Récit de la course : La Course des Chasseurs de Temps - Semi Marathon individuel 2008, par Yannael

L'auteur : Yannael

La course : La Course des Chasseurs de Temps - Semi Marathon individuel

Date : 21/9/2008

Lieu : Vincennes (Val-de-Marne)

Affichage : 1780 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Battre un record

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une conclusion logique ...

Le semi des Chasseurs de Temps, une course sympathique, dans le Bois de Vincennes, sur un parcours agréable. Parfois étroit, mais le nombre de coureurs est sagement limité. 1 boucle de 7 km, à parcourir une, deux ou trois au choix, seul, en duo ou en trio. Pas facile pour les organisateurs, mais l’alchimie prend bien.

Le parcours n’est pas vraiment une surprise pour moi : J’ai l’habitude de parcourir ces sentiers et allées à l’entraînement. La préparation a été bonne, pas parfaite certes, mais bonne quand même. Alors l’espoir est de mise. Espoir de faire mieux qu’à Paris en Mars (1h34mn32s, en manque de foncier), et même mieux qu’à Boulogne en novembre dernier (1h31mn11s).

 

Plein soleil en ce 21 septembre, pour la fin de l’été. Il fait bon, conditions idéales. Et à 10h, c’est parti. Pour combien de temps ? Sans doute un peu plus d’1h30 … mais pas beaucoup plus si possible !

En fin de compte, c’est 5554 secondes plus tard que le résultat tombera …

 

Au final, cette course, bien que très agréable au demeurant, aura été somme toute assez frustrante. Un premier kilomètre un peu rapide (4’10), les six suivants dans le bon tempo (entre 4’15 et 4’20). Voilà pour un bon 1er tour. Mais dès l’entame du 2e tour, le rythme baisse un peu. Les kilomètres ne passent plus qu’en 4’25 … Et sur le 3e tour, ça va même tendre vers les 4’30 …

Au final, pas de miracle : 5554 secondes … Soit 1h32mn34s. C’est toujours mieux qu’au semi de Paris, mais assez loin de mes prétentions que je croyais légitimes.

Le comble de l’histoire, c’est que je ne me sentais même pas spécialement fatigué, ni pendant, ni après. Juste impossible d’assurer un rythme plus élevé, alors qu’au contre, mon tempo, j’aurais sans doute pu le tenir plus longtemps. Un manque de vitesse évident, d’autant plus dur à avaler quand on ne se sent pas trop entamé.

 

Mais finalement, ce chrono, qu’il soit un peu au-dessus ou un peu au dessous des mes espérances, si cela impacte beaucoup le plaisir à l’arrivée, ne change pas fondamentalement les choses. La conclusion est limpide :

-         Soit il faut accepter de se faire mal pendant les semaines de VMA, pour pouvoir prétendre améliorer mes records, et prendre un maximum de plaisir à l’arrivée des courses,

-         Soit il faut continuer un entraînement correct mais sans plus, plaisant, mais en acceptant de stagner en termes de résultats.

Autrement dit, pour progresser, il faut s’entraîner dur : Il n’y a pas de miracle !

 

Pour diverses raisons, je vais sans doute encore courir quelques 10 km dans les semaines / mois à venir, juste pour le plaisir, ce qui finalement ne fait que repousser la décision …

L’heure du choix est proche …

Continuer l’entraînement tel quel (sans grand espoir de vrai progrès), ou travailler plus intensément la VMA (seul ou en club ?), l’avenir proche le dira …

3 commentaires

Commentaire de hellaumax posté le 23-09-2008 à 17:26:00

Tu as quand même fait une très belle course, Yannael. En tout cas je te félicite! A bientôt (on finira bien pas se croiser un de ces 4)

Commentaire de agnès78 posté le 23-09-2008 à 22:54:00

zut de zut on s'est loupés! Merci pour ton récit... Et puis, fonce faire de la VMA si tu en as envie, c'est rigolo et on progresse vite ;-)
bises
agnès

Commentaire de francois 91410 posté le 24-09-2008 à 08:28:00

De bons petits fractionnés VMA, y a que ça de vrai !! de là à dire que c'est rigolo, bof ...

Merci pour ton récit, à bientôt pour d'autres RDV !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran