Récit de la course : 24 heures de Saint-Fons 2005, par patrak

L'auteur : patrak

La course : 24 heures de Saint-Fons

Date : 9/4/2005

Lieu : St Fons (Rhône)

Affichage : 1744 vues

Distance : 156km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

24h Saint-Fons : Impressions d'un rookie

Cà y est
Mon 1er 24h est bouclé.
Je débute relativement bien : 100km en 12h, mais je sens que je n'ai pas la même forme qu'à Saint-Nazaire où je les avais fait en moins de 10h. J'étais bien plus frais après ces 100 bornes que là.
la faute à l'enchaînement ? d'autres le font bien (voire excellement bien)... Je n'ai pas leur fonds de caisse
la faute à la météo ? peut-être un peu
Bon c'est pas grave, t'es là, tu continues en variant les alternances course/marche jusqu'à 115 kms.
et là, j'en ai un peu ras le bocal, je n'arrive plus à courir : je me repose 1H30.
Quand je repars, les jambes sont un peu revenues, et j'enquille comme çà une quinzaine de kilo supplémentaires.
de nouveau, baisse de motivation, y'a plus grand monde sur le parcours : beaucoup moins de visages connus.
Les 3 fusées de tête continuent allègrement sur le même mode : cela m'impressionne vraiment.
Donc, je retourne me reposer (il doit être 3h du mat). Je ne sais pas si je repartirai : y'en a marre du froid, du vent.
Où bout d'1h30 je me dis que c'est trop c.. d'en rester là et que je serai trop déçu après coup d'arrêter là. Alors je repars : mais c'est trop dur, les guibolles ne veulent plus courir. Alors je marche, je marche, je marche : les 5kms entre 50' et 55'.
Le jour pointe, il fait toujours froid, mais la piste et les coeurs s'animent.
Arrivé à 150 kms, il reste 30' et là miracle je recommence à courir, cela sent l'écurie, et je boucle 6kms en 1/2 heures.
Comme quoi, c'est souvent la tête qui commande les jambes.
156 kms : je suis un peu déçu, mais avec une meilleure forme, une meilleure gestion, une meilleure météo, cela devrait pouvoir s'améliorer.

Par contre, j'ai appris beaucoup de choses sur cette course : contrairement à un trail où la gestion est imposée par le relief, et l'emplacement des ravitos, là c'est comme on veut, quand on veut. Et donc, la stratégie joue un grand rôle. Pour la force mentale, c'est un bon exercice, car il n'y a pas à aller au bout d'un parcours (le bout c'est tous les kms), mais au bout de soi-même. Je pense que cela servira par la suite.

En résumé, je suis très heureux de ce week-end.

Merci à tous les coureurs rencontrés.
Merci aux spectateurs et leurs encouragements.
Un grand Merci à toute l'équipe du millepattes au petit soin pour tous les coureurs.

Maintenant, l'année des premières est terminée. On va rentrer après une bonne récup en terrain connu.
place au trail avec en point d'orgue l'UTMB.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran