon GPS, je plafonne à 13,6 km/h ! Pas grave ! Cela me rapproche un peu plus de l’arrivée !!!

Avec parfois quelques passages "en bois" à passer avant de reprendre appui sur la terre ferme ! En sortant d’un sous-bois à moins de 5 km de l’arrivée, je vois André, l’animateur commercial pour le Benelux de l’entreprise française dans laquelle je travaille ! Il habite à une vingtaine de km ! C’est donc en voisin et en ami qu’il est venu m’encourager !!! Et là, je peux vous assurer que ça fait un bien fou de se faire encourager par quelqu’un que l’on connaît !

Bien sûr, j’ai énormément apprécié les encouragements de tous ces anonymes et bénévoles aux différents points de ravitaillement ou sur certaines parties autorisées du parcours !

Mais lorsque c’est un visage que vous connaissez, c’est encore plus motivant !!! Et là, je me suis mis à accélérer pour courir les derniers km presque comme un lapin !

Du coup, j’ai pu dépasser 8 concurrents !!! Je les ai comptés un par un tellement je voulais compenser ma douleur au pied par la volonté de bien finir !

Le 8ème, je l'ai doublé 5 mètres seulement avant la ligne d’arrivée que j’ai finalement franchie en 3h 21mn 59s ! Résultat : 40ème au scratch sur 235 coureurs classés à l'arrivée, 14ème vétéran ! Saleté d’ampoule ! Je paie là mon total manque d’expérience en matière de course à pieds en général et de trail en particulier ! 

Au moment de prendre la douche, en retirant ma chaussure et en constatant que le côté droit de la chaussette était rouge de sang, j'avais compris pourquoi c'était bien plus "handicapant" qu'une simple ampoule ! Une méga-ampoule ! Jamais eu un truc pareil de ma vie alors que j'ai "joué" durant des années sur des revêtements particulièrement "chauffants" lorsque je pratiquais hand-ball et badminton !!!

La douleur avait été particulièrement pénible à gérer à partir du 23ème km mais je m’étais accroché parce que je n'ai pas pour habitude d'abandonner ! A tort peut-être…
Car là, je ne pense pas pouvoir courir avant au moins 8-10 jours !!!

J'ai déjà du mal à poser le pied au sol pour marcher...alors courir !!!... 

En tout cas, je recommande vivement ce trail à tous ceux qui ne l’auraient pas encore découvert ! Car les paysages sont sublimes, le parcours très « sauvage » et l’ambiance hyper conviviale !

Et la bière est très bonne…mais en Belgique, dire que la bière est très bonne, c’est un pléonasme, non ?...

 

Enfin, sans allusion à mon petit ennui cutané...j'y ai réellement pris mon pied !!!...

1 commentaire

Commentaire de espace_marathon88 posté le 30-09-2008 à 07:32:00

salut chris,

Merveilleuse course que tu nous fait la..tu bas mon temps de l´an passe lol, il va falloir que j´y retourne maintenant mdr.
La route par grevenmacher était sans doute pour te mettre dans l´ambiance de la route du vin (semi) qui s´effectuait le lendemain..
Autre le chrono qui mérite bien sur toutes mes félicitations bravo également pour le cr avec toutes ses belles photos.
Ça m´a rappelé de bon souvenir.
Récupère bien désormais et soigne vite cette vilaine ampoule
a+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran