Récit de la course : Courmayeur - Champex - Chamonix 2008, par steffan

L'auteur : steffan

La course : Courmayeur - Champex - Chamonix

Date : 29/8/2008

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 1363 vues

Distance : 97km

Objectif : Pas d'objectif

19 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Le récit se doit de débuter bien avant le 29 août, après quinze années passées à écumer les compétitions de VTT aux quatre coins de France et deux années qui s’en suivirent à tourner comme un lion en cage à la maison je ne pouvais que me rendre à l’évidence  qu’il me fallait reprendre une activité physique digne de ce nom.

Ne voulant pas être de nouveau esclave de longues heures d’entrainement, la course à pieds m’est apparue comme étant le sport qu’il me fallait, à vrai dire j’en avais déjà fait avant de commencer ma modeste carrière de cycliste.

Très rapidement lassé des quelques courses sur route auxquelles je participe, et ne m’entrainant qu’en pleine nature je me tourne vers les épreuves de trail, c’est également à ce moment que je découvre sur le net un site, ou les intervenants à la lecture de leur prose me semblent  tous plus fou les uns que les autres.

Mais leurs récits, photos et autres descriptions me captivent et bientôt me donnent envie de vivre les mêmes sensations, je viens tout simplement d’être piqué par le virus KIKOUROU, le mal me gagne doucement et d’intervention à dose homéopathique sur le forum, j’en arrive à côtoyer lors d’entrainement, de sorties ou de courses des kikoureurs d’une grande disponibilité et gentillesse (et j’en passe !!!).

Une course retient plus particulièrement mon attention elle semble faire l’unanimité de tous, il s’agit de l’UTMB bien sur, ne me sentant pas capable après si peu d’entrainement de monter directement sur une telle distance, je commence à m’intéresser de près à sa petite sœur la CCC, une dernière discussion avec un ancien copain de club de vélo qui y a participé et terminé en 2007, fini de me convaincre.

Je passerais les détails de l’inscription, pour passer directement à la préparation, les sorties d’entrainement s’enchainent, se rallongent et se durcissent progressivement, mon passé de Vététiste me fait gagner du temps, je me connais suffisamment pour orienter au mieux mon entrainement.

La première épreuve de préparation sera le trail du petit ballon se sera également le début de mes problèmes physiques, j’en sort avec une blessure au genou et un premier arrêt de 5 semaines, deux tentatives de reprises se solderont par deux échecs, et une nouvelle période d’arrêt de 6 semaines, nous sommes déjà en juillet et le START approche à grand pas, la douleur ne semble plus être qu’un vieux souvenir, mais deux semaines avant le départ de la course une nouvelle blessure pointe le bout du nez, à une semaine de franchir la ligne je suis allongé sur la table du toubib pour une injection d’anti-inflammatoire dans le tendon d’Achille et un traitement qui se terminera la veille du départ.

Je décide néanmoins de tenter l’aventure en modifiant tout mon plan de course, fini d’espérer faire un chrono de moins de 20h, mon seul objectif est de terminer quitte à marcher. Me voilà donc sur la ligne de départ ce vendredi 29 août, ou je retrouve Vai lay (Sébastien), je n’ai pas de stress et je décide de me placer assez prêt de la ligne, j’ai participé dans ma carrière à bien des compétitions coupe de France, championnats de France etc.…, et bien croyez moi je n’ai jamais ressenti les mêmes sensations, j’ai la chair de poule, je suis ému et je n’en même pas large à 15 mn du lâcher des fauves quand les hymnes et la musique s’enchainent, oui décidément cette épreuve est singulière, différente, envoutante, je commence à comprendre ce que les auteurs des différents récits que j’ai lu ont pu ressentir et essayé de décrire, mais comme eux il m’est difficile de le retranscrire avec des mots, seul ceux qui auront tenter l’expérience pourrons je pense savoir de quoi je parle, un mot me semble résumer ce moment : inconnu.

Le START est donné synonyme de délivrance,  nous commençons par un petit tour dans les rues de COURMAYEUR,  je prends un rythme moyen me permettant de ne pas perdre trop de place et l’avantage que j’avais en partant devant, tout en me préservant d’un départ trop rapide, à la sortie de COURMAYEUR, j’entends qu’on m’appelle, c’est MARIE, qui va me suivre durant toute la course, en voiture, elle a prévue de me voir une dizaine de fois, mais celle-ci n’était pas au programme, ça me fait énormément plaisir, elle s’est investie totalement dans mon projet, et prends très à cœur son rôle de supportrice, allant jusqu’à stresser de me louper à un point de passage.

Nous arrivons assez vite au pieds de la première vrai ascension qui va nous mener à BERTONE, nous entrons dans le sentier, je suis sans difficulté cette longue file de coureur, mais ce qui dès le début m’inquiète, c’est que la douleur au tendon est très présente, elle ne cesse même d’enfler au fil de la montée, les premiers sms d’encouragement arrivent un ENORME MERCI A AGNES et MARIE, dans la dernière partie de l’ascension, je me fait doubler par une casquette KIKOUROU, nous échangeons quelques mots, il s’agit de CHAROGNE01 (Fabrice) inscrit comme moi dans l’équipe des bras cassés, il me dit de le suivre ce que je fais jusqu’au cent derniers mètres qui descendent sur le refuge, les jambes vont bien, la tête quand à elle est accaparée par le douleur qui devient insupportable, j’avais décidé d’être autonome jusqu’à ARNUVA pour éviter l’engorgement des premiers ravitos, j’ai bien fait, ça se bouscule de partout, je repars aussitôt en décidant de diminuer encore mon rythme pour préserver mon tendon, le début de la montée vers la tête de la tronche se fait par un sentier à fort pourcentage, m’obligeant à l’extension maxi du tendon, ce n’est plus possible, à chaque pas j’ai l’impression qu’on me cisaille la cheville, j’essaie de modifier ma façon de monter, j’alterne le pieds à plat, la pointe des pieds, le pied de coté mais rien n’y fait je suis obligé de m’arrêter régulièrement pour laisser redescendre la douleur, je perds beaucoup de place, mais en me retournant je vois que la file de coureurs est à perte de vue.

A ce moment au fond de moi je sais qu’il sera difficile d’allez au bout, mes sentiments sont partagés, mais comme pour espérer le miracle qui n’arrivera pas je décide de continuer, de ne pas redescendre à BERTONE, je passe la tête de la tronche en serrant les dents et entame la descente vers BONATTI, la distance est assez longue pour me permettre de faire le point, et c’est décidé à BONATTI j’arrête, la courte montée sur le refuge que j’ai un mal de fou à réaliser ne peut que me conforter dans cette sage décision, mais est ce la magie de cette course, le manque de lucidité, je me dit que quitte à descendre autant le faire sur ARNUVA, et me voilà toujours en course décidant même un autre coureur lâché par un genou de faire le chemin avec moi tranquillement.

Je sais qu’ARNUVA sera un point stratégique, ou je regagne COURMAYEUR ou je rejoins MARIE qui m’attend coté SUISSE mais pour cela il me faut franchir le GRAND COL FERRET, la douleur est toujours là malgré le cachet anti inflammatoire que j’ai pris, pour le moment je n’ai rien dit à MARIE, elle continue de m’encourager via les SMS, je ne suis pas dans le dur, sans cette douleur…

Je m’arrête juste avant le ravitaillement pour essayer d’y voir plus clair, assis dans l’herbe à coté de spectateurs ne comprenant pas, je m’isole pour peser le pour et le contre, la balance à l’air de pencher fortement d’un coté, je décide tout de même de pointer et de profiter de la présence d’une antenne médicale pour avoir un avis d’expert, rapidement on me fait comprendre que continuer serait de la folie, je ne peux même pas toucher le tendon sans que cela ne déclenche un rictus de douleur.

Ma décision est prise j’arrête pour ne pas risquer plus grave, à ce moment je repense à tout l’investissement que nous avons fait pour préparer ce projet avec MARIE, que c’est injuste d’être trahit par son corps, il me faut maintenant lui annoncer, c’est avec des trémolos dans la voie et les larmes aux yeux que je lui fait part de mon abandon et de ses raisons, elle me réconforte me disant que j’ai pris la bonne décision, que ma santé doit primer, nous décidons de nous retrouver à Chamonix, je vous passe les détails du retour avec les navettes, tout une épopée, mais avant de prendre le premiers bus je dois envoyer un dernier SMS à AGNES lui indiquant mon abandon, je veux rapidement sortir de cette course, je n’ai plus rien à y faire, même si cela peu paraître banal, la réponse d’AGNES me fait un bien fou au moral dans ces cas là on se raccroche à des riens.

A COURMAYEUR je retrouve VAI LAY qui a abandonné peu après moi à ARNUVA, comme prévu MARIE m’attends à la descente du bus, son sourire, me regonfle un peu, et je me dis qu’il y a plus malheureux que moi, nous décidons de regarder l’arrivée de Guillaume LENORMAND, et de rentrer en ALSACE dès le lendemain, je n’ai pas le courage de croiser la joie des finischer, un dernier arrêt au col de la FORCLAZ pour voir passer les premiers de l’UTMB et encourager JULIEN et retour à la maison, avec un SMS de HAY DAVID qui lui aussi me réconforte, merci à KIKOUROU et aux KIKOUREURS, vous êtes tous fous mais c’est une bonne folie.

Après deux jours de réflexion et le suivi live réalisé d’une main de maître par AGNES, je retenterais l’expérience en 2009, mais ma préparation sera différente, totalement axée sur la CCC, peut être faudra t’il que je fasse des choix entre mes différentes activités de bénévolat, mais je sais maintenant que c’est à ce prix que je pourrais moi aussi franchir la ligne d’arrivée.

Encore un grand merci de m’avoir fait découvrir ce monde de l’ultra au travers de KIKOUROU, mes félicitations et le respect à tous les KIKOUREURS ayant fini la CCC ou l’UTMB et surtout à MARIE de m’avoir soutenu et encouragé, rendez vous l’an prochain pour tous ceux qui comme moi reste sur un gout d’inachevé.

Et désolé d’avoir été aussi long.

19 commentaires

Commentaire de benoitb posté le 01-09-2008 à 14:08:00

Qu'il doit être dur le moment où il faut se rendre à l'évidence que ce n'est vraiment plus possible alors qu'on s'est tant investi dans la préparation de cette course... Tu as géré la situation avec raison, et pourtant prendre LA décision doit être un véritable crève coeur, quelle que soit la douleur.
Bravo pour avoir essayé, bravo pour avoir su prendre la bonne décision, et bravo par avance pour la réussite lors de la prochaine tentative !

Commentaire de Zorglub74 posté le 01-09-2008 à 14:39:00

C'est difficile, mon beau-frère qui s'était entrainé également cette année pour la faire avec moi a dû ralentir après le marathon de Chamonix (grosse douleur au genou). Lors de notre dernière grosse séance fin juillet de nouveau mal au genou, IRM => kyste => pas de départ à la CCC.

La question suivante se pose étant donné qu'il était un peu dans le même cas que toi de reprise d'une activité intense après quelques années de relâche. Est-ce le surentrainement ?

Qu'en penses-tu ?

Commentaire de steffan posté le 01-09-2008 à 14:47:00

Pour ma part je ne pense pas que ce soit du à un sur-entrainement, j'ai tjrs été fragile des genoux, c'est d'ailleurs pour cela que je suis venu au vélo qui est un sport porté, de plus je n'ai jamais été adepte des entrainements musclés, avec l'âge j'ai appris à me connaitre et je sais que je dois accès sur le qualitatif, je crois que c'est plutôt la malchance que certaines pathologies se soit réveiller (comme le genou en début de saison)

Commentaire de Tercan posté le 01-09-2008 à 15:12:00

Dur l'abandon sur blessure... soigne toi et repars de plus belle !!!
Felicitations tous de meme pour ta course et ton recit !

Commentaire de mokujin13 posté le 01-09-2008 à 18:00:00

bravo pour ton récit qui pour ma part trés courageux et instructif pour les suivants ou autres volontaires pour la ccc 2009.Je pense aussi qu'il a etait plus sage de s'arreter un jour de course qu'une vie entiere de courir suite a un tendon foutu.Aujourd'hui tu peux envisager CCC2009 qui sait ce qu'il serait arriver si pas arreter.Allez courage et à l'année prochaine

Commentaire de Goldenick posté le 01-09-2008 à 18:27:00

Bon retablissement et tu vas vite repartir pour un autre (1/2...) Tour! Bravo pour ton CR!

Commentaire de Hay-David posté le 01-09-2008 à 19:04:00

Chapeau bas à toi Steph pour t'être présenté sur la ligne de départ avec un traitement à peine terminé!

Quel mental pour être allé aussi loin avec une douleur si intense. Malgré tout la raison l'emporte parfois sur la folie et tu as eu bien raison qu'est-ce que j'aurais fait d'un éclopé dans nos montagnes d'Alsace???!!! ;o)

Au plaisir de se revoir ne serait-ce que pour boire un coup en attendant la fin de ta convalescence...

Commentaire de la panthère posté le 01-09-2008 à 19:39:00

y'avait que ça à faire, ne sois pas trop décu! y'en aura d'autres!!!!!

Commentaire de titifb posté le 01-09-2008 à 19:56:00

Tu as pris la bonne décision. Même si ça a été un crêve-coeur. On apprend plus dans la "défaite" que dans la réussite. Tu repartiras plus fort.
Bravo à toi.

Commentaire de astra wally posté le 01-09-2008 à 22:21:00

Salut Stef, ton récit m'a beaucoup ému. Je sais que quand l'on est accroché à un rêve comme la CCC et qu'on essaye de s'y préparer bon an mal an on ne connait pas toujours la réussite. Avec ta blessure au genou cette année et ce tendon d'achille tu es allé au-delà la souffrance pour tenter de réaliser ton objectif et tu a toute mon admiration pour le courage que tu a eu à supporter la douleur. Certains pensent qu'il est inconscient de faire ce genre d'"preuve avec une blessure mais je sais, avec ma petite expérience de coureur, qu'on ne peut se résoudre a abandonner. Je suis très heureux d'apprendre que cette épreuve te motive pour réattaquer à nouveau l'an prochain la CCC et je te souhaite d'y réussir. Une pensée pour Marie qui a partagé ta prépa et qui t'a accompagné pour t'encourager et te soutenir jusqu'au bout. Je sais qu'elle a du ressentir la même déception que toi. Une grosse pensée à tous les deux et j'espère vous revoir bientôt (et pas que sur une course). En attendant je te souhaite un bon rétablissement et encore toute mon admiration pour ton courage.

Commentaire de bzh67 posté le 01-09-2008 à 22:21:00

Bravo à toi pour ton courage et ta volonté. Tu as pris la décision la plus difficile mais la plus raisonnable.
Merci pour ce récit qui fait bien passer tes émotions.

Commentaire de hagendaz posté le 01-09-2008 à 22:28:00

récupère bien et reviens vite!

Commentaire de tabuki posté le 02-09-2008 à 13:45:00

Hello coach ! Je suis désolée d'apprendre cet abandon mais certainement la solution la plus sage. Donc respect à toi ! Je ne connais pas cette course autrement que par des CR et je vois qu'elle n'est vraiment pas facile. Je suis sûre que tu arriveras à aller au bout de ton rêve ou de ta folie ;-) en 2009. Bravo à toi d'avoir été sage. J'espere vous revoir bientôt tous les deux.
Amitié à vous deux
Virginie

Commentaire de frankek posté le 02-09-2008 à 15:02:00

dur l'abandon ! mais bon...récupère bien pour repartir de plus belle.

Commentaire de Lolarun posté le 03-09-2008 à 00:17:00

Ton récit est le premier que je lis de ce we fou et je dois te confier l'avoir trouvé très émouvant. On y sent toute ta joie à l'idée de ce projet, toute ton envie et ton émotion au départ, et bien sûr cette immense déception et sans doute sentiment d'injustice en bout de parcours... bout de parcours pour cette fois. la déception transformée en détermination, rien de mieux pour manger du lion à l'édition suivante! Bonne récupération à toi et merci pour ce récit tellement humain.
Lola.

Commentaire de Loopinette posté le 03-09-2008 à 20:32:00

Ouaouh... Ouaouh... Quel force que d'avoir été aussi loin en ayant aussi mal...
Mais comme tu le dis, tu y retourneras l'an prochain. Ce n'est donc que partie remise !
Respect Stef... respect !

Commentaire de JLW posté le 04-09-2008 à 22:27:00

Un trail comme le CCC demande un grand investissement ce qui se traduit par une déception d'autant plus grande quand on ne peut pas terminer son projet. J'ai failli abandonner par 2 fois ce CCC et je pense mesurer ta déception, en même temps cette expérience va te servir pour la suite j'en suis sur et te permettre d'atteindre d'autres objectifs. C'est dans la difficulté que l'on fait le plus de progrès.

Commentaire de defi franck posté le 06-09-2008 à 15:06:00

Bonne récupération à toi,merci pour ce cr .

Commentaire de poucet posté le 24-04-2009 à 20:48:00

Eh ben, j'espère que tes ennuis de santé ne sont plus qu'un mauvais souvenir et que tu pourras venir à bout de cette CCC avec beaucoup de plaisir cette année ...
En espérant pouvoir faire un bout de chemin avec toi vers la Vallée des Lacs .... Probablement le plus beau et le plus difficile du massif vosgiens !!!
@+
Poucet

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran