Récit de la course : Trail des Trois Chapelles 2005, par La Tortue

L'auteur : La Tortue

La course : Trail des Trois Chapelles

Date : 19/3/2005

Lieu : Bains-sur-Oust (Ille-et-Vilaine)

Affichage : 2103 vues

Distance : 42km

Matos : t-shirt kikourou manche courte : tip top !

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

3 chapelles 2005



Salut la compagnie !

Dans l’optique de faire un peu de km sur des parcours un peu plus difficiles que ma campagne nantaise, je m’étais inscrit au trail des 3 chapelles, célèbre course bretonne de 42 km située autour de Bain sur Oust (proche Redon) et qui fêtait ses 10 ans !

Heureusement qu’en en parlant lundi dernier avec le canari en « franchissant l’horizon », je me suis rendu compte que c’était le samedi, sinon je me pointais le dimanche après la bataille !

Aucune préparation spécifique. Je prends cette course comme un entrainement, je ne regarde pas le profil, ni le parcours. Je sais juste qu’il n’y aura qu’un seul ravito à mi-course. No patatoïde totale, une seule chose « m’inquiète », le délais d’arrivée est fixé à 5h30 de course. Pour faire 42 bornes avec 850 m de D+, ça me parait un poil court, mais bon on verra bien ! Donc objectif : 5h30 et arriver avant que tout le monde soit couché !

Il fait un soleil magnifique, ça s’annonce chaud ! je suis sur zone 1 heure avant le départ après une bonne semaine de boulot et une matinée « speed » de boulot ! bref, c’est pas les conditions idéales ! après avoir récupéré mon dossard, je fais l’achat d’un magnifique sandwich jambon fromage à la boulangerie du coin et je me prépare tranquillement : cuissard et t-shirt kikourou manche courte. Et dire que lundi dernier pour franchir, il faisait -2 degrés au petit jour, ça fait un sacré changement !!!

12h 30 précises, c’est le départ ! j’ai déjà pris des départs le matin, l’après-midi, mais je dois bien avouer que midi 30, c’est une heure qu’il faut savoir gérer…pas évident de partir avec le jambon fromage qui fait du yoyo dans l’estomac ! et ce, pendant au moins 2h30 ;-((

Vu le délais d’arrivée, je décide de ne pas partir trop lentement comme j’en ai pris l’habitude depuis quelques temps. Je me cale dans un groupe de 6/7 coureurs qui vont un peu trop vite à mon goût mais pour l’instant, à part l’estomac tout va bien. Le parcours est très champêtre avec des passages en sous-bois entrecoupés de passages de chemin et un peu de route. On arrive au bord du canal de l’oust, ça me rappelle les km fait avec l’ourson, le chacal et le canari le long du même canal lundi dernier pour "franchir l'horizon". Sacré ligne droite en plein cagnard ! je transgoutte à grosses spires ;-))) mais le super t-shirt kikourou absorbe tout sans difficulté. Je me trouve un compagnon de route pendant qq km, sympa le gars, on papote ! Passage à la première chapelle 1h13, ça va à peu près. Passage au « sommet » qui surplombe l’île aux pies, cli clac photo, c’est zouli ! quelques petits passages techniques me permettent de me rendre compte de mes progrès sur ces terrains accidentés. Alors qu’il y a peu, je descendais très très prudemment, je me surprends à doubler tout le monde. Et quand je déboule, j’ai pas besoin de klaxonner car tout le monde s’écarte. Bon d’accord, c’est pas encore l’allure du bourrin, mais c’est déjà pas mal. Un glissage sur le fessard me rappelle à un peu plus de prudence et zou, ça repart ! le parcours est très sympa, sur des chemins tortueux dans des bois de conifères ou de feuillus, mis à part quelques lignes droites de jonction d’un bois à l’autre. Passage deuxième chapelle en 2h23, les bénévoles nous annoncent 25 km de fait. Ben dit donc, j’ai pas trainé ! en fait, je pense qu’il y avait moins en fait ! j’ai enfin digéré pour jambon fromage, mais j’ai toujours l’estomac dérangé ;-(, j’ai pas faim, je suis limite vomissage et tout ce que je bois, je sens bien que ça descend pas et que tout me reste sur l’estomac ! je commence à avoir un peu de mal et je n’arrive plus à tenir un rythme de course régulier sur les parties roulantes. En revanche, en sous-bois, je m’éclate et c’est comme ça que j’arrive à distancer pas mal de concurrents. Troisième chapelle : 3h08, de course. Toujours d’après les bénévoles, il reste 12 km. Bon ben je suis pas mal au temps ! le problème, c’est que j’ai plus rien dans les cannes ! j’alterne marche et course avec des passages de marche, de plus en plus long et de plus en plus lent ! rhaaaaaa, c’est dur, j’arrive pas à relancer ! bon, ben va falloir finir quand même !!! je pense aux mails sur l’abandon raisonné souvent écrits sur cette ml ! l’abandon me tente bien, mais d’abord, il n’y a aucun PC où je puisse m’arrêter et monter dans un bagnole, et pour être un adepte de l’abandon raisonné, il faut avoir une…raison d’abandonner. J’ai beau réfléchir, je ne vois aucune raison d’abandonner. Au contraire, je suis là en préparation du Mercantour, où je sais que je vais morfler, alors autant commencer à s’habituer tout de suite. On m’annonce encore 4 km ! pfiout, je suis cuitos ! allez, je vais finir à ma main ! Tous les concurrents que j’avais enrhumés dans les sous-bois me repassent les uns après les autres ! ah ben j’ai l’air malin maintenant avec mon t-shirt de star !!! j’aperçois au détour d’un virage le clocher du village. Il est pas bien loin, mais le parcours va encore faire quelques boucles que j’ai pas aimé du tout…finalement, c’est après 5h05 d’effort que je passe la ligne, content d’en finir, mais très mécontent de ma gestion de course. Je suis parti beaucoup trop vite. Pire, n’ayant aucun repère sur le parcours, je ne savais absolument pas comment gérer mon effort. Et ces courses où la fin ressemble à une lente agonie me frustrent énormément ! je constate que ça m’arrive toujours quand je suis tout seul, jamais quand je suis en équipe ou qu’il y a des zanimos sur le parcours ou au contraire, j’ai toujours la pêche ! bon, ben ça me laisse un espoir pour le Mercantour, où il y aura plein de zanimos !

En tous cas, ça me fait une expérience de plus, enrichissante comme toujours, et puis après la saintélyon et le raid 28 où tout avait été comme sur des roulettes, il fallait bien que je me ramasse un peu. Ça fait réfléchir et ça évite à la tête de trop gonfler !!!

Sinon, si vous passez dans le coin, c’est une belle course à faire ! Un trail breton typique, pas méchant à première vue, mais bien casse-pates !

Allez merci à ceusses qui m’ont accompagné en pensée (c’est marrant, mais quand j’en bave, j’ai tendance à penser aux zanimos, pas vous ?!) !

Kenavo, comme ils disent par là bas !!!

Les photos sont là :
http://www.djbabass.com/singapore-0.9.11/admin.php?action=view&gallery=./espace/trail%20des%203%20chapelles%202005

Bien amicalement

La tortue…

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran