Récit de la course : Trail de la Baume 2008, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : Trail de la Baume

Date : 21/9/2008

Lieu : Poulx (Gard)

Affichage : 1962 vues

Distance : 25km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Trail de la Baume-Poulx(30): beau, mais alors, les difficultés !

 

 

 

  Ce premier Trail de la Baume à Poulx(30) a commencé et s’est terminé d’une manière bien sympathique mais alors, entre les deux, mes amis, quel enfer….. !

   Au chapitre des choses agréables donc, le rendez-vous  des 11 coureurs de Maguelone –Jogging, à Villeneuve à 7h  pour un départ groupé en 4 voitures vers Nîmes, Poulx se situant un peu au nord, à quelques encablures du Pont de Gard.

    Nous arrivons dans un grand village noyé dans la verdure. Direction les dossards. Et là les connaissances de Patrick font la fête au club avec force sourires, paroles de retrouvailles et de bienvenue et même bises ! En tant que pré inscrits, les enveloppes sont vite trouvées. Reste le lot attribué à chaque coureur : un magnifique coupe-vent rouge. « Ils ne se sont pas fichus de nous ! » pouvons- nous entendre.

  Aux voitures, on se prépare alors. Tenue courte pour les moins frileux et les optimistes. Tenue manches longues pour  les « sait-on jamais » !

   

Ici, on a les deux styles: Eric pour les manches longues et Christian, pour le court

J’opte pour un compromis : T-shirt technique et le débardeur du club.

     Côté ravitaillement, il y a les optimistes, avec les poches presque vides ;et  les précautionneux ( comme moi)avec « camel- bag » pour le liquide, les barres énergétiques et les gels. Pour moi, la ceinture bidon bourrée de sucres, suffira, je pense.

   A 9h, le soleil est pourtant de la partie, quand les conseils, consignes et autres indications de parcours sont donnés aux 213 coureurs prêts à en découdre avec les 25km annoncés. 25km ? Des bruits courent quand même sur 27km !!!Ben, un ou deux de plus, qu’est-ce que cela peut faire….La vérité était malheureusement tout autre…..

9h sonnent au clocher de l’église : c’est parti ! Le ruban des coureurs s’allonge déjà sur les chemins terreux et caillouteux de la garrigue environnante. Puis, soudain, le premier « mur ». Oh, pas long, 300 ou 400m, mais faut déjà presque s’accrocher aux branches et sauter l’équivalent de deux ou trois marches d’escalier sur les pierres. Et ça descend, et ça remonte…On disait la première boucle « roulante » ! Elle va l’être sur des chemins de terre et pierreux, en sous bois, un peu plus loin mais on n’a encore rien vu….

Arrive le 5è km; j’ai l’impression qu’on en a fait 10 ! Et toujours en forêt, garrigue et hauteurs pour les chasseurs qui sont en pleine battue…C’est le moment que je choisis, en pleine ligne droite descendante, pour « m’étaler » au sol, après avoir buté sur une pierre. Le copain de devant, au bruit, se retourne et s’inquiète et me demande ce qu’il en est. Eraflures etun peu de sang mais debout, on continue !!!!

Retour à la civilisation au village, avec une police municipale en plein boum. Et c’est reparti vers les hauteurs. Trous du diable, enfer pierreux, chemins monotraces en bordure de falaises dominant le Gardon, sorte de Colorado, au fond de ses gorges, le panorama est magnifique.

Mais alors c’est là que commence la séance « d’alpinisme », avec des ruptures de pente qui obligent à s’asseoir pour sauter plus bas plus d’un mètre de hauteur, et toujours dans les pierres ! Du jamais vu. Et puis cette solitude, en pleine nature sauvage, qui n’offre que la rubalise, heureusement irréprochable, pour éviter de se perdre !

   Le 15è km avec son ravitaillement annoncé arrive au beau détour d’une clairière. Nous attend un accueil souriant  avec encouragements comme celui recueilli auprès de tous les bénévoles signaleurs sur le parcours. On me conseille de recharger mon bidon, car « plus d’eau avant l’arrivée ».  Bonne idée alors et précaution que je ne regretterai pas…

Et là, c’est reparti pour les ruptures de pente, les montées en pierriers, plus nombreuses que les descentes ( !). C’est long, très long, dangereux parfois. Après les secouristes de la Croix Rouge entrevus au passage, c’est maintenant les pompiers qui sont là, en pleine forêt vierge( mais d’où sont-ils venus ?!) avec brancard, en train de s’affairer autour d’un  gars avec l’épaule bandée. Quelques instants après, l’hélicoptère de la Sécurité Civile va longtemps tourner autour de nous pour sans doute trouver une aire d’atterrissage…Du jamais vu encore en 11 ans de courses à pied…..

Je vais terminer au petits pas au bout de 4h40 de course, attendu que je suis par les copains, arrivés depuis longtemps, manifestement. Et la nouvelle tombe : il y avait 30 km de course !!!

Le bon Eric commençait à s’en faire un peu pour moi car c’était effectivement une première pour le diabétique mal et peu entraîné que je suis….Mais la boucle a été bouclée et vite, à boire, une mini toilette et du change sec, avant d’aller vite rejoindre le restaurant où le groupe avait réservé. La glycémie : 1, 37g. Du jamais vu ; on ne peut mieux faire ; j’ai bien géré mon sucre. Puis la piqûre quand même, pour « éponger » le repas au restau.

 Enfin le réconfort ! Un repas très correct ( mais les toilettes ne fonctionnent pas et rien pour s’essuyer les mains ; un grand classique Français ! )

 Des conversations viennent mettre du « ciment » dans le club. Et une photo de groupe à la sortie,

 

, pour l’album des souvenirs dans lequel nous mettrons le trail de la Baume en bonne place pour l’année prochaine mais alors, ou bien il faut absolument s’entraîner en conséquence (comme David, qui avait « fait des montées » à l’entraînement et termine 21è en 2h40 !), ou bien il faudrait que les organisateurs suppriment quelques difficultés accumulées sur les boucles finales pour recueillir l’adhésion du plus grand nombre, le nombre de 200 coureurs étant semble-t-il au-dessous des attentes, pour « combler les frais » de cette première édition….Ou alors, ils maintiennent le cap et alors, voilà un trail digne d’être classé parmi les plus grands avant d’accéder à l’ultra, ambition que je réserve bien sûr à d’autres…. !

 

4 commentaires

Commentaire de lulu posté le 22-09-2008 à 23:34:00

Merci pour ton récit...........j'ai bien fais d'aller au trail du Bugey !!!

Bravo pour ta course.

Commentaire de philorange posté le 25-09-2008 à 11:24:00

super récit qui décrit très bien la duretée de l'épreuve; sûr que c'était raide!!!Entièrement d'accord avec toi pour revenir à une distance plus correcte pour tous!
amitiés. Phil.

Commentaire de josephinrostang posté le 28-09-2008 à 14:54:00

Bravo PIERROT 34 pour ton courage et ta motivation mais attention à la chute!!!!! car elle peut t'envoyer à l'hôpital pour un mois ,inutile de me copier PPC.

Commentaire de ludo orsan posté le 03-10-2008 à 12:03:00

Ton récit reflète très bien cette course que personne n'attendait si dure.
Par contre côté paysage et organisation, nous avons été gaté.
merci de passer le bonjour à DAVID qui fini juste derrière moi et avec qui j'ai courru ce jour là.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran