Récit de la course : Trail des Aubins 2008, par ETRURIEN

L'auteur : ETRURIEN

La course : Trail des Aubins

Date : 8/5/2008

Lieu : Bruyeres Sur Oise (Val-d'Oise)

Affichage : 717 vues

Distance : 19km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

TRAIL DES AUBINS (Bruyères sur oise)

Voilà un nouveau trail après celui bien palpitant de Chevreuse (17km).

 

Non prévu mais un sympathique collègue de travail m'a gentiment poussé vers l'inscription (il n'a pas eu besoin de trop insister!).

Programme 19km dans la val d'oise avec 650m de D+.

me voilà donc en ce jeudi 8 mai 2008 à partir pour un voyage vers des terres inconnues.

8h30 Mon GPS m'indique que c'est bien ici (et si j'avais un doute l'animation locale pour un jour férié me l'enlève définitivement)

L'arrivée est sur une petite place d'un corps de ferme rénové en salles d'animations et tout cela sent bon la course détendue et sympathique.

Le collègue arrive et nous pouvons nous échauffer direction le départ sur l'île des Aubins (distant de 1/1,5km de l'arrivée).

Aujourd'hui j'ai bien lesté mon sac pour ne pas avoir de désagréable sensation de balancier.

En fait après 20mn d'échauffement et l'annonce d'un double ravito d'eau au 8ème et au 12ème je change de plan et opte pour une simple gourde (transvasement en urgence de la boisson isotonique).

Et hop c'est parti pour le départ à 9h30

Ah tiens finalement non on fait un échauffement commun direction la ligne de départ pour les 131 inscrits avec vélo en tête et homme balai déguisé, avec l'indispensable outil du même nom, en queue de peloton (j'adore l'idée). 

 9h45 c'est parti

nous partons tous les deux avec un bon rythme que l'on essaye de ne pas avoir trop en dedans ni trop rapide.

Au bout de 2 km c'est déjà la montée sur des portions étroites de chemin et les rangs commence déjà à s'espacer (je ne parle même pas du premier qui va finir avec 9m d'avance).

Comme d'habitude je suis les premières féminines (non c'est juste pour le rythme). Finalement Pascal (le collègue) doit s'arrêter pour un arrêt lacets et je continu à mon rythme pendant les 5km suivants je regarde régulièrement derrière moi mais il ne semble pas me rattraper.

Je décide donc d'accélérer progressivement en pensant uniquement à chaque coureur que j'aurai en ligne de mire.

 

Tiens les paysages sont sympas forêts, chemins de terre monotrace, larges, passages dans les champs, que du bonheur.

 1er ravito je remercie les bénévoles mais je ne m'arrête pas (je me dis que je ne porte pas ma gourde pour rien)

 

Si je me rappelle bien du briefing nous allons avoir 4km de montée continue et un ravito au bout.

 Je décide donc de m'imposer un rythme régulier. Oulà un coureur arrive de ma droite, il s'est trompé et nous repartons donc à deux.

En voilà un autre sur lequel nous revenons progressivement et nous formons alors un petit groupe de trois coureurs qui réussi à perdre le chemin une quizaine de secondes durant.

Ouch cela commence à être plus raide j'en profite donc pour continuer vers les deux coureurs qui se trouvent devant moi et qui se dirigent vers la fin de la côte qui ammène vers le ravito. Mes deux compagnons semblent quant à eux avoir laché prise. les deux devants marchent beaucoup et je décide donc de m'accrocher pour ne pas faire de même.

dur les cuisses commencent à chauffer je préfère donc lâcher prise 10s, finalement nous arrivons à 4 au dernier ravito.

un petit merci, un verre sur le visage et en 10s me voilà reparti ce qui semble accéléré le mouvement pour tout le monde.

sur les quatres le grand triathlète qui nous accompagne indique à la volée que nous sommes partis pour une portion continue de descente (4km avant les 2 derniers en plat)

cela accélère progressivement et je sens qu'un des quatres est déjà dans le dur il ne devrait donc rester que le triathlète et le coureur s'étant trompé de route.

Bien sympathique de courir comme cela en petit comité cela créé une véritable émulation (on croirait que c'est pour la première place) avec un peu de sens tactique et le tout dans un bon esprit.

Nous sommes deux devant le triathlète et moi, les deux autres semblent maintenant à la peine.

La pente s'accroit je ne suis pas en confiance face à ma capacité à soutenir un rythme sur le plat je décide donc de profiter de la pente.

Le chemin se réduit peu à peu, difficile de doubler, j'ai bien fait de passer devant.

je sens que les cuisses travaillent durement et que les chevilles sont bien sollicités (vive la PPG)  avec des torsions passagères.

Je reconnais on est sur le chemin du retour la pente, encore un petit coup et là ce sont les abdos qui dégustent.

Traversée d'un pont et d'escaliers puis ça y est le plat (il ne reste plus que deux coups de cul) je me retourne et je vois que nous sommes dorénavant bien espacés j'ai réussi mon coup.

Plus personne devant? ah tiens si un coureur à la dérive qui ne fait quasiment plus que marcher. Me voyant arrivé il retrouve du courage et s'accroche.

Je le vois à l'agonie et lui propose donc ma gourde qu'il accepte avec bonheur! Nous restons ensemble une centaine de mètres et voyant que je me met à son rythme me propose de garder la gourde et de faire ma course.

Soit! je trouve donc encore l'énergie pour un dernier sprint de 400m.

Voilà que j'entend mon nom au micro et qu'un allez Cyril fuse (c'est bon esprit car je ne connais personne)

Chrono bloqué et me voilà heureux comme tout.

hops direction le ravito  (il n'y a pas encore grand monde)

J'en profite pour me requinquer et repart en petites foulées pour retrouver Pascal.

En fait nous sommes deux à chercher quelqu'un, sans oublier d'encourager chaque coureur, moi un collègue et monsieur sa femme. 

La voilà d'ailleurs qui finit 2ème féminine. Tiens elle me reconnaît car elle a finit première féminine du 17km à Chevreuse juste derrière moi au scratch.  Encore un joli podium. 

Ah voilà PAscal qui finit fatigué voir cuit (bon pas d'entraînement pendant deux semaines, cela a certainement aidé à la récupération de son marathon de Rome en 3h37 mais pas pour la course) 

Avant de partir je souhaite profiter du petit massage gracieux (merci au sympathique kiné bénévole coureur de marathons) et pouvoir regarder les résultats.

 Ouch le premier finit en 1h13 (mais bon avec un record de 2h33 au marathon pas de surprise) et moi en modeste 15ème en 1h29m07s et PAscal ne sen sort pas si mal avec une 45ème place en 1h39m07s

 

Je souhaite à notre couple de coureurs de bien profiter du marathon du Mont Blanc

Merci aux bénévoles pour cette bien sympathique course. 

Pour les enseignements :

vive les trails courts pour le renforcement du moment que l'on a pas oublié de se muscler un peu (surtout à la vue de mon passé sportif)

le premier ayant un record de 1h13 au semi je peux peut être espérer rapidement 1h29? (prochain objectif semi se faire plaisir et viser 1h30 pour gagner encore 3m)

Quel que soit le temps que l'on fasse c'est une véritable oxygénation de l'esprit. 

 

 

 

 

 

1 commentaire

Commentaire de Mustang posté le 14-05-2008 à 15:21:00

Voilà un cr bien complet!! bravo pour ta perf!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran