Récit de la course : Le Défi de l'Oisans 2007, par Génep

L'auteur : Génep

La course : Le Défi de l'Oisans

Date : 28/7/2007

Lieu : Les Deux Alpes (Isère)

Affichage : 1926 vues

Distance : 200km

Objectif : Terminer

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Défi de l'Oisans 2008

Il s'agit d'une course par étapes qui emprunte le GR54 et qui parcourt les massifs des Ecrins et de l'Oisans.
Le défi comprend 200 km et 12 000 de D+ à parcourir en 8 étapes et 6 jours (dont 14 cols et 6 vallées).

 

 

(cf. le site officiel http://smag.over-blog.com)

J'arrive aux 2 Alpes le samedi avec Sandra, on rentre doucement dans l'ambiance du Défi. Il pleut.

Le soir, c'est le briefing qui annonce une belle et dure semaine en perspective !

Etape 1 / Jour 1 : Les 2 Alpes - Cluy / 14 km - 758 m D+ - 656m D-

11 km de marche non chronométrée pour apprendre à se connaître. C'est très bien et ça marche ! Nous mangeons à la Chapelle du Cluy, j'en vois déjà qui sont tentés par l'apéro proposé à la sortie de la messe !

Petit à petit, la tension monte et les visages se ferment avant cette première étape chronométrée.

Etape 2  / Jour 1 : Cluy - Le Chazelet  / 28 km - 1790 m D+

 

Nous partons sous un beau et franc soleil, je pars en dedans et je remonte régulièrement jusqu'au col de Sarenne qui se fait en courant. Première descente ensuite mal négociée, je me suis mal engagé et les bâtons me seront inutiles sur cette étape au profil « roulant ».

Sur le plateau d'Emparis, le panorama est somptueux avec en toile de fond la Meije. Je suis assez bien, sans forcer, j'en profite pour passer Arnaud qui est gêné par son mollet.

 

Seconde et dernière descente sur le Chazelet, pas beaucoup mieux et première douleur au genou gauche ...

 

Je termine 8 ième (de l'ordre d'arrivée) (pas de classements cette année et on est pas là pour çà ;), bonne première journée et bon ravito à l'arrivée J Les kinés nous refont une santé et surtout mettent déjà une ambiance de feu.

Le soir, on continue de faire connaissance et le pâté est top !

 

Etape 3  / Jour 2 : Le Chazelet - Villard d'Arène  / 4 km - 430 m D+

 

Départ groupé du Chazelet à 7h30, pour rejoindre La Grave d'où part la course contre la montre vers Villar d'Arène.

Bon là, Benoît Laval nous avait prévenu, tout le monde se dit : « je vais le faire tranquille pour garder des forces pour l'après midi », à la sortie, on est nombreux à l'avoir fait tambour battant !

Je m'éclate bien sur ce cross où je finis 6 ième.

 

Pas le temps de traîner, c'est l'heure  de manger, de tremper les jambes dans la fontaine et de repartir !

 

Etape 4  / Jour 2 : Villard d'Arène - Le Lauzet  / 21 km - 1 000 m D+

 

Encore une étape relativement roulante avec le col d'Arsine en unique difficulté. Je semble bien avoir récupéré du contre al montre et je pars assez vite. Le col se fait sous la chaleur en pleine après midi.

Pas facile mais je monte bien. Erreur d'aiguillage de ma part, j'allais louper le chalet où il faut pointer et se ravitailler, je perd quelques ùinutes dans l'histoire, rien de grave.

 

Je relance sur ce faux plat montant qui mène au col, tout va bien.

Ensuite, c'est le moment de basculer sur le Lauzet (près de Monetier), une superbe et longue descente nous attend au milieu des très nombreux randonneurs qui nous laissent gentiment passer tout en nous regardant avec des regards ahuris !

 

Je me fais plaisir aujourd'hui, Fabrice revient sur moi (excellent descendeur) dans un secteur plus technique, je résiste bien et je prends même quelques longueurs. Tiens !

Mais je sens mon genou gauche par moment.

 

Nous reprenons Yves, son collègue des Vosges. Sur les derniers 4 kms de faux plat avec des bosses à avaler, Fabrice lâche du terrain et je termine 5 s derrière Yves, en 8ième position.

 

Bonne journée mais à froid, mon genou me fait des misères, et je galère pour descendre le moindre petit escalier. L'essuie glace semble avoir parlé .

 

Deux jours déjà ultra positifs.

La soirée au Lauzet est vraiment excellente, c'est l'anniversaire de David (qui fait parti de la joyeuse tribu écossaise et anglaise) et son whisky remue bien !

Pierre le super osthéo et Rémi Mr logistique animent la soirée avec leurs accordéons ; Françoise et Xavier mettent le feu sur la piste !

On sent que demain c'est relâche.

Etape 5  / Jour 3 : Le Lauzet - Vallouise/ 26 km - 950 m D+

Comment je parle de relâche, c'est vite dit, 26 km de marche rapide groupée jusqu'au col de l'Echauda. Et mon genou qui tire déjà en montée.

En descente, les derniers kilomètres vont être vraiment pénibles, à serrer les dents tant le genou me fait mal. Je me pose beaucoup de question pour demain alors que c'est la grande étape.

La douleur est vraiment pointue. En discutant avec les deux docs (l'un coureur, l'autre organisateur), ils pensent qu'il faut que je tente, au pire le premier ravito est au bout de 8km et j'arrêterai là.

Cette marche a encore été l'occasion de discuter et d'avoir l'explication d'un guide du Parc des Ecrins sur ce magnifique massif.

Etape 6  / Jour 4 : Vallouise - La Chapelle en Valgaudemar  / 51 km - 3 100 D+

C'est la GROSSE étape du Défi, c'est un peu comme l'étape du Tour où peut se jouer le maillot jaune. Ici dans l'occurrence, c'est la deuxième partie du Défi, la plus costaud.

Je suis confiant au niveau de la forme, je récupère bien et les gels bio de Alain et Raidlight passent à merveille, aucun problème digestif et j'arrive désormais à bien m'alimenter.

L'inconnu est le genou.

Les départs se font échelonnés c'est-à-dire en 4 groupes en sens inverse du classement : à 5h ; 5h30, 6 h et 7h. Je suis dans le premier groupe pour 7h mais je vais demander à Patoche de partir plus tard à la vue des dégâts. Je veux finir. Merci Patoche ;)

Je pars avec Julien, Philippe, Martine, Jean Marc, Alexandra etc...

Les écossais mettent déjà le tempo ce matin, je pars mollo avec Julien, le genou va bien pour l'instant.

Je remonte doucement, les réunionnais font la course aujourd'hui, le terrain leur convient mieux !

Sous le col de l'Aulp Martin (2760 m), ça peut aller malgré un léger coup d'essuie glace au genou gênant. Mais le plus dur arrive : les descentes.

Je m'engage en douceur, Jean Marc et Alexandra reviennent le temps que je mette mon mp3. Je les suis un instant mais mon genou n'est pas d'accord sans que ce soit trop gênant. Je signe de suite si ça ne bouge pas.

Arrivée au premier ravito au Pré Chaumette (à mi course), aucune envie d'arrêter, ça peut aller. Je ravitaille peu de temps après Philippe, Alexandra et Jean Marc.

Le scénario va désormais être identique ces deux jours : je remonte en montée et je perds un temps fou en descente.

Je bascule devant Philippe en haut du second col, on s'encourage et c'est parti.

Mais au bout de quelques mètres, douleur vive, arrêt brusque, impossible de courir.

Je termine péniblement cette descente de 200 D- pour remonter au Vallonpierre dernier col de la journée avant une longue descente de 1500 D- et 17 km ...

La montée est pénible, j'appuie à fond sur les bâtons pour me soulager.

Le moral n'est pas là et encore moins dans la descente où je dois marcher en ayant l'impression d'avoir un clou dans le genou. C'est dans ces moments là que l'on pense aux proches.

Julien me reprend avec Alexandre, il a souffert jusque là, on s'arrête 2 min au refuge de Xavier Blanc. Je les laisse repartir.

 Je décide d'arrêter au dernier ravito, les dégâts sont là, j'ai déjà trop tiré sur le genou depuis deux jours je n'avance pas en descente.

Le moral en berne, ces kms qui n'avancent pas, cette chaleur qui tape. C'est magnifique mais je n'en profite pas.

Puis un groupe me reprend notamment avec Virginie. Il demande des nouvelles et j'essaie péniblement de courir, au bout de 2 min, la douleur diminue et je peux les suivre.Curieux.

Je reste avec eux jusqu'au dernier ravito où je devais stopper là. Mais tout va bien. La marche forcée depuis plus d'une heure semble avoir soulagé le genou.

 Au ravito, le doc nous dit de terminer doucement sur les 8 km de route en plein cagnard, et je ne pense plus du tout à arrêter !

 Martine nous rejoint, on part en courant, le moral est revenu même si je sais que c'est temporaire pour le genou. Nous sommes 5, Martine décide de faire le final (elle vaut un peu plus d 3 h au Marathon !), je la suis facilement, ces derniers kilomètres en faux plat descendant vont être avalés très vive allure.

 Nous passons la ligne ensemble et on se remercie mutuellement, elle de l'avoir boosté et réciproquement. Le temps m'importe peu, j'ai terminé.

 

Quelques minutes plus tard, je remercie le groupe qui suit, c'est en grande partie à eux si j'ai finis cette étape.

 Après l'étape, de l'eau, beaucoup d'eau, des tourtons (spécialités du coin), une bonne bière !

Je passe voir les kinés et les docs pour faire le point sur mon genou.

Pas très optimisite pour la suite, Jean Marc me propose de me faire de la mesotherapie pour soulager la douleur et limiter l'inflammation.Il me reste deux jours, je le laisse donc me soigner.

Le lendemain, c'est une étape assez courte mais soutenue.

Etape 7  / Jour 5 : La Chapelle en Valgaudemar  - Valsenestre / 31 km - 2 510 D+

 Un gros ratio distance/D+, une vraie étape de montagne. Nous partons en sens inverse du classement et en groupe.

Je pars notamment avec Arnaud, Marie, Philippe, Martine et Julien. Dans ma tête, c'est clair:  finir, ne pas se prendre au jeu de la course. Je pars donc avec Arnaud qui accompagne Marie sur cette étape et Julien.

Cool. La meso fonctionne, pas de douleur. Mais je sais que ça ne règle pas le problème de fond.

La première montée est longue et régulière, je la fais finalement tranquille mais tout en remontant beaucoup de monde. Je reviens sur Philippe avant le sommet. Enfin du plaisir, je vois Laurent05 de kikourou au sommet, sympa à lui de faire le déplacement pour la course !

Au col de Vaurze, Philippe m'encourage pour la descente pour le suivre, mais je veux la gérer pour ne pas tirer sur le genou. Ca va à peu près mais peu de temps avant le désert, une douleur croissante apparaît au releveur sur la même jambe !

Au ravito, Marion me demande des nouvelles, je lui parle de releveur, c'est pas étonnant, je compense en courrant. 

Je tombe au ravito avec Jean Louis,  Nicolas, Yves et Fabrice (mes compères de course du début du Défi avant mes problèmes) qui sont partis 30 min après, .

Je les suis pour le dernier col de la journée: Côte Belle qui est en plein soleil sans ombre sur le coup de 12h, ça va chauffer !

Je suis sans trop de soucis le groupe, c'est d'autant plus frustrant ! Mais le releveur tire de plus en plus.

Au sommet, Denis notre super photographe shoote au sommet. Je branche le mp3, quelques foulées en descente et douleur trop vive. C'est reparti pour 1 500 D+ de galère à serrer les dents. Encore.

 J'essaie de relancer sans succès, marche rapide donc. Ce sera mon credo avec quelques foulées de temps en temps jusqu'à l'arrivée dans le magnifique village de Valsenestre. Dans ma tête, c'est clair, je ne repartirai pas demain pour la dernière étape: trop de casse et plus de plaisir (en descente).

A Valsenestre, je relativise, j'ai fait le plus gros et le plus beau. On nous sert de la Chartreuse à l'apéro, des Crozets au repas .

La nuit est mauvaise, impossible de trouver une position correcte pour dormir, le genou s'y met aussi. En plus, je "refais" le match, frutration de ne pas prendre le départ mais certain de prendre la bonne décision (d'ailleurs on me l'a plus ou moins laisser entendre).

Etape 8  / Jour 6 : Valsenestre - Les Deux Alpes/ 18 km - 1 790 D+

La petite étape de fin avec l'aérien Col de la Muzelle. Je connais les derniers kms pour l'avoir fait en rando avant le Défi.

Je décide de partir avec Jean Pierre au ravito de Venosc pour donner un coup de main aux collègues coureurs et à Jean Pierre. Je les vois défiler, c'est surprenant de voir comme nous sommes dans notre course, concentrés et déterminés.

Je rejoins la ligne d'arrivée après la bataille, c'est mieux.

On va commencer par fêter tout ça autour d'une bonne pizza avec Philippe, Marie,Arno et Yves.

La pression retombe, tout le monde est satisfait d'avoir conclu son Défi (je me compte;) ). Ensuite une bonne bière, une bonne crèpe puis le repas où une grosse partie des coureurs reste.

Les Ecossais sortent le whisky, Patoche le rhum offert pour les réunionnais et Rémy l'accordéon ! Encore un super moment qui se prolongera tard sur la piste endiablée et arrosée d'un bar des 2 Alpes .

J'ai trouvé exactemment ce que j'espérai: une semaine de vacances sportives dans un coin magnifique, des gens de tout horizon et de belles rencontres. Le bémol: les blessures, mais c'est finalement pas le plus important.

Merci aux bénévoles et à l'organisation qui font un boulot énorme avec le sourire et l'efficacité et biensûr à tous les coureurs !

 

 

15 commentaires

Commentaire de agnès78 posté le 07-08-2008 à 20:21:00

alors j'attends la suite du récit... mais quelle aventure! merci de nous la faire partager!
bises
agnès

Commentaire de Arno_SMAG posté le 07-08-2008 à 21:24:00

pas mal les deux premiers jours mais bon tu t'es gouré de défi. 2007 au lieu de 2008 !! mdr.

Commentaire de Génep posté le 07-08-2008 à 21:41:00

Rahh je vais demander aux modérateurs de modifier ça :(

Commentaire de hagendaz posté le 08-08-2008 à 14:29:00

merci pour le partage de cette belle aventure

Commentaire de Arno_SMAG posté le 09-08-2008 à 15:57:00

Tu as dégusté dans la descente de Vallonpierre ... Bravo pour ton courage, ca te servira un moment ou a un autre !! Juste un petit truc tu as confondu Xavier Blanc et Vallonpierre. A bientot

Commentaire de la panthère posté le 10-08-2008 à 19:02:00

super ton récit...
bravo pour ton courage, pas évident de se faire embêter par un genou, on a tendance à se mettre dans une bulle et à moins apprécier le paysage, j'en sais quelque chose!!!!!j'espère que tes "essuie-glace" vont se faire oublier bien vite!

Commentaire de Pat'jambes posté le 10-08-2008 à 23:08:00

Superbe tour visiblement Genep!
Courage pour ton genou, repose toi bien.

Patrice.

Commentaire de patoche-smag posté le 12-08-2008 à 11:48:00

c'est bien Benoït, même avec ta blessure tu ne t'es jamais départi de ton sourire et de ta gentillesse. C'est pour des gens comme toi qu'on a envie de continuer à organiser cette épreuve.
A bientôt pour te refaire.

Commentaire de shaqui posté le 12-08-2008 à 16:01:00

Félicitations chtit frère :)

Commentaire de serre file posté le 13-08-2008 à 10:32:00

Bravo pour avoir dépassé le statut de coureur pour celui d'homme, en restant ouvert et souriant malgrè ta blessure. Si tu reviens, je te ferai un gel bionique qui te rendra incassable.

Commentaire de Philippe8474 posté le 14-08-2008 à 09:05:00

Salut Benoît

Super semaine en ta compagnie!
C'est bon de revivre le Défi par ton récit et encore bravo pour ta course malgré les blessures
C'était vraiment top!

A bientôt

Philippe

Commentaire de coach38 posté le 14-08-2008 à 17:30:00

J'ai eu aussi un soucis "d'essuie glace" apres un Marseille-Cassis et la sensation du clou dans le genou dans les descentes. Tout les grands champions sont passes par la ;-)!

Commentaire de Génep posté le 19-08-2008 à 18:23:00

Merci pour tous vos commentaires, notamment pour les Défiistes (ça te dit ;) ), les souvenirs sont bien gravés !

Alain, j'attends avec impatience ce super gel :)

Commentaire de Skynew posté le 26-08-2008 à 18:48:00

Mais t’avais pas l’air d’avoir mal aux jambes sur le dancefloor le dernier soir ;-)
Dommage car tu aurais pu l’avoir ce maillot jaune…
Ce n’est que partie remise !.
A+ pour de nouvelles aventures ;-)
Julien

Commentaire de Génep posté le 29-08-2008 à 21:41:00

J'oublie tout sur le dancefloor :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran