Récit de la course : Trail de la Vallée de la Vère - 30 km 2008, par al27

L'auteur : al27

La course : Trail de la Vallée de la Vère - 30 km

Date : 27/4/2008

Lieu : Athis De L'Orne (Orne)

Affichage : 1820 vues

Distance : 30km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

C'est avec un bon entrain de 10h12 que je suis arrivé à Briouze. euh non pouf pouf, par la voiture de 12h10 que je suis arrivé à Athis. Bon alors : retrait du dossard avec la quincaillerie habituelle...

J'arrive avec une séance d'entraînement depuis Auffargis et des veilles pompes. Mes trabuco neuves ayant rendu l'âme et le reste au TVC. Je suis donc fin près pour une séance de masochisme comme je les aime. J'ai fini par venir à cette course car des kikous y venaient mais aussi parce que un de mes oncles et un cousin faisaient le petit parcours. Je me prépare consciencieusement, ça fait longtemps que j'arrive assez tôt avant le départ pour ne pas finir de m'accoutrer sur la ligne de départ, Breizhman n'aura pas ce timing cette fois. Je rencontre d'abord Vetchar et son sourire.

Nous finissons par nous retrouver sur la place avec Le Mustang, toujours aussi photographe que sympathique. Le départ est donné. Nous passons le premier kilomètre en horde de kikous. Un peu après les filles nous laissent partir devant avec Breizhman (pas vu le Mustang partir). Je me retrouve donc avec Breizhman et tout Beep-Beep qu'il est, je ne pensais pas rester aussi longtemps dans sa trace. Soit il a commencé vraiment doux, soit, il m'a attendu. La course à un profil très différent du TVC, les côtes sont longues et surtout, les faux plats en montée sont les juges de cette épreuves. Dans les des premiers kilomètres, nous discutons avec Beep-beep le breton, il me fout des toises dans les descentes et se laisse rattraper dans les montées. Le premier ravito arrive, je sens bien que ma course est moins à l'aise que lui et je l'incite à faire sa course, non restons encore un peu ensemble et à la faveur d'une descente il prends le large.

Pour tout avouer ça me permet de revenir à un rythme plus proche du mien (du kéké de base). C'est pas le tout mais il ne m'arrive pas grand chose, je cours tranquille devant des jeunets en paix (comme dirait Stéphane Eicher) et des vaches en rots (paraît que ce sont eux les plus riches en méthanes). Je chute sans gravité (ça m'apprendra à regarder les vaches passer...) J'arrive au deuxième ravitos pour en voir repartir Breizman (il est flemmard aujourd'hui c'lui là).

Je commence à fatiguer mais les sensations sont bonnes mais au dix-huitième kilomètre tout bascule. Je tape dans un caillou, je vole, je ne cours plus, je tombe, je ne respire plus. C'est à se moment que j'égrène consciencieusement un merveilleux chapelet d'injures ponctués de aïe: ah, ..tain de ...del de .erde de caillou à la .on ! (étrangement ça me rappelle un chanson de Murat: Pleure pas caillou, je t'aime..). Bon tout en vociférant à toute vache voulant bien m'entendre, je fais le bilan, j'ai un point de côté du à l'arrête bref de respiration, je me teins le mollet gauche qui s'est contracté et je saigne assez copieusement du genou. Je me relève et je m'aperçois que je ne peux pas marcher, mon cerveau, qui a du avoir sa part dans la chute me suggère d'essayer de courir. Il s'en est suivi un dialogue assez pétillants entre deux de mes mois pas du tout d'accord.

- Tain t'es .on ou quoi, tu veux faire quoi en essayant ça?

- Ben chais pas on peux pas marcher mais courir pourquoi pas

- Eh alors grand génie, ça a donné quoi?

- J'ai encore plus mal

- Bravo, alors on fait quoi,

- Ben on va boiter un peu et puis après on verra.

Je dois dire que pendant ces cinq minutes de détresse, tous les coureurs qui m'ont doublé se sont arrêtés pour s'inquiéter de moi et je les en remercie profondément. Il règne à chaque fois que je viens sur cette course un vrai vent de sympathie et de générosités et les bénévoles en sont un vecteur fondamental, les gens de l'Orne que l'on veut faire passer pour fermés sont parmi les plus chaleureux que je connaisse en France. Le dernier ravitos me requinque un peu et un des gars de la croix rouge m'interdit de repartir avant qu'il ne nettoie mon genou. Je cède devant sa gentillesse et perds 5 minutes dans l'opération J'ai couru avec ma contracture, c'est une innovation pour moi, la dernière belle côte a été assez épique.

Les 5 derniers kilomètres ont été entrecoupés de marche. Mon objectif était de faire mieux qu'en 2006 soit 3h20. Bacil 14 finira juste derrière moi, il s'en est fallu d'un cheveu pour qu'elle termine devant. Mon chrono me dit que ça ne va pas pouvoir être le cas. J'étais sur une bonne base, les contre temps font partie de la course. Je termine en 3h25 avec les félicitations de Breizman qui a encore une fois terminé bien avant moi, bravo à toi. En peu plus tard Vetchar finira sa course encore fatiguée du TVC mais c'est un bon résulat pour quelqu'un qui se préparait à ne faire que le 19 kms. Nous papotons quelques temps puis je dois partir en laissant à regret cette charmante équipe boire un coup sans moi.

Merci à l'organisation et aux bénévoles pour ce merveilleux parcours, merci à la nature de persister dans sa beauté malgrès ce qu'on lui fait endurer, merci au kikous du coin pour leur bonne humeur.

A plus,

Al27

5 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 01-05-2008 à 21:27:00

Bravo Al!

Tu as eu ton caillou, moi ma bassine!

Bravo pour ton courage et ta détermination, à bientôt. Phil

Commentaire de la panthère posté le 01-05-2008 à 21:49:00

alors, on se retrouve au trail d'Ecouves? on prend les mêmes et on recommence? gare aux cailloux d'Ecouves!à+

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 01-05-2008 à 22:10:00

Bravo pour avoir résisté au trail d'Athis. On te voit à Ecouves ?

Commentaire de breizhman14 posté le 01-05-2008 à 23:48:00

ca a été un vrai plaisir de partager cette moitié de parcours avec toi, et c'est vrai t'étais plutôt marqué à l'arrivée à athis, mais que veux-tu.. je préfère me tordre de rire plutot que de me battre contre les aiguilles d'un chrono...
c'est kan kon se recroise??? le 8 juin pour la galopée? ou le 6juillet pour le mascaret??

Commentaire de co14 posté le 02-05-2008 à 15:29:00

LA PROCHAINE FOIS JE TE SUGGERE DE TE LAISSER EMPORTER PAR LES FEUILLUS....LA CHUTE EST BEAUCOUP PLUS DOUCE, QUE LES CAILLOUX...BONNE CONTINUATION A TOI....

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran