Récit de la course : Les Foulées de Beauregard - 14 km 2008, par vial

L'auteur : vial

La course : Les Foulées de Beauregard - 14 km

Date : 15/6/2008

Lieu : St Genis Laval (Rhône)

Affichage : 1000 vues

Distance : 14km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le chamois entraperçu sur la course de Beauregard

Il avait été signalé plusieurs fois cette semaine aux infos régionales, il avait été vu plusieurs fois vers le campus de l’Insa-Lyon ou dans le parc de la Feyssine à Villeurbanne Sur la piste du chamois de Villeurbanne : Lyon en direct). Mais Le chamois court  toujours…..Une autre bête a été signalée sur le beaujolais. Alors était-ce celui du Beujolais ou de Villeurbanne présent sur la course ? Plusieurs indices me font penser que ce serait plutôt celui du Beaujolais. En milieu de semaine, non content de défier la force publique, le chamois apparemment très intelligent annonçait carrément sa venue sur la course de Beauregard. Mais la bête semblait épuisée, non par sa traque sur Villeurbanne, mais de son long périple depuis Villefranche sur Saône, puisqu’une indiscrétion sur le site de Kikourou signalait sa présence possible sur Beauregard, mais sur un circuit réduit. Il est vrai que Beauregard s’élance depuis un stade aux pelouses verdoyantes, pour ensuite quitter la ville par de larges avenues lui permettant de gambader en toute sécurité, grimper ver le cimetière par quelques rues ardues, et filer sur une zone boisée  et de sentiers au milieu des champs avant de revenir dans un superbe parc agrémenté de bassins lui permettant de se désaltérer en toute quiétude après l’effort.

Poussé par la curiosité je me décidais donc cette fin de semaine à m’inscrire à Beauregard, renonçant à m’y rendre si le chamois était capturé entre temps.

Me voici donc bientôt sur la ligne de départ, 7,5 km et 14 km réunis ensemble. Après un rapide instant de pensée pour un organisateur local, actuellement en course à pied pour rejoindre Pékin (mais que vont-ils foutre tous à Pékin ??), coup de pistolet et pluie de papier doré pour s’élancer, papier doré pour redorer un peu une météo plutôt grisaille. Très vite JIHEL disparaît de ma vue, alors qu’il m’avait annoncé qu’il « était prenable » aujourd’hui car ayant pas mal donné à l’entraînement. Tu parles «  aussi prenable q’un  chamois en banlieue lyonnaise » puisqu’il terminera 9 ou 10ième après avoir vaillamment défendu son statut de dernière année V1 contre une équipe de jeunes loups venus de l’ESL (Entente Sud Lyon)., Il faut dire que Jean-Louis fait référence sur les courses lyonnaises…

Le premier km se fait rapide (4mn10 s) compte tenu d’un départ en montée. Pas trop mal placé, je me sens pas très en forme les jambes un peu en coton, m’étant placé sur la ligne juste après quelques accèl de dernière minute. Un première belle côte je ne suis pas encore trop mort,même s’il s’agit de la rue du cimetière. Pas de ticket d’entrée donc et on file tout droit. Encore quelques montées ou faux plat, et on plonge sur une route de campagne, lieu de rencontre l’an passé d’un escadron de gendarmes  engagés sur la course, que j’avais remercié de ne pas avoir planter de radar à cet endroit malgré notre vitesse (relativement) excessive !! Aussi peu souriant que ceux rencontrés ce mardi à Paris en fin de manif (mais sans bouclier, ni gants et matraque) je les avais semés rapidement car n’ayant comme seul papier sur moi un carré de papier sur la poitrine avec un numéro, je craignais qu’ils prennent celui-ci comme un matricule..De là à penser que je suis un sacré numéro, il n’y a qu’un pas. Changement de pas car virage sec à droite et une belle montée en sous-bois avec appuis sur restant de béton parsemant la grimpette (peut-être pour permettre aux 4x4 citadins de s’échauffer lors de leurs virées dans la campagne ?). puis succession de petites zones montantes ou plates, dans une zone sympathique de sentier boisé. Sortie sur un plateau au milieu des champs pour me faire déposer par deux potes de lAssociation feyzinoise d'athlétisme.
Un petit coup au moral  car je sens bien qu’aujourd’hui je ne suis pas au mieux de ma forme. Il est vrai qu’il n’est guère raisonnable d’aller faire comme préparation un petit tour à Paris le mardi (en bus départ 6h retour minuit avec petite ballade dans la capitale…) et un petit resto mercredi pour fêter dignement le départ de
 bibiche qui va voguer sous d’autres cieux, nouveau caldoche sur le-caillou. Pour l’instant c’est « vogue la galère » et non pas « Alizés » mais plutôt « allez-y » car il faut bien avancer, encourager par les randonneurs présents sur le circuit. Une descente assez raide en trois virages secs et laissons la droite aux petits joueurs pour filer à gauche toute. En avant toute pour un deuxième tour de manège on a gagné le pompon !! je file tant bien que mal (plutôt mal d’ailleurs) derrière quelques uns qui m’ont dépassé ( mais stabiliserait ensuite les 3 places perdues). Rebelote survie proche du cimetière, et je commence à émettre des ahanements réguliers et effrayants les randonneurs me devançant, soufflant comme le chamois, mais bien moins efficace.  Deux gars vont me foutre la pression (pas la Markus biere) malheureusement. Tenir coûte que coûte alors que l’un (que je connais) explique à l’autre qu’ils vont aller me chercher, « en lâchant les bras dans les descentes », « en s’accrochant dans les montées ». Aller me chercher? je risquerais bien un geste  déplacé, mais n’ayant pas reconnu mon poursuivant et pas trop en forme, prônons la concentration plutôt que la provocation. J’entends derrière moi, dans une belle descente en sous bois comme je les aime, « que je m’envole » mais dieu merci ce n’est pas la méthode titifb VERSION 2007 TRAIL st Michel. A l’usure, profitant de quelques plats roulants, les bougres me reviendront dessus juste au-dessus des trois virages. En lâchant tout je me ménage une petite avance de sécurité :un de mes poursuivants est grillé par l’effort, il explose et ne peut revenir. Le descente dans le parc, l’allée des pavés (souvenirs SaintéLyon 2008 ?) le tour du stade et la ligne d’arrivée. Ouf personne n’a pu revenir. Bon calcul le gars devant moi (mais trop loin pour aller le chercher est V2), mon poursuivant est V2 aussi (mais dernière année V2 RESPECT). Alors avec un peu de chance….Un seul autre V2 plus avant : un certain JIONJON bien connu. Donc un podium avec casquette KIKOUROU. Et je retrouve mon poursuivant hilare de la pression qu’il m’a mis sur les 5 derniers km. Un gars sympa que je connais bien, mais qui courrait sans dossard sur le 14 km, venu emmener son pote sur la fin du circuit : son coup a failli bien fonctionner ! Chrono environ  57 mn j'ai oublié d'arrêter le Garmin!

Et le chamois dans tout ça. Soudain sur la piste, cavalant derrière le quad ouvrant la route à la course des générations, lechamois passe devant moi, à grands bonds, en deuxième position. Quelques centaines de mètres plus loin il lâchera son chamoiseau (ou sa chamoisine ?) qui devrait terminer aussi bien que son père. Sur le 7,5 km lechamois a terminé 4ième au scratch, 3ième V1. Et il vient bien du Beaujolais, de Villefranche sur Saône : bravo Manu, on peut le dire partout où il passe dans la région de Lyon le chamois ne passe pas inaperçu ! Mais il court toujours aussi bien et c’est tant mieux. Et je ne suis pas près de l’attraper !! Je préfère, après une petite récup sur les pelouses du stade, aller faire un petit tour réparateur sur le stand de l’ Institut de Formation en Ostéopathie (INFO) basé à Limonest (69). Ils font du bon boulot (surtout chez moi car y’a du pain sur la « planche «) . Et un bon truc des séances à des prix intéressants par les élèves sous la surveillance de leurs maîtres. Selon mon « tortionnaire » en 5ième année (donc super efficace) une séance par semestre chez un sportif style course à pied, c’est l’idéal. Je le quitte tout « requinqué » pour aller tailler la bavette au bœuf : ce n’est pas un pseudo kikourou, mais un grand animal sacrifié à un rite barbare : celui de l’AAB, souvent pratiqué par une secte de coureurs !!Après une bonne assiettée, petit tour pour aller chercher une petite coupe, une bouteille et quelques victuailles. Rencontre d’un nouveau kikourou.
Pas de  pluie trouble-fête. Vraiment un temps à mettre un chat-moi dehors !!

 

 

 

 

 

5 commentaires

Commentaire de Davidou le minou posté le 15-06-2008 à 21:25:00

57 min pour 14km !!! Dis donc mon petit Vial, tu traces !! Je suis épaté. Bravo et à bientôt j'espère. On était quelques kikoureurs aussi, ce we, sur la "ronde du Mont Aiguille" : très sympa également.

David.

Ps : je viens de récupérer des ski roues pour préparer cet hiver, j'espère que ce sera bénéfique.

Commentaire de Jerome_I posté le 15-06-2008 à 21:44:00

bravo pour ta course michel et toujours ces mots bien placés...

Jérome

Commentaire de titifb posté le 16-06-2008 à 06:10:00

Ah ! Merci Michel pour ce CR tonique. Ca fait du bien de lire ce récit en ce lundi matin à 6 h. T'es encore bon à quelque chose finalement, malgré tes heures de vol ! Euh, non, les heures de vol...c'est pour moi ! Grrrrrrrrrrrrr...

Commentaire de lechamois posté le 16-06-2008 à 11:18:00

Bonjour Michel,

Ravi d'avoir fait ta connaissance en espérant prendre un peu plus de temps pour échanger la prochaine fois. En effet entre notre course puis celles des enfants le timing était un poil chargé !!!
En tous cas bravo pour ta course car deux boucles de ce parcours bien vallonné c'est pas vraiment un parcours de santé, en plus tu as fait un chrono et une place des plus honorables...avec un podium junior en plus ;-)
Quant au relai des générations avec mon gamin c'était sympa, mais faire un 800m à bloc avec une course de 7,5 kms terminée 1h avant ça fait mal aux cannes !!!!! Mais quel plaisir de courir en famille.

Le_chamois_qui_espère_te_recroiser_bientôt

Commentaire de hagendaz posté le 16-06-2008 à 14:57:00

bravo à toi

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran