Récit de la course : Trail de Faverges - 42 km 2008, par benboulz

L'auteur : benboulz

La course : Trail de Faverges - 42 km

Date : 14/6/2008

Lieu : Faverges (Haute-Savoie)

Affichage : 1737 vues

Distance : 42km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon cr à moi que j'ai de faverges 2008

Arrivé la veille à Annecy, je me balade avec une petite pause au ciné Décavision.
Le soir, je retrouve Nico, Thierry et Estelle.
Grosse bouffe 'un peu' alcolisée. On dormira mieux avec un coup dans le nez

Les dernières nuits ont été difficiles, gamins, travail etc ...
Je ne suis pas en super forme, mais c'est encore correct.
Les semaines d'entrainement avec le coach se passent bien, même si je ne respecte pas à la lettre les séances.

Cette course sera donc un bon moyen de savoir où j'en suis (objectif : le grand raid de la réunion).
Samedi matin, réveil à 5h.
Petit dèj' et hop, on passe chercher Thomas à Annecy le vieux.
Arrivés à Faverge, retrait des dossards, puis préparation.
Pas la peine de faire un 'warm-up', on aura 42 km pour être chaud.
Je retrouve Eric74 qui heureusement a sa casquette Kikourou.

Il fait beau, bien que quelques nuages soit sur les sommets.

Et c'est parti !
J'essaie d'aller vite au départ afin d'éviter le bouchon sur le premier mono-trace.
C'est payant, pas de bouchon, à peine un ralentissement.

Première montée en sous-bois, tout se passe bien, les sensations sont là.
J'ai décidé de ne pas trop 'gérer' la course comme à mon habitude.
J'essaie donc d'appuyer un peu plus.
On discute avec Eric et d'autres coureurs, l'ambiance est bonne.
On sort des sous-bois, pour attaquer la dernière pente avant le sommet du télésiège.
Pas trop chaud.
On commence à bien marcher .

Arrivée à la Sambuy !
Descente casse-patte dans les pierres.
Je fais un pause pipi/lacets, Eric en profite pour me doubler, le filou !
Cette descente m'a fait un peu mal.
J'arrive au ravito en 3h05.

Je me goinfre de tomme de savoie (avec la croute s'il vous plait!), je remplis la poche à eau, mets un peu de sucre dedans et hop c'est reparti.
Je reste 3 minutes environ.

Gros coup de mou à cette 2eme montée.
Je me traîne, me fais doubler, mais j'avance toujours.
Le grand vide interstellaire ...

Petit à petit ça revient, je double de nouveau en montée.
Les sous-bois encore, ça glisse pas mal.

On sort des sous-bois, un peu de brume, j'ai presque froid, je remets les manchons sur les bras.
On arrive au gros point d'eau.
Pas de pause, il ne fait pas chaud, donc je bois moins.
Thierry m'interpelle juste avant le col.
J'étais persuadé qu'il était devant moi.
On entame la descente sur la maison forestière.
J'ai la caisse, le coup de mou est parti, je n'en ai plus souvenir.
Je double, je double, je double.
Arrivée à la maison forestière en 4h51.
Un verre d'eau et hop c'est reparti.
On entre de nouveau dans les sous-bois. Ca redevient gras.
On croise quelques sabots de vénus. Pas très épanouis d'ailleurs.

De nouveau un coup de mou.
Je me fais doubler avant d'arriver à la Sarve.
Aie Aie Aie.
Je fais une pause au dernier point d'eau.
J'ai des ampoules aux talons, je me badigeonne de NOK afin d'éliminer les frottements.
Thierry me double.
Et on entame la dernière et terrible descente.
Arrivé au panneau 8,5 km, j'appuies un peu plus.
Et je double et je double ...

A certain passage, c'est très gras, faut faire gaffe, la gamelle n'est pas loin.

Comment on fait les premiers pour passr vite dans ces passages ???

Changement de parcours par rapport à la dernière édition.
On suit la route forestière qui est bien plate donc chiante.
Cette rallonge n'apporte rien au parcours, c'est juste pour atteindre le marathon.
Dommage, on aurait pu faire mieux.
Pas grave.
Je passe au dernier pointage à en 6h33.
reste 2,5 km.
Et hop, j'appuies encore un peu plus.
Lors de la descente, j'attends une cavalcade infernale derrière moi.
En effet, 4 gus se ruent sur moi.
Je ne veux pas me faire doubler.
J'appuies encore.
On sort du mono-trace pour arriver sur le goudron.
Aie Aie Aie, c'est dur le goudron.
Le dernier km est donc long et difficile (c'est plat et goudronné)
Je finis tout sourire en 6h49.
Pari gagné : moins de 7h !

Merci l'entrainement !

Une belle course, mais dure, mais belle, mais dure, mais belle ....

 

Il est temps maintenant de se jeter sur la tartif' et de boire de la bière .. 

3 commentaires

Commentaire de eric74 posté le 18-06-2008 à 20:32:00

héhé bravo man !

félicitations encore pour ton objectif battu !!

a une prochaine

Commentaire de Pat'jambes posté le 18-06-2008 à 20:41:00

Courir 6h49... Premier ravito au bout de 3h05...Ca me laisse rêveur!

Bravo!

Commentaire de laurentdu01 posté le 18-06-2008 à 21:37:00

joli récit et belle course! encore bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran