Récit de la course : La Foulée des Tard Venus 2008, par vial

L'auteur : vial

La course : La Foulée des Tard Venus

Date : 14/9/2008

Lieu : Brignais (Rhône)

Affichage : 1466 vues

Distance : 12km

Objectif : Faire un temps

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

tard venus 2008

 

Les  Tard-Venus - Wikipédia. C’est un titre qui m’irait bien puisqu’en pleine préparation du semi de Lyon, j’avais complètement zappé cette course sympathique. La foulée des Tard venu, placée depuis 2007 le dimanche matin et non plus le samedi fin d’après-midi propose un circuit sympa en 6 km (ramené à 5 cette année compte tenu des pluies récentes) et un 12 km légèrement raccourci cette année. Mais toujours 3 belles montées dont le dernier raidard boueux à souhait emprunte le circuit de la saintélyon. Jeudi, en fin d’entrainement sur Parilly une copine de course s’étonne  de ma non inscription à cette course, puisqu’en 2007 j’avais bouclé 2ième V2. Et voilà comment je suis « tard venus » sur cette course.Je tentais vainement d’engager dans cette aventure Marie69 rencontrée samedi matin sur Parilly, mais elle avait la sagesse de renoncer, privilégiant un semi de Lyon, malgré une conviction au plus bas. Courage Marie, la forme reviendra.Dimanche matin, grisaille sur la banlieue lyonnaise, et mon déplacement vers le (petit) sud n’apporte pas d’amélioration. Crachin breton et je n’aperçois pas la mer : c’est vraiment bouché !! bon plan pour les inscriptions, je m’inscris sur place et passe deux fois plus vite que les pré-inscrits, au grand dam d’un pote V2 Jan Pierre C. qui prend son dossard bien après moi. Mais je crains, que son dossard fixé sur le maillot , les choses changent car il avait terminé proche de moi en 2007, et j’ai dans les pattes les 1700 m de la veille.1.    Rapide échauffement sur deux bornes avant de rejoindre la ligne. Petite gaffe en prenant pour un futur V2 un favori qui va quitter la catégorie Espoir. Ha les premiers cheveux blancs trompeurs. Alors que je discute sur la ligne, coup de feu pour le départ sans tambour ni trompette, à la surprise générale. Le starter n’a pas vu l’homme-chrono resté sur la ligne, qui voit démarrer autour de lui une horde sauvage. Je le bouscule un peu, je ne serais pas le seul et c’est parti. Un peu de temps perdu, mais surtout inquiet de me retrouver avec une bonne trentaine de coureurs devant. J’ai mon copain juste derrière moi qui ne me lâche pas, tout en trouvant que c’est parti un peu vite pour un trail (3.45 au km). Le premier V2 Claude, est parti sur un rythme de 3.30 et on ne le reverra pas avant l’arrivée. A la première petite rampe Jean Pierre se place à ma hauteur puis me lâchera dans la montée des Esses. Je ne sais pas si j’ai fait le bon choix des chaussures trail, deux gars nous  passent sous les aqueducs de Brignais. Mais nous les reprendrons plus tard dans les esses. Par contre Jean Pierre me lâche jusqu’à la descente bourrée de caillasse , que je dévalle comme un malade, le rassurant au passage sur son retour dès la prochaine rampe. Un autre concurrent reste sur place :j’ai pris les trail du chat botté et ça me botte ! La descente c’est ma botte secrète !  Jean Pierre a bien reçu le message et le voilà qui file parmi les verges de pommiers : bien fait pour ma pomme, fallait pas le provoquer. La deuxième montée est là et un gars s’éloigne petit à petit. Vers le 9ième je lâche encore du terrain, au bénéfice de quelques concurrents. Mais je sais que devant il y a de nouveau la passerelle sur le Garon et que les choses sérieuses commencent. Après avoir emprunté une partie du circuit aller, mais en descente cette fois, on vire à droite à la hauteur de l’auberge du Garon et c’est partie pour une séance talhasso « bain de boue garanti ». l’attaque est pas trop technique, mais la partie supérieure a déjà subi le passage des concurrents du 5 km. Je fais l’avion devant le photographe et ça passe, à moitié équilibré sur les rondins qui bordent la grimpette et une belle fange de boue. J’en sors debout, mais certains y laisseront les chaussures. J’ai une pensée pour Pasteur, favori qui terminera 3ième, mais se souviendra de ce passage chaussure de piste au pied !! Sortie de la rampe, j’ai pu réduire l’écart avec le gars de devant, mais ça ne suffira pas. Par contre j’ai deux loustics aux trousses et va falloir leur faire comprendre que je vends chèrement ma (veille) peau. Plus avant j’ai bien utilisé la technique de raser le bord du chemin au gré des courbes pour empêcher les poursuivants de te repérer dans les petites lignes droites. Car je sais que cette technique casse le moral du suiveur. Mais maintenant ce n’est plus jouable : va falloir mettre les gaz. J’ai encore suffisamment de ressources pour mettre la gomme et mes deux poursuivants n’insisteront pas. Je passe la ligne 16ième ou (17ième)   en 51 mn et quelques secondes et  je dois être bien placé dans ma catégorie, selon les supputations avec mes deux autres collègues Claude 1ier V2 et Jean Pierre qui inverse la tendance 2007. Sauf si un trublion s’est glissé dans notre jeu. Bon place à la récup en encourageant les derniers arrivants. Filer à la douche (y’en a bien besoin). A la sortie le soleil est là, je suis bien au sec dans mon maillot KIKOUROU. Et tout va bien sur la feuille de résultat : 3ième V2, deux V2 du club de Feyzin et un kikourou sur le podium. La remise est plus rapide que pour la première édition de  La Nuit de la Saint Jean  . Nous n’avons pas obligé Monsieur le maire à se lever pour une remise des prix à 4 heures du matin ! D’ailleurs il est déjà là et nous pouvons commencer la remise des prix, bien attablé pour la pasta party prévue dans l’inscription. Par respect pour tous nos amis coureurs qui font le ramadan (et ils sont nombreux dans le milieu de la course à pied) je refuse le petit verre de rosé d’Ardèche. Un peu par symbole puisque je devrais décliner l’invitation  faite par Kanardho pour me rendre en Ardèche la semaine prochaine sur La Ronde de Crussol . Qualifié pour le championnat de France je serais au semi  marathon de Lyon.

 

3 commentaires

Commentaire de Jerome_I posté le 14-09-2008 à 23:21:00

Bravo Michel pour ta course et encore un récit... Dommage pour le weekend prochain mais un championnat de France "à la maison" ne peut se refuser!

A bientot

Jérome

Commentaire de Mustang posté le 15-09-2008 à 13:43:00

Bravo, récit haletant comme ta course!!!

Commentaire de vincentdu69 posté le 17-09-2008 à 17:54:00

Supèrbe course! Dommage il n'y a pas encore les résultats sur le net...

RDV au semi !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran