Récit de la course : 100 km de Vendée 2008, par MARC78

L'auteur : MARC78

La course : 100 km de Vendée

Date : 3/5/2008

Lieu : Chavagnes En Paillers (Vendée)

Affichage : 1069 vues

Distance : 100km

Matos : NIKE AIR MAX TRIAX PUIS NIKE AIR ZOOM VOMERO

Objectif : Battre un record

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

VIVEMENT 2009 ... A 2 ...

Jeudi 1er mai : 

 

Soirée calme malgré un repas chez des amis et sous la couette à 23h00 !! Si  !! La voiture étant déjà chargée, je n’ai plus qu’à prendre le volant demain.

 Vendredi 2 mai : 

 

Je me lève à 5h45 et je prends la route à 6h20 direction l’Atlantique.

Arrivée à 10h40, à Chavagnes en Paillers petit bourg du bocage vendéen où rien ne laisse présager que demain auront lieu un marathon et un 100km. Quelques emplettes et je vais me reposer au bord du « petit Maine » qui traverse le village. Moment zeeeeen …

Zen certes mais propice à cogiter. Certaines craintes ressurgissent comme celles dont j’ai fait part à BBoop ce matin par sms interposés … pas d’accompagnatrice durant ce 100km … comment vais-je pouvoir gérer ?

 

14h30, il est temps d’aller chercher mon dossard, n°209 (Bouuuh, 6ème inscrit, mais la « sélection » pour les n°, est faite par la meilleure perf sur 100km).

 

De nouveau repos … cogitation … et à 16h00 je vais installer ma tente à 50m du départ et de l’organisation. Je fais la connaissance de Vendéenne !!!

Finalement à 19h00, je me retrouve à la pasta-party. (Je n’avais pas prévu)

Et à 20h00 j’étais dans mon duvet, le départ étant à 5h00 du mat …

 

 Samedi 3 mai : 

 

Ma montre sonne à 2h15 … Je m’habille … je mange un bout de gâteau énergétique et à 3h00 je vais prendre le petit déjeuner offert par l’organisation. Un bon café, 2 tranches de brioche vendéenne, 1 tartine confiture et 1 verre de jus d’orange …

Je retourne à ma tente et finis de me préparer.

 

4h50, l’ambiance est chaude au départ, il fait bien nuit !

 

5h00 … Pan … le départ est donné ! Bizarre de partir dans la nuit noire !

Une petite boucle de 1,4km dans le village et c’est parti pour 4 boucles d’environ 24,4km.

Les 1er km se font à la lueur des frontales des coureurs « prévoyants ». Il fait frais et c’est très agréable ! Difficile de retrouver « Vendéenne » !!

Je pars sur une base de 10km/h … pour l’instant tout se passe bien, la jonction avec les vélos n’a pas encore eu lieu …

Cette fameuse jonction est en vue … et là déjà, je « prends un coup » … je vais me retrouver tout seul durant 95km … La galère !!!

 

Il est 7h00, le jour a pointé son nez, et je passe mon 1er cap, les 21,1km après 2h06mn.

Passage au 1er tour devant les tribunes, où notre nom et numéro de dossard sont systématiquement annoncé !! Sympa !

Jusque là … tout va bien … Nous sommes encore assez regroupés … J’en profite pour faire un arrêt … « gros soulagement » sur le 2ème tour … Aie ça va faire mal à ma moyenne …

Du coup je repars un peu plus vite … passage au Marathon : 4h12mn (Soit 2h05mn sur le 2ème semi).

 

A partir de là la mécanique s’est enrayée …

 

Le soleil est haut dans le ciel … et je n’arrive pas à m’hydrater … Je bois beaucoup aux ravitaillements, je repars un peu ballonné, et 1km après je me retrouve avec les lèvres sèches et la bouche pâteuse. Et le thermomètre que m’a montré un des bénévoles, 37°, ne fait rien pour arranger les choses !

 

Je passe le km50 en 5h01mn

 

Paradoxalement, si les jambes vont bien, enfin pas trop mal après 50 kilomètres, c’est la tête qui ne va plus du tout !

Je vois des coureurs ravitaillés par leurs accompagnateurs …

Je me retrouve seul en pleine campagne sous une chaleur de plomb, personne derrière, personne devant, j’ai l’impression d’être perdu, et je me dis que si je tombe là …

 

Km60 : 6h16mn (10km en 1h14mn). La descente aux enfers commence …

 

Km70 : 7h37mn (10km en 1h21mn). J’ai beau me triturer l’esprit pour trouver un ersatz de motivation mais même la cervelle est « grillée » par le soleil malgré ma casquette …

Je décide de m’arrêter au 3ème tour pour changer de chaussettes, chaussures, et remettre de la crème sur les pieds … Heureusement ma voiture est 50m après le passage des tribunes, et sur le parcours .

 

Km80 : 9h03mn (10km en 1h25mn). A cette allure là je finis à la nuit ! Je te rappelle Marc que le délai imparti est de 15h00 !!!

 

Km90 : 10h33mn (10km en 1h30mn). Bon les derniers 10km, je ne pense pas pouvoir tomber plus bas …

 

Les 10 derniers km, sont un supplice, même si je coure régulièrement, certes, pas vite, mais je coure quand même.

 

96km … 97km …98km … 99km … et à 700m de l’arrivée, SURPRISE, Fanou, mon accompagnatrice de Millau est là pour me supporter sur les derniers 750m, qu’elle fait avec moi en courant !!! (En vacances à Saumur, elle a fait l’aller/retour en voiture pour venir me supporter à l’arrivée) … Ironiquement je lui dis qu’elle aurait pu venir pour le départ aussi …

 

100km en 12h04mn02s et une place de 123ème (327 inscrits)… voilà … mon calvaire est fini !

 

Loin de moi cette idée de me trouver une excuse, j’avais prévu entre 10h30 et 11h15 …

J’ai tout faux, même si j’ai amélioré mon temps de Millau de 30mn. A écouter les « spécialistes » ici à Chavagnes, c’est environ 1h00 de moins qu’à Millau.

Grande résolution : je ne me représenterais plus sur un 100km sans être accompagné à vélo.

J’ai beaucoup trop galéré seul. Malgré la musique sur les oreilles durant les ¾ de la course, rien ne remplace une personne qui vous est dévouée, prête à répondre à la moindre de vos sollicitations et de vous donner le punch nécessaire lorsque vous commencer à faiblir.

Mes cogitations de la veille se sont avérées fondées … bon BBoop c’est quand tu veux !!!

 

En plus je n’ai aucun souvenir, même pas une photo … c’est triste …

 

En tous cas, une bien belle organisation que ces 100KM  DE VENDEE. Une belle dotation en « souvenirs » : une brioche vendéenne, un tee-shirt, un superbe trophée, petit déjeuner et le déjeuner d’après course, offerts. Les ravitaillements sont hyper complets, et même les bénévoles aux carrefours m’ont proposés de l’eau qu’ils avaient en réserve. Une super ambiance aux tribunes du départ/arrivée, ainsi que dans certains petits villages.

 

 J’y reviendrais, c’est certain, mais pas tout seul !!!!!!!!!!

6 commentaires

Commentaire de BENIBENI posté le 06-05-2008 à 14:48:00

Bravo à toi ! J'espère qu'un de ces 4 on se croisera ! C'était chaud chaud...

Commentaire de Jihem posté le 06-05-2008 à 14:50:00

Bravo, il faut que tu positives ton regard sur ta course. Tu as amélioré considérablement ton temps de Millau et est arrivé au bout après des difficultés qui en auraient arrêté beaucoup.

Commentaire de domdom g posté le 06-05-2008 à 16:43:00

SALUT MARC

ENCORE BRAVO POUR LE CHRONO ET POUR TA COURSE.

A BIENTOT

DOMDOM

Commentaire de calimero posté le 06-05-2008 à 19:27:00

Tu bats ton record de 30' et en plus tu le fais tout seul!!
C'est quand même pas si négatif que çà, non?

J'aimerai être à ta place au moins une fois!!

Commentaire de seapen posté le 07-05-2008 à 15:52:00

Bravo. Tu n'avais pas d'accompagnateur mais du courage, si. Tu n'as pas rien lâché, preuve que tu étais motivé à aller jusqu'au bout. C'est une vraie performance et un récit que tu offres très instructif et prenant. salutations sportives et merci. N'ayant jamais couru une telle distance, je reste admiratif.

Commentaire de romano76 posté le 31-05-2008 à 18:05:00

merci pour le commentaire sur mon récit de Senlis, et vraiment bravo, pour ces perfs sur le 100 bornes. Quel mental, ça doit être dur de trouver la motivation sur 100 km...Bonne continuation....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran