Récit de la course : Trail du bout du monde - 32 km 2008, par patounet56

L'auteur : patounet56

La course : Trail du bout du monde - 32 km

Date : 6/7/2008

Lieu : Plouzane (Finistère)

Affichage : 2241 vues

Distance : 39.5km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail du Bout du Monde 2008

 

           Samedi 11h00, départ pour le Finistère alors même que le TOUR de FRANCE doit passer à 200 mètres de la maison le dimanche à l' occasion de la seconde étape AURAY-ST BRIEUC. Le coffre plein à craquer, nous prenons la route accompagnés pour le week-end des beaux-parents ( ils veulent découvrir l' ambiance et l' esprit trail !!!! ). Après 2 heures de route nous arrivons à la pointe ST MATTHIEU lieu d' arrivée de la course sous le soleil avec un vent violent !!!! La tente installée près du camping-car, mon dossard retiré ( N° 224 ) place à une petite ballade en bord de mer avec les enfants ... La soirée se passe tranquillement devant une assiette de pâtes complètes et de viande blanche alors même que mes supporters dégustent une bonne paêlla accompagnée d' une bonne bouteille !!! Mon choix est rapidement fait se sera de l' eau plate au repas !!!!! Place ensuite à une bonne nuit sous la toile de tente avec Matéo.

         Lendemain matin réveil 6h15, les nuages de la veille ont  laissé place à un ciel sombre et pluvieux: le force du vent semble encore plus soutenue annonçant des conditions de courses difficiles. De la même manière les conditions ne sont pas optimales pour mes accompagnateurs même si ma tendre épouse s' accomode de la pluie depuis le marathon de La Rochelle 2008 et même de la boue ( Guerlédan 2008) !!! Mais n' oublions pas que nous sommes au Bout du MONDE !!!! Place maintenant à un copieux petit déjeuner dans le camping-car ou tout le monde dort encore.Rapidement je suis surpris par le calme ambiant en dehors ( pas d'arrivée de voiture, départ de nos voisins camping-caristes ) quand un membre de l' organisation m'explique qu'en raison des conditions météo l' arrivée est déplacée à la salle omnisport de PLOUGONVELIN. Place au démontage express de la tente .... Arrivée sur le parking à proximité de la salle je suis quelque peu déçu du fait que les enfants ne pourront profiter des animations promises. Place maintenant à la préparation de la course: j' opte à la vue de la météo ( pluie et vent ) pour un haut à manches longues ( judicieusement prévu la veille ). En ce qui concerne mon ravitaillement perso ce sera porte-bidon rempli d' eau, 3 gels anti-oxidant et 3 barres énergétiques ( le tout glissé dans la petite poche prévue à cet effet ).Je m' équipe également pour la première fois en course d' un cardio et d' un podomètre POLAR.Pour rejoindre la ligne de départ je renonce à la navette: STEPH et JEAN ( mon beau-père ) m' accompagnent en voiture afin d' assister au départ de PLOUZANE ( 15' de trajet ).  

        Après un petit quart d' heure d'attente sous la pluie nous voilà réuni au centre du vélodrome pour un petit brieffing des organisateurs mettant en garde notamment ceux qui parmi nous jetteraient des emballages.... On nous informe également des modifications de parcours inhérentes aux conditions météo avec une fin de course rallongée après le passage au pied du phare ( un parcours en sous bois diminué en début de course laissant place à 4 kms de sentier plat sur le final ) si bien que  je ne connaît même pas la distance réellement à parcourir... Un peu plus de 35 kilomètres voir davantage. 9h45 nous voilà lachés pour une longue ballade iodée en bord de mer, avis aux amateurs.....J' ai proposé à STEPH avant le départ un point de passage à la plage du TREZ HIR vers 11h00 pour les premiers ( selon mon estimation ).  

 

tbm_2.jpg

 

 

       En attendant une première partie alternant chemin et route permet au peloton de s' étirer. J' opte pour un départ prudent conformément à mon plan de course établi en tenant compte de mes erreurs de l' an passées sur cette même épreuve ( départ trop rapide à une moyenne de 12 km/h !!!! avant d' aborder le sentier côtier). Les averses sont soutenues la première heure même si le vent ne nous pénalise pas encore sur cette partie du parcours. Nous abordons enfin  une première difficulté en sous-bois: une montée relativement abrute et longue dans laquelle nous nous croisons : certains montent alors même que d' autres plus rapide en finissent avec la descente !!! En sortie de sous bois place au bord de mer : l' accès se fait par un long escalier pentu dans lequel nous grimpons marche par marche l' un derrière l 'autre ( certainement  plus de 50 marches à gravir ). Mes sensations sont bonnes : je garde ma stratégie de course en tête: en référence à l' an dernier sur ce même parcours ( sous un soleil radieux et une chaleur estivale ) j' ai décidé que ma course ne débutera réellement qu' au bout de 2 heures de route....Le sentier est agréable pas trop boueux malgré les dernières pluies. La vue est quant à elle énorme avec une mer déchainée !!! Le vent ne me gêne pas trop pour le moment . Le parcours n' est qu' une succession de montée courtes, plus ou moins abruptes, de descentes rapides et techniques à flanc de falaise, de marches d' escaliers ... Les kilomètres s' enchaînent sous la pluie et le vent. Les organisateurs nous font même visiter un phare : nous nous croisons à nouveau les uns descendant, les autres remontant après avoir fait le tour du phare avançant sur la mer : frissons garantis.

tbm_2008_1.jpg                            tbm_3.jpg

    Petite frayeur un peu plus loin dans une descente rapide: un mauvais choix de trajectoire et je manque de  me tordre la cheville dans une ornière. Aussitôt , le traileur qui me suis prend de mes nouvelles ( sympa l'esprtit trail n' est ce pas ??? ) . Plus de 2 heures de course , il me tarde un peu d' arriver sur la plage du TREZ HIR que l' on devine au loin , point de ravitaillement solide et présence de mes petits supporters . En attendant au sortir d' un chemin je pointe aux environs de la 159 ème place selon les calculs d' une jeune spectatrice ( attention à ne pas s'enflammer , l' arrivée est encore loin même si pour l' heure cette position me conforte dans ma tactique de course).

  tbm_4.jpg

           Arrive maintenant la descente vers la plage: passage à marée basse sur le sable à travers les algues et les rochers. J' aperçoit rapidement au loin STEPH et les enfants. TITOUAN et MATEO se joignant à moi pour parcourir main dans la main quelques dizaines de mètres jusqu' au ravitaillement. Quel bonheur de partager de tels moments avec ses enfants !!!! J' avale ensuite quelques verres d' eau tranquillement et quelques morceaux de bananes préférant renoncer aux boissons et barres énergétiques qui nous sont proposées . Aprés avoir échanger quelques mots avec STEPH sur mes sensations et la suite de la course sans oublier les bisous aux enfants, je m' apprête à repartir au bout de 5 petites minutes (je manque d'oublier de compléter mon bidon en eau !!!! ) Je repart alors même ma montre indique 2 heures 30 de course. J' aborde cette seconde partie du parcours avec de bonnes sensations tout en connaissant les risques d' une seconde moitié de course sur ce genre d' épreuve ....  

            Je quitte la plage seul à petites foulées, relançant aussitôt : nouvel escalier, nouvelle montée, vent de face ... Nous sommes maintenant éparpillés le long du sentier côtier. Je rattrape rapidement plusieurs concurrents pour qui la fin de course s' annonce un peu plus difficile. Ma montre m'indique un rytme de 10 km/h sur les portions les plus plates ce qui me satisfait pleinement . Dès lors il me faut tenir ce rythme jusqu' à la fin de course. Rapidement l' on aperçoît le phare de la pointe ST MATHIEU sous les nuages. Ce dernier peur désormais se rapprocher de nous plus ou moins rapidement selon l' allure de chacun ! Mais attention il ne marquera pas la proximité de la ligne d' arrivée comme l' an dernier : il me faut garder bien en tête cette idée au risque de connaître une fin de course délicate. Les spectateurs se font rares sur cette partie du sentier ( comme sur l' ensemble du parcours d' ailleurs ) en effet il fallait être courageux en ce dimanche matin pour braver une météo digne d' un mois de novembre .

           Moins de 3h30 de course me voilà à l' approche du phare, sous les encouragements. Les organisateurs nous font traverser la route face au restaurant ( la carte est alléchante !!! ) mais je n' ai pas le temps de m' y attarder ( une prochaine fois ). Nous entamons la partie finale faite de longues lignes droites à travers champs ( le sol est dur et en cette fin de course les appuis deviennent plus douloureux ) Je maintient mon rythme de 10 km/h à petites foulées en l' hydratant régulièrement :  le soleil fait de brêves apparitions.Je poursuit mon ascension au classement car en chemin certains concurrents souffrent visiblement de crampes: je propose mes services à l' un d' entre eux qui allongé par-terre semble souffrir , mais il vient d' être pries en charge par un de ses collègues: je poursuit mon chemin . Au loin l' on distingue la salle omnisport ou se situe l' arrivée, quelques spectateurs ont remonter le circuit en sens inverse, nous encourageant pour la fin . Dans les ultimes virages je rattrape un concurrent : nous improvisons un semblant se sprint à faible allure : je ne peut pas fournir cette dernière accélaration !!!! La ligne d' arrivée se rapproche alors même que je cherche du regard mes petits supporters : je ne les trouve pas parmi la foule éparpillée autour du stade ???? Ou sont -ils ??? 3h54 de course , je franchi la ligne d' arrivée, satisfait d' en avoir finit. Le speaker annonce mon arrivée :je suis ravi. Le concurrent qui me précède sur la ligne m' adresse une franche poignée de main : et oui nous sommes à l' arrivée d' un trail et l' on y retrouve cet état d'esprit . En attendant ou sont passés mes supporters ???? Quelques étirements plus tard je décide de rejoindre le camping-car garé non loin du stade en trottinant : j' aperçoit ma  femme qui fait activé sa petite troupe de craindre de louper mon arrivée : c'est chose faite : STEPH est très déçue et donne quelques explications à son père qui termine tranquillement  son café " Tu vois, je t' avais dit que l'on allait manquer l' arrivée de PAT !! " A souligner également la déception de TITOUAN et MATEO. Dans la bonne humeur et les embrassades  je donne mes premières impressions.

        Avant la douche nous rejoignons ensemble la salle omnisport : tout y est réuni pour notrte confort ( boissons, repas offert , stands équipementiers , massages ... ) Félicitations aux organisateurs qui ont su se prévenir du mauvais temps et penser à notre confort ( seules manque cette année les animations destinées aux enfants ). Douché, rassasié grâce au plateau repas pris dans l' ambiance fanfare il ne me reste plus qu' à consulté le classement avant de reprendre la route : là, surprise , point de dossard 224 à l'arrivée !!! Après avoir consulté pendant 5 bonnes minutes les divers classement,  même constat : je n' y suis pas !!! Erreur informatique ???? Certain d' avoir franchi la ligne d' arrivée sur mes 2 jambes je rejoint décidé la caravane proche de la ligne : dans la bonne humeur les organisateurs me réintègre dans le classement final à partir de mon temps de course à la 111 éme place. Satisfait de mon temps et de ma course, nous quittons vers 16h00 , la pointe Finistère pour 2h30 de route vers la maison .

   BRAVO AUX ORGANISATEURS et aux COUREURS et MERCI à mes supporters ( même s' ils ont manqué mon arrivée ). A noter la distance réellement pacourue : plus de 39 kilomètres . Place à la récupération en attendant le prochain trail le 2 août  prochain : 35 kms du BUGUL NOZ à INGUINIEL ( organisé par CH MALARDE second aujourd' hui ).

 A +++ PATOUNET 56

                 

       

 

3 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 09-07-2008 à 15:38:00

Bravo Patounet ! J'ai été trop lent pour te voir. A plus dans un autre trail de la belle Bretagne !

Commentaire de Mustang posté le 09-07-2008 à 20:44:00

bravo pour ta course!

Commentaire de gdraid posté le 12-07-2008 à 11:50:00

Merci patounet56 pour ton récit d'une course dans ta Bretagne du bout du monde, où le vent, la pluie, et le ciel gris, n'enlèvent rien à la beauté magique des lieux.
Seule la Normandie, enchante autant en toutes circonstances...
Bravo pour ta course à 10km/h sur un parcours de 39km bien difficile !
JC

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran