Récit de la course : Grand Duc de Chartreuse 2008, par cga2

L'auteur : cga2

La course : Grand Duc de Chartreuse

Date : 29/6/2008

Lieu : St Laurent Du Pont (Isère)

Affichage : 926 vues

Distance : 80km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Vive la Chartreuse...verte...

 

5 mai 2008

Le message d’ADTC est on ne peu plus clair :

«  Bonjour,

Nous avons bien enregistré votre inscription pour la course du Grand Duc qui aura lieu le dimanche 29 juin 2008 à St Laurent du Pont.

Rendez-vous la veille, le samedi 28 juin, pour le briefing de course et la distribution des dossards.

A bientôt.

L'Office de Tourisme de St Laurent du Pont. »

 

Steph, l’instigateur de ce petit défi en à mal au genoux rien que d’y penser. Le duo de choc est reconstitué, comme en juin 2006 pour certaine Belledonne 2000.

 

28 juin 2008

 

On ne peu pas dire que le printemps nous à gâtée, il ne fait chaud que depuis une semaine et demi, demain ça va être terrible, les 2 sorties en pleine chaleur de la semaine dernière n’ont pas été très convaincante.

 

Steph est en grande forme, les chronos sur nos terrain de jeu favoris (PDF, Faita, Baure et autre) sont là pour en attester, de plus JF prendra le départ en même temps que lui, rien de telle pour faire monter la pression. Bien entendu l’objectif « officiel » et de terminer mais dans nos têtes il est ailleurs…

 

Récupération des dossards et briefing en fin d’après midi de ce samedi bien chaud, les copains sont là aussi Olivier C, JF, Jerome qui aura bien caché sont jeu (duo / relais à 5…), Olivier G qui fait équipe avec Christine, Serge, Bibi et d’autre encor,

Je suis déjà dans la course, ça fais une semaine que j’étudie le profils de mon relais que je connais par cœur d’ailleurs, les temps de passage à chaque ravito, les pourcentage des pentes la « roulabilité » des chemins etc

 

29 juin 2008

 

Je n’ai pas très bien dormi, comme d’habitude à la veille d’une course. Je récupère Steph à 4h45 et nous voilas partie pour St Laurent du Pont. J’ai prévue de re dormir un peu dans la voiture car si tous ce passe bien je vais démarrer vers midi. Steph est prêt, JF aussi, on croise Olivier C qui s’échauffe.

 

6h00, le départ et donner, Olivier et déjà devant dans les lacets de l’hôpital, Steph dans la roue de JF. Je discute 5 min avec un autre Olivier puis prends la voiture direction Saint Pierre d’Entremont ou j’ai prévue de dormir un peu avant le passage des coureur.

 

7h43, c’est le passage du 1ier solo qui me réveille, je me rapproche du ravito en encouragent les coureur, 20 bornes au compteur déjà pour eux.

 

Vers 8h15 je vois débouler Olivier, 1ier duo et déjà loin devant les autres puisque il faudra attendre près de 20 min pour voir arriver le second. 20 km, 20 min respect….

 

Puis JF arrive, ravito vite expédier, et enfin Steph 10 min après, les gestes sont précis, pas de mots inutile, on se croirais lors d’une manip de ski …

 

Je repends la voiture pour monter au Desert.

 

J’y arrive en mais temps que le premier duo, puis m’installe sur la parking pour me prépare, en attendant le passage de Steph. J’en profite pour prendre mon petit dej, puis de m’enduire de NOK, au point stratégique. JF fini par arrivé, puis repart aussitôt lorsque je vois Steph qui arrive : «  aller c’est bien, JF est là, à 2 min maxi, t’as 30 min d’avance sur le timing c’est tout bon » est il repart déjà.

 

Epernay, les arrivée des solo ce succède, 11h30, j’attend l’arrive de JF, qui sera le signale que Steph n’est pas loin. 11h57, « 312 » crie le contrôleur, merde, mais c’est pour moi ça, Steph a passé JF, il doit jubiler…

 

Une tape dans les mains, les clés de la bagniole change de main, et voila c’est partie, les escaliers, puis surtout ne pas ce prendre les fils de fer dans la chicane dans le premier pré comme il y 2 ans.

 

Je rattrape et double beaucoup de solo dans cette première partie le long du Cozon, c’est plutôt roulant et frais. Mais déjà le polar me rappel à l’ordre, 12 min de course il faut s’hydrater, je marche en tirant 2 gorgée sur la pipette, trop peu.

 

Puis c’est la première petite montée, je marche, et même dans les bois il fait chaud. La descente sur St Pierre d’Entremont est une formalité, m’hydrate (trop peu…) au ravito, grignote qq banane et repart.

 

Cette section jusqu’au ravito du Planolet et pour moi, celle que je redoute la plus, je ne suis pas un coureur à pied. Qu’importe je débranche quelques neurones et fini par arrivé à St Philibert puis enfin le parking du Planolet ou Steph arrive en même temp.

 

Petit mot d’encouragement «  Tu vas trop vite, j’arrive pas à ta suivre avec la voiture… ». Puis j’attaque la piste de ski bien raide. Le petit air d’accordéon au sommet me rappelle la Pierra Menta.

 

Je jette un œil au cardio, 96 % de FCM !!!!!!! Putain mais je suis un grand malade, je ne vais tenir longtemps à ce rythme là. Je viens de faire toute la montée depuis Entremont à une moyenne de 89% de FCM. Je ne m’en suis même pas rendu compte, peut être l’excitation….Je calme le jeu dans la descente sur St Pierre. Mais je sens que le mal est déjà fait, j’ai de la peine à m’alimenter et à m’hydrater.

 

Je prends un peu plus mon temps au ravito de St Pierre. Steph m’annonce que nous devons être 7 ou 8, je lui annonce 5 comme ma la dit le contrôleur du au sommet du Planolet…

 

La sanction tombe dans les premiers hectomètres de la montée au Charmant Son. Je suis scotcher, je n’avance pas, je me force à boire et me nourrie mais rien n’y fait, je me fait doubler par l’équipier de JF qui m’encourage et repart en trottinant sur cette piste en faut plat alors que moi je suis obliger de pousser sur les bâtons pour avancer.

 

Je marche sur la route des Revols, je me sens chaud, je frissonne, Steph est là il m’encourage, je tente de manger un peu au ravito, mais rien ne veux passer même pas le sportenin. La suite jusqu’au Charmant Son sera terrible, c’est pourtant un sentier magnifique avec des racines, des grossssses marches un vrais sentier de montagne quoi. Les crampes sont là, je fais quelques poses ici et là, puis c’est le goulet d’Orgeval et sa foret clairsemé selon Volo (cf Toponeige Aravis, Bauges, Chartreuse édition Volopress, souvenir d’une sortie de ski avec Steph…).

 

Steph m’attend dans la prairie, m’encourage, me dit de prendre mon temps, je n’arrive toujours pas à avaler quoi que ce soit, mais ici la température et bien plus agréable.

Je pars du ravito. L’idée d’abandonner ne me vient même pas à l’esprit, je sais que physiquement je peu le faire. Je me force à manger une banane sécher…qui passe puis une deuxième dans les 50 m avant la descente du Charmant Son. J’arrive même à m’hydrater.

 

J’entame la descente prudemment puis fini par laisser rouler. J’aime ce terrain, très technique, des pierres qui roulent.

Je revit, la température à du chuter de 10° au moins, et l’orage me cueille dans la montée au col de la Sure. Le terrain devient bien glissant sur cet piste défoncer par les forestiers. L’orage ne dure pas.

Je m’hydrate et mange régulièrement au son du polar depuis le Charmant Son. La descente sur St Laurent ne serra finalement qu’une formalité, ça à du bon de s’entraîner toute l’année sur ce type de terrain.

 

Je plie les bâtons au dernier point d’eau pour les 4 km de route restant. Je compte dans ma tête histoire de ne pas trop réfléchir et de garder le rythme, je n’ai pas mal aux jambes.

 

Steph et là en haut des derniers lacets, il m’encourage, nous discutons, les escaliers, les gens qui applaudissent, la ligne, voila c’est fini. 6h48, 44 km, 2200 m D+.

 

En conclusion je dirai

- qu’il ne faut pas ce laisser griser par la couse, mon manque de rigueur (nutrition, hydratation, FC) du début de course m’a coûter au moins 20 min dans la monter du Charman Son,

- ce que tu manges à l’entraînement, en course tu mangeras, vive la banane séchée

- et puis surtout quand tu es au plus mal c’est le mental qui fait la différence…

 

Merci aux organisateurs, aux bénévoles, un grand coup de chapeau a tous les solos finisseurs ou non et à l’année prochaine.

5 commentaires

Commentaire de le_kéké posté le 03-07-2008 à 11:17:00

Merci pour ce récit, on dirait ma course (cf mon CR), même relais, même départ trop rapide et même crash total dans la montée vers le Charmant Som, tout pareil.
Sauf que moi c'est pas trop revenu non plus dans la descente finale :-)
Bravo en tout cas car malgré la défaillance tu as fait un temps tout à fait correct.
C'est marrant car moi aussi je m'entraine beaucoup du coté de Baure, la faita, col du coq et dent de crolles, au plaisisr de se rencontrer dans ce coin un de ces 4.

A+

Le kéké

Commentaire de cga2 posté le 03-07-2008 à 12:33:00

salut le_kéké

Merci pour tes commentaires, bien sympa ton cr aussi.

J'ai pris une grosse leçon de gestion de course dimanche ;-)

Peut être un de ces jours au détour d'un sentier Chartousain...

Commentaire de Davidou le minou posté le 03-07-2008 à 12:46:00

Bien joué ! T'en as chié, comme tout le monde ce jour là :-) Et t'as tenu bon jusqu'au bout. C'est vrai que ta course ressemble à celle du Kéké.

Bonne continuation,

David.

Commentaire de LtBlueb posté le 03-07-2008 à 22:12:00

sans doute le binome de mon collègue Steph ? :)) un Steph qui suit un Jeff et le repasse peu avant Epernay, il ne doit pas y en avoir 36 :))
départ un peu rapide effectivement qui se paie cash sur un tel relais... pas facile en solo de se faire doubler par tous les duos ... inversement ca ne doit pas être facile à gérer coté duos : du genre , tiens vla un solo , il a deja 40 bornes dans les pattes, si je ne double pas en l'enrhumant, je suis une bouse :)))
en tout cas bravo pour ta course et merci pour ton récit !

Commentaire de Génep posté le 06-07-2008 à 16:06:00

CR qui ressemble aussi au mien, trop rapide au début et tu l'as payé comme moi ensuite !

Belle course en relais, je suis arrivé quelques minutes avant ton coéquipier sur le premier relais.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran