Récit de la course : Duathlon de Sézanne 2008, par Papy

L'auteur : Papy

La course : Duathlon de Sézanne

Date : 4/5/2008

Lieu : Sezanne (Marne)

Affichage : 2605 vues

Distance : 43km

Matos : Vélo, tri fonction et chaussures scratchs spéciales triathlons.

Objectif : Balade

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une bien belle journée au soleil Sézannais...

DUATHLON de Sézanne 2008

Parc à vélo

Bonjour à tous...

Je devais me reposer ce week end du 4 mai 2008, surtout en regard de ma semaine de stage au Verdon/Ventoux et du marathon d'Azay le rideau courus les week-ends précédents.

Jeudi j'ai été faire une sortie vélo... Ouille, ouille, ouille... Aucune puissance dans les cuisses, je suis à la ramasse pour faire péniblement 27MY sur 2h30'. Vendredi soir, le président du Sézanne Triathlon m'indique que vu le nombre de bénévoles prévus, il n'a pas besoin de mon aide et aimerait que je sois au départ.... Heu... Oui, chef, mais heu...... Intro
Il n'y a pas d'autres candidats ? Car vous comprenez, marathon, ventoux, verdon, toussa... Heu... Non ?

On verra... Si il y a besoin d'aide je ne ferais pas la course...
Samedi après midi, confiant en ma disponibilité pour aider, je sors en vélo et réalise un 27,5MY sur 2h30' avec de biens meilleures jambes.
UN petit repos le lendemain devrait me requinquer...


Dimanche matin, je retrouve la Marie, copine de natation à Epernay et triathlète émérite à Sézanne, pour faire la circulation des duathlons Avenir.

Elle doit faire le Duathlon Sprint avec moi l'après midi... Heu... Mauvaise pioche car Cathy, la responsable buvette vient de l'embaucher pour aider au stand ravito de l'arrivée.
KOAAA ??? Et moins, je ne sais pas servir le coca ?

Je reste stoïque à ma place car la route a protéger connait de la circulation et que Théotime, mon dernier fiston, fait la course.
Je le vois apparaitre en seconde position dans la descente, mais bien moins à l'aise en short-foot-basket que le premier en tri-fonction.
Cela se confirmera avec une augmentation de la distance les séparant dans la montée.
Théotime regarde derrière si les autres le remontent...
Je l'encourage et le laisse finir...
Finalement le premier et Théotime finiront la CAP tranquillement à leur position, les autres ayant lachés dans la montée.

Je profite de l'intermède pour tenter de quérir du travail pour l'après midi, mais les yeux malicieux de mes partenaires du Sézanne Triathlon augure qu'ils ont bien décidé de me faire courir.
Comme mon pote Zanimal la Tortue, partenaire nantais pour Embrun, va faire son premier triathlon, je pourrais suivre à distance aussi, mais j'ai peur pour mes quadriceps. :-(((

La course Avenir 2 passe, puis le découverte, tout cela sous un temps magnifique.
L'organisation est bien rodée, les arbitres (10 !) n'ont que peu de remontrance à faire, tout va bien...

Le sprint (pas le sprint, la distance sprint...) arrive et je vais m'entrainer avec Julien Besançon ancien bon cycliste régional.

Je vois tout de suite que nous avons une différence de taille dans notre puissance de pédalage... Grrrrrrr... Cet échauffement va quand même un peu me rassurer car j'ai les jambes de la veille. Par contre lorsque nous descendons du vélo, mes soucis stomacaux reviennent et les cuisses sont dures. Pfffffff...
Que vais je venir faire dans cette galère ou je vais me faire enrhumer par des avions ???

Bonne nouvelle, du fait d'une multiplicité de championnats régionaux et nationaux, il y a moins de cador, je ne serais donc pas dans les derniers.
Mais mes vieilles perfs en duathlon (notamment celui de Baye à l'époque, au siècle dernier) ne m'augure rien de bien extraordinaire pour moi, j'ai toujours été une quiche en vélo lors de duathlon...
(Qui a dit "pas qu'en duathlon ?" )

Je m'isole un peu en espérant détendre mon plexus, peine perdue, et pourtant j'ai bien pris Smecta et autre joyeuseté...

Nous voilà sur la ligne de départ et les fous furieux sont lachés. Ils sont dingues ? Je veux bien qu'il n'y ait que 5kms, mais au bout de 500m je suis déjà dans le dur, alors que je suis presque en queue de peloton.

depart depart

Départ des fous furieux !!!

Je tente de me calmer car il y a 2 tours à faire et j'ai déjà du mal.

Vais je viser les dernières places ?

Je souffle comme un phoque(juste souffler !)
J e "m'empierge" les pieds dans les pavés style "paris-roubaix" qui nous accompagne sur presque 1km à chaque tour, j'ai chaud, ou est l'arrivée ???
Julien me mets une claque sur les fesses, me salue, nous courrons ensemble.

Heu... C'est un cycliste, il me semble, et il me brule la priorité ??? Ou est le respect ???
Je termine tant bien que mal ce premier tour et attaque, plus raisonnablement le second, je remonte doucement, en compagnie de Julien.. Alors que je vais attaquer un petit peu pour lacher mes compagnons, ma chambre à air et ma pompe tombe de la poche arrière. Grrrrr... Je reviens en arrière, me baisse ramasser mes affaires et repars mais maintenant, outre l'élan coupé, je dois refaire mon retard.

CAP CAP

J'y arrive tant bien que mal, mais n'ais plus la force de relancer, nous arrivons sur l'aire de transition ensemble, un tour de place est encore à faire, je grogne.

Séquence "je ne sais plus ou j'habite"...

Je rentre dans le parc à vélo, sur de moi.
Tellement sur que je double mon vélo, qui ne comprends rien...
Je regarde les dossard, ne voie ni le mien, ni mon attirail...

Je me retourne et vois Julien s'affairer au sien ?!?!?

Et M******rd* ! J'ai loupé mon vélo !

Je "gicle mes chaussures a scratch et tente de mettre mes chaussures Sidi "pas du tout faites pour le tri"...

"Qué galère", dirait on dans le sud, mais dans cette transition j'ai du perdre dans les 10 places, à vérifier dans le pointage.

JB

 

 


Je ne verrais plus Julien, ouiiiiiinnn, lacheur !

 

 

Je démarre correctement sur le vélo, mais je tente de serrer mes chaussures qui me font perdre, à chaque fois, l'élan pris.
Je regarde passer les avions et grogne... Comme d'hab'...

Parcours vélo à 2 tours dans les alentours de Sézanne.

 

Dénivelé, 2 tours comme celui ci, 360D+

 

 

J'arrive a enmancher correctement, mais pas longtemps, je suis rapidement scotché à la route et mes habituellement errements en duathlon reviennent.
Je décide de mouliner sur le petit plateau plutôt que de passer en force sur le gros et cela va mieux.

J'ai quelques kms correct, mais entre, je perd plusieurs place à chaque fois que j'essaie de serrer mes chaussures.
Dans la seule "grosse" bosse du parcours je remonte le peloton devant moi, et les cyclistes se font avertir par l'arbitre pensant qu'ils me suivaient.
Bizarrement c'est moi que cela va déstabiliser, voulant expliquer qu'il n'y a pas de drafting, que je doublais. Je perds mon allure et avant l'entrée de Sézanne je reperds du terrain.

Le passage sur la ligne avec les Sézannais chambreurs n'est que du bonheur.

Tellement que lorsqu'il n'y a plus de public, les cuisses redeviennent dures et je me rescotche à la route ! Mais je pense avoir pris le rythme.
Je ne perd plus de place par rapport à mes prédécesseurs, je me place mieux et j'échange avec la foultitude de signaleurs qui prennent leurs boulots à coeur. (nombre d'eux signalent les passages difficiles ou la voie libre et encouragent)

Ce n'est que dans la remontée de Sézanne que je perds, encore, quelques places en préparant mes Sidi à être dégraffée. Le Maire Adjoint aux sports de Sézanne, roi des fondus sézannais, m'indique un gauche-droite à la place d'un droite-gauche, je n'ai pas eu confiance en sa "lucidité", heureusement, je rentre à bon port...

C'est la seconde opération "transition ultra r.... Lente" !
Même mes scratchs seront mal mis et je repartirais après tout le monde... Pfff... Les premiers mêtres sont corrects mais je dois me retenir pour ne pas exploser tout de suite, même si le fait de revenir dans mon élément a un effet euphorisant.
J'ai bien l'impression que mes chaussures sont mal fermées, mais sur 5kms, pas le temps d'y revenir. Je ne trouve pas le ravitaillement à sa place, vu le soleil j'ai un doute sur mon finish.
Heureusement, Ludo et ses groupies sont là, au virage suivant, pour mettre l'ambiance.

Je m'arrose et m'hydrate généreusement. Je repars blindé et lance les chevaux, cela fait du bien même si je suis loin dans le classement.
Je reprends quelques avions cyclistes et termine mon premier tour sous les acclamations JCP1

(merci public chéri, arf...).

 

 

Je vois en point de mire un Sézannais (Jean Claude) que je vais tenter de le rattrapper...

 

 

C'est fait à 1km de l'arrivée, je le hèle pour qu'il me suive car j'ai quelques coureurs à mes trousses qui ont repris du poil de la bête.
Jean Claude, après m'avoir dit que c'était mort pour lui, arrive à tirer sur les bras pour accrocher le wagon et me suit à quelques mêtres, s'arrachant un peu.
Nous doublons ce qui nous semble la première féminine qui va bien lentement je trouve. Je ne me rappelle pas l'avoir eu devant moi en CAP, ni même qu'elle m'ait doublé en vélo, je devais être aussi fatigué qu'elle à ce moment.

Nous sommes à 500m de l'arrivée et exhorte Jean Claude à continuer son effort (heu, pas trop sinon il va me doubler arf...)
J'ai plaisir à ce qu'il m'accompagne jusqu'à l'aire d'arrivée mais il refusera le sprint pour rattrapper un autre concurrent.

MoiMoi


Je finis donc vite...

 

C'est dommage que cela soit fini, je commençais à être chaud !

Je finis beaucoup mieux que mes meilleures espérances puisque c'est dans les 50 premiers.

De plus l'organisation Sézannaise étant quasi parfaite, la course s'est déroulée sans anicroche aucune. Je remrcie encore les bénévoles pour leur attention...

J'ai donc pris énormément de plaisir à faire ce duathlon, contrairement à mes inquiétudes.

C'est quand le prochain ???? En ferais je un autre avant celui du val d'aran ?

 

L'Papy_aucune_courbature_aujourd'hui...

©Photos Ripoll/Lunion/ACPR

Départ Avenir1

Parc à Vélo

 

Transition

Transition

Transition

Transition CAP/Vélo des cadors

Jean Claude

Grouillot

Transition Vélo/CAP

Julien au finish...

Jean Claude aussi...

Récupération après course.


 

Pour compléter ce récit, Théotime fort de son résultat et sur de sa natation (il nage à la SNSE d'Epernay et nage, par exemple, le 50m Papillon autour de 45") s'est inscrit au triathlon Avenir de Pontault Combault avec quelques ambitions.

A l'inverse de la majorité des compétiteurs, Théotime est un athlète qui démarre lentement pour finir vite, comme le coureur du 400m Marc Raquil. Il apprend a démarrer plus vite, ainsi que l'on peut le voir sur la photo avenir du duathlon de Sézanne (Cf en haut de page).

Arrivé à Pontault Combault, il est impressionné par le niveau de la course. 53 compétiteurs, c'est le SEUL non licencié de l'épreuve, l'un des rares en maillot de bain. Il s'échauffe mal, notamment en faisant des longueurs en brasse et discute avec un triathlète du club de Saint Quentin en Yvelynes qui l'avait battu lors de l'aquathlon de Corbeil, 18 mois plus tôt.

Voici quelques "mauvaises" images et quelques photos de cette aventure riche d'enseignement pour mon enfant.

Tout d'abord la natation...

Il est dans la ligne d'eau opposée. C'est difficile à voir, c'est les 50 premiers mêtres du 100m à faire.

 


Natation Triathlon Pontault Combault, Mai 2008
Uploaded by Lopapy

Théotime rate son départ car il veut "gérer"... Son copain de ST Quentin en Yvelines ne se pose pas les mêmes questions et prend la tête de sa ligne d'eau.

Théotime arrive 3ème de sa ligne au 25m, touche, se retourne et marque un temps d'arrêt en voyant tous les autres devant. C'est fini, il est sorti de la course !

Voici sa transition Natation/CAP (ou l'on se rend compte de la pression que peut mettre un père sur son fils avec ses paroles...

Et en plus je me retenais... Pffffff):

 


Tri Pontault Combault, transition Natation/Vélo
Uploaded by Lopapy

Sur le chemin entre la piscine et le parc vélo il se "trainera" en se faisant doubler plusieurs fois. La transition bien rodée avant la course pour enfiler son large débardeur est oubliée. Il se mélange les pinceaux.

Durant le parcours vélo il ne sera jamais à l'attaque. Au retour, il sera même le seul en danseuse à regarder derrière les coureurs et le public, complètement déconcentré.

Cela se note sur son visage à son retour dans le parc à vélo.

<Cliquez sur la photo>

Voici la transition Vélo/CAP

Il apparait évident que contrairement à ses camarades, il n'est pas fatigué...

Et sa photo est magnifique :

Son arrivée est également amusante. A 100m il propose à son voisin de finir main dans la main. Celui ci, à bout de souffle, refuse. Alors Théotime accèlère légèrement et fini en roue libre, devant son camarade.

 


Triathlon de Pontault Combault arrivée
Uploaded by Lopapy

Ce fut une belle journée avec soleil, cadre et organisation sympas. Théotime a emmagasiné encore de l'expérience qui j'espère, lui servira pour le futur.

(Quoique, sur son 50m Papillon, 2 jours après, il a admis avoir fait pareil après le plongeon. Surveillance des adversaires pour gérer l'effort, inutile sur 50m ou il faut tout donner !!!)

1 commentaire

Commentaire de Mustang posté le 16-05-2008 à 19:08:00

un superbe compte-rendu !! excellent!!!! bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran